Actualités

Nos doléances royalistes pour le grand débat national ! :

Depuis quelques semaines, les cahiers de doléances sont de retour, et cela nous rappelle aussi à notre propre histoire nationale et politique : le précédent de 1789 a ouvert la période révolutionnaire, dénaturant d’ailleurs rapidement le sens même des doléances rédigées dans les 60.000 cahiers issus de tous les coins et recoins du pays. Il est intéressant de noter que certains républicains pur jus s’inquiètent de ce « retour » d’une forme de consultation « pré-révolutionnaire », voire « contre-révolutionnaire » car ne s’inscrivant pas exactement dans le cadre de la démocratie représentative qui, parfois, porte si mal son nom ! En fait, c’est la première fois depuis l’audacieuse demande du roi Louis XVI adressée aux « peuples du royaume », que l’État prend, à une telle échelle et sous cette forme ancienne, la responsabilité de demander à tous les Français, dans leur commune, leurs souhaits, leurs revendications, leurs propositions, au moment même où les colères, multiples et parfois incontrôlées, débordent et s’affirment en tumultes parfois incontrôlables. 230 ans que ce que l’on pourrait qualifier de « pays réel », entier et pluriel, n’a pas été ainsi appelé par « l’État légal » à prendre la parole

 

Dans les cahiers de doléances finistériens et yvelinois étudiés par le quotidien Le Monde en son édition du dimanche 13-lundi 14 janvier 2019, et même si, à ce jour, la participation reste fort modeste et souvent œuvre de retraités, sans doute plus mobilisés par l’exercice du fait de la dévalorisation progressive des retraites, quelques revendications ressortent régulièrement, entre rétablissement de l’ISF (déjà repoussée par l’exécutif) et maintien, voire amélioration du pouvoir d’achat des gens modestes, entre suppression des avantages des anciens présidents de la République et mise en place du désormais célèbre Référendum d’Initiative Citoyenne, le RIC… Des revendications principalement matérielles avec une pointe de demande institutionnelle, comme pour rappeler que le « divorce » de plus en plus flagrant entre les classes dominantes « parisiennes » (au sens législatif du terme) et les classes dominées, souvent travailleuses et provinciales (sans méconnaître la part des populations franciliennes qui se sent aussi marginalisée au cœur même du système « parisien » mondialisé), mérite d’être évoqué et, surtout, surmonté.

 

Le grand débat national ne fait que commencer, et les cahiers de doléances n’en sont qu’un des aspects, mais que nous aurions tort de négliger ou de laisser à d’autres. Pourquoi bouder cette initiative, même si l’on peut légitimement être sceptique sur ses débouchés concrets et que l’on peut, même, s’inquiéter de certaines dérives liées aux effets de masse ou aux manipulations des groupes « féodaux », politiques comme syndicaux ? L’idée d’associer les maires à l’organisation du débat, ceux-là mêmes qui sont souvent les plus proches des préoccupations quotidiennes et qui forment, d’une certaine manière, « le pays réel des notables légaux » (mais sans grand pouvoir législatif, faute d’une décentralisation mieux ordonnée et plus poussée), est une bonne idée dont il faut souhaiter qu’elle ne soit pas le moyen de « court-circuiter » les citoyens actifs, ceux qui proposent et s’engagent dans les « discussions du concret ».

 

Il est des thèmes que les cahiers de doléances n’ont pas encore, semble-t-il, abordés et qui peuvent l’être en ces deux mois de débats et de rédactions, et que les royalistes auront à cœur d’évoquer : sur les questions régionales, par exemple, la nécessité d’un nouveau découpage territorial qui prenne aussi en compte les particularités historiques, comme en Alsace ou en Bretagne, avec le rattachement souhaitable de la Loire-Atlantique à la région administrative bretonne ; sur les questions d’aménagement du territoire avec un véritable « redéploiement rural » qui permette de redonner vie et vitalité à nos villages, et les nouvelles techniques de communication peuvent favoriser, par le télétravail par exemple, cette nécessaire politique ; sur les questions environnementales avec une meilleure prise en compte des intérêts locaux pour la préservation des paysages, ce qui éviterait bien des conflits et des blocages, comme on l’a vu jadis à Notre-Dame-des-Landes, dont la population a longtemps été tenue à l’écart des décisions prises « d’en haut » quand elles concernaient aussi les gens « d’en bas » ; sur les questions économiques, avec un soutien, étatique comme régional, plus actif au « Produire français » et un meilleur contrôle des pratiques de la grande Distribution ; sur les questions agricoles, avec le soutien aux agriculteurs qui veulent se dégager du productivisme et des jeux mortifères d’un Marché qui ne favorise plus que les « gros » quand il faut permettre à tous de vivre du travail de la terre et de la ferme ; sur les questions patrimoniales, avec une politique de rénovation et de valorisation à grande échelle de ce qui fait la richesse de notre pays en tous ses territoires, et pour lesquelles Stéphane Bern et tant d’autres ne cessent de se mobiliser malgré les petites manœuvres de Bercy ; sur les questions scolaires, avec la nécessité d’une plus grande autonomie de fonctionnement des établissements, de la maternelle à l’université, dans le cadre de la commune et de la région plutôt que dans celui de l’État qui ne doit jouer qu’un rôle d’arbitre et, éventuellement, d’investisseur (ou de facilitateur) pour certaines branches de la Formation des intelligences françaises…

 

Ne laissons pas à d’autres le monopole du débat et sachons, en tant que royalistes politiques et enracinés, soucieux du Bien commun et des libertés françaises, saisir l’occasion qui nous est donnée de faire entendre des idées que nous ne cessons de défendre depuis des décennies, non pour le plaisir mais pour le bien de la France, de ses territoires comme de ses habitants…

 

 Jean-Philippe Chauvin

 

De quelle violence parlons-nous, Monsieur le Président ? :

La violence d’un régime qui s’est imposé par un génocide, celui des vendéens ?
La violence de ceux qui mirent en place les inventaires et la spoliation des biens de l’Eglise à la suite de la loi de 1905, envers et contre le peuple ?
La violence d’un matraquage intensif des esprits par l’éducation nationale pour désapprendre tout, y compris notre Histoire au profit de la théorie du genre et des « droits sexuels » ?
La violence des législateurs qui osent décréter la liste des sujets tabous ?
La violence du mépris de 54.8 % des français contre le traité de Lisbonne lors du référendum du 29 mai 2005 ?
La violence qui crée le déséquilibre partout et culpabilise ceux qui osent dire que l’immigration est un malheur pour tout le monde ?
La violence qui consiste à imposer ce qui serait bon pour les familles, à imposer le choix de l’école, les vaccins, le médecin et la médecine… ?
La violence qui consiste à rendre la vie des petites villes et villages impossible (loi NOTRe) ?
La violence qui consiste à ignorer, mépriser des millions de français qui manifestent pour le retour du bon sens et contre la loi Taubira ?
La violence qui consiste à défendre des hystériques aux seins nus (Femen), anges noirs de George Soros, contre des militaires français ou les gardiens de la cathédrale Notre Dame de Paris, fidèles à leur vocation de protecteur ?
La violence impliquée par la « marchandisation » de la vie à travers la PMA, la GPA, la manipulation génétique sans vergogne ?
La violence qui consiste à faire passer un chevalier pour un voyou et un voyou pour un chevalier ?
La violence qui transforme les femmes, « sentinelles de l’Invisible », en porteuses de matraques ?
La violence qui est hypocritement voilée sous le terme « plan de restructuration » des entreprises et qui masque le chômage et le déclin de l’investissement pour satisfaire les pulsions malsaines de quelques-uns ?
La violence qui installe la loi du plus gros (Uberisation) contre les petites entreprises ?
La violence qui détruit le service public ?
La violence qui est complice de la médecine qui rapporte ?
La violence qui pousse au suicide nos paysans ou à les faire tuer de deux balles dans le dos parce qu’ils s’opposent à l’industrialisation de l’agriculture, comme Jérôme Laronze le 20 mai 2017 à Sailly ?
La violence qui taxe à mort le travail pour financer l’idéologie dominante ?
La violence du soutien aux terroristes d’Al Nosra en Syrie ?
La violence qui consiste à tout faire plier devant l’argent ?
La violence qui a eu pour but de contrôler ce qui était vital (politique, économie, énergie, agriculture, santé, éducation, instruction, …) et qui maintenant a pour ambition ultime de contrôler la Vie elle-même ?
La violence qui finalement vous pousse à votre propre destruction ?

Si oui, Monsieur le Président, alors nous sommes d’accord, la violence est à combattre de toutes nos forces.

Stéphanie Bignon
Terre et Famille
Janvier 2019

Le paon, l’autruche, et les poulets :

Il y avait une fois en royaume de France
Évoluant aux côtés de ses contemporains
Un banquier jouvenceau oui mais plein d’élégance
Qui de son beau pays se rêvait souverain.

Son air benjamin, informel, bien élevé
Plaisait aux citoyens, par la vieillesse lassée
Sa rhétorique désuète et puis tantôt farceuse
Ravissait fort les nobles, et flattait bien la gueuse.

Et si jeune notre homme ne l’était qu’à moitié,
Il faut savoir qu’usée, certes, était sa moitié
Car se voulant moderne ne prenant point maîtresse
Il épousa la sienne malgré sa vieillesse.

Mais même si la valeur n’attend point les années
Et bien qu’ le jeune banquier ait la gouaille bien aisée
On ne s’improvise point chef d’un grand État
Et bientôt cet enfant, cet angelot remarqua
Que d’un noble ignorant c’est la robe qu’on salue
On n’ l’admira bientôt que d’un étron pas plus.

Après l’avoir léché ils le lâchent puis le lynchent
Comme font les hommes souvent gâtés comme des enfants
Jupiter bientôt n’eût pas plus à leurs yeux
que l’aspect fatigué d’une simple corde à nœuds.

Mais le jeune banquier, sûr de lui, plein de frime
Pour continuer de plaire à ses chers richissimes
Pressa la populace tant et tant comme citrons
Qu’elle en prit la couleur aussi celle des mignons
Le jeune freluquet tout à ses réjouissances
Ne remarquât même pas la moindre différence.

Heureux dans son palais, il est loin du tracas
Sa mégère dépensant son or à tour de bras
Rien n’est pour elle trop beau : vaisselle, tissus, bibelots
Le peuple avait bien faim, elle leur tournait le dos.

Ils s’offrirent mieux encore, les rois des animaux
Des daims, ils les appellent ho seigneur qu’ils sont beaux.

Et pendant que le peuple assemblé dans les rues
vers son précieux palais plein de rage se rue
Notre jeune banquier à l’égo invincible
Qui de la bourse des pauvres s’était fait une cible
Refuse encore d’entendre le grondement sonore
Comme celui d’une rivière quand de son lit elle sort
Aucun barrage n’y fait si elle est bien dehors.

Et les poussins alors se mettent à crier
Empêchant les puissants dans leur couche de ronfler
Mon roi faites les taire, par pitié muselez-les
Ils meurent de faim, ils crient, et nos nuits sont gâchées.
Ho sir ! regardez les, leur piètre éducation
Ne leur sert même pas à crever sans un son
Mourrez chichement, dites et mettez la sourdine
Leur râle lorsqu’ils trépassent est une porte qui couine
Ils sont las, ils se tordent, comme ils sont ridicules
Ces illettrés ignobles dans la boue gesticulent.

Mes amis n’ayez crainte leur répond le rusé
ils leur arrivent parfois un peu fort d’aboyer
Mais ils sont mes moutons, mes agneaux mon troupeau
Ils finiront d’eux mêmes par rentrer bien au chaud.

Mais voici maintenant qu’il retournent les carrosses
Et détruisent nos maisons, deviendraient-ils féroces ?

Alors le grand seigneur dans une allocution
Le dos droit bien tendu comme une institution
Les deux mains pleines de doigts bien à plat sur la table
Leur jeta quelques miettes avec un air aimable
Croyant en faisant taire leur petit estomac
Calmer aussi la rage dans leur cœur scélérat.

Je ne vous ai pas compris, je ne vous écoutais point
Récita-t-il au peuple qui serrait les poings
A renard endormi rien ne tombe dans la gueule
Retournez au labeur je vous trouve bien veules
Ha vous aimez la rose ? Supportez en l’épine
Mais ne troublez donc point la quiétude citadine
Dans notre ordre social chacun reste à sa place
Vous voulez en changer ? Je vous ris à la face
Cassez, cassez, cassez et nous reconstruirons
Et je vous répondrais d’ la bouche de mes canons.

Vous voulez un discours ? Je peux en écrire cent
Je peux même faire en sorte que vous m’aimiez quand j’ ments
Je vous endormirai à grand coup d’entourloupes
Car c’est toute une armée que je garde sous ma coupe
Vous vous fatiguerez et rentrerez aux champs
Bien avant que je tremble pauvres petites gens.

Il est vrai que le paon peut oser faire l’autruche
Se pavaner gaîment tout en gâtant sa cruche
Mais si un jour lassée comme le peuple citron
Son armée de poulets abandonne le patron.

Alors le jeune souverain saura, bien entendu,
qu’même sur un trône en or, on est bien qu’sur son cul
L’injustice est une graine que plantent les puissants
Et qui pousse sans peine dans les yeux d’ leurs enfants
Elle leur apprend la haine et à serrer les dents
Elle leur fournit le bois, le manche et même la lame
Elle fait durcir leurs muscles et dévore leurs âmes.

S’ils perdent des batailles
Ils reviennent à la charge
On les traite en racaille
On s’étonne qu’ils enragent ?

Donnez leur le bâton
Ils relèvent le menton
Opposez leur des chars
Ils reviennent plus tard.

Ils se tairont dix ans, vingt ans, trente ans, peut être
Mais toujours la révolte finit par renaître
Regardez en arrière dans notre propre histoire
Car c’est là que se cachent les leçons et l’espoir.

Elodie Poux

Des Gilets jaunes à la Monarchie nécessaire :

L’année 2019 débute comme la précédente avait fini, sur la confrontation entre le gouvernement et les Gilets jaunes, et la violence n’en finit pas, là encore, de rebondir dans les médias et les commentaires des internautes, dans cette spirale qui ne cesse de m’inquiéter par son aspect vertigineux. Mais la mémoire courte des démocraties émotionnelles peut-elle satisfaire la réflexion politique ? Bien sûr que non, et nous aurions tort de négliger l’histoire des peuples de France qui retentit encore des révoltes passées, parfois anciennes mais qui peuvent nous fournir quelques éléments d’explication, non seulement pour comprendre ou saisir le moment, mais aussi pour proposer et agir, au-delà des slogans et des postures, souvent trop simplistes et peu compatibles avec l’inscription d’une politique dans la durée nécessaire à son efficacité.

 

Les Gilets jaunes sont un moment fort de la vie politique et, paradoxalement sans doute, participent de la recomposition en cours depuis quelques années : le « dégagisme » qui empêche désormais toute alternance paisible et toute continuité depuis le début des années 2000, trouve là une nouvelle et forte manifestation, après celle qui, en balayant les anciens monopoles politiques (les partis modérés de Droite et de Gauche) lors de la dernière élection présidentielle, avait placé M. Macron à la tête de l’Etat. Mais, comme le disait le « prince de la jeunesse » du Quartier Latin Henri Lagrange, ce royaliste passionné mort à vingt ans lors du premier conflit mondial, « 1789, c’est la toilette du condamné », et le président est la victime de la « deuxième lame » après celle de 2017 qui a tranché tant de têtes, de Montebourg à Hollande, de Sarkozy à Fillon, de Valls à Juppé, sans oublier celle de Duflot ou de Hamon… Le dégagisme poursuit sa course folle, comme une boule de flipper, désarçonnant les uns et les autres, y compris les mieux établis des pouvoirs, politiques ou syndicaux, et provoquant les peurs, immenses, des bourgeoisies mondialisées qui, tout d’un coup, voient ceux qui se proclament, sans le droit électoral et hors de toute « légalité » républicaine parlementaire,  « le peuple », formule rituelle des banquets républicains d’antan détournée par le « petit peuple des ronds-points ».

 

La colère des manifestants du « Mai jaune » est violente, et ne s’embarrasse guère des circonvolutions langagières du « politiquement correct », au risque d’effrayer un peu plus ceux qui se pensaient intouchables et cultivaient le mépris, parfois intellectuel mais souvent « inné », à l’égard des « classes laborieuses » (celles qui travaillent, mais souvent sans le filet protecteur des aides sociales ou d’un statut acquis et « immobile »), celles-là mêmes qui, précarisées ou menacées par les mutations contemporaines, ruent dans les brancards d’une « modernisation » et d’une mondialisation qui semblent se faire sans leur avis ni même le respect qui devrait être dû à toutes les personnes de ce pays. Terrible choc de deux mondes, pourtant se partageant le même grand-espace (mais sans réel mélange ni véritable concorde) et le même temps (mais sans le même usage ni le même calendrier de vie), et qui, désormais, se regardent en chiens de faïence : plus encore qu’une lutte des classes (bien réelle désormais, mais surtout des plus aisés, « les gagnants », à l’égard des moins pourvus, considérés comme « les perdants » au regard des processus contemporains), sans doute est-ce une « lutte des autres contre les autres », l’altérité sociale et la différenciation (de mentalité) culturelle devenant, a contrario, les critères d’appartenance d’un groupe ou de son « contraire ». D’où la difficulté grandissante pour les pouvoirs publics de trouver un terrain d’entente avec leurs opposants qui ne parlent pas, ou plus, le même langage, la mondialisation ayant brouillé les repères de formation et de consolidation des nations et des citoyens, au risque de créer et d’entretenir conflits et révoltes dans une suite sans fin entre ce que d’aucuns pourraient qualifier de « pays réel(s) » (même si le pluriel est sans doute nécessaire pour être bien exact) et de « pays légal », les deux groupes de pays n’ayant plus de souverain commun reconnu et unificateur, alors que c’était encore le cas à la fin du XXe siècle, avant que « l’Europe » ne vienne se « surajouter » à la souveraineté de l’Etat national, au risque de la fragiliser et d’en opacifier la nature aux yeux des populations.

 

Retisser le lien social aujourd’hui bien défait, telle est l’ardente obligation politique des temps qui viennent pour éviter que ceux qui s’annoncent ne portent en eux de nouvelles tempêtes peut-être encore plus violentes et, à terme, dévastatrices : l’histoire nous enseigne que l’on ne joue pas avec les révolutions, et que le meilleur moyen d’en éviter les errements sauvages et terribles, c’est de les apaiser, de les accompagner, de les ordonner, parfois de les détourner, ce que le général de Gaulle, en 1958 et au cœur de l’ouragan qui était en train de balayer la Quatrième (le Pouvoir ne pouvant même plus compter sur ses forces de l’ordre, ouvertement « dissidentes »), réussit à faire en évoquant une légitimité qui devait plus à l’histoire (et à sa propre histoire…) qu’à un pays légal discrédité, affolé et cherchant une porte de sortie à peu près honorable pour éviter le mauvais sort que lui promettaient certains, militaires patriotes, pieds-noirs d’Algérie ou Camelots du Roi anti-parlementaristes. Aujourd’hui, nous sommes plus en 1958 qu’en 1940 ou en 1789, sans doute, et la crise est aussi (et peut-être d’abord) une crise de confiance et une révélation des défiances dont la République, au moins sous sa forme actuelle, risque bien de ne pas sortir totalement intacte, quelle que soit le destin de « l’émeute jaune ».

 

S’il n’y a pas de politique miracle, il peut y avoir un miracle du politique : c’est par ce moyen, « par le haut » beaucoup plus encore que par la base qui, elle et dans son extrême diversité, révèle le malaise et les défauts du système institutionnel, s’agite (et c’est parfois bienheureux et salutaire !) et bouscule mais sans pouvoir, à elle seule, refonder l’ordre politique souverain, que les espérances de ce qui « est et forme peuple » peuvent se trouver, sinon toujours comblées, du moins entendues et favorablement appréciées, sans démagogie ni exclusive. Encore faut-il une magistrature suprême de l’Etat qui ouvre cette possibilité du dialogue au-delà des contraintes de la légalité mais en fondant une « heureuse légitimité » susceptible d’accepter et d’ordonner le dialogue entre les composantes de l’ancien pays légal et celles des pays réels, au sein d’institutions qui soient appelées, d’une manière ou d’une autre, à inscrire la discussion civique dans un cadre pérenne.

 

Ce n’est pas en « républicanisant la République » ou en changeant à tout prix de numérotation pour celle-ci que la situation peut se dénouer, bien au contraire. Certains royalistes, dans la logique de la Cinquième, souhaitent une réactivation de l’élément monarchique et populaire des institutions issues de 1958, et la fin du quinquennat pourrait ouvrir favorablement, à leurs yeux, un nouveau cycle « gaullien et républicain » dans le respect de la tradition monarchique française ; d’autres, dont je suis (et cela sans être indifférent à la précédente option évoquée), pensent qu’il est sans doute temps de « dépasser la République » (certains diraient, en un clin d’œil sémantique, « couronner la République »…), non pour revenir à un mythique et obsolète « Ancien régime », définitivement mort en 1789, mais pour faire advenir un « nouveau régime » fondé sur un renforcement monarchique de la magistrature suprême de l’Etat, qui pourrait, par l’inscription dans une logique de continuité dynastique, permettre un desserrement du carcan administratif et la revitalisation, par des institutions législatives plus décentralisées (voire « autonomes ») et le recours à des « votations » locales plus fréquentes sans être anarchiques, de la citoyenneté populaire.

 

La nécessité d’une nouvelle concorde française, qui assure aussi à la France une visibilité heureuse et une crédibilité véritable aux yeux du monde, impose de refonder le pacte royal qui, jadis, a fondé ce que nous sommes, au fil de l’histoire et en face du destin, en tant que Français…

Jean-Philippe Chauvin

 

 

Ordonnances Macron, qu’en dire pour l’instant ? :

Les méthodes de travail dites « améliorations continuent » aussi subjectives que castratrices des réalités humaines avoisinent une robotisation plus que de raison. Prenons la secrétaire qui lorsqu’elle va faire quelques mètres pour une photocopie, fait de la relation sociale en parlant avec ses voisins, en échangeant sur divers sujets dont certains d’ailleurs permettent d’arranger des problèmes organisationnels comme des informations diverses ou tout simplement, peut être le besoin de parler d’autre choses, parce qu’elle est aussi humaine ! Mais des réactions parfaitement « débiles » vont imaginer visser cette photocopieuse près d’elle, pour gagner du temps et de l’argent parce que c’est toujours le mobile, le gain comme la réduction du personnel. Mais voilà qu’elle va être dérangée par du passage parce que cette imprimante n’est pas que pour elle et que le bruit va la perturber infiniment. Elle deviendra peut-être dépressive, ne trouvant plus le temps, car il est compté, de discuter avec ses voisins ou voisines, l’ambiance du service se dégradera, mais l’amélioration continue, fruit de la pensée d’intellectuelles en mal d’inventions aura fait un grand pas. Bref la pénibilité en prend aussi un coup, sont supprimés des critères d’attentions : la manutention de charges lourdes, les vibrations mécaniques comme les risques chimiques et les postures pénibles : « Le bon sens a prévalu » (Alexandre Saubot, vice-président du Medef)… Nous parlerons bientôt aussi des retraites …


Ceci n’est qu’une économie jalonnée de combats sociaux, tous plus destructeurs les uns que les autres, résultat d’un libéralisme essaimant la guerre et la domination, par le choix de toujours plus de gains financiers. Le bon sens naturel quant à lui, est axé, sur l’entente en vue de créations de qualité, au service des consommateurs, en protégeant les travailleurs, patrons, cadres et employés comme ouvriers par des structures et lois qu’eux-mêmes auraient décidées, sans que l’Etat n’ait à intervenir, sauf en cas d’abus : « Le capital n’est pas… l’unique forme de propriété dont un homme puisse tirer légitimement avantage en vertu d’un droit propre. La possession d’une carrière, d’un métier peut aussi revêtir le caractère d’une propriété quand elle est garantie par la loi, c’est-à-dire quand elle constitue un droit propre à qui l’a acquise, qu’elle lui ouvre un privilège, et qu’elle ne peut lui être enlevée que par jugement » (La Tour du Pin, Jalons, II Economie sociale).

C’est cela que nous dicte l’histoire empirique et c’est d’une étonnante actualité, seule la guerre sociale comme le profit d’une minorité sur la souffrance du plus grand nombre est rétrograde. On nous parle de population vieillissante mais où se trouve la politique familiale qui, hardie, pourrait multiplier les naissances, et donner cette richesse à notre pays, par une forte jeunesse acquise… 


Frédéric Winkler

Ce Système que nous combattons ! :

En juin 1980, le journal Royaliste titrait, sur fond de Marianne vacillante : « Qui croit encore au système ? » : nous étions en pleine Giscardie, et les contestations restaient vives, dans le même temps que les Gauches s’apprêtaient à accéder au pouvoir, pour la première fois sous la Cinquième République, et soufflaient constamment sur les braises, s’enivrant de grands mots et de slogans qui se voulaient encore « révolutionnaires ». Les royalistes n’étaient pas les derniers à contester la présidence de « Foutriquet », selon le mot du philosophe Pierre Boutang, et à prôner un changement de tête, en attendant et en préparant un changement dans les institutions, certains en approfondissant celles de la Cinquième, « de la monarchie élective à la monarchie héréditaire et arbitrale » et d’autres, plus rudement, en renversant l’ordre centraliste, « de la République jacobine à la Royauté fédérale des peuples de France ». Mais tous pouvaient se reconnaître dans le titre de Royaliste, et, près de quarante ans après (ces fameux « quarante ans » que les Gilets jaunes évoquent comme un véritable mantra), après ces quatre décennies sans doute perdues pour la France (sauf peut-être sur la question de la décentralisation, avec les lois de 1982 et de 2004), ce titre paraît tout à fait adapté à la situation !

 

Bien sûr, il paraît nécessaire de définir ce que l’on peut nommer « système » pour éviter tout malentendu et toute illusion, et ne pas se tromper ni de cible ni d’enjeu. Le « système », c’est d’abord un état d’esprit libéral (au sens le plus extrême du terme) mis en pratique par le jeu d’institutions de moins en moins politiques et de plus asservies par les féodalités financières et économiques, de la République à l’Union européenne, et c’est surtout l’imposition d’une « gouvernance mondialisée » symbolisée et représentée par le pouvoir de grandes villes-monde ou d’immenses zones métropolisées qui n’ont plus guère de rapports avec les pays et les populations historiques sur lesquelles elles vivent, souvent à leur dépens, comme du temps de la romanisation antique. Le système, c’est ce carcan de la démocratie dite représentative de plus en plus lointaine pour ceux qu’elle prétend représenter sans leur laisser le droit à la libre parole, et qui est aux mains de partis et de notables de moins en moins représentatifs des réalités sociales de notre pays ; c’est ce que l’on pourrait nommer « le pays légal », celui des élus, des parlementaires (qualifiés souvent de « parlementeurs », comme en février 1934 ou dans les années 1950, avant le retour du général de Gaulle) et des ministres, mais aussi des syndicats, des médias ou des artistes de la société du spectacle, vitrine de la société de consommation.

 

Au regard des derniers événements, l’on peut aisément constater que ce système, qui porte aujourd’hui le nom « synthétique » de « République » et qui a peu à voir avec le sens premier de ce mot, la « Res publica » (la chose publique, ou la communauté publique, de la Cité), se défend bien à défaut de bien gouverner : la célèbre formule d’Anatole France, l’auteur du conte si peu républicain « L’île des pingouins », reste actuelle, et les méthodes du Sinistre de l’Intérieur, M. Castaner, démontrent à l’envi ces procédés de « basse police » qui vont si bien à ce système qui, à défaut d’être bien aimé, entend forcer les citoyens à l’accepter sans contester. Les diverses limitations de la liberté d’expression, les censures insidieuses ou les manipulations nombreuses, sans oublier les nouveaux moyens de la répression courante, des charges en moto (que j’avais, un des premiers, évoqué dans mon témoignage sur les événements parisiens du samedi 1er décembre) aux blocages de bus de manifestants bien en amont de Paris, de l’usage (inédit en ville depuis 2005) des blindés frappés de l’écusson de l’Union européenne (tout un symbole !) aux jets inconsidérés de gaz lacrymogène sur des manifestants un peu trop joyeux (comme place de l’Opéra samedi 15 décembre), sans oublier les projets ministériels et gouvernementaux de limitation légale du droit de manifester, tout cela marque une radicalisation d’un Système aux abois, furieux de s’être laissé bousculer par des « manants en gilets jaunes », sortis des profondeurs d’un « pays réel » négligé, voire oublié des « élites » (sic) tout d’un coup empêchées de « mondialiser en rond », selon l’heureuse expression d’un commentateur radiophonique…

 

En d’autres temps, Jean de La Varende, écrivain enraciné de Normandie, avait réhabilité le sens du mot « manant », en rappelant sa véritable et historique signification : « des manants, le beau mot qui réunissait gentilshommes et terriens… de maneo : je reste, je persévère et j’attends. Les autres pouvaient fuir ; pouvaient courir où l’on se divertit : à eux, les manants, de continuer, d’assurer. »

 

Alors, oui, en nous souvenant d’où nous venons et qui nous sommes, il nous est possible et fort légitime de revendiquer, face à un système féodal-libéral inquiet de ne plus être « la seule alternative » chère à Margaret Thatcher, d’être « les manants du roi », non pour détruire ce qui s’effondre, mais pour fonder un nouveau pacte social et politiquement royal, à l’écoute et au service de tous, cette alliance de l’Autorité nécessaire au sommet et des libertés garanties à la base, cette nouvelle arche française prête à affronter les tempêtes de ce « monde global » et de son « globalitarisme » néfaste pour les hommes comme pour la planète toute entière : pour ramener les Fouquet contemporains à la raison, il nous faut un « Louis XIV institutionnel », non un tyran mais un roi « protecteur des hommes et défenseur de la paix ».

 

La Monarchie n’a pas de sceptre magique, mais elle est la meilleure arme contre les spectres d’une mondialisation devenue folle d’avoir toujours eu tort…

 

Jean-Philippe Chauvin

Gilets Jaunes : La mémoire des PEUPLES :

Certains se diront mais qu’importe et que puis-je faire en ces temps de confusion où l’ordinaire se couche et subit dans un silence approchant la pire des soumissions, cette sorte d’esclavage librement consenti. Laissons-faire souffle à nos oreilles les médias aux ordres d’un prêt à penser et dépensons notre énergie dans les supermarchés du mondialisme où les stades olympiques où là seulement reste encore un peu de jus patriotique. Ce jus galvaudé où des milliers de gens viennent applaudir des produits de pub friqués nageant dans les alcôves médiatiques où baignent tant de superficialité politiques. C’est le temps de la confusion du monde du spectacle permanent, cette fin de civilisation qui, pourtant fut celle de la pensée et de l’élévation ne doit pas nous faire fléchir !

Le peuple Français subit depuis bien trop longtemps les diktats d’une classe politique le méprisant, le mal n’est pas né d’hier hélas mais c’est installé lentement sur le tissu social de notre pays. Nous avons encore en mémoire le qualificatif des « sans-dents » cher à Hollande, de l’agité aux affaires douteuses Sarko, aux « analphabètes » de Macron. Chez ces gens-là aurait dit Brel, on manipule bien comme on sait thésauriser et cela dans le mépris total du peuple ! La République avait promis ! Mais rarement notre histoire fut entachée de tant de scandales, nos rois restent en réalité bien plus sociaux voir démocrates que ces bourgeois arrivistes, protecteurs des intérêts boursiers ! C’est le cri éternel de Proudhon : « Il faut avoir vécu dans cet isoloir qu’on appelle Assemblée nationale, pour concevoir comment les hommes qui ignorent le plus complètement l’état d’un pays sont presque toujours ceux qui le représentent ».

Les taxes galopantes sur l’essence et le diesel ont largement dépassé les bornes, les travailleurs servent de « vaches à lait » pour une classe de « parvenus » complètement déconnectés du « pays réel ». La misère est grandissante chez les personnes âgées comme chez les jeunes, dont une partie s’expatrie pour trouver un travail, voilà l’avenir que promet une ripoublique en fin de règne. Les injustices, dans la pompe aspirante de nos impôts, du système de santé, des retraites, de la voyoucratie « responsable mais pas coupable », souvenez-vous, ils furent moins punis que vous l’êtes dans une manifestation !
Les citoyens subissent les tracasseries quotidiennes administratives, des agressions, effractions et de l’insécurité grandissante et pire encore s’il se défend où réagit ! Il est ainsi devenu un sous-homme dans une dictature des mots sous des maux grandissants. Tant pis si celui-ci est volé, insulté du moment qu’il paie sa redevance, ses impôts et son excès de vitesse ! Ce n’est plus d’une Bastille que l’on parle mais des bastilles que le nouveau système génère. Les français n’ont plus la parole dans cette parodie de démocratie du « cause toujours », sommes-nous en dictature ? Pourquoi ne pas faire de référendums sur les questions qui nous concernent ? Il est vrai que les politiques font le contraire du résultat des urnes comme en 2005 sur la Constitution européenne, le peuple n’en a pas voulu, les politique ont fait le contraire en méprisant le vote populaire ! N’est-ce pas une confiscation de nos libertés ? La perte d’identité, d’esprit communautaire, nos politiques décourageant les naissances livrent notre pays à la misère du monde. Une lente destruction du corps social est menée depuis de longues années dans une politique ubuesque de déstabilisation du « Tiers-monde », afin de permettre au capitalisme d’exploiter les ressources. Notre pays devient un hôtel selon les paroles d’Attali, jusqu’à quand ? Est-ce l’avenir des peuples que d’être manipulé ainsi, délocalisé, méprisé, déculturé ? Et la désertification de nos campagnes où disparaissent tous les infrastructures essentielles de bases : médecins, écoles, postes… La dramatique dégradation du service public dans l’entretien des routes, des chemins de fer. Parlons de l’écologie à deux vitesses, toujours en fonction des besoins des puissances d’argent, le tout électrique favorisant bien évidemment le tout nucléaire, dont les conséquences en cas d’accident, comme de recyclage des déchets pose toujours problème. Là aussi c’est le citoyen qui paie, il est pointé du doigt avec sa voiture, alors qu’un simple avion cause mille fois plus de dégâts ! Il manque toujours cette hardiesse que pourrait envisager un Etat stable et indépendant…

J’écrivais récemment : « Mais ce n’est pas tout car l’usine est fermée, raflée. L’atelier et l’entrepôt, la spécificité française et le savoir-faire disparaissent. Le magasin, la boutique, les champs, croulent sous une fiscalité honteuse. Cela même avec, quelquefois des ministres se ridiculisant en laissant croire aux bonnes affaires pour la France, lorsqu’un fleuron de notre économie part à l’étranger. On délocalise, mot la mode, pour ne pas dire que l’on dévisage et déshumanise nos spécificités. Voilà triste mais véridique la constatation de notre vécu d’aujourd’hui… La république détruit tout ce qui nous est cher comme le tissu social. Le bilan est lourd aujourd’hui, depuis plus de deux cent ans, ce n’est que mensonges, révoltes et massacres, endettement, déshumanisation, vols des biens sociaux ouvriers et pillage des valeurs qui faisaient la grandeur de la France. Aujourd’hui, à coup d’Ordonnances, elle limite les droits sociaux comme les protections élémentaires du peuple. Une caste de parvenus confisque l’énergie économique et financière de notre pays au nom d’une soi-disant « liberté » ayant détruits les libertés réelles, vécues jadis…L’Etat républicain s’écroulera de ses incompétences et scandales, comme de l’exaspération de la population. ».

Bref le gouvernement fier héritier des journées révolutionnaires de 89, s’insurge maintenant des révoltes populaires bravant les forces de l’ordre et attaquant les « symboles de la République » Qui sème le vent… Nous entendons constamment les ministres et représentants de l’Etat dire « patience » afin de mieux nous faire passer la pilule de l’esclavage et de la soumission.

Le Français est un « besogneux » comme le furent ceux qui, il y a 100 ans moururent au « Chemin des Dames » durant cette guerre fratricide, la République en porte une lourde responsabilité devant l’histoire (voir nos vidéos) où les générations furent sacrifiées. D’ailleurs l’urgence samedi demeurait plus de défendre l’Elysée et l’Assemblée, que la tombe du « Soldat inconnu » qui lui pour le coup est bien la France !
Imaginons un instant, par une malice de l’histoire que ce fut un vendéen qui brisa samedi le visage de la République victorieuse, et que celui-ci eut des ancêtres massacrés par les deux bouchers : Turreau et Amey, dont les noms ornent honteusement l’Arc de Triomphe, qui paradaient comme d’autres généraux républicains en pantalon de peau d’hommes tannés ! Quelle revanche de l’histoire mais chut ! suprême insulte, Oh scandale « Marianne défigurée », il ne faut pas révéler les horreurs sur lequel fut bâti ce système (voir les travaux de R. Secher). Mais… Les blessés ne comptent-ils pas et puis rien de ce qui arrive aux « besogneux » ne comptent pourvu que les « symboles » de la république soit respectés ! Même si la peine nous touche artistiquement sur l’œuvre détruite, le destin montre un peuple plus préoccupé heureusement par la France que par les symboles ripoublicains… Quelle honte et quel mépris envers ce peuple qui souffre et dont les parvenus profitent en agitant le hochet des promesses…

Mais comme le dit le représentant des ripouxblicains : « pourquoi ne pas avoir fait appel au groupement de blindés de la Gendarmerie mobile… » autour de l’Arc de Triomphe. Le membre de « l’UDI » parlera d’un « Paris livré à des hordes de sauvages » … Remarquez la facile assimilation entre les manifestants et les éléments incontrôlés afin de discréditer le mouvement et ses revendications légitimes ! Il est facile de pointer du doigt les extrêmes afin de culpabiliser les saines revendications. Une question se pose, comment avoir laissé faire les pillards ? Pourquoi avoir laissé s’installer des « zones de non droits », vivier de la délinquance et des guérillas urbaines, dont souffrent les citoyens, la police, les pompiers… A qui la faute, cela fait des années que les « besogneux » le subisse quotidiennement et bien, assumez messieurs les dérives ? Quid des policiers déguisés en « Gilet jaune », quelle était leurs missions ?

Le peuple comprend la confiscation de ses libertés et il va reprendre son destin dans une démocratie intégrale faite de votes populaires directement dans les associations, cités et métiers. Les politiques n’auront plus d’emprise alors, et ils devront… aller travailler !

Alors oui le peuple français est en colère, il est au bout, désespérer de n’être pas entendu et souffrant chaque jour des injustices grandissantes. Les dépressions (1 français sur 10, 2017), le taux de suicide des jeunes, des commerçants et artisans, policiers et agriculteurs (1 tous les 2 jours), cela l’Etat s’en moque, seul la courbe du Cac40 importe ! « Un homme qui travaille à assurer sa dynastie, qui bâtit pour l’éternité est moins à craindre que des parvenus pressés de s’enrichir et de signaler leur passage par quelque action d’éclat. » P. J. Proudhon

Alors que faut-il faire, être avec notre peuple, parmi les hommes et femmes qui souffrent chaque jour et parler, comparer les idées et s’entendre, afin de faire que demain soit mieux qu’hier et aujourd’hui. Il faut participer aux rassemblements populaires, qu’ils soient de société ou syndicaux, renouer nos communautés. Bien sûr le système joue sur le temps, la résignation et l’abandon, fêtes de Noël approchant, le coût des destructions augmente, les difficultés touchent tout notre peuple, la pénibilité des commerçants, surtout pour les petits… Il ne s’agit pas de chercher la violence, ni de la provoquer, ceux qui sont en face sont aussi des pères de famille et vivent aussi les peines du pays. Il faut laisser de côté les groupes qui vivent des fantasmes extrêmes des « Grands soirs » et cherchent la provocation comme d’autres le pillage, la France ce n’est pas cela. Le champ du nouvel ordre mondial est planétaire, afin de détruire toute identité humaine. Son programme est celui de l’esclavage des hommes, de la numérotation de la vie et l’anéantissement de la nature pour plus de profit. Il nous faudra vaincre d’abord en nous la dépendance au monde marchand, puis retrouver la liberté et la vie communautaire avant d’entrer en résistance contre cette pression antisociale. C’est d’ailleurs ce que vivent des « gilets jaune » en « campant » sur les ronds-points, en échangeant, en mangeant ensemble, retrouvant le sens du partage, et c’est là parmi eux, ce vieux peuple de France que nous royalistes et autres, avons notre place et non ailleurs. Il ne s’agit pas de se montrer à part, bannière en tête, mais plutôt intégré parmi ceux qui souffrent, Proudhon disait : « La société civile doit retrouver le droit de se gouverner elle-même, de s’administrer, de s’imposer des taxes, de disposer de ses propriétés et de ses revenus, de créer pour sa jeunesse des écoles, d’y installer des professeurs, de faire sa police ».

C’est un combat hautement écologique qui remet le fil conducteur de la vie naturelle en harmonie avec la nature, renoue la sève humaine dans son identité naturelle, comme le firent les siècles de pacte peuple et roi. Aucun combat qu’il soit social, économique, familial, religieux, écologique ne peut aboutir si nous oublions d’aller à l’essentiel, bref de désigner la maladie : la république antisociale. Au-delà de toute dépendance et soumission aux médias inutiles, nous devons retrouver le sens de toute vie et élévation, courtoisie et service.

Le mal et l’indifférence reculent lorsque chacun, dans sa vie de tous les jours, par son comportement humaniste (sens chrétien), participe contre la misère, l’injustice, fait le choix dans ses achats, plutôt un paysan du coin que le supermarché… La recherche et l’analyse des idées comme des informations, la complicité populaire et le service, bref une forme de résistance amène vers un esprit rebelle, une continuité chevaleresque dans l’esprit. Le temps qui passe voit finir la superficialité marchande de la ripoublique antisociale, qui sème sur notre chemin les derniers esprits libres qui seront les bâtisseurs de demain. La mémoire permet de ne pas oublier et l’avenir incertain sera celui des pays qui se souviennent. Là nous sommes et seront présent lorsqu’il faudra reconstruire ce qui doit durer dans le temps pour une nouvelle aventure générant le bonheur des peuples…

Tiocfaidh àr là, notre jour viendra !

Frédéric Winkler

Les gilets jaunes : révolte ou révolution ? :

Au soir de la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, Louis XVI interroge le duc de La Rochefoucauld : Est-ce une révolte ? Avec beaucoup de perspicacité celui-ci répond : Non, sire, c’est une révolution ! Nul doute que dans les cercles du pouvoir tout le monde aujourd’hui se pose une question analogue. Le mouvement des « gilets jaunes » est-il un simple accès de mauvaise humeur que quelques charges de CRS, un report des hausses de taxes et la promesse de vagues comités de réflexion suffiront à régler ou s’agit-il d’un mouvement de fond qui risque de tout emporter ?

La Révolution française

La convocation des États-Généraux en janvier 1789, préalable aux événements révolutionnaires de l’été a, déjà, une origine fiscale. Il s’agit d’obtenir de cette assemblée la levée de nouveaux impôts afin de combler le déficit budgétaire considérable lié au soutien militaire aux insurgents américains. Pour compléter le tableau l’hiver 1788 a été très rigoureux et les récoltes désastreuses. La famine guette ! Enfin l’autorité royale est sensiblement affaiblie par le discrédit jeté sur le roi, et surtout sur la reine à l’occasion de l’affaire dite du collier, mettant en cause Marie-Antoinette. Rivarol pourra en toute vérité écrire, quelques années plus tard : Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir. Enfin, de nombreuses forces aspirent à un changement de régime. Le cousin du roi, Philippe d’Orléans dont la fortune est immense, voudrait être calife à la place du calife. Il est grand maître du Grand Orient de France et bénéficie ainsi de l’appui des réseaux maçonniques. La bourgeoisie aspire à tenir dans la direction du royaume un rôle proportionné à sa montée en puissance économique.

Actualité de la Révolution française

En 2018 beaucoup de « gilets jaunes » sont les lointains descendants de ceux qui exprimèrent leurs griefs et remontrances dans les célèbres cahiers de doléances. Comme eux ils se plaignent du poids des impôts et taxes. En 2017 la pression fiscale en France représente 48,4% du PIB soit le taux le plus élevé d’Europe. Comme eux ils sont en situation matérielle précaire. En 2017 le salaire mensuel net médian est de 1710 € net ; difficile, dans ces conditions, de s’offrir un repas à deux, à 200 € sans le vin, en compagnie de Gérald Darmanin… Quant au taux de chômage il reste stable entre 9 et 10% de la population active. Comme eux ils ont le sentiment que des « privilégiés » ne prennent pas leur part du fardeau commun. Les plans ville et les plans banlieue se succèdent au bénéfice des métropoles urbanisées, au détriment de la France périphérique et de la France rurale. Comme eux ils n’ont plus aucune estime pour les plus hauts représentants de l’État. Macron réalisera, peut-être, un jour le tort considérable que lui ont fait ses photos, à l’Élysée, en compagnie de saltimbanques colorés et dénudés en résilles et soutiens-gorges proclamant fièrement être : fils d’immigrés, noir et pédé. Ne parlons pas du scooter de François Hollande, ni des galipettes de Dominique Strauss-Kahn.

Les trois France

Dans la réalité il existe désormais trois France qui ne se comprennent plus, voire se méprisent et se haïssent. La France qui a élu Emmanuel Macron est celle des gagnants de la mondialisation : cadres, professions libérales, hauts fonctionnaires, élus, journalistes, les fameux CSP+, etc. Elle détient le pouvoir et se sent plus proche de son associé de New-York ou Hong-Kong que du garagiste à proximité de sa maison de campagne dans le Lubéron. Rappelons qu’au premier tour de l’élection présidentielle Macron a obtenu 18% des voix avec une participation de 78% de votants ce qui fait 14% du corps électoral. Ce n’est pas un plébiscite ! Vient ensuite la France dite des quartiers que l’on qualifie de populaires pour ne pas dire allogènes. Ce sont les quartiers dits sensibles, les zones de non droit. C’est la France décrite par Laurent Obertone dans son essai : La France interdite. Eric Macé estime que près de « 20% de la population vivant en France peut être perçue comme non blanche » (Slate 14 janvier 2016). Cette population vit, pour une bonne part, de manière autarcique dans des ghettos ethniques, d’aides sociales diverses. Elle est l’objet des soins constants des pouvoirs publics et des médias qui croient qu’ils achèteront éternellement la paix sociale par la démagogie, la flatterie et toujours plus d’argent déversé sur ces quartiers. Ainsi qui croira que François Hollande se serait précipité pour aller réconforter Théo à l’hôpital, en février 2017, alors qu’il prétendait avoir été violé par un policier s’il avait été routier berrichon ? Qui connaîtrait Mamadou Gassama, Malien naturalisé après avoir sauvé un enfant de 4 ans suspendu dans le vide s’il s’était appelé Anton Drosevic et avait été …serbe ?

Humiliés et offensés

Vient enfin la France des sans-dents (F Hollande), des analphabètes (E Macron), des minables (H Clinton). La France des « Gaulois réfractaires » qui se lève tôt, travaille dur et paie ses impôts. Elle est majoritaire dans le pays mais éprouve cependant un puissant sentiment d’injustice. Elle sait que pour avoir été flashée à 83 km/h au lieu de 80, il lui faudra payer l’amende alors que dans le même temps elle n’entendra plus jamais parler des préjudices qu’elle a subis : vols de portables, effractions de voitures, injures, etc. Ceci explique, au témoignage de plusieurs officiers de gendarmerie départementale, qu’en intervention les gendarmes commencent, désormais, par se faire insulter et agonir d’injures. Elle sait que si elle vote mal, comme lors du référendum de 2005 sur la constitution européenne, le système trouvera le moyen de faire avaliser autrement ce qu’elle avait refusé. Le même phénomène vient de se reproduire, il y a quelques semaines, en Nouvelle-Calédonie. Elle a observé que les millions de manifestants pacifiques de 2013-2014 contre la légalisation du mariage homosexuel n’ont pas fait reculer le pouvoir d’un pouce. Elle est un peu fatiguée du militantisme et de l’arrogance du lobby LGBT. Que des messieurs préfèrent des messieurs et des dames des dames après tout c’est leur problème, pense madame Michu, mais qu’ils prennent tout le monde à témoin de leurs tourments, émois et désirs cela commence à lasser. Elle sait que son nom pourrait demain se retrouver sur le mur des cons du Syndicat de la magistrature et que la loi dite républicaine ne s’applique ni dans les zones de non droit ni chaque fois que se produit un litige avec une communauté gitane. Elle n’a plus aucune confiance dans ses élus, à l’exception sans doute des maires, qui sont perçus, d’abord, comme des permanents politiques et syndicaux rémunérés par la puissance publique. Elle sait que, demain, il n’y aura plus assez de médecins, surtout en zone rurale, parce que depuis Jacques Chirac tous les gouvernements ont fixé un numerus clausus de passages en seconde année de médecine trop faible par rapport aux besoins afin de limiter les dépenses de santé. Moins de médecins, moins de prescriptions, moins de déficit de la Sécurité Sociale. Il suffisait d’y penser ! Qui est responsable ? Sans doute une équipe d’énarques qui trouveront toujours un médecin.

Sortir de la crise

Logiquement un État qui prétend s’occuper de tout est accusé de tout ce qui ne va pas. A ce jour l’Etat français n’assure plus ni la paix sociale ni la justice. On ne peut pas « en même temps » chanter, nuit et jour, les louanges de la Révolution française et affirmer comme Macron de retour d’Argentine : « Aucune cause ne justifie que les forces de l’ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des bâtiments publics ou privés soient incendiés ». C’est, une fois de plus ignorer le profond désespoir de beaucoup de nos compatriotes (un agriculteur se suicide tous les deux jours) qui voient dans une violence aveugle le seul moyen de se faire entendre. Les manifestants qui ont mis à sac la préfecture du Puy-en-Velay ont peu de chances d’être des casseurs professionnels. Dans jacquerie numérique, il y a toujours jacquerie. Le régime peut choisir la répression brutale comme ce fut le cas pour la révolte du papier timbré en 1675 en Bretagne. Il peut aussi piéger pour les décrédibiliser les meneurs de la contestation comme ce fut le cas en 1907 avec Marcelin Albert porte-parole des émeutes viticoles dans l’Aude. Un régiment d’infanterie s’était rallié aux « séditieux » ! La difficulté, à ce jour, est que les « gilets jaunes » n’ont pas de représentant reconnu. La démocratie directe, c’est compliqué. De plus personne ne connaît réellement l’état d’esprit des forces de sécurité. Elles appartiennent incontestablement, sociologiquement, à la France qui manifeste, et en partagent les mêmes revendications. Demain elles subiront les mêmes hausses de taxes puis le prélèvement à la source dont personne ne connaît l’impact effectivement opérationnel ni psychologique. Elles sont, après les agriculteurs, la catégorie socio-professionnelle à plus fort taux de suicides. Le principal atout, par défaut, d’Emmanuel Macron est sans doute qu’à ce jour personne ne semble incarner de manière crédible cette révolte sociale et identitaire qu’il faudrait un miracle pour transformer en révolution, voire mieux en contre révolution.

Jean-Pierre Maugendre

Renaissance catholique

Un samedi à Paris : le témoignage d’un spectateur engagé :

Partie 1 : L’arrivée aux Champs Elysées :

Cela aurait pu être un samedi comme un autre, à la veille de l’Avent et en ce temps d’attente de Noël durant lequel les Français se pressent dans les grands magasins ou admirent leurs vitrines richement et joliment décorées, pensant déjà aux cadeaux à faire ou à demander. Et puis cela n’a pas été…

Depuis le midi, en même temps que je corrigeais (encore !) des devoirs d’histoire dans la salle des professeurs du lycée, j’entendais depuis l’ordinateur branché sur une grande chaîne d’information les éclats de ce qui, déjà, se passait à Paris, tout autour de la Place de l’Étoile. Bien sûr, j’aurai pu renoncer à me rendre sur les Champs Élysées, puisqu’il y avait confrontation plus que manifestation, mais je dois avouer que j’en ai eu assez d’entendre tout et parfois n’importe quoi sur ce mouvement inédit de protestation populaire, dans les grands médias comme sur les réseaux sociaux. Déjà, depuis plus de trois semaines, j’écoute attentivement ce qui se dit et se clame parfois dans les cafés de la région, de Dreux à Paris, en passant par Versailles et Noisy-le-Roi, ces cafés qui sont autant, comme l’écrivait Honoré de Balzac « d’assemblées du peuple » ; je découpe consciencieusement tous les articles traitant du sujet des « gilets jaunes » et je suis nombre de débats, parfois virulents au point d’en devenir inaudibles, à la radio ou à la télévision, sur ce même thème. J’essaye de m’informer et de comprendre, de réfléchir et de saisir l’essence du moment et du phénomène ; je discute, par forums interposés et directement par moult conversations et rencontres, avec ces fameux « gilets jaunes » et, plus largement, avec ce peuple des invisibles et des mécontents qui sort aujourd’hui de l’obscurité ou de la relégation médiatiques… J’aurai pu me contenter, à l’abri des gaz lacrymogènes et derrière mon écran, de pontifier sur les événements et sur les causes, et les formes, réelles de cette contestation nouvelle : c’est si facile de savoir pour les autres quand on est dans ma position idéale de fonctionnaire intellectuel qui aura toujours son poste quoiqu’il arrive !

Alors, je suis allé à Paris. Sur la route, la radio crachait ses poumons à travers les témoignages enfiévrés des journalistes et des manifestants, mais le terme « chaos » n’était pas encore affirmé. « Incidents », « violences », « dégradations », etc. : ces mots formaient une sorte de ritournelle endiablée, et les propos graves d’un Premier ministre indigné retentissaient drôlement, provoquant le haussement d’épaules plus que l’émotion. L’Arc de Triomphe était occupé par les émeutiers, puis il ne l’était plus et le secteur était sécurisé malgré des affrontements sporadiques aux alentours de l’Étoile : voilà les dernières informations entendues avant de m’engouffrer dans la bouche de métro de Boulogne-Billancourt. J’avais aussi entendu que le port d’un gilet jaune entraînait l’impossibilité d’accéder aux Champs Élysées et je n’avais pas l’intention de le porter, en fait. Habillé chaudement et le cou enserré dans ma grosse écharpe grise, j’avais juste dans mes poches ma vieille carte d’identité, mon stylo quatre couleurs préféré, un peu de monnaie, mon téléphone portatif et mon petit appareil photo, et rien de plus ! Sur ma veste bleue, la fleur de lys ressortait comme une revendication permanente, visible mais discrète.

Sur les quais du métro, les hauts-parleurs annonçaient une courte liste de stations fermées « par ordre de la préfecture de police », celles qui se trouvaient au cœur des manifestations et des émeutes désormais en cours. Quelques gilets jaunes, comme désœuvrés, semblaient errer sur le quai de la station Alma-Marceau, et suscitaient la panique d’un agent de la RATP qui s’accrochait à son talkie-walkie en annonçant à d’invisibles interlocuteurs la présence de ces dangereux émeutiers en puissance, trois hommes d’âge mûr et visiblement fatigués.

En sortant de la bouche de métro, la première impression était étrange : au loin, des détonations se faisaient entendre, et l’hélicoptère habituel des jours troublés tournoyait au dessus de la Seine. Déjà, les rues, pourtant éloignées des affrontements, étaient jonchées de débris, d’éléments de chantier et de poubelles renversées, tandis que des gilets jaunes, de tous âges et des deux sexes, conversaient le long des trottoirs, assis le plus souvent, une canette à la main et la cigarette au bec. Visiblement, ils étaient issus de ce que l’on nommait jadis les « classes populaires » et venaient de province ou des alentours de la Région parisienne : cela s’entendait à leur langage et se voyait à leurs attitudes maladroites, presque gênées et à la fois fières d’être là, à Paris, au cœur de la nation.

Après un bon quart d’heure de marche dans les rues, j’arrivais enfin à un barrage filtrant mis en place pour empêcher les casseurs de renouveler les dégradations de la semaine précédente : j’ouvrais ma veste et présentais ma carte d’identité tandis qu’un gendarme lourdement harnaché et très poli procédait aux palpations dites de sécurité. Je passais sans encombre avec des familles de gilets jaunes qui plaisantaient avec les forces de l’ordre, sans aucune ambiguïté ni moquerie de part et d’autre : une ambiance bon enfant, en somme, que je retrouvais en accédant ainsi aux fameux Champs Élysées, au moins dans le premiers mètres. Le long de l’avenue aux magasins fermés et sécurisés par de grands panneaux de contreplaqué (sauf les grandes marques de la restauration rapide, souvent remplies de manifestants « affamés »), des centaines de gilets jaunes déambulaient, lançant épisodiquement quelques slogans de façon plutôt décontractée et sans véritable acrimonie, même si le nom de Macron était souvent accolé au mot de démission : en fait, plus qu’une manifestation, cela ressemblait à une promenade festive.

C’est en remontant vers l’Étoile que la rumeur des tempêtes émeutières se faisait plus proche, plus bruyante, plus présente : au niveau du Drugstore, des dizaines de camions de police et de gendarmerie étaient garés en file indienne, et une sorte de bulldozer bleu manœuvrait vers l’une des rues sortant de « la plus belle avenue du monde », selon l’expression touristique consacrée ; dans le ciel, le bourdonnement incessant de l’hélicoptère rappelait la proximité de la confrontation tandis que des groupes de gilets jaunes discutaient, goguenards, avec des gendarmes concentrés mais sans agressivité. Intérieurement, je pensais alors que la préfecture de police aurait pu laisser se dérouler librement une telle manifestation pacifique et contrôlée sur les Champs sans vraiment risquer d’incidents… Il y avait là des familles et toutes les tailles de gilets jaunes, beaucoup de retraités et des groupes politiques parfois improbables et, pour certains, nostalgiques des révolutions, comme ceux qui se promenaient avec Le Bolchevik sous le bras, ou cet homme (devenu un ami il y a peu de temps) aux cheveux gris-blancs avec son blouson de cuir roux qui, en Mai 68, avait soulevé le lycée Hoche contre le Pouvoir en place ! Avec ce dernier, nous nous rendîmes dans une rue adjacente que nous pensions fermée, et là, le décor changeait du tout au tout : il m’avait prévenu que, justement là, il y avait eu du grabuge, et c’est un véritable champ de bataille que je découvrais, à quelques dizaines de mètres seulement des Champs. Des centaines de pavés jonchaient le sol, les cars de police étaient recouverts de peintures diverses et formaient des toiles surréalistes, et les casques bleus luisants se coloraient d’autres éclats… Là, ça criait, ça s’invectivait, ça se bousculait, et les visières étaient baissées, les boucliers déployés, la tension palpable ! Le vif du sujet, en somme…

(suite…)