Kadou

Tiocfaidh àr là : Notre jour viendra !

Nous sommes enfants de la Grèce antique, comme de Rome et du monde Celtique. Nous sommes fils de Baudouin IV le Roi lépreux, de Saint Louis et de Du Guesclin. Jeanne dans nos âmes guide nos bannières vers la victoire.
L’adversaire est plus dangereux que jamais, il est fourbe et s’installe en nous. Il se nomme individualisme et matérialisme. Le champ du Nouvel Ordre Mondial est planétaire, afin de détruire toute identité humaine. Son programme est celui de l’esclavage des hommes, de la numérotation de la vie et l’anéantissement de la nature pour plus de profits. Aucun combat, qu’il soit social, économique, familiale, religieux, écologique ne peut aboutir si nous oublions d’aller à l’essentiel. Bref ! De désigner la maladie : la république antisociale. La recherche et l’analyse des idées et des informations, bref ! Une forme de résistance, amenant vers un esprit rebelle et une continuité chevaleresque vers l’esprit Camelot.
Nous aurons alors, une petite chance de réussir.

Tiocfaidh àr là ! Notre jour viendra !

 

La république en lutte permanente contre la paysannerie :

Alors que nous descendons tous de ruraux, les paysans ne représentent plus que 4% de la population active et sont aussi oubliés des médias que piégés par l’endettement où conduit l’agriculture productiviste. Pourtant, au fond, l’impasse agricole n’est qu’une facette de l’impasse collective d’une société ayant perdu ses racines et son lien à la terre et, de ce fait, soumise à la mal-bouffe et à une vie urbaine largement pathogène. Le salut sera commun ou ne sera pas! + d’infos : le-cep.org

Gloire aux Poilus de 1914-1918 :

Que reste-t-il, pour beaucoup, aujourd’hui, c’est du passé. C’est un grand père, un grand oncle, plusieurs frères qui dorment sur cette terre là-bas balayé par le vent de l’est, comme tous ces volontaires étrangers : Sénégalais, Marocains, mais aussi Russes, Serbes, Anglais, Canadiens, Américains et j’en oublie qu’ils me pardonnent. Mais j’en appel à nos mémoires et pensons un instant à tous ceux qui restèrent à la nouvelle du décès ou de la disparition de l’être cher, comme des êtres cher, qui continuèrent une existence avec l’absence, ce vide, ces souvenirs, dans le sacrifice. Tous ces enfants qui grandirent sans leur père, leurs frères ou leurs oncles où leurs amis. Toutes ces femmes qui subirent car les guerres touchent d’abord les jeunes et surtout les femmes et les enfants, comme les faibles et les vieillards. Si cette vidéo doit servir à quelque chose, c’est maintenir ce souvenir pour ne pas oublier car demain d’autres guerres viendront, d’autres conflits surgiront et du doigt nous pointons la responsabilité d’un Etat lâche et sanguinaire. Il n’y a pas d’Etat idéal mais des gouvernements moins mauvais. Il y a des gouvernements qui malgré l’autorité que nous avons en tant que citoyen accepté restent avare et économe du sang humain. Il suffit de se tourner vers l’histoire,  comparer, apprécier les stratégies, les ordres donnés, les officiers nommés, les comportements politiques. Je rappelle que la république ne désirait pas moderniser les uniformes afin d’envoyer en première ligne notre infanterie en bleu à revers rouge, parce que c’était les couleurs de la révolution face aux mitrailleuses allemandes. Nous avons fusillés des hommes sous prétexte de désertion parce que des officiers ne respectèrent pas leurs paroles en annulant ou décalant les permissions gagnés au prix du sang. Parce qu’ : « il fallait y aller », comme à l’image des 300.000 hommes de la révolution, envoyés à l’abattoir, aux frontières alors que le Roi n’y envoyait que des armées de métier ! « La honte des républiques et des empires, le crime des crimes sera toujours d’avoir tiré un paysan de la paix doré de ses champs et de sa charrue et de l’avoir enfermé entre les murs d’une caserne pour lui apprendre à tuer un homme » disait Anatole France. La révolution comme la république saignent la France.

A toutes ces femmes et mères dont la vie fut bouleversée par l’absence, comme à ces enfants qui grandirent sans l’appui des aînés, ce n’est pas la république qui vous parle mais la France, recevez nos excuses pour ces douleurs. Ce « jamais plus jamais », qu’au moins cette expérience de ce sacrifice, ce souvenir puisse servir pour comprendre qu’aujourd’hui comme demain, nous ne pouvons vivre que débarrasser de ce système antisocial et inhumain nommé république qui détruit chaque jour tout ce qui nous est le plus cher. Alors si au détour ou d’un déplacement, vous passiez sur les terres de l’est ou du nord, ayez un instant cette pensée, oh sans aller jusqu’à déposer des fleurs et pourquoi pas, qui sait mais au moins un instant, réfléchir ou penser dans ces immenses cimetières où dorment notre jeunesse fauchée dans ce conflit où souffle ce vent qui vient des lointaines contrées. Nous regrettons les absentes descendances de ce sang qui nous manquent tant aujourd’hui. Tous ces savants, poètes, peintres, écrivains, artistes, musiciens, ouvriers, paysans qui handicapèrent par leur absence les richesses en devenir de notre pays comme ce manque de famille dans nos communautés. Dormez en paix, le temps de la libération viendra car notre jour viendra !

Frédéric Winkler

 

 

Cérémonie pour la rénovation de la tombe de l’as Paul d’Argueef :

Pavel Vladimirovitch Argueïev (en russe : Павел Владимирович Аргеев), né le 1er mars 1887, mort le 30 octobre 1922, connu en France comme Paul d’Argueef, ou encore « l’aigle de Crimée », est un militaire et aviateur durant la Première Guerre mondiale.

Fils d’un ingénieur de la marine à vapeur, Vladimir Akimovitch Argueïev, il nait à Yalta (Crimée), suit les cours de l’académie militaire d’Odessa en 1907 et en 1909 rejoint l’Armée impériale russe comme sergent au 184e régiment d’infanterie de réserve à Varsovie. Il devient lieutenant en 1912 et passe au 29e régiment d’infanterie Tchernigov, régiment où il obtient le grade de lieutenant-colonel.

Au commencement de la guerre il se trouve en France et s’engage dans l’armée française. Par décret de 30 mai de 1914 il est intégré au 7e Régiment infanterie en tant que lieutenant au titre étranger.

Il tombe en disgrâce à la suite de son refus de sanctionner un soldat et rejoint la Légion étrangère le 12 septembre 1914 comme lieutenant. Avec le 131e R.I, il combat à la Première bataille de la Marne comme capitaine détaché ; il reçoit une blessure à la jambe mais continue le combat (23 septembre 1914) et est fait capitaine le 5 novembre . Il retourne au front en octobre, reçoit la Croix de guerre, puis est fait chevalier de la Légion d’honneur le 2 mai 1915. Il est encore blessé le 8 décembre 1914, puis à la tête le 17 avril 1915, et par éclats d’obus en février et mars 1915.

Il est alors jugé inapte pour l’infanterie et demande son transfert dans l’aviation.

Il suit l’entrainement à Pau et sert dans l’escadrille N 48 durant l’année 16. Il retourne en Russie où il sert comme capitaine dans l’armée impériale de l’air au 12e détachement de chasse le 20 octobre 1916.

Il remporte sa première victoire le 10 janvier 1917 contre un Albatros C.V ; il est as le 20 juin 1917.

En mai 1918, il revient en France : étant officier du tsar, il ne trouve pas sa place dans l’armée bolchévique. Il est affecté dans l’Escadrille La Fayette, où il termine la guerre. Sa dernière victoire intervient le 30 octobre 1918 avec 15 victoires plus deux non homologuées (en Russie). Il est fait officier de la légion d’honneur le 12 décembre 1918.

Jonas Aix

 

La chute du mur de la honte (1989-2019)

Ce mois de novembre 2019, est un mois particulier pour les Allemands. C’est la date anniversaire des 30 ans de la chute du mur de Berlin. C’était le 9 novembre 1989, et ce fut avec soulagement que le peuple Allemand pu sceller à nouveau sa réunification en détruisant ce mur, symbole de la séparation de deux idéologies se voulant antagonistes. Paradoxalement, en France en cette même année 1989, la république fêtait son bicentenaire de destruction de la France. Très symbolique en effet lorsque l’on sait que le régime communiste qui a construit ce mur de la honte, avait pour modèle idéologique la révolution de 1789 ! Cette année 1989 fut très symbolique. D’un côté la glorification de l’origine du mal à grand renfort de feux d’artifices, et de bonnets phrygiens sur les têtes de nos petits écolier de l’époque, (j’en faisais partie…) et de l’autre la destruction d’un symbole qui mettra par la suite un terme à l’une des pires idéologies du XXè siècle héritière de 1789.

Mais pas seulement ! Il serait incorrect de prêter uniquement au communisme une origine idéologique à 1789. Car le nazisme contre lequel la Russie soviétique de Staline s’est battue est aussi une idéologie ayant un socle émanant de 1789. Il y a d’ailleurs bien plus de points communs entre communisme et national-socialisme qu’on ne le pense :

Ce sont deux idéologies issues du socialisme – nazi étant le diminutif de national-socialisme -, ces deux idéologies se revendiquent du milieu ouvrier – le parti d’Hitler le NSDAP signifie : Parti national-socialiste des travailleurs allemands -, leur couleur dominante est le rouge, les deux idéologies ont pour méthode la déportation des opposants dans des camps ou goulags, elles visent également à engendrer des hommes nouveaux, une race supérieure pour l’un et une classe supérieure pour l’autre, s’inspirant toutes les deux de la logique du darwinisme. Ces deux idéologies ont instauré des partis uniques avec culte de la personnalité du dirigeant principal. S’ajoute à cela l’embrigadement de la jeunesse, avec les Jeunesses Hitlériennes pour l’un et le Komsomol pour l’autre, sans oublier leurs polices politiques respectives, Gestapo pour l’un et NKVD pour l’autre… Hitler lui-même aurait admis cette ressemblance idéologique entre le nazisme et le communisme. Hermann Rauschning, un proche d’Hitler, écrivit dans son livre Hitler m’a dit, l’aveu que le Chancelier du Reich lui aurait fait à ce sujet : « En plus, il y a plus de liens qui nous unissent au bolchevisme que d’éléments qui nous en séparent. […] Le petit bourgeois socialiste et le chef syndical ne feront jamais un national-socialiste, mais le militant communiste, oui. » (François Furet, Le Passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, 1995, Robert Laffont/Calmann Lévy, page 229)

C’est Hitler qui porte l’entière responsabilité du désastre de l’Allemagne en s’attaquant à ce géant qu’était l’URSS ! Ce qui motiva Hitler d’une telle attaque fut avant tout sa totale adhésion à la théorie du Lebensraum du géopolitologue Friedrich Ratzel. Ce Lebensraum, n’était autre que le fameux espace vital dont devait bénéficier le peuple Allemand, afin qu’il puisse s’y épanouir et y développer sa pureté raciale dans la logique eugéniste du national-socialisme. Les territoires du Lebensraum sont ceux de l’est de l’Allemagne, à savoir la Russie et les pays limitrophes qui en dépendent.

La finalité de cette désastreuse attaque téméraire, malgré les premiers succès de la Wehrmacht grâce à ses offensives éclaires, fut que les allemands n’atteignirent jamais Moscou, et qu’après le tournant de Stalingrad, ce fut au contraire l’Armée Rouge qui mena une reconquête inexorable jusqu’à Berlin. La conséquence de cette défaite cuisante pour l’Allemagne nazi fut l’expulsion de plus de 12 millions d’Allemands obligés de quitter les territoires de l’Est du fameux Lebensraum vers la frontière du territoire Allemand tel que nous le connaissons aujourd’hui. Cette expulsion mit fin à près de mille ans de présence allemande sur une partie de ces territoires. Une autre conséquence plus fâcheuse encore, c’est d’avoir permis une avancé de plus de 1000 km du communisme en Europe. Cela se soldera par le rideau de fer et le début d’une longue guerre froide entre les Etats-Unis et leurs alliés, le bloc de l’ouest, face à l’URSS et tous les pays du pacte de Varsovie, le bloc de l’est. Hitler qui était soi-disant le fer de lance de la lutte contre le bolchévisme, fut au contraire la plus belle opportunité pour les communistes d’élargir leur sphère influence en Europe !

Et le mur de Berlin fut le symbole par excellence de la victoire de la peste sur le choléra. Mais ni l’un ni l’autre n’étaient acceptables pour le peuple Allemand, comme pour le reste de l’humanité d’ailleurs. Si le nazisme a chuté depuis sa défaite en 1945, la chute du mur de Berlin en 1989, marquera aussi celle du bloc soviétique pour le plus grand soulagement du peuple Allemand réunifié.

C’est donc une date anniversaire très importante mettant un terme à ce qui avait débuté avec la révolution d’Octobre de 1917.

Mais pour nous Royalistes français, ne n’est pas suffisant. Car la matrice idéologique qui est à l’origine de la plupart des régimes totalitaires du XXè siècle n’a jamais été condamnée sérieusement encore à ce jour. Car il ne faut pas oublier que ce mur de Berlin qui fut détruit dans le soulagement en 1989, avait pour mortier les cadavres des paysans Vendéens de 1793.

Les Allemands peuvent fêter une date anniversaire de la fin d’un régime barbare, mais nous en France, a quand une date anniversaire célébrant la fin de la Vè république et de son système de « valeurs » ? A quand l’abolition du 14 juillet comme fête nationale ? A quand la renonciation définitive de l’idéologie de la philosophie des « Lumières » ?

Ce n’est qu’une question de temps…

Notre jour viendra !

P-P Blancher

 

RDV : Banquet Camelots le 1er décembre 2019 :

Outre le fait que l’occasion soit un repas, l’événement dépasse la simple table des gourmets, car au sein du Groupe d’Action Royaliste ce rendez-vous est une sorte d’agora pour nous retrouver, n’ayant pas de locaux et n’en désirant pas. Cet événement permet d’entendre des orateurs et partager quelques idées dans une bonne ambiance de rires et de chants. Nous y apprenons à nous connaître, organiser actions diverses et groupes d’études comme à préparer objectifs et stratégies. une table de presse permet d’acquérir livres et revues, objets divers et outils pour répandre nos idées. Les nouveaux venus sont accueillis et intègrent parfois nos rangs et rares sont ceux qui ne reviennent pas…

INSCRIVEZ-VOUS : contact@actionroyaliste.com

Découvrez : Le fils d’un Roi :

Cheyenne-Marie Carron est une jeune réalisatrice qui a déjà plusieurs films à son actif. On se souvient notamment de L’apôtre qui raconte la conversion d’un jeune musulman, mais aussi de Jeunesse aux cœurs ardents qui relate l’engagement dans la Légion d’un jeune gauchiste.
Convaincue depuis peu que seule la monarchie peut sauver notre pays, Cheyenne-Marie a entrepris cette année de réaliser un film sur la monarchie : Le Fils d’un Roi.

Soyons donc assurés que Le Fils d’un Roi contribuera à faire connaître la monarchie au plus grand nombre.

Note d’intention de Cheyenne-Marie Carron

Des films sur l’enracinement… la question de la spiritualité

Beaucoup de mes films et projets parlent d’enracinement, d’héritage et de quête de soi, généralement du point de vue de personnages isolés dans la société : une jeune fille issue de la DDASS (La Fille Publique ), un agriculteur en proie aux difficultés de la profession (La Morsure des Dieux), ou encore une jeune femme à la recherche d’une nouvelle façon de vivre via des traditions ancestrales (Le Corps Sauvage.) Des personnages qui me permettent de lancer des réflexions sur des sujets souvent sensibles ou tabous dans la société actuelle : que ce soit sur le fonctionnement de celle-ci, sur des modes de vie marginalisés, ou sur la question de la spiritualité.

« la monarchie permet souvent d’œuvrer à l’unité du peuple »
En discutant avec un ami, devenu monarchiste depuis, j’ai réalisé avoir retenu de l’Histoire de France ce que les programmes scolaires ont bien voulu me transmettre — généralement, en ce qui concerne le passage de la monarchie à la République, que les Rois ont tendance à être des tyrans tandis que les Révolutionnaires sont tous des héros… Mais à partir de cette discussion, j’ai pu découvrir un autre versant de notre Histoire, bien plus riche, plus complexe et plus nuancé que ce qui m’avait été enseigné jusqu’alors, ainsi que des valeurs oubliées qui mériteraient d’être rappelées à la société actuelle.

J’ai aussi réalisé que, de nos jours, la monarchie permet souvent d’œuvrer à l’unité du peuple : je pense au Royaume-Uni, ou encore à la Belgique au moment des oppositions violentes entre Wallons et Flamands, incapables de former un gouvernement pendant plusieurs mois ; et c’est notamment la figure du Roi qui a évité la dislocation du pays.

Un jeune Français retrouve ses racines et devient monarchiste en fréquentant un ami marocain
Au milieu de ces réflexions historiques et sociologiques, j’ai souhaité aller plus loin et en faire le fil directeur de ce film : dépeindre un jeune homme issu d’un milieu ouvrier, et qui porte en lui un désir de grandeur, de transcendance, l’envie d’échapper à son quotidien sans issue via l’étude de l’Histoire. Un jeune homme qui échappe au consumérisme ou à la superficialité de son temps, trouvant un sentiment de liberté et de joie via une nouvelle façon de s’éduquer auprès de son ami Élias, un jeune Marocain revendiquant la monarchie en son pays, et qui le guide dans sa découverte de l’Histoire des Rois et ses leçons.

Plus généralement, j’ai envie de faire le portrait d’adolescents à contre-courant de leur propre génération, chez qui sommeille un désir de beauté et de grandeur ; et de faire le portrait de jeunes de banlieue qui, mis à l’écart de la société, cherchent à penser celle-ci et y trouver leur juste place malgré les obstacles et les injustices qu’ils rencontrent.

lafautearousseau

La justice sociale, une exigence politique et royale ! :

La question sociale mérite que l’on y prête attention et que l’on y réponde, autant que possible et selon les règles d’une justice sociale que nombre de nos concitoyens semblent parfois avoir oubliée : il est vrai que la lecture des manuels scolaires ou universitaires démontrent une certaine négligence sur le sujet, comme on peut le constater dans les manuels de géographie de Première des nouveaux programmes qui n’évoquent la question du chômage en France, par exemple, que par le biais d’une photo ou d’un titre de presse, sans s’y attarder plus longuement, comme si les quelques cinq millions de Français confrontés à ce drame étaient destinés à l’invisibilité ! Comment pourrait-il en être autrement quand la mondialisation, vantée sous tous les angles et couplée avec une métropolisation conquérante, est présentée comme le progrès par excellence, ce progrès obligatoire et « évidemment accepté par tous » (ou presque), désormais un peu verdi par les projets dits de développement durable, un progrès auquel il faut s’adapter pour accroître « l’attractivité », nouveau maître-mot des programmes d’aménagement du territoire ? Du coup, chômeurs et territoires en déshérence ne sont plus vus que comme les « perdants de la mondialisation », formule dont, le plus souvent, on ne retient que le premier mot, péjorativement prononcé et compris comme symbole d’un échec à imputer, non au système économique ou politique, mais aux seuls chômeurs ou aux territoires désertés… Le plus grave est peut-être que cette opinion négative est intégrée par les victimes mêmes de cette situation, un peu de la même manière que lorsque les petits Bretons ou Basques étaient moqués pour leurs langues et coutumes particulières dans l’école de Jules Ferry, au nom d’un progrès qui, à l’époque, se déclinait dans les manuels scolaires sous la formule de « République une et indivisible », et qu’ils en développaient parfois un complexe d’infériorité.

 

Le mouvement des Gilets jaunes a réveillé ce « peuple des perdants » comme le nommait récemment un sociologue sans acrimonie à leur égard, et la République en a tremblé quelques semaines avant de reprendre ses mauvaises habitudes de déni social et de suffisance. Que le gouvernement nommé par M. Macron, et malgré quelques bonnes volontés en son sein qu’il ne s’agit pas de dénigrer (preuve de la complexité du régime macronien, de cet « enfer pavé de bonnes intentions » selon un de ses adversaires), apparaisse comme le « bras armé politique de la mondialisation en France », n’est pas un contresens mais bien une triste réalité qu’il s’agit, elle, de dénoncer et de vouloir changer, non par pur idéalisme, mais par souci politique de la justice sociale. Cette dernière ne naît pas naturellement du monde dirigeant et décisionnaire de l’économie, de cette oligarchie qu’il faudrait plutôt nommer ploutocratie si l’on veut être complètement honnête, mais c’est bien par le moyen du politique, de l’exercice de l’Etat qu’elle peut être respectée et honorée comme elle doit l’être. La République peut-elle être cet Etat soucieux de la justice sociale, elle qui semble parfois avoir remplacée la main de justice par la matraque de Castaner ? J’en doute, et d’autant plus depuis les débuts de cette crise sociale inédite dont notre pays n’est pas sorti depuis un an qu’elle a commencé sur les ronds-points de France.

(suite…)

Versailles, cultivons la grandeur de la France :

Et puis qu’importe les grincheux où histrions de tout poil, qui hantent les ruines des architectures bitumées des constructions mondialistes sans vie ni beauté. Ils parlent de valeurs inexistantes d’un système usé comme d’une république enlaidie par trop de sang versé. Nos travaux le démontrent chaque jour par les révélations d’une histoire étouffée, que des élites dépravées cachent à notre peuple désinformé. Le « prêt à penser » sans sève fabrique, chaque jour les cornichons à l’abri des courants d’air que dénonçait Bernanos en son temps, mais prudence, car on n’endort pas un peuple qui fut la lumière du monde, durant des siècles. Le plus humble de nos paysans, fut un seigneur, comme le plus humble artisan, un noble en son métier.

Ton sang de français, fruit de plusieurs peuples, animé de la foi, sema en terre de France, églises et cathédrales aux pointes caressant les cieux sous les nuages complices. Loin des rigueurs fragiles aux courages incertains des publicains, batteurs d’estrade, vendant promesses et mensonges, tes rois touchaient humblement les malades : le roi te touche, Dieu te guérisse. Et puis, Il est toujours bon de sortir la vérité des archives afin de confronter les incohérences de la pensée dominante. C’est tout de même sous Louis XIV que les premières allocations familiales furent distribuées, à Dunkerque :

«…les heureuses conséquences sociales, par un privilège que Louis XIV avait octroyé aux habitants de Fort-Mardyck et qui s’était perpétué. Pour peupler ce nouveau port, le Roi-Soleil avait décidé que chaque foyer qui s’y fonderait recevrait en cadeau de mariage un lopin de terre d’un demi-arpent d’ordonnance (2400m2 d’aujourd’hui), prélevé sur les dunes, et où trouverait place sa chaumière et son jardin. Si bien que la Ligue du Coin de Terre aurait dû honnêtement se mettre sous le patronage du plus absolu de nos rois ! ».

(suite…)

Pour éviter à la France la retraite à 69 ans… :

Au moment où le gouvernement français s’apprête à s’engager dans une réforme délicate sur l’avenir des retraites et leurs formes, l’Allemagne rouvre ce même dossier sous des auspices peu engageants, comme le signale Le Figaro de ce mercredi 23 octobre en ses pages « économie », sous le titre « Les Allemands devraient travailler jusqu’à 69 ans ». En fait, il s’agit d’une recommandation de la Bundesbank qui se veut prospective, au regard des perspectives démographiques et économiques : l’Allemagne connaît une démographie en berne, avec un taux de fécondité bien inférieur à celui de la France, lui-même en déclin depuis quelques années, et prévoit une élévation de l’espérance de vie globale, même si l’espérance de vie sans incapacité (en bonne santé, en somme) est, elle, mal connue ou sous-valorisée dans les travaux des économistes et des banquiers. Pourtant, « les Allemands pensaient le débat clos. La réforme de 2012, qui avait relevé par étapes de 65 à 67 ans d’ici à 2031 l’âge du départ légal en retraite après un vif débat, semblait une garantie suffisante pour la stabilité du système. » Mais, c’est une vis sans fin, et ce sont toujours les mêmes arguments qui sont évoqués par les banques et les économistes pour augmenter la pression sur le travail et les travailleurs, qu’ils soient salariés ou indépendants : ainsi, il semble que, désormais, le temps de travail payé soit condamné à s’élever toujours, quoiqu’il se passe et quoique l’on fasse.

 

Mais ce n’est pas la seule Bundesbank qui prône ce nouveau relèvement de l’âge légal de la retraite, comme le rappelle opportunément Nathalie Versieux dans l’article cité : « Plusieurs organisations – Commission européenne, FMI, OCDE – ont également recommandé à l’Allemagne de « continuer à augmenter l’âge de la retraite »  avec la hausse de l’espérance de vie, argumente de son côté la Bundesbank », trop heureuse de trouver des alliés au sommet même de l’Union européenne et de la « gouvernance » (sic !) autoproclamée de la mondialisation… Des « recommandations » que ces mêmes instances font de manière insistante, depuis de nombreuses années, pour tous les pays d’Europe mais que, en France, la population semblait ne pas prendre au sérieux jusqu’au milieu des années 2010 ! Se souvient-on que, dans l’hiver 2011, quelques membres du Groupe d’Action Royaliste organisèrent la première dénonciation dans la rue, non loin de l’église de Saint-Germain-des-Près, de la « retraite à 67 ans » que, déjà, prônaient l’Allemagne et la Commission européenne ? A l’époque, mes collègues professeurs m’assuraient que cela n’arriverait jamais en France, que c’était impossible et ils haussaient alors les épaules quand je leur citais les articles de l’époque, rares, qui évoquaient cette perspective. Et maintenant, les mêmes préfèrent se réfugier dans une sorte de fatalisme que je ne peux partager, courbant le dos en espérant que le vent du boulet ne les défrisera pas trop…

 

Il n’est pas souhaitable de suivre l’exemple allemand qui, en ce domaine comme en tant d’autres, ne peut être un modèle : la France n’est pas l’Allemagne, et l’appartenance de notre pays à la même Construction européenne ne saurait être interprétée comme une confusion entre toutes les nations y trouvant place. L’Union européenne, la mal nommée, n’est pas et ne peut être une démission des nations devant une Commission peu crédible et trop « économiste » pour être vraiment sociale et politique.

 

Il est d’abord une simple raison démographique qui évite de confondre la France avec l’Allemagne : la première, toute République qu’elle soit et malgré qu’elle le soit, a développé un modèle démographique original depuis les années 1930, qui parvient à concilier vie familiale et activité professionnelle, sans doute de manière pas totalement satisfaisante mais suffisante néanmoins pour permettre un certain équilibre démographique, ce que prouve, a contrario, le déclin provoqué par les mesures fillonistes puis hollandistes moins favorables au bon développement de notre démographie nationale. Néanmoins, et malgré les difficultés et les maladresses (?) des gouvernements, la démographie française fait preuve d’une certaine résilience, même si le taux de fécondité des Françaises d’ancienne appartenance est moins élevé que celui des Françaises de fraîche naturalisation, et il s’agit désormais de redresser ce taux dans des délais assez courts pour éviter l’élargissement d’une « vallée » démographique préjudiciable à long terme à notre pays et à son système de retraite par répartition.

 

Pour maintenir un niveau des retraites le plus socialement juste, il est trois pistes majeures sur lesquelles travailler pour tout Etat digne de ce nom : la valorisation des naissances et le bon accueil des populations naissantes et à naître ; la diminution forte du chômage des nationaux en France ; la possibilité d’un âge légal (de l’accès à la retraite) modulable selon les professions, les fonctions de chacun au sein de celles-ci et le désir, qui doit être pris en compte s’il est clairement exprimé, d’aller au-delà des limites d’âge légales pour ceux qui le souhaitent et sont reconnus médicalement et professionnellement comme susceptibles de poursuivre leur activité professionnelle usuelle dans de bonnes conditions, avec les aménagements nécessaires si besoin est… Mais il est aussi d’autres pistes à étudier comme celles d’une meilleure intégration au travail en France de ceux qui y ont étudié et dont les études ont été financées par les contribuables français, et cela pour freiner une émigration des cerveaux français vers les grandes puissances étrangères, émigration qui, en définitive, accroît les déficits publics français ; la création dans toutes les branches professionnelles dans lesquelles cela est possible de caisses de retraites autonomes, qui constituent une sorte de « patrimoine corporatif » destiné à assurer des retraites honorables à leurs cotisants sans aggraver la pression sur les fonds publics ; le « redéploiement rural » pour organiser de meilleures conditions d’accueil pour les retraités de tous niveaux de ressources dans des zones moins coûteuses pour ceux-ci ; etc. Cette liste de quelques mesures n’est évidemment pas exhaustive, mais elle cherche à prouver que ce ne sont pas les propositions qui manquent mais bien plutôt la volonté politique pour les initier et les ordonner, ou, au moins, pour les essayer…

 

En fait, la République est aujourd’hui bloquée et, plus grave encore, bloquante : quand il faudrait une véritable stratégie qui ne soit pas qu’économique et financière, mais aussi sociale et politique, aussi bien nationale qu’ouverte aux solutions provinciales ou communales, publiques comme privées, la République se contente d’une approche comptable et trop souvent « kafkaïenne » de l’immense question des retraites professionnelles, au risque de ne pas saisir les enjeux de demain et de mécontenter tout le monde sans résoudre l’épineuse question des financements nécessaires, question importante mais qu’il faut intégrer dans la question plus large de notre société, de ses équilibres et de sa pérennité historique.

 

Il n’y a pas, certes, de réponse « absolue » à la question des retraites, et la Monarchie royale n’a pas un sceptre magique qui lui permettrait de tout résoudre d’un coup et définitivement, mais l’inscription de la magistrature suprême de l’Etat dans le « temps long » peut être une garantie supplémentaire de recherche et de volonté de résolution d’une question qui risque d’être, encore, évolutive : or, le devoir du politique d’Etat est de protéger les populations qui sont sous sa souveraineté, et d’assurer au mieux les conditions, parfois difficiles à cerner, de sa prospérité, y compris face aux pressions de la mondialisation et de l’idéologie dominante parfois cruelle pour les plus faibles. A défaut de pouvoir appliquer les mêmes solutions que celles pratiquées par le saint roi Louis IX en son temps, il faut du moins retrouver au cœur de l’Etat et de sa pratique contemporaine l’esprit de justice sociale cher au monarque médiéval…

Jean-Philippe Chauvin

Petite vidéo réalisée par SACR TV sur le rejet de la retraite à 67 ans… C’était en 2011 !