Actualités

Le protectionnisme, première définition :

La quinzaine qui s’annonce promet d’être sportive et pas forcément très équilibrée sur les plans politicien et médiatique : le candidat Macron, déjà adoubé par la Bourse et les banques au regard de la bonne journée des valeurs financières le lendemain du premier tour, a reçu le soutien d’une grande partie de la classe politique, syndicale et patronale, dans une sorte de consensus qui rappelle l’union sacrée de 2005 pour la Constitution européenne, union qui avait, en définitive, liguées toutes les contestations en un « Non » puissant et finalement victorieux.

Durant cette quinzaine, les arguments des partisans de M. Macron seront principalement « européens et économiques », même si le candidat en appelle désormais aux « patriotes » contre « les nationalistes » que représenterait son adversaire et les « eurosceptiques » qui la soutiendraient, étiquettes faciles et un peu simplistes, du moins si l’on prend la peine de définir les mots que l’on emploie, ce qu’évitent soigneusement de faire MM. Hollande, Cambadélis et consorts. Mais au-delà du nationalisme supposé de Mme Le Pen, c’est aujourd’hui le protectionnisme qui semble le plus morigéné et dénoncé par l’actuel locataire de l’Élysée et les milieux patronaux, avec une violence parfois surprenante : cette ardeur aurait pourtant mérité meilleur usage, en particulier face aux délocalisations des multinationales comme Mittal et Whirlpool, et contre le chômage qui ronge aussi sûrement notre pays que l’endettement public notre crédibilité en Union européenne…

Je ne considère pas, quant à moi, que le protectionnisme soit un gros mot ni un grand mal comme l’affirme M. Hollande : c’est bien plutôt une politique d’État de stratégie économique qui peut être crédible et même utile si on l’accompagne d’une politique industrielle intelligente et volontariste, et d’un aménagement équilibré et équitable des territoires et terroirs de France, y compris outre-mer. Il ne s’agit pas de supprimer le libre-échange, mais de l’encadrer rigoureusement et d’en limiter les aspects sociaux et environnementaux qui nuisent aux travailleurs comme aux espaces et aux espèces : c’est, en somme, la reconnaissance que la justice sociale ne doit pas être sacrifiée aux intérêts financiers et à la spéculation, et que la nation peut jouer un rôle protecteur par des lois qui, sans forcément nuire à l’initiative privée, empêchent celle-ci de dériver en égoïsme destructeur et oublieux des devoirs sociaux des puissances industrielles et économiques.

Cela n’est évidemment possible que si l’État se donne les moyens de sa politique, et qu’il est capable de recréer les conditions économiques mais aussi sociales internes favorables à la remontée en puissance du pays face aux grandes féodalités multinationales : cela passe par le retour effectif du politique face à l’économique et par la reconstruction d’un État digne de ce nom, véritable « Louis XIV » face aux « Fouquet » de notre temps. En ce domaine comme en d’autres, « Politique d’abord » !

Jean-Philippe Chauvin

(à suivre : quelques arguments supplémentaires pour un protectionnisme solidaire, éminemment politique et intelligent…)

 

La Présidentielle, entre déceptions et trahisons : et si l’on sortait de ce piège ? :

L’élection présidentielle a montré, une fois de plus, la grande division des Français : « la France écartelée », titrait Politique Magazine il y a quelques semaines, et ce titre résume tout, en définitive, d’une situation politique qui n’est jamais rien d’autre que la conséquence d’un système électoral mais plus encore, d’un régime qui livre la « première place », la magistrature suprême de l’État, aux jeux électoraux et de clientèles. Ainsi, à chaque soirée électorale, l’on assiste aux mêmes scènes, l’allégresse des uns nourrissant le désespoir des autres, voire la colère. Hier, les libéraux de Droite se trouvaient dans la pire des situations, et il leur fallut boire un breuvage bien amer, avant que la coupe de ciguë du « ralliement » ne vienne achever leurs dernières espérances d’une cohabitation qui, pourtant (si elle a lieu, ce que rien ne laisse présager en ce moment), aggravera plus encore l’affaiblissement d’un État déjà bien amoindri dans son autorité par quelques décennies de renoncement et d’indécision. Mais les antilibéraux de Gauche n’étaient guère à la fête non plus, ayant cru en une élection dont ils condamnaient pourtant le système et la finalité mis en place par le fondateur de la Cinquième République, et se trouvant réduits désormais à ne devoir plus être considérés que comme une force d’appoint pour un candidat qui représente l’exact inverse de ce pour quoi ils se battent depuis tant d’années… On peut comprendre que ce rôle écrit d’avance et imposé par une oligarchie plus européenne que spécifiquement française ne leur convienne pas et qu’ils rechignent, à la suite de leur candidat, à se rallier au « candidat de l’Europe » comme le nomment, pour mieux le louer et le vendre à l’électorat, les grands médias du pays et de l’Occident, de New-York à Bruxelles, de Berlin à Francfort.

 

Cette élection, quoiqu’il arrive le 7 mai et lors des législatives suivantes, fera plus de mécontents que d’heureux, et la « démocratie des satisfaits » entraînera plus de frustrations et de colères encore qu’auparavant : les réactions au soir du vote du 23 avril le démontrent à l’envi, en particulier si l’on prend le temps d’écouter la parole des cafetiers et de leurs clients, travailleurs du matin, commis voyageurs ou retraités, celle de ce « pays réel » dont certains se moquent ou, même, nient l’existence…

 

L’élu du 7 mai prochain, quel qu’il soit, ne connaîtra sans doute pas d’état de grâce, et c’est bien l’instabilité et la colère permanente qui risquent de dominer le prochain quinquennat, avec une Union européenne qui, déjà, réclame des réformes « adaptées à l’intégration européenne » (selon les termes des membres de la Commission européenne et de la BCE) encore plus libérales, toujours au nom de la réduction des déficits, de cette immense dette publique dont notre pays ne sait comment se débarrasser, faute d’une stratégie économique et sociale de long terme. « L’Europe intrusive » ne pense désormais plus que les pays qui la composent, dont de vieilles nations historiques comme la France, puissent s’émanciper, et elle insiste, d’ailleurs, pour que cela ne soit plus possible, y compris à rebours de l’opinion des peuples et de la simple liberté des États pourtant nécessaire à toute harmonie politique et géopolitique. Or, cette forme de suzeraineté européenne, qui va à l’encontre des souverainetés, qu’elles soient dites nationales ou populaires, n’est pas satisfaisante ni saine, et elle est grosse de conflits, sociaux comme politiques, qui pourraient bien même remettre en cause l’Union européenne, ses pratiques comme ses formes, voire sa « légitimité » (mais existe-t-elle vraiment ?) et son existence. « Tout empire périra », nous rappelle l’histoire, et cette construction qui se fait (ou se veut) impériale (M. Dominique Strauss-Kahn parlait, en 2005, de « l’empire européen ») risque bien de connaître le sort de ses prédécesseurs, de l’empire romain au COMECON, cette « autre construction européenne » qui a disparu en même temps que l’Union soviétique…

 

Les royalistes ne se satisferont pas du résultat du 7 mai prochain, et ils ne peuvent être satisfaits de cette République qui, aujourd’hui comme depuis si longtemps, sacrifie les intérêts de notre pays et de ses citoyens pour des chimères et des causes qui ne sont pas nôtres ni, même, proprement européennes au sens politique du terme. L’alternance qui nous a été tant vantée ces dernières années n’aura pas lieu mais sans doute aussi n’était-elle pas l’alternative à cette politique qui ne fonctionne plus depuis des décennies…

 

Il faudra bien, un jour, repenser la politique et préparer une alternative qui ne soit pas le simple négatif de ce qui est aujourd’hui : en ce sens aussi, la Monarchie active pour laquelle nous militons contre vents et marées nous semble la seule alternative crédible et efficace, pour « le moins mauvais des régimes », alternative royale à laquelle travaille le Groupe d’Action Royaliste avec d’autant plus d’ardeur qu’elle nous paraît nécessaire, mais aussi urgente…

 

Alors, regardons au-delà du 7 mai et, aujourd’hui et demain, sachons nous faire entendre et travaillons à royaliser le pays pour préparer le recours royal ! « L’avenir dure longtemps » : il nous, il vous appartient de le faire savoir !

Jean-Philippe Chauvin

 

 

 

 

 

 

La question environnementale, grande oubliée de la campagne présidentielle :

La question environnementale n’a pas été beaucoup évoquée durant cette campagne, encore moins peut-être qu’il y a cinq ans et beaucoup moins, bien sûr, qu’en 2007, apogée de la préoccupation écologique en France grâce à l’activisme de Nicolas Hulot et à son Pacte pour l’environnement qu’il avait fait signer aux principaux candidats. Certes, quelques prétendants à l’Elysée revendiquent une part d’écologie dans leurs programmes mais les grands médias n’ont guère insisté sur ce thème, et la question fut proprement éludée lors des débats majeurs de la présidentielle, hormis, peut-être, sur le sujet du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et sur ceux de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables.

Ainsi, l’artificialisation des terres et des littoraux peut continuer dans la plus grande indifférence, les candidats prônant une « croissance » qui, par nature, ne peut que poursuivre son grignotage rapide des terres arables et des espaces sauvages au nom de l’emploi ou de la « nécessaire attractivité des territoires » censée être un moteur de l’économie du pays dans la mondialisation, alors qu’elle n’en est plus que l’alibi facile à l’efficacité pas exactement démontrée… C’est bien le piège de cette mondialisation qui enlaidit le local au nom d’un global dont on peut légitimement s’inquiéter des tenants et des aboutissants, et qui sert des intérêts privés, « capitalistiques », formes contemporaines du nouvel âge féodal qui profitent de l’affaiblissement des États, de leurs moyens d’action et de leur autorité politique. Même chose pour la question des semences et des OGM, rappelée dans un livre récent cosigné par Pierre Rabhi et Juliette Duquesne (1), et qui devrait être un véritable thème de campagne si nos candidats voyaient plus loin que le simple quinquennat à venir : il s’agit là du nécessaire maintien de la biodiversité végétale et agricole face à la standardisation et à la privatisation du vivant par de grandes sociétés multinationales qui produisent des semences à l’obsolescence programmée, dégénérant dès la deuxième génération et obligeant les agriculteurs à les racheter chaque année. Mais non, nos « grands candidats » ne s’en soucient guère, et la grande presse, celle qui désormais décide (y compris électroniquement et sur la toile, par le biais d’une nouvelle censure peu sympathique) de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas, au risque d’étouffer certaines informations dérangeantes et quelques contestations naissantes, n’a pas l’intention de soulever le problème. « Dis-moi qui te paye, et je saurai ce que tu penses », pourrait-on ironiser…

Ces quelques exemples prouvent à l’envi que le souci environnemental ne trouve pas vraiment sa place dans le choc de la présidentielle qui agite notre pays, et il nous faut le regretter. Mais la République peut-elle vraiment être « écologiste » ? En fait, le temps court du quinquennat n’est pas adapté aux enjeux ni aux stratégies à mettre en place qui, dans le domaine de l’environnement, nécessitent le temps long d’une ou de plusieurs générations : en somme, c’est la continuité (qui n’est pas l’immobilisme) d’une dynastie qui n’a pas à se soucier des lendemains électoraux, qui apparaît la mieux à même d’enraciner le souci environnemental dans la durée et dans l’État lui-même.

Si nous sommes royalistes, c’est aussi parce que nous sommes logiques en politique et que nous considérons que l’écologie ne peut être intégrale que par son inscription dans une politique qui n’est pas celle du simple « moment » mais de « l’éternité » humaine : pour que les générations qui nous suivent puissent respirer librement et vivre sur une planète encore vivable, tout simplement.

La France, si elle veut agir chez elle et donner l’exemple d’une écologie efficace au monde, a tout intérêt à renouer avec la tradition monarchique : qu’une fleur, le lys, soit son symbole historique, n’est-ce pas, en définitive, révélateur et, surtout, prometteur ?

Jean-Philippe Chauvin

Notes : (1) Pierre Rabhi, Juliette Duquesne, « Les semences, un patrimoine vital en voie de disparition », Presses du Châtelet, 2017.

 

Communiqué : Pour qui faut-il voter à la présidentielle ? :

Pour qui faut-il voter pour les présidentielles ? Notre réponse à cette question va être très claire. Vous croyez au système et êtes persuadé qu’il peut encore offrir des possibilités d’actions pour résoudre nos problèmes et sortir la France du marasme dans lequel elle patauge depuis trop longtemps déjà ? Si c’est le cas, alors n’hésitez pas, continuez à mettre votre petit bulletin dans l’urne avec le nom d’un des onze candidats que la république vous impose. Candidats que vous ne connaissez ni d’Adam ni d’Eve, mais ce n’est pas grave, candidats quand même !

Maintenant si vous êtes sceptique quant à la viabilité de cette forme de pseudo-démocratie, scepticisme accentué par votre royalisme par exemple, alors analysons les choses : Ne croyez-vous pas que les problèmes des cités, de l’immigration, du chômage, de l’insécurité…etc. auraient pu être résolus depuis bien longtemps déjà ? En politique tout est possible ! Mais ça ne sera jamais dans la logique des partis, pour qui, ces problèmes en sont le moteur. En conséquence, qu’attendre de plus de la part des partis politiques ? Croyez-vous réellement qu’un chef de parti au pouvoir, arborant de ce fait le titre de président de la république, est réellement indépendant dans ses actions pour la mise en œuvre de son programme politique pour lequel il fut élu ? (Sauf si sa victoire et le fruit d’une punition contre un autre candidat…) Un président en Vè république est tout sauf indépendant. Il ne fait pas ce qu’il veut, mais doit au contraire se soumettre aux lobbies en tout genre qui dictent sa politique.

Danielle Mitterrand en fit l’aveu dans une interview :

« Après 1981, je demandais à François Mitterrand : Pourquoi maintenant que tu as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque Mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir.

J’appris ainsi qu’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant quatorze ans.

En France, on élit, et les élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposées et dont nous n’avons jamais voulu. »

On se souvient également du discours de François Hollande du 22 janvier 2012 au Bourget lorsqu’il annonçait que son principal adversaire était la finance internationale. Au final après avoir été élu, sa politique allait plus dans le sens de cette finance qu’à son encontre ! Ce qui expliqua en partie son impopularité.

Sans oublier ce cher Jacques Chirac qui fit un semblant de démonstration de force et d’indépendance, en refusant de s’associer à nos chers « amis » américains dans leur guerre en Irak. Avec Dans le secret des présidents, le journaliste Vincent Nouzille raconte la manière dont l’administration Bush a fait payer 5,5 milliards de dollars (4 milliard d’euros) à la France comme prix de sa « trahison » lors du déclenchement de la guerre en Irak en 2003. Une somme lâchée sous pression par Jacques Chirac lors de la renégociation de la dette irakienne, alors qu’il l’avait initialement refusée. Un prix tenu quasiment secret et qui n’a fait aucun débat en France. On imagine l’utilité qu’aurait pu avoir ces 4 milliards d’euros pour notre pays, mais les intérêts américains ont plus de valeurs….

Mais ça n’a rien d’étonnant, quelque-soit les présidents qui viendront dans l’avenir, et ce, jusqu’à l’abolition de la cinquième république, ils seront tous soumis aux divers lobbies et grandes puissances mondiales qui contrôlent en partie notre pays. Il n’y a rien à attendre d’une république en France, envisager une VIè, VIIè, VIIIè république etc…, ne servira à rien ! Ce système est trop faible et inadaptée.

Voter pour un candidat en Vè rèpublique, c’est voter pour une marionnette qui ne sera que le valet des vrais puissances qui nous gouvernent réellement depuis bien trop longtemps déjà ! A force de lâcheté, de trahison et de soumission, c’est devenu une pratique constante ! Et c’est certainement pas les candidats qui n’ont jamais été au pouvoir qui changeront la done, justement parce que novice en la matière ils en seront d’autant plus manipulables. La mascarade des présidentielles n’est que du vent, un peu comme une mauvaise pub, vous présentant une belle cabane de jardin pour enfants et lorsque vous la recevez chez vous, on est plus proche de la vieille niche à chien !

Alors pour qui faut-il voter ? Tout simplement pour personne ! Ce n’est pas d’un vote dit « utile » dont nous avons besoin, mais d’un réel changement de régime politique. Mais ce changement ne se fera que tardivement si tous les contestataires cherchent encore vainement à mettre de l’essence pour alimenter le moteur d’une voiture qui n’a plus de roues…

L’abstention c’est faire le jeu du système disent certains, car ça permet aux candidats traditionnels de perdurer. Certes, mais entre nous, si c’est seulement 2 millions de personnes qui votent pour un candidat accédant au pouvoir, sur une population de 65 millions d’habitants, il est clair que sa légitimité disparaîtra totalement, car on ne pourra plus parler de « loi de la majorité ». Et il suffira que le gouvernement de ce candidat-président fasse passer une mauvaise loi pour que ça tourne au vinaigre…

L’abstention, quand elle est massive, c’est faire perdre toute légitimité et toute crédibilité au gouvernement au pouvoir. Ce gouvernement devient de ce fait totalement fragilisé, et tout ne tient qu’à un fil ! Mais continuer à voter, comme s’apprêtent à le faire beaucoup de ceux se disant « antisystèmes », c’est légitimer le gouvernement qui en découlera et renforcera par la même la république. Car au final, ils se diront : « Les français y croient encore ! », donc autant continuer ! Et pendant ce temps, le pays s’effondre un peu plus chaque jour….

Victimes de ce syndrome que l’on rencontre si souvent dans les casinos, où un joueur persuadé qu’il gagnera le « Jackpot », met sa pièce dans la machine à sous, tire sur le manche et….perd ! Mais ce n’est pas grave, se dit-il, la prochaine sera la bonne ! Il se motive à volonté, mais la prochaine, il perd aussi ! Il ne voit pas le temps passer et au final, après s’être littéralement ruiné, il constate qu’il a bel et bien perdu ! Mais ce n’est pas grave, se dit-il, la prochaine fois sera la bonne, attendons la fin du mois, histoire de se renflouer…

Malheureusement ce genre de scénario est très courant dans les jeux d’argent des casinos, et nous savons pertinemment où peut mener ce sinistre cercle infernal basé essentiellement sur l’espoir éventuel d’un hypothétique « jackpot » !

Ce qui est d’autant plus triste dans ce symptôme d’addiction aux jeux, c’est qu’il apparaît également parmi les électeurs ! Ils se persuadent que le parti pour lequel ils ont voté passera, ils mettent alors leur bulletin en encourageant un maximum de personnes autour d’eux à en faire de même. Mais malheureusement, leur parti ne gagne pas ! Tant pis se disent-ils, on remettra ça dans cinq ans ! Tout en se satisfaisant malgré tout du score élevé de leur parti ! Mais le FN, car c’est bel et bien de ce parti qu’il s’agit car incarnant un éventuel espoir, celui-là même qui revendique concentrer « toutes » les forces nationalistes et patriotiques ; le FN depuis 1972, n’a jamais fait mieux que franchir, presque par accident, le cap d’un 1er tour de présidentielle en 2002 ! Mais ce n’est pas grave, disent ses zélateurs ! Dans cinq ans, on remet ça ! Et puis si ça ne passe pas, et bien on recommencera dans cinq ans ! Et ainsi de suite jusqu’à la fin des temps… Et si le FN passe un jour, peut-être en 2017, que constaterez-vous ? Et bien que Marine ne vaudra pas mieux que les autres parce que Marine sera comme les autres, soumise à ceux dénoncé par Danielle Mitterrand dans son interview. Et lorsque vous demanderez à Marine (ou un autre candidat) pourquoi maintenant que vous avez le pouvoir ne faites-vous pas ce que vous aviez promis ? Elle vous formulera la même réponse que François Mitterrand à sa femme !

Cette démocratie est obsolète, nous devons passer à une vraie démocratie. Quelle démocratie ?

Une démocratie qui sera l’émanation de ce qui fut de tout temps chez les peuples libres, de la Grèce antique où naquirent toutes les réflexions sur les systèmes humains de gouvernement au canevas historique de notre nation. Il faut bien comprendre que nous sommes à un carrefour de notre destin. Les modes de communication moderne, l’évolution des peuples par l’assujettissement naïf aux ordres d’un mondialisme plus manipulateur que jamais, entraînent les peuples vers l’esclavage. Il est donc important qu’une libération comme d’une reprise en main du pouvoir citoyen intervienne avant qu’il ne soit trop tard. Donc c’est au sein des petites communautés, où les gens se connaissent que la démocratie reprend son efficacité pleine et entière. Ainsi toute nomination, toute décision locale devra-t-elle être décidé en direct par une convocation de la population afin d’éviter toute lenteur administrative polluante et fatigante.  Dans ce type de consultation, disparaitront naturellement les parasites politiques (droite et gauche) qui avant manipulaient l’opinion. Ce qui n’empêchera nullement l’existence des partis politiques, qui deviendront plus des clubs ou associations politiques, et se cantonneront à une sphère d’influence éventuelle dans la population. Pourquoi, parce que les citoyens décideraient directement ce qui les concerne et ne seraient plus à choisir un programme politique restrictif et étouffant pour plusieurs années. On déciderait du réel et non plus en fonction d’une planification partisane. Le maire qui avant pouvait être d’une tendance, se verrait alors renforcé par une considération nouvelle, faite sur ses qualités, sur l’homme et plus sur sa couleur éphémère de carte partisane !

De ce fait des bulletins de doléances seront disponibles dans chaque Mairies (Ou téléchargeable sur internet sur le site de la mairie et devant être remis ensuite en main propre à la mairie). Nous proposons trois types de bulletin :

–              Un bulletin pour les propositions à l’échelle de sa commune ou de son quartier ou son arrondissement.

–              Un bulletin à l’échelle de la région. Chaque région sera représentée par une assemblée qui constituera une sorte de gouvernement régional décentralisé. Il y aura autant de régions que d’assemblées régionales localisées dans les plus importantes villes de chaque région. (Lyon pour la région Rhône-Alpes, Bordeaux pour la région Aquitaine…etc.)

Les régions de l’actuelle république, identités bureaucratiques et sans âmes, devront laisser place aux provinces réelles. Les départements, inventions de la Révolution et d’ailleurs aujourd’hui moribonds, devront être supprimés et remplacés par des « districts de régence » regroupant les principales intercommunalités. Enfin les communes, en nombre extravagant (35 000 !) doivent être regroupées en fonction des actuelles communautés d’agglomération. Tout l’actuel millefeuille politico-administratif de la république doit être très sévèrement épurés et réformés. Il faut alléger l’administration devenue étouffante et finalement inefficace.

Des assemblée provinciales pourront être crées sous le contrôle d’un intendant du Roi. Les préfets, valets de la république, doivent être abolis.

–              Et un dernier bulletin pour les propositions à l’échelle nationale, pouvant aboutir à des référendums si besoin.

Voilà en gros ce que pourrait être une vraie démocratie dans notre pays au sein d’un Royaume. Plutôt que de voter inutilement pour un candidat à la haute fonction de l’état sur lequel on n’aura aucun contrôle une fois qu’il sera au pouvoir !

ABSTENTION AUX PRESIDENTIELLES ET ABOLITION DE LA Vè REPUBLIQUE !

Voilà ce qu’est être antisystème !

Notre Jour Viendra !

Groupe d’Action Royaliste

CRITIQUE DE LA Vè REPUBLIQUE :

La mascarade des présidentielles – Entretien avec J-P Chauvin :

Petit entretien avec Jean-Philippe Chauvin, militant et vice-président du Groupe d’Action Royaliste, sur la mascarade des présidentielles.

1:00 – 1- Que penser des présidentielles en général ? N’y-a-t’il pas mieux en matière de démocratie ?
4:16 – 2 – Quel rôle peuvent avoir les Royalistes dans ce genre d’élection ? Voter à la présidentielle est-ce vraiment utile ?
6:35 – 3 – S’il y avait un Roi en France, les Français ne voteraient plus pour un représentant à la place suprême, est-ce selon vous un bienfait ou une perte considérable ?
9:30 – 4 – Après avoir été élu le candidat, devenu président, aime à rappeler qu’il incarne l’unité du pays et qu’il représente tous les français. Que pensez-vous de cette définition faite par les présidents eux-mêmes ?
12:10 – 5 – Le mot « Fraternité » se trouve dans la devise républicaine, alors que les présidentielles sont au contraire une démonstration de la divisions des partis, et donc des Français. Selon vous par quoi faudrait-il remplacer les partis politiques ?

Nous voulons la vraie Monarchie, pas sa caricature !

La Monarchie est souvent citée en ce moment, querelle présidentielle oblige,  mais il y a erreur des partisans de la Sixième République sur le sens et la portée de ce mot et des institutions qu’elle peut définir en France. La « monarchie présidentielle » évoquée par M. Mélenchon n’est pas une monarchie au sens historique du terme, elle n’en est que la caricature, et elle semble être une monocratie quinquennale renouvelable plutôt qu’une monarchie héréditaire et successible telle que l’a connue la France et telle que les royalistes le souhaitent.

La monocratie, c’est le pouvoir d’un homme de parti qui gouverne sans autre légitimité que celle, provisoire et désormais toujours contestée, du suffrage universel, que cela soit directement ou par le biais de la représentation démocratique et parlementaire. Le président peut se croire Antigone, mais il n’est que Créon, et il manque à l’élu, parfois présenté comme « homme providentiel », cette hauteur donnée par la liberté originelle de la Couronne qu’elle doit à son mode de transmission, la succession héréditaire. Né fils de roi et « presque roi », devenu entièrement roi par l’effacement de son prédécesseur (par la mort ou le renoncement), le monarque ne doit rien aux intrigues et aux alliances électorales, et il peut, au cours de son règne, « supporter » (mais non pas soutenir, gare à la confusion !) des gouvernements de tendance différente et antagoniste de l’un à l’autre, sans être soumis à l’un comme à l’autre. L’indépendance royale, dans la Monarchie à la française, n’est pas un obstacle à la direction du pays mais une garantie de la continuité de l’État et de sa permanence malgré les aléas de la vie politique et parlementaire : un gouvernement peut tomber, avoir failli ou être en difficulté, la magistrature suprême de l’État est toujours là, visible et active. C’est une présence rassurante en des temps qui le sont moins…

Quand la monocratie personnalise le pouvoir présidentiel à l’extrême, la Monarchie le « familiarise » et le monarque incarne le pouvoir arbitral sans se confondre avec l’arbitraire et avec un parti quel qu’il soit : si le portrait du roi peut trôner dans les administrations et les salles municipales, il n’est pas une affiche électorale permanente comme le dénonçaient jadis quelques militants opposés au président du moment quand celui-ci était candidat à sa propre réélection (ce qui n’est pas le cas avec l’actuel locataire en fin de bail de l’Élysée).

La confusion entre monocratie et monarchie, confusion entretenue (parfois de bonne foi, d’ailleurs) par les partisans de MM. Mélenchon et Hamon, est néanmoins compréhensible, non au regard de la réalité historique mais au regard de l’image que certains (fort nombreux, au demeurant) se font de la Monarchie elle-même qu’ils confondent avec l’apparat que la République a récupéré sans pour autant en comprendre toujours le sens et la portée qu’il pouvait avoir sous la Monarchie absolue de François Ier à Louis XVI, voire au-delà avec la Restauration : quand la Monarchie pense le prestige comme un moyen de gouverner et de se représenter aux yeux des autres États en assumant la part de « spectaculaire utile » qui, d’ailleurs, peut survivre à travers un riche patrimoine aujourd’hui devenu attraction touristique (un des atouts de la France…), la République se l’approprie sous la forme d’avantages privés avec, parfois, quelques corruptions certaines qui émaillent la longue suite des Républiques sans s’en défaire autrement qu’en promesses et qu’en paroles… Est-il nécessaire de donner des noms ? Cette dernière décennie présidentielle a de quoi remplir encore quelques gazettes à scandales et tant d’éprouvettes à indignations…

Non, décidément, la République n’est pas la Monarchie royale : se battre « contre la Monarchie » n’a pas grand sens dans notre pays, surtout si c’est juste l’alibi pour renouer avec les mauvais précédents de la Troisième et de la Quatrième Républiques… La Cinquième, si elle peut parfois emprunter quelques aspects de la Monarchie (et parfois les meilleurs, comme un hommage du vice à la vertu) et si elle a pu vouloir, par la volonté de son fondateur, renouer avec une tradition monarchique d’autorité et de liberté de l’État, reste bien une République, malgré tout : c’est d’ailleurs ce dernier aspect-là du régime né en 1958 qui, en grignotant peu à peu les vestiges de la logique capétienne remise en valeur par le général de Gaulle, a motivé l’effacement de moins en moins discret de notre pays sur la scène diplomatique mondiale, processus accéléré depuis une décennie à travers les deux quinquennats successifs de MM. Sarkozy et Hollande.

En fait, contrairement à une idée reçue et évidemment fausse, ce n’est pas d’un excès de Monarchie dont souffre la France aujourd’hui mais, bien au contraire, d’une républicanisation de plus en plus accentuée des institutions, de cette déresponsabilisation contemporaine de la magistrature suprême de l’État au risque de ne plus assumer les fonctions qui devraient être les siennes : ce n’est pas, soulignons-le, une bonne nouvelle, ni pour l’État ni pour la nation et encore moins pour les peuples de France…

Jean-Philippe Chauvin

 

Remettre la France en ordre avec la Monarchie :

Dans sa campagne pour les présidentielles 2017, Marine le Pen s’engage à remettre la France en ordre en 5 ans ! En 5 ans, voici ce qu’elle propose :

Remettre notre souveraineté en ordre : retrouver notre indépendance territoriale, monétaire, économique et législative ;

Remettre notre sécurité en ordre : restaurer un Etat fort et rétablir l’ordre républicain partout ;

Remettre nos institutions en ordre : instaurer un référendum populaire et une juste représentation parlementaire

Remettre nos valeurs en ordre : réaffirmer les valeurs françaises et les règles de la laïcité ;

Remettre notre économie en ordre : valoriser le travail, défendre le pouvoir d’achat et développer l’emploi français ;

Remettre notre système fiscal en ordre : Organiser la justice fiscale et l’efficacité dans la gestion de l’argent public ;

Remettre la santé en ordre : Sauver la Sécurité sociale et garantir les retraites ;

Remettre l’école en ordre : Promouvoir une école et des formations de grande qualité.

Remettre notre diplomatie en ordre : Retrouver une diplomatie influente au service de la puissance du pays.

Certes, le projet en lui-même est plutôt sympathique, mais c’est ce qui s’appelle avoir les yeux plus gros que le ventre ! Non Marine, vous ne pourrez pas remettre en ordre la France en 5 ans, parce que le système dans lequel vous évoluez et que vous défendez corps et âme ne vous le permettra pas ! Il en va de même pour les autres partis d’ailleurs.

Nous savons qu’il est plus facile de détruire que de construire. Dès lors comment supposer qu’en l’espace de cinq ans, un parti ayant éventuellement les compétences et la maîtrise d’une politique de Salut-Public, puisse réellement y parvenir ? Comment en cinq ans peut-on relever un pays dont la destruction s’est amorcée depuis 1789 ? Et quand bien même ce parti en question y parviendrait, comment être sûr que dans cinq ans il reprendra le pouvoir ?  Si les français ne désirent pas, comme à l’accoutumé, voter pour l’opposition, afin de punir pour quelques réformes maladroites ! Sans parler des lois qui auront été votées, puis annulées afin d’en voter d’autres coïncidant avec l’idéologie du nouveau parti au pouvoir, etc. etc. Sans oublier que la république n’est pas indépendante. Qu’elle est soumise à une poignée de lobbies qui mettront un frein à toute évolution concrète d’une politique de Salut-Public.

N’oubliez pas Marine le témoignage de Danielle Mitterrand :

« Après 1981, je demandais à François Mitterrand : Pourquoi maintenant que tu as le pouvoir ne fais-tu pas ce que tu avais promis ? Il me répondait qu’il n’avait pas le pouvoir d’affronter la Banque Mondiale, le capitalisme, le néolibéralisme. Qu’il avait gagné un gouvernement mais non pas le pouvoir.

J’appris ainsi qu’être le gouvernement, être président, ne sert pas à grand-chose dans ces sociétés sujettes, soumises au capitalisme. J’ai vécu l’expérience directement durant quatorze ans.

En France, on élit, et les élus font des lois qu’ils n’ont jamais proposées et dont nous n’avons jamais voulu. »

Quelques soit les idées politiques salvatrices, elles ne pourront être efficaces qu’en dehors de tout système électoral visant l’accession au pouvoir suprême d’une idéologie incarnée au sein d’un parti. Il faut une politique stable et durable sachant œuvrer efficacement dans la durée. Et la Vème république en est l’antithèse la plus parfaite ! Pas de salut possible avec le règne des partis !

Donc Marine, si vous voulez vraiment remettre la France en ordre, commencez d’abord par renoncer vous-même aux principes qui régissent le désordre : la république et ses pseudo-valeurs ! La France en ordre ? Oui, mais seulement avec la Monarchie et en plus de cinq ans.

P-P Blancher

« Les partis sont des organismes publiquement, officiellement constitués de manière à tuer dans les âmes le sens de la vérité et de la justice »

Simone Veil

L’Inde permet la technologie de l’énergie libre :

L’Inde ne supprimera pas la génératrice d’énergie libre TEWARI,

L’Inde considère que son propre programme d’énergie libre, est une question de fierté nationale, et est tout à fait disposé à risquer de se mettre à dos les pays du pétrodollar, en apportant son support au générateur AC sans réaction synchrone (RLG) inventé par son propre citoyen, Paramahamsa Tewari, un ingénieur électricien, et ancien directeur exécutif du Nuclear Power Corporation of India.

Il y a des années, Tewari a également démontré les théories à l’intérieur du moteur homopolaire de Bruce de Palma, qui le premier a exposé cet écrivain dans le monde des technologies de l’énergie libre.

De toute évidence, un pays ne peut pas mettre en œuvre son propre programme d’énergie libre, sans tenir compte de toutes les conséquences possibles, y compris une intervention militaire des pays du pétrodollar, par exemple l’Arabie Saoudite, le Royaume-Uni, les États-Unis. Voilà pourquoi l’Inde a aligné son propre programme militaire avec celui de la Russie qui actuellement se tient debout, avec les pays du BRICS, contre la cabale Nazioniste qui impose toutes sortes de sanctions pour le détruire.

L’alliance BRICS dans le passé, a promis de libérer toutes les technologies supprimées, par exemple, l’énergie libre, pour notre utilisation responsable. On dirait qu’ils respectent leur parole.

Dernière nouvelle : un générateur «over-unité» sans réaction inventé en Inde

« Une ère de nombreuses générations passe; nos machines seront alimentées par une puissance disponible à tous les points de l’univers « . Nikola Tesla

( Évolution Collective) Un générateur synchrone AC sans réaction (RLG), a été inventé par Paramahamsa Tewari, ingénieur électricien et ancien directeur exécutif de Nuclear Power Corporation of India. Son expérience comprend la gestion de projets d’ingéniérie, pour la construction de centrales nucléaires.

L’efficacité des modèles qu’il a construits, et qui ont également été construits et testés de façon indépendante, est aussi élevée que 250%.

(suite…)

Les ouvriers oubliés de la présidentielle et de la République :

Doit-on parler de la question ouvrière en 2017 ? Elle est, en tout cas, l’une des grandes absentes du débat présidentiel, comme si elle n’était qu’une annexe mineure des débats économiques et sociaux, et qu’elle n’avait plus de sens sur la scène politique française. Il est vrai que les ouvriers ne représentent plus « que » 5 millions de personnes environ, et que leur nombre s’effrite chaque année un peu plus devant l’avancée de la robotisation, les délocalisations et la poussée permanente de la tertiarisation des sociétés. Le monde paysan a connu le même processus de déperdition numérique et d’effacement de sa visibilité aux yeux de nos contemporains depuis plus d’un siècle, processus accéléré par les fameuses « Trente Glorieuses » et le triomphe de la société de consommation depuis les années 1960 en France comme dans le reste de l’Europe. Aujourd’hui, les ouvriers sont quasiment effacés de la représentation médiatique de notre société contemporaine, et l’éclat de rire des chroniqueurs de M. Ruquier devant le candidat d’extrême-gauche Philippe Poutou, un authentique ouvrier industriel, signifiait, d’une certaine manière, le congé que la Gauche donne désormais à une classe productrice manuelle qu’elle ne veut plus reconnaître en France, si ce n’est comme une masse pourvoyeuse de votes populistes… L’ouvrier français n’est-il pas, effectivement, la « mauvaise conscience » d’une Gauche qui, jadis ouvriériste, a préféré les sirènes de l’altérité lointaine ou exotique à la défense et pérennisation d’une classe de travailleurs un peu trop proches et parfois attachés à des traditions qui leur donnaient « corps et sens » dans une société qui « du passé fait table rase » ?

Pourtant, il y aurait de quoi débattre et proposer sur les conditions de formation, d’accès à l’emploi ou des pratiques et calendrier de travail, voire sur le cadre industriel ou sur l’organisation des chantiers, etc. Sans oublier les questions salariale et de la pénibilité du travail dans certains secteurs d’activité (industrie, bâtiment, etc.), et celle de la santé des ouvriers, dont l’espérance de vie générale serait de sept ans moins élevée que celle des cadres ou des enseignants, tandis que leur espérance de vie sans incapacité majeure ou « en bonne santé » (trop peu évoquée et pourtant beaucoup plus significative) serait encore plus éloignée de celle des salariés du tertiaire…

Souvent, la question ouvrière n’est abordée qu’au moment des fermetures d’usines, quand il est déjà trop tard pour sauver les emplois eux-mêmes, et sous l’angle d’une désindustrialisation qui serait dans le cours du temps et dans la logique de la mondialisation, et contre laquelle certains nous expliquent doctement qu’il est inutile de lutter… Les ouvriers sont les grands sacrifiés de la mondialisation, et ce n’est pas seulement vrai en France ! La condition ouvrière dans les pays ateliers d’Asie ou d’ailleurs n’a rien à envier à celle que décrivaient Zola, London et Simone Weil en leurs temps respectifs… Et celle des ouvriers français de 2017 est désormais fort dépendante des intérêts et des spéculations de quelques financiers ou actionnaires qui ne laissent s’installer les unités de production que là où ils seront sûrs de faire les meilleurs bénéfices, sans trop regarder au sort de ceux qui leur permettront ces dividendes de plus en plus souvent fruits d’une exploitation brutale des travailleurs locaux.

Alors, que faire ? Doit-on se résoudre à l’abandon des classes ouvrières françaises pour complaire aux investisseurs ? Doit-on s’empêcher de penser aux améliorations possibles des conditions de travail en France ? Sûrement pas ! Et le vieux royaliste social que je suis espère bien que la question ouvrière ne sera pas vue sous un angle seulement économiste ou compassionnel mais qu’elle sera posée dans des termes de mieux-être au travail, de qualité et d’intégration dans les nouveaux équilibres écologiques et sanitaires, ne serait-ce que pour permettre aux ouvriers d’usine comme du bâtiment (entres autres) d’espérer vivre mieux et plus longtemps au regard des chiffres d’aujourd’hui, y compris après la période professionnelle.

Non, la question ouvrière, qui peut se décliner en multiples questions professionnelles, productives et sanitaires, ne doit pas être négligée, ni dans cette campagne présidentielle ni hors et après celle-ci ! Sans doute faudra-t-il la rappeler régulièrement aux hommes politiques qui ont tendance à ne voir que les chiffres et à oublier ceux, les ouvriers, qui leur donnent de la consistance par leur rude travail quotidien.

Dans l’histoire, et sauf quelques notables exceptions comme celle du Front Populaire (avec les erreurs, voire les fautes de celui-ci dont les conséquences se firent sur le long terme et au dépens de la France comme de ses travailleurs) mais aussi de l’époque gaullienne, la République n’a guère eu beaucoup d’égards envers les ouvriers, préférant les fusiller en 1848 à Paris comme en 1908 à Draveil, puis les matraquer ensuite avant que de les juger et condamner ces dernières années pour mieux décourager toute colère et toute contestation ouvrières.

En ouvrant une ancienne brochure royaliste des années 1900, je tombe sur ces quelques phrases auxquelles j’avoue souscrire entièrement, en attendant mieux encore par l’action politique et la conquête sociale : « Les intérêts du Roi et de la classe ouvrière sont confondus. Le Roi exilé, c’est la classe ouvrière maintenue dans la servitude ; le Roi sur le Trône, c’est l’abolition du prolétariat, c’est le droit de cité restitué à la classe ouvrière ». Oui, le droit de cité, le droit de se faire entendre et respecter par les forces financières et industrielles, et celui d’être écoutée et, éventuellement et autant que faire se peut, soutenue par une classe politique qui, aujourd’hui, préfère parler de « valeurs de la République » mythiques plutôt que de préserver les intérêts concrets des ouvriers, ceux d’ici et de maintenant.

Puisque la République ne veut pas assurer la défense ouvrière française, il faudra bien que les royalistes, sociaux par nature, assument avec d’autres (qu’ils soient de droite ou de gauche, des marges ou des centres, syndicalistes ou indépendants), cette régence-là, en préparant le recours à cette Monarchie qui, pour s’enraciner, se devra d’être sociale et politique à la fois, juste et forte, protectrice et fédératrice. En un mot : royale !

Jean-Philippe Chauvin

 

Quand le darwinisme agroalimentaire fait le malheur des agriculteurs :

Le Salon de l’agriculture vient d’ouvrir ces portes samedi dans un climat morose pour les campagnes françaises et ceux qui en travaillent la terre : 2016 a été une « année noire pour la « ferme France » », comme le titre La Croix dans son édition dominicale. Ce que l’on peut illustrer, par exemple, par le fait inquiétant que « le nombre de défaillances dans le secteur du lait n’a cessé d’augmenter l’an dernier. (…) Elles ont fait un bond de 30 %, la Bretagne étant même en première ligne avec 100 entreprises d’élevage en redressement ou liquidation, deux fois plus qu’en 2015 » (Le Figaro, samedi 25-dimanche 26 février 2017). « Nombre d’agriculteurs travaillent à perte », est-il écrit dans ce même article… Et La Croix de renchérir en soulignant que « près de 132.000 (exploitants agricoles) – soit le tiers de l’effectif global – auraient touché, cette année-là (2015), un salaire inférieur à 354 euros mensuels, soit moins que le Revenu de solidarité active (RSA) ». Oui, vous avez bien lu : moins de 354 euros mensuels pour des personnes qui travaillent souvent plus de 50 heures par semaine ! Un véritable scandale qui ne s’est pas démenti en 2016, bien évidemment… C’est une situation économique et sociale difficilement tenable, mais qui, malgré tous les plans et toutes les promesses gouvernementales, est devenue structurelle, comme si la République avait, là aussi, baissé les bras et cédé devant des pressions et des habitudes économiques liées à la mondialisation et au capitalisme dominant et « néo-féodal » (le sens du service en moins).

Car il faut bien désigner ce qui a rendu possible cette situation épouvantable pour les hommes et femmes des champs et des étables : un capitalisme débridé qui ne compte qu’en termes comptables et de profits démesurés, aux dépens du travail et des travailleurs, mais aussi des animaux, des végétaux et des espaces rapportés à leurs potentialités productives, sans regard ni pour l’environnement ni pour la biodiversité locale, pourtant souvent adaptée, sur le plan agricole, à son milieu d’origine et d’exploitation parfois multiséculaire. Ce capitalisme prend les formes du productivisme et d’une sorte de « darwinisme agroalimentaire » qui réduit à quelques espèces seulement le catalogue des plantes et des bêtes agricoles : sait-on que, chaque année, plusieurs dizaines de milliers d’espèces végétales et animales disparaissent de par le monde et que, pour la plupart, ce sont des espèces agricoles ? En France même, si l’on s’intéresse au bétail, il sera facile de constater les ravages de cette sélection qui n’a rien de naturelle… D’ailleurs, la vache Bretonne Pie-noire, dont Fine, la tête d’affiche du Salon de l’agriculture 2017, est issue, a bien failli disparaître il y a quelques années alors que l’on en comptait environ 1,4 millions de spécimens en 1850 et seulement 2.500 en 2010. D’autres, comme la Brayonne, la Cotentine ou la Bretonne Pie-rouge, n’existent plus du tout, et seules quelques photos de foires et marchés anciens attestent de leur existence passée…

Dans son livre « L’agriculture assassinée » publié dans les années 1980, le journaliste agricole royaliste Jean-Clair Davesnes, connu aussi sous le nom de Paul Serry dans les colonnes d’Aspects de la France (l’ancien titre de l’Action française), dénonçait avec une virulence particulière le processus des années 1950-1970 qui avait mené l’agriculture française à la dépendance aux marchés mondiaux et à l’endettement qui en avait, par le même mouvement, résulté, mais aussi fustigeait  l’imposition d’un modèle d’agriculture de moins en moins paysanne et de plus en plus « rentable » (surtout pour les grands groupes agroalimentaires) à défaut d’être de qualité : « En une génération, des dizaines de races bovines ont été anéanties ou réduites à quelques unités de musée, des éleveurs indépendants et responsables sont devenus des agents d’exécution appuyant sur un bouton pour distribuer de la nourriture en granulés ou mettre en marche un tapis roulant évacuant le fumier.

« Pour en arriver là, il a fallu mettre en œuvre une politique violente de contrainte et de destruction dont les trois éléments furent la Loi de l’élevage de 1966 (1) – qui a fait proliférer une bureaucratie inutile, sclérosante et parfois stupide -, la dictature de l’insémination artificielle – qui a anéanti l’indépendance des éleveurs en leur enlevant le moyen même de cette indépendance c’est-à-dire la sélection de leur cheptel et le choix des géniteurs -, enfin l’utilisation généralisée de la Frisonne-Holstein – qui a transformé la vache laitière en usine à lait, « robotisé » le travail de l’éleveur et appauvri de façon dramatique tout le potentiel génétique du cheptel bovin français. (…)

« La réduction des races dans les différentes espèces animales domestiques a toujours été l’objectif de certains esprits simplificateurs voulant appliquer à l’agriculture et à l’élevage les méthodes de production employées dans l’industrie. (…)

« Dans l’espèce bovine, c’est l’insémination artificielle qui a été le vecteur de l’élimination des races. (…) Un autre facteur d’élimination des races bovines fut le développement de la production laitière, la constitution d’énormes complexes industriels laitiers, privés ou coopératifs, ou les deux à la fois, où s’enchevêtrent de multiples intérêts n’ayant rien à voir avec ceux des producteurs de lait mais pour lesquels une seule chose compte : la production de masse. »

Ce darwinisme agroalimentaire, qui semble mineur à première vue, est l’une des causes de la crise actuelle des éleveurs français (mais elle n’est évidemment pas la seule !), et il s’inscrit dans une logique qui est celle de la massification et de la Grande distribution : celle-ci prend les traits, en France, des élevages suréquipés en informatique (2), mais aussi de ces hangars qui enferment des dizaines de milliers de poulets ou de cette « ferme des mille vaches », ferme concentrationnaire de bovins, que dénonce régulièrement Alain Finkielkraut et les syndicalistes de la Confédération Paysanne, malheureusement en vain…

Si l’on veut sauver les agriculteurs français, il faudra bien un jour penser un autre modèle que celui qui orchestre depuis trop longtemps le malheur des campagnes… L’agriculture biologique et locale, encore faible en poids économique et social, peut participer de ce nouveau modèle souhaitable et nécessaire d’une agriculture paysanne qu’il s’agit de promouvoir et d’étendre, au bénéfice des femmes et des hommes qui veulent vivre de leur travail, à la terre comme à l’étable, mais aussi des consommateurs.

Notes : (1) : La Loi sur l’élevage du 28 décembre 1966, signée par Edgar Faure mais préparée sous son prédécesseur Edgard Pisani par Jacques Poly, un généticien, compte 18 articles qui organisent la sélection et l’insémination des bovins, ovins, caprins et porcins selon des critères appréciés, en définitive, par les généticiens et le Ministère de l’agriculture, et les rendent obligatoires, sous peine d’amendes : c’est la mise sous tutelle de la reproduction animale agricole pour les espèces sus-citées, au nom de « l’amélioration génétique du cheptel »… A relire les articles de cette loi, j’avoue un certain malaise et une certaine inquiétude : c’est une loi qui peut rappeler bien des souvenirs à ceux qui ont lu les textes d’anticipation d’Orwell et d’Huxley…

(2) : un équipement informatique et de robots, désormais très « tendance », mais rarement rentabilisé : « c’est encore une source importante et supplémentaire d’endettement », me disait un agriculteur de la vieille école il y a quelques années, en signalant aussi que « la mise aux normes, principalement européennes » grevait aussi lourdement le budget des éleveurs.

Jean-Philippe Chauvin