Actualités

Notre patrimoine en danger :

 

Chers amis du Patrimoine,

Une fois de plus, je suis contrainte de faire une mise au point, même si je m’étais promis de ne plus m’excuser de rien.
Mais quand l’image même de l’association pour laquelle je consacre l’essentiel de ma vie depuis trois ans est mise en danger, je n’ai pas d’autre choix.

Effectivement, je me suis exprimée dans deux médias dits « d’ extrême droite  » cette semaine, mais en précisant à chaque fois qu’Urgences Patrimoine était apolitique. Les deux interviews ont été claires et objectives et en aucune façon « orientées ».
Or, l’organisateur du rassemblement de demain, qui pourtant est venu me chercher pour défendre le château de Lagny-Le-Sec, fait désormais tout pour me décrédibiliser.

Vous avez pu au jour le jour suivre mon travail et mon implication dans cette affaire. Vous savez tous que je ne compte pas mon temps ni mon argent, puisque je paye tout à titre personnel puisque personne ou presque ne fait de dons à l’association et que donc, les caisses sont vides ( ça c’est un rappel pour ceux qui croient que je vis largement grâce à UP) mais je ne peux pas tolérer qu’on mette en doute ma neutralité politique.
Notre association est « populaire » et pour moi, « le peuple » est l’ensemble des citoyens, de droite comme de gauche, jeunes ou moins jeunes, riches ou pauvres, homos ou hétéros, catholiques, athées, juifs, musulmans….. bref, tous ceux qui s’intéressent à notre cause.

Je ne peux tolérer les attaques sans fondement pour deux malheureux articles de presses ( les autres, sont de la récupération réseaux, nullement de mon fait), c’est la raison pour laquelle demain, je ne me rendrai pas au rassemblement en hommage au château.
D’ailleurs, l’organisateur parle sans cesse de manifestation, alors qu’il s’agissait vraiment d’un rassemblement pacifique, donc ce sera sans moi !
Je laisse le libre choix à mes amis et délégués de s’y rendre, mais refuse que notre image soit associée à une démarche politique et contestataire, qui a l’air d’être l’idée véhiculée par l’organisateur à travers son média « Picardie Populaire » .

Dès demain je m’en vais donc m’occuper de sauver de la démolition l’église de la Nièvre que j’ai négligé depuis trois semaines et préparer le dossier pour les partenariats si nous voulons nous rendre au Salon international du Patrimoine au Carrousel du Louvre une troisième fois. Concernant Lagny-le-Sec, nous continuons à nous intéresser de près à tous les vices de procédures pour que ce « crime » ne soit pas impuni, grâce à certains de nos brillants membres, professionnels du Patrimoine ou juristes. Mais cela se fera en interne, puisque nous sommes visiblement bons à « jeter aux chiens » pour certains.

Alexandra Sobczak
Présidente d’Urgences Patrimoine

Le GAR sur Radio courtoisie :

Mardi 6 juin, dans le cadre de l’émission « Le libre journal du droit et des libertés », Jean-Philippe Chauvin, professeur d’histoire-géographie ; Frédéric Winkler, président du Groupe d’Action Royaliste et directeur des Camelots du Roi ; Daniel Heck, notaire ainsi que SAR Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, étaient les invités d’Olivier Tournafond pour une émission intitulée « La monarchie est-elle une solution ? » et diffusée en direct sur Radio Courtoisie.

Pour écouter ou réécouter cette émission, cliquez ICI

Le message de la légende du Roi Arthur :

Une réalité derrière la légende du Roi Arthur ?
Le film de Guy Ritchie se voit couronné en première tête du box-office de cette fin du mois de mai. Ne faisons pas de conclusion hâtive, mais rassurons-nous de l’intérêt porté par les français à nos traditions légendaires. Le film n’en demeure pas moins un merveilleux voyage en terres celtiques, il retrace le parcours mythologique nécessaire à la mise en relief des personnages et à l’immersion totale du spectateur.
Mais au-delà du spectacle que reste-t-il ? Quel message porte cette légende ?
Ne sommes-nous pas aussi en des temps troublés et n’assistons-nous pas aussi aux convoitises pathétiques du pouvoir ?
Ces rentiers de la politique asservis au grand patronat, à la finance et aux lobbies habiles amènent les français de tous bords désormais au désespoir de voir renaitre un jour une incarnation du pouvoir qui soit sincère, responsable, indépendante et juste. La république en serait-elle capable ? Gageons que c’est la dernière chance que les Français ont accordé à cette dernière en soutenant un candidat « sans » casseroles politiciennes et « sans » attaches aux partis politiques. Ne soyons tout de même pas dupe que la république a fabriqué de toutes pièces M. Macron comme un phœnix séduisant pour renaitre des cendres de l’UMPS… Et dans cinq ans, nul doute que le système sera à nouveau à bout de souffle, et nous saurons rappeler aux oreilles attentives notre intransigeance avec cette république.


Mais cette incarnation que les français attendent, n’est pas le mirage macron, car la France a connu Henry IV, François Ier, Louis XIV, et d’autres grands Rois qui ont fait notre nation, quand leurs avatars républicains, bien moins vertueux, la défont chaque jour un peu plus…


Alors il faut savoir s’animer de mythologie et de foi comme d’un soutien sur le chemin difficile de la vérité pour enfin rendre justice à notre histoire. Nos ancêtres n’ont-ils pas bâtit des cathédrales pour s’élever vers le ciel même en sachant que jamais ils n’en verraient l’achèvement ? Nous pouvons nous interroger sur ce qu’il nous resterait à contempler aujourd’hui si nos ancêtres s’étaient crû si intelligent que nous-même à refuser la part d’irréel et d’invisible qui nous entoure… Le mystique et la croyance sont des conditions indispensables au dépassement de l’homme, et à sa capacité à ne pas s’arrêter à une réalité souvent trop contraignante, pour envisager et se projeter sur des projets qui le dépassent.


Le film illustre très bien le destin du Roi qui, seul légitime à gouverner doit assumer le pouvoir comme un fardeau, comme un quête à accomplir, une mission divine, plutôt qu’une expérience éphémère et intéressée de la politique. Diriger un pays ne peut-être qu’une vocation, et une vocation est un appel à réaliser une mission, donc cela ne peut être un choix délibéré, c’est le cas de l’héritier qui est appelé à exercer une fonction du mieux qu’il le pourra et le plus humblement possible avant d’appeler à son tour son fils à honorer l’héritage laissé. On dit souvent que les meilleurs chefs sont ceux qui n’ont pas voulu du pouvoir, et cela est probablement vrai dans la mesure où la quête du pouvoir à travers les campagnes présidentielles évoquent chez les meilleurs candidats les pires réflexes et bassesses. Au-delà d’un spectacle pathétique, les qualités nécessaires à la course au pouvoir (ambition, alliances courtisanes, financements occultes, etc.) ne sont pas celles requises par un véritable chef d’Etat. Alors le système du suffrage universel est tronqué dans son fondement, et l’on voit bien que malgré la volonté du général De Gaulle d’épargner la cinquième république du joug des partis, ces derniers n’ont jamais été aussi nuisibles et corrompus. Ce n’est donc pas une nième république qui changera la donne.


Il faudra enfin que nous nous réconcilions avec l’idée monarchique, car elle semble bien être la seule chance qu’il restera à la France, une fois que l’oligarchie au pouvoir sera à bout de souffle et commencera à manquer de ressources pour maintenir l’illusion de la démocratie.


Il faudra enfin accepter qu’un pays comme la France ne se gère pas sur cinq ans, que les poulains des partis politiques manquent terriblement d’engagement et de conviction.
Et que notre pays se gouverne sur un temps long, que la gestion économique, sociale, l’éducation, la santé, doivent se rapprocher du peuple par une décentralisation véritable des institutions. Le Roi est le garant des institutions, le peuple en est l’acteur ; il faut enfin une véritable démocratie locale et participative au niveau communale et régionale.
Il faut pour finir un Roi pour son peuple et un peuple pour son Roi.


Fanfan

Quand le cynisme des puissants entraîne la mort de nos emplois : le cas de GM&S Industry, à La Souterraine :

La situation sociale en France est explosive, et ce n’est pas forcément une simple image : dans la Creuse, à La Souterraine, les salariés de l’équipementier automobile GM&S Industry menacent de faire sauter leur usine si les constructeurs, et en particulier Renault, ne s’engagent pas pour maintenir un volume de commandes suffisant pour pérenniser l’entreprise et les emplois. En fait, ce n’est pas la première fois que des ouvriers menacés de licenciement utilisent cette méthode, certes rude mais souvent seul moyen pour faire entendre leur désespoir et leurs revendications près d’une République plus intéressée par les dividendes attendus de la mondialisation et, parfois, par ceux des actionnaires (« un fonds de commerce électoral », selon un politologue, non par le nombre mais par leurs « dons » aux partis politiques), que par le maintien d’emplois considérés comme « inadaptés » à la nouvelle Division internationale des processus productifs qui tend à transformer la France en un pays de « services » sans industries… La même thématique mondialisatrice, que je qualifierai de « fataliste », nourrissait le discours de M. Macron devant les ouvriers de Whirlpool, déjà oubliés par les politiciens en quête de succès électoraux quand il vaudrait mieux quelques réussites économiques pour pousser quelques avancées sociales aujourd’hui bien nécessaires au moral public du pays et de ses travailleurs.

Ce qui est particulièrement choquant dans cette nouvelle affaire, c’est que, selon le négociateur de crise et gestionnaire de transition, le site est parfaitement viable, mais c’est Renault qui semble bloquer toute possibilité de pérennisation de l’activité, sans doute parce que M. Ghosn, patron payé grassement et de façon démesurée au regard de la manière dont il traite les salariés de son groupe, cherche toujours la meilleure profitabilité pour les actionnaires et non pour les ouvriers : son cynisme de grand féodal libéral est une mauvaise nouvelle pour qui est soucieux de justice sociale, mais il est la coqueluche des milieux financiers et des classes dominantes « asociales ». Certains trouveront mon propos exagéré ? Ce qui l’est, réellement, c’est l’indécence sous couvert de stratégie économique de certains grands capitaines d’industrie qui négligent les devoirs sociaux de leur situation avantageuse !

La fermeture définitive de cette usine entraînerait la disparition de 280 emplois directs mais, selon le premier adjoint à la mairie de La Souterraine et président de la communauté de communes de l’Ouest creusois, M. Lejeune, dans un entretien cité par Le Figaro sur son site électronique, et il ajoute : « A l’échelle de la communauté, sur un bassin de 25.000 emplois, ce sont 800 personnes qui sont concernées indirectement. (…) Il faut bien être conscient que si les salariés se retrouvent au chômage, compte tenu de leur compétence et de la place de l’industrie automobile dans les alentours, on ne pourra rien leur proposer comme emploi similaire ».

Alors, peut-on laisser faire sans réagir ? Dans la logique libérale actuelle ne sont prévues, en général, que quelques indemnités pour les salariés et des propositions de travail pas toujours adaptées ni aux travailleurs ni au bassin d’emplois local. C’est, évidemment, peu satisfaisant pour les premiers concernés, et cela risque d’aggraver un peu plus la fracture territoriale qui se traduit par une colère de moins en moins sourde et, au contraire, fort bruyante des personnes lors des élections générales.

Si le rôle de l’État n’est pas de tout faire ni de produire par lui-même, il a néanmoins le devoir d’assurer le maintien et le développement des activités productives prioritairement nécessaires au pays, et de préserver les conditions d’une bonne répartition des revenus entre les différentes catégories professionnelles selon leur qualité et leur quantité de travail. La justice sociale ne doit pas être une option dans la politique économique de notre nation mais bien une obligation morale et politique tout à la fois, qui doit motiver l’État et ceux qui l’incarnent et le servent. Il n’est pas certain que la République, trop souvent serve de l’Argent et de sa logique impitoyable, soit le régime le plus approprié pour imposer aux féodalités financières et économiques cette élémentaire et nécessaire justice sociale : quand la Monarchie n’hésite pas à emprisonner Fouquet, la République, elle, s’incline trop souvent devant Mammon

Jean-Philippe Chauvin

 

 

 

 

 

Quand l’Union européenne trahit les ouvriers français… et les autres ! :

Dimanche soir, toute l’Europe (du moins les gouvernements européens de l’Union et ses institutions) était « macroniste » : l’ancien ministre de l’économie de François Hollande était celui que tous semblaient espérer et tous voyaient en lui le nouveau sauveur de la construction européenne, et le disaient, le clamaient à l’unisson. Mais, une fois les lampions précocement éteints, l’Union européenne, comme dégrisée, dénonce la volonté affirmée dans son programme d’une certaine régulation de la mondialisation, ce qui est tout de même fort de café au regard de la situation actuelle, en particulier de l’usine Whirlpool et de la délocalisation spéculative pratiquée par la multinationale états-unienne, opération qui laisse plus de 280 personnes sur le carreau, sans compter les intérimaires et les sous-traitants.

Dans son édition du mercredi 10 mai et en ses pages économiques, Le Figaro (sous la plume de Jean-Jacques Mével) évoque de quoi il retourne, sans donner tort à M. Macron dans ce qui s’annonce comme l’un des premiers bras de fer du nouveau président avec Bruxelles et, peut-être, Berlin : « Emmanuel Macron jure qu’il ne soutient ni « la mondialisation naïve », ni le libre-échange à tout va. Et c’est un projet littéralement protectionniste du président élu qui commence à semer le trouble à Bruxelles, à Berlin et dans d’autres capitales du nord de l’UE : réserver les marchés publics du Vieux Continent aux entreprises qui localisent la moitié au moins de leur production sur le sol européen. » Fichtre ! Le grand mot est lancé, celui que M. Hollande vouait l’autre jour aux gémonies : protectionnisme.

En fait, ce « protectionnisme » évoqué par Le Figaro n’est pas un protectionnisme national mais bien plutôt un protectionnisme européen, que le journal rebaptise, comme pour enfoncer le clou, « patriotisme économique », formule jadis utilisée par M. de Villepin, aujourd’hui soutien du nouveau président. Mais, européen ou non, c’est toujours un sacrilège économique pour les grands prêtres de la mondialisation, qui voit dans cette proposition de M. Macron « une solution de facilité d’inspiration populiste », selon la formule lâchée, à en croire le quotidien de droite, « au plus haut de la Commission » (Juncker ? Moscovici ?). « C’est surtout le credo libéral que suit rigoureusement la Commission Juncker, en publiant ce mercredi ses « Réflexions sur une reprise en main de la mondialisation » (…).

« Le document (…) reconnaît que « le revenu réel des classes moyennes a stagné dans l’UE durant la dernière décennie », avec un risque réel que « les inégalités s’accroissent encore, en même temps que la polarisation sociale ». La mondialisation et l’accélération technologique ne sont pas des mutations de tout repos. »

Ainsi, la Commission, dans sa grande bonté, « reconnaît » les conséquences sociales ennuyeuses de la mondialisation mais, surtout, pas question de toucher à ce tabou des temps (et des élites, ou supposées telles ?) contemporains : le dogme avant tout, l’idéologie d’abord, et tant pis pour les nouveaux « vaincus de l’intégration mondiale », qui pourront toujours se recycler dans une profession uberisée ou numérisée… Ce cynisme fait froid dans le dos, et il prépare les colères de demain, que cette même Commission qualifiera, avec une moue dégoûtée, de « populismes ».

Les dirigeants des institutions de l’Union européenne affirment ainsi que les évolutions en cours, y compris dans leurs aspects les plus socialement injustes, « ne peuvent être ni stoppées, ni inversées », ce qui me semble faire preuve d’un grand fatalisme et d’une absence de volonté (et de courage) dont, pourtant et a contrario, les mêmes n’hésitent pas à faire montre quand il s’agit d’appeler les États (dont, au premier rang, la France) à mener les fameuses « réformes » qui doivent libéraliser un peu plus la vie économique et sociale, au risque de créer de nouveaux déséquilibres et de nouveaux drames sociaux sur nos territoires.

Le texte de la Commission poursuit : « Si nous fermons nos frontières, les autres feront de même et tout le monde se retrouvera perdant », argument désormais classique des libre-échangistes et qui semble oublier que, hors d’Europe, la plupart des pays protègent leurs industries et leurs marchés des intrusions qui leur semblent menacer leurs propres populations et souveraineté économique. C’est ce dernier point que, d’ailleurs, souligne le journaliste : « L’idée, inscrite noir sur blanc dans le programme du candidat à l’Élysée, n’est pas nouvelle. L’État chinois et d’autres géants pratiquent le patriotisme économique sans arrière-pensée. Les États-Unis appliquent leur Buy American Act depuis 1933, quand l’instauration de barrières commerciales devait accélérer la sortie de la Dépression. Lors d’un autre passage à vide, un demi-siècle plus tard, le président Reagan a élargi la préférence nationale à l’industrie du transport de masse.(…)

« La classe politique française, à défaut de maîtriser la mondialisation, se remémore à chaque élection qu’elle pourrait user de la commande publique comme un bras armé, notamment dans les transports et les chantiers d’infrastructure. » Cette proposition, si elle ne peut assurer à elle toute seule une stratégie économique face à la mondialisation, a au moins le mérite de remettre le politique et l’État au cœur du jeu, permettant la préservation des intérêts de l’économie nationale et des salariés français, ce qui n’est tout de même pas négligeable, me semble-t-il !

En tout cas, ce qui est certain, c’est que le nouveau président va devoir batailler ferme pour tenir ce qui n’était jusqu’alors qu’une promesse de campagne : si le protectionnisme européen n’est pas la solution idéale (et les salariés de Whirlpool en sont bien conscients, puisque le pays, la Pologne, qui va accueillir leurs machines et leurs emplois délocalisés appartient à l’Union européenne…), il peut apparaître comme une première protection utile pour maintenir une part du travail en France et garantir des règles sociales un peu plus favorables aux ouvriers français qu’aujourd’hui.

A l’inverse, si M. Macron cède aux oukases libre-échangistes de Bruxelles (et de Berlin ?), son quinquennat ne sera que la triste continuation du précédent et il n’aura aucune excuse à mes yeux et à mon cœur de royaliste social. Le test est d’importance : au-delà du président fraîchement élu, il concerne l’avenir économique et, en particulier, industriel de la France pour les décennies à venir.

Mais, il faudra sans doute penser plus loin que ce protectionnisme-là, pas totalement satisfaisant, et, dans le même temps, produire et consommer plus local…

Jean-Philippe Chauvin

 

 

 

L’enseignement du vote « Macron » :

Et voilà ! Nous avons un enfant de la finance internationale à la tête de notre pays. Emmanuel Macron, le petit banquier hystérique en réunion et habile en débat, qui est en quelque sorte l’antithèse parfaite d’un Saint Louis. D’un autre côté, qu’attendre de plus comme gouvernant pour une démocratie qui a renié toute espérance spirituelle pour se complaire en une société matérialiste et hédoniste ?

Néanmoins, le vote Macron suscite une multitude d’interrogations. Emmanuel Macron est apparu du jour au lendemain sur la scène politique au sein du gouvernement Hollande, alors que personne n’en avait entendu parler jusqu’à présent, du moins sur la scène proprement politique. Le 6 avril 2016, il créé son propre parti « En Marche », dont les initiales rappellent les siennes personnelles. Et à peine un an plus tard, lors d’une présidentielle 2017 qui semblait promise à d’autres, il passe le premier tour aux côtés de Marine le Pen, et est élu président au second tour ! Etrange et fulgurante ascension. Surtout lorsque l’on voit la campagne médiocre qu’il a fait. Lui qui qualifiait la Guyane, « d’île », lui qui se disait un jour socialiste et le lendemain avouait qu’il ne l’était plus. Il n’a d’ailleurs aucune réelle expérience politique. Diplômé de l’ENA en 2004, il devient inspecteur des finances avant de commencer en 2008 une carrière de banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. Membre du Parti socialiste entre 2006 et 2009, il est nommé secrétaire général adjoint au cabinet du président de la République française auprès de François Hollande en 2012 puis ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique en 2014 dans le gouvernement Manuel Valls II. Bref, voilà un personnage qui ne connaît rien à la vie quotidienne des Français en général, de ce « pays réel » dont il semble être l’antithèse même.

(suite…)

Quelle métamorphose institutionnelle pour la France ? Partie 2 : La Monarchie pour la métamorphose :

La métamorphose de la représentation civique et de la vie politique, et parlementaire sans doute après le 18 juin prochain (second tour des élections législatives), requiert une intervention politique aussi bien pour l’ordonner que pour la stimuler, mais aussi pour en brider les débordements chaotiques : or, il n’est pas certain que la forme républicaine de l’État soit la plus adaptée à ce grand chantier institutionnel, à cette métamorphose souhaitée par beaucoup et souhaitable pour tous, et M. Macron lui-même montrait, dans un entretien publié dans la revue Le1 en juillet 2015, combien la démocratie actuelle « comporte toujours une forme d’incomplétude » en République par l’absence de « verticalité », de cette « figure du Roi » qui répond à la demande d’émotion et d’union dans une nation, dans un ensemble collectif issu de l’histoire et acteur de celle-ci. A moins de rendre à la fonction d’arbitre suprême l’indépendance de fait et de naissance que procure le mode de succession héréditaire déjà appliqué dans sept États de l’Union européenne, la métamorphose institutionnelle ne peut se réaliser pleinement !

Ainsi, la France aurait, à son tour, tout à gagner de l’établissement d’un véritable régime mixte : un État monarchique royal en son sommet, arbitre et protecteur de républiques provinciales, communales et professionnelles, dotées les unes et les autres de vrais pouvoirs, législatifs ou de négociation, particuliers. Ce qu’a réussi, au moins pour les régions de son royaume, le roi Juan Carlos en Espagne dans les années inaugurales de son règne, en bouleversant l’organisation interne de son royaume et en réactivant les autonomies et les citoyennetés provinciales. C’est cette « révolution politique des territoires et de leurs pouvoirs », par le moyen de ces nouvelles institutions monarchiques et enracinées dans l’histoire de la nation qu’il s’agit de promouvoir, ne serait-ce que pour « éloigner » le Pouvoir d’État des citoyens eux-mêmes, non pas pour les déposséder de leur citoyenneté effective et sensible, mais au contraire pour leur permettre un véritable épanouissement civique et personnel dans le cadre d’un meilleur équilibre des rapports entre la Direction générale de la nation et les libertés publiques locales.

Ces nouvelles agoras, ces républiques françaises sont demandées par le corps électoral, de façon parfois rude et souvent inconsciente, et la Monarchie fédérative des pays et peuples de France peut apporter quelques forts éléments de réponse aux attentes françaises que certains peuvent qualifier de « démocratiques » sans que cela ne me choque, loin de là : je suis fidèle à la pensée de La Tour du Pin qui souhaitait la Monarchie dans l’État, et la démocratie dans les provinces et les communes, avec l’utilisation des compétences à tous les étages sans qu’elles prennent le pas sur l’autorité royale et les libertés publiques (compétences qu’ils qualifiaient d’aristocratiques au sens grec du terme).

La métamorphose institutionnelle, si elle veut être à la fois utile et efficace, ne peut se faire que dans un cadre monarchique « fédératif », ce que me signalait fortement l’écrivain Marcel Jullian (1) en me déclarant que c’était le moyen privilégié pour « rendre leur citoyenneté complète à tous les citoyens français » et cela sans nuire à l’unité française qui, en définitive, ne doit pas être confondue, comme l’a trop longtemps fait et continue à le faire la République, avec « l’indivisibilité », synonyme d’uniformité et non de l’inaliénabilité et de l’intégralité du pays que, d’ailleurs, la République est bien incapable d’assurer sur le long terme, comme le prouve l’histoire des deux derniers siècles et une actualité cruelle et récente…

Jean-Philippe Chauvin

Notes : (1) : Marcel Jullian, (1922-2004), co-scénariste de « La grande vadrouille » et président de la deuxième chaîne de télévision publique entre 1975 et 1978.

Quelle métamorphose institutionnelle pour la France ? Partie 1 : le processus en cours :

L’élection présidentielle, toujours en cours, l’a abondamment montré et démontré une fois encore : il y a un malaise dans la représentation et la vie politique de notre pays. Est-ce, en définitive, propre à la France ? Pas vraiment ! Nombre de nos démocraties occidentales connaissent les mêmes symptômes de contestation interne ou de désaffection : ligues ou lignes populistes ; poussées des dissidences et des marges, parfois issues des deux bords de l’échiquier politique ; abstentionnisme important ; volatilité des électorats ; crise, voire éclatement des grands partis traditionnels…

En somme, les basses eaux idéologiques que nous connaissons actuellement, l’affaiblissement de nombre d’institutions sociales ou la perte de crédit de l’État, trop souvent impuissant face aux grands enjeux économiques et sociaux (voire environnementaux), sont en train de perturber les fondements mêmes de notre système politique. De toute évidence, et sans attendre le soir des élections législatives du 18 juin prochain, celui-ci est en pleine recomposition, voire en décomposition. Il parvient surtout de moins en moins à engendrer de véritables enthousiasmes collectifs et le ralliement des principaux ténors du paysage politique français au candidat Emmanuel Macron ressemble plus à de la peur ou à de l’intérêt partisan qu’à une adhésion d’espérance. Par conséquent, ce système politicien tout autant que politique ne peut plus tout à fait prétendre seul au monopole du lien et du débat civiques.

A bien des égards, et au regard de la situation (presque) inédite de finalistes présidentiels issus de partis « hors système » dans le sens où leur représentation parlementaire est, pour l’heure, marginale et « en rupture » avec les structures partisanes classiques et dominantes, nous voyons les grands appareils de partis ne tenir debout que par routine et par la « contrainte de structure », désormais insuffisante (au regard des résultats électoraux), de la démocratie parlementaire de la Cinquième République.

Sans doute voyons-nous se développer (1), sans toujours bien l’appréhender, le remplacement des anciennes références idéologiques par des appartenances moins rigides (quoique…) mais plus « concrètes », davantage reliées à la vie sociale, communale et professionnelle, et à des formes d’identité qui renvoient aussi à des fondations ou à des mythes fondateurs parfois anciens, que cela soit dans le cadre provincial (aujourd’hui bien différent du cadre administratif régional), national ou dans celui de l’imaginaire « révolutionnaire », voire religieux, mais aussi dans celui du social et d’une nostalgie d’une période qualifiée, sans trop de discernement, de « Trente Glorieuses », sorte de nouvel âge d’or mythique de la société française s’intégrant alors dans une société de consommation qui n’avait pas encore tranché le lien avec les racines françaises… Nostalgie du monde de Jacques Tati et de celui, simultané, de Guy Lux…

Mais ces appartenances et allégeances diverses, provinciales en particulier, celles-ci revivifiées depuis les années 1960 après deux siècles de centralisation administrative en France, mais également sociales et, même, face aux vents de la mondialisation, nationales, ces deux dernières se conjuguant en un populisme à plusieurs têtes (Mélenchon et Le Pen sûrement… peut-être même Macron, en faveur des classes moyennes ?), exigent une nouvelle modalité de représentation pluraliste institutionnelle, qui tienne aussi compte des risques de dérives communautaristes et s’attache à les éviter, ou à les « intégrer » à la Communauté nationale de vie et de destin.

Jean-Philippe Chauvin

(à suivre : la Monarchie, meilleure forme politique de la métamorphose institutionnelle ?)

Notes : (1) : en fait, le processus a débuté il y a déjà un bon moment, et je l’évoquais déjà dans les années 1990-2000… Nous arrivons peut-être désormais à l’aube de son épanouissement visible, à moins qu’il ne soit déjà en cours de maturité…

 

Le protectionnisme, première définition :

La quinzaine qui s’annonce promet d’être sportive et pas forcément très équilibrée sur les plans politicien et médiatique : le candidat Macron, déjà adoubé par la Bourse et les banques au regard de la bonne journée des valeurs financières le lendemain du premier tour, a reçu le soutien d’une grande partie de la classe politique, syndicale et patronale, dans une sorte de consensus qui rappelle l’union sacrée de 2005 pour la Constitution européenne, union qui avait, en définitive, liguées toutes les contestations en un « Non » puissant et finalement victorieux.

Durant cette quinzaine, les arguments des partisans de M. Macron seront principalement « européens et économiques », même si le candidat en appelle désormais aux « patriotes » contre « les nationalistes » que représenterait son adversaire et les « eurosceptiques » qui la soutiendraient, étiquettes faciles et un peu simplistes, du moins si l’on prend la peine de définir les mots que l’on emploie, ce qu’évitent soigneusement de faire MM. Hollande, Cambadélis et consorts. Mais au-delà du nationalisme supposé de Mme Le Pen, c’est aujourd’hui le protectionnisme qui semble le plus morigéné et dénoncé par l’actuel locataire de l’Élysée et les milieux patronaux, avec une violence parfois surprenante : cette ardeur aurait pourtant mérité meilleur usage, en particulier face aux délocalisations des multinationales comme Mittal et Whirlpool, et contre le chômage qui ronge aussi sûrement notre pays que l’endettement public notre crédibilité en Union européenne…

Je ne considère pas, quant à moi, que le protectionnisme soit un gros mot ni un grand mal comme l’affirme M. Hollande : c’est bien plutôt une politique d’État de stratégie économique qui peut être crédible et même utile si on l’accompagne d’une politique industrielle intelligente et volontariste, et d’un aménagement équilibré et équitable des territoires et terroirs de France, y compris outre-mer. Il ne s’agit pas de supprimer le libre-échange, mais de l’encadrer rigoureusement et d’en limiter les aspects sociaux et environnementaux qui nuisent aux travailleurs comme aux espaces et aux espèces : c’est, en somme, la reconnaissance que la justice sociale ne doit pas être sacrifiée aux intérêts financiers et à la spéculation, et que la nation peut jouer un rôle protecteur par des lois qui, sans forcément nuire à l’initiative privée, empêchent celle-ci de dériver en égoïsme destructeur et oublieux des devoirs sociaux des puissances industrielles et économiques.

Cela n’est évidemment possible que si l’État se donne les moyens de sa politique, et qu’il est capable de recréer les conditions économiques mais aussi sociales internes favorables à la remontée en puissance du pays face aux grandes féodalités multinationales : cela passe par le retour effectif du politique face à l’économique et par la reconstruction d’un État digne de ce nom, véritable « Louis XIV » face aux « Fouquet » de notre temps. En ce domaine comme en d’autres, « Politique d’abord » !

Jean-Philippe Chauvin

(à suivre : quelques arguments supplémentaires pour un protectionnisme solidaire, éminemment politique et intelligent…)