Écologie & énergie

Les écologistes intégraux contre l’aéroport Notre-Dame-des-Landes :

Revoici, une fois encore, le dossier de Notre-Dame-des-Landes… Le rapport remis au Premier ministre ce mercredi ne tranche pas exactement pour l’une ou l’autre des solutions (soit la construction du nouvel aéroport nantais, soit l’aménagement de l’actuel), et ce n’était pas son rôle car c’est celui du Président de la République de prendre la décision finale. Souhaitons que celle-ci, forcément clivante et désagréable pour l’une ou l’autre des parties engagées dans le débat, prenne en compte les enjeux environnementaux et la nécessité d’en finir avec une politique et une économie du tout-béton qui n’est plus, à l’heure actuelle, ni viable ni même acceptable au regard de nos paysages et de leur aménagement.

 

Dans cette affaire, je me suis toujours trouvé, en tant que militant royaliste et traditionaliste critique, dans le camp des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, camp effectivement très hétérogène dont certains ne veulent voir et reconnaître que les fameux « zadistes », devenus l’obsession d’une Droite et d’une Gauche, toutes deux libérales, qui, en bien d’autres lieux et envers d’autres groupes autrement plus dangereux (y compris idéologiquement), sont beaucoup plus « prudents », pour ne pas dire lâches… Hypocrisie d’un système politicien qui se cherche des ennemis pour éviter de se confronter à ses propres contradictions et à la paresse de son idéologie dominante, fondée sur la mondialisation, la métropolisation et la société de consommation. Ne sont-ce pas, d’ailleurs, ces mêmes « Messieurs » de Nantes et de Loire-Atlantique qui sont à l’origine d’un plan de circulation autour de la ville qui laisse pourtant largement à désirer, comme peuvent le constater les automobilistes du matin, du soir et des périodes vacancières, et qui militent pour un aéroport dont les accès « rapides » ne sont même pas pensés et encore moins financés ? Il y aurait beaucoup à dire sur ce qui apparaît, non comme une maladresse, mais bien comme une inconséquence de la part de notables qui raisonnent en hommes d’un monde fondé sur les énergies fossiles quand il faut réfléchir à celui qui saura s’en passer… La courte vue de ces politiciens républicains et socialistes peut-elle vraiment surprendre quand on connaît les arcanes de la « société de connivence » que dénonçait jadis un certain Philippe de Villiers, et que l’on sait l’absence de prise en compte du « temps long » (ce temps qui n’obéit pas aux seules oukases de l’Économie et aux nécessités du calendrier électoral) par les « élites » autoproclamées du Pays légal ?

 

Que la Droite (une certaine Droite en fait…) soit la plus acharnée, contre sa tradition profonde et sa propre histoire, à défendre le projet d’un aéroport qui sera une verrue polluante de béton et de verre au milieu de ce qui reste d’une campagne de plus en plus étrangère à sa propre vocation, nourricière et accueillante aux hommes qui savent la respecter et lui obéir pour mieux lui commander, selon la formule de Bacon, voici bien une des absurdités de ce monde contemporain enivré de sa propre suffisance et des abus qui le font « vivre » ! Que le catholique Retailleau oublie les leçons de l’encyclique Laudato Si’ et préfère la Sainte Économie au message de la Sainte Église sur la question environnementale en dit long sur les errements de la Droite qui se veut « moderne » à défaut d’être enracinée et « durable »…

 

Dans l’édition du Figaro de ce matin, Philippe de Villiers, fondateur et promoteur du parc à thème du Puy-du-Fou, et retraité (actif) de la politique, dénonce le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec des arguments qui peuvent même faire réfléchir ceux qui pensent en termes purement économiques : « C’est un projet des années 1960 qui est complètement obsolète. A l’époque on pensait que les lignes transcontinentales viendraient se poser sur des plateformes régionales. Or on constate qu’aujourd’hui les low-costs, qui sont ultrasensibles au surcoût aéroportuaire, ne voudront jamais s’installer à Notre-Dame-des-Landes. Les lignes transcontinentales qui font rêver les propagandistes du nouvel aéroport ne viendront jamais là-bas, pas plus qu’elles n’iront à Lyon ou à Nice. C’est un projet utopique et une escroquerie. » De plus, l’économie de la Vendée serait fortement dégradée par l’installation du nouvel aéroport, ce que soulignaient nombre de chefs d’entreprise vendéens au mois de juin dernier, craignant un enclavement aérien définitif de la Vendée, préjudiciable aussi au parc du Puy-du-Fou, comme le rappelle Villiers : « Évidemment le transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes entraverait gravement le développement du Puy-du-Fou. Dois-je rappeler qu’il s’agit d’une des premières concentrations touristiques françaises et la première des Pays de la Loire ? ». L’AFP, reprenant il y a quelques jours des propos du même Philippe de Villiers, synthétisait ses arguments en quelques lignes : « Le temps de trajet, actuellement d’environ une heure entre l’aéroport de Nantes et le parc d’attractions du Puy-du-Fou qu’il a créé, serait, argumente-t-il, triplé en raison d’un « périphérique souvent trop encombré » (je confirme !) et du « pont de Cheviré, fermé en cas de mauvaise météo ». » Quand on sait que le parc du Puy-du-Fou a enregistré en 2016 plus de 2,2 millions de visiteurs et qu’il est au deuxième rang des plus fréquentés de France derrière Disneyland-Paris, et qu’il est une des plus belles réussites françaises sans coûter un seul sou au contribuable (ce qui n’est pas totalement anodin), il ne semble pas inutile de réfléchir aux conséquences concrètes et plutôt néfastes de la construction d’une nouvelle plateforme aéroportuaire à Notre-Dame-des-Landes. D’autant plus que, comme le souligne le Vendéen, en prenant en compte les difficultés récurrentes de circulation autour de Nantes, « les Vendéens « renonceront à aller à Notre-Dame-des-Landes et prendront le train pour aller à Roissy » et « Notre-Dame-des-Landes ne trouvera jamais son point d’équilibre économique », ajoute-t-il. ». Sans oublier que les coûts de construction risqueraient bien d’exploser lorsqu’il faudra créer de nouveaux accès routiers et ferroviaires à cet aéroport pour chercher à le rentabiliser, ce qui promet aussi bien des conflits à venir, de Vannes à Rennes, de Redon à Angers, entre autres… Qu’en pensent et qu’en penseraient alors les contribuables de l’Ouest de la France, appelés à financer de tels équipements condamnés à n’être jamais rentables, du moins pour eux ?

 

Sans être villiériste ni me reconnaître complètement dans l’étiquette de « droite », je ne peux que souscrire à ses propos qui dépassent la seule question de l’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : « Non seulement j’ai la fibre écologiste, mais je ne comprends pas pourquoi la droite ne s’empare pas du sujet de l’écologie. L’écologie est profondément une attitude de droite. Car qu’est-ce que la mission de la droite, si ce n’est l’enracinement, la préservation de nos paysages intimes ? (…) Je suis pour la liberté d’entreprendre, le Puy-du-Fou en est la preuve, mais aussi pour la préservation des écosystèmes. »

 

« L’enracinement, la préservation de nos paysages intimes, la préservation des écosystèmes » : voici un programme que défendent, depuis toujours et longtemps dans le silence assourdissant de la République machiniste et « progressiste », les écologistes intégraux que sont les royalistes héritiers de Chateaubriand, Bourget ou Bernanos, entre autres, et qui se reconnaissent aussi dans les textes de Bertrand de Jouvenel et de JRR Tolkien

 

Notre opposition à la construction d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes n’est pas qu’une position politique, elle est d’abord et surtout un combat de civilisation, et de civilisation française, « à la française » : il n’est pas inutile de le rappeler, et de le faire savoir.

Jean-Philippe Chauvin

Energie libre, ce qu’il faut savoir…

Définissons d’abord ce que nous appelons « Energie libre ». L’énergie libre est pour nous une énergie convertible en forme utilisable depuis une source inépuisable. C’est une énergie parfaitement décentralisée, permettant à chaque foyer d’avoir sa propre source, sans que l’énergie ne soit acheminée par câbles, depuis une source centralisée la produisant. Le but étant l’autonomie citoyenne et le retour des libertés réelles…

Nous précisons également que l’énergie libre n’a absolument rien à voir avec le mouvement perpétuel. Ce dernier est souvent associé à mauvais escient à l’énergie libre, dans le seul but de discréditer toute possibilité d’engendrer cette forme d’énergie. Nous l’affirmons clairement : le mouvement perpétuel est tout simplement impossible techniquement, nous ne traiterons donc pas de ce sujet inutile.

Regardons maintenant concrètement ce qui a été fait pour la création de cette énergie libre.

Revenons aux activités de l’ingénieur Nikola Tesla. En 1899, Tesla emménagea dans son laboratoire à Colorado Springs, dans l’état du Colorado aux Etats-Unis, et entama ses expériences sur les ondes terrestres et atmosphériques afin de trouver de nouvelles formes d’énergie gratuites comme illimitées entre autres. Il eut alors l’idée d’utiliser un phénomène connu sous le nom de « résonance de Schumann ».

Il existe autour de la Terre une cavité qui résonne a une fréquence d’environ huit cycles par seconde. Cette cavité est comprise dans l’espace entre le sol que nous foulons et l’ionosphère. Cette bande, qui fait environ 60 kilomètres est une caisse de résonance tridimensionnelle dans laquelle on peut transmettre de l’énergie électromagnétique de 8 Hz, sans presque aucune atténuation. La résonance de Schumann tire ses mégawatts d’énergie des éclairs qui se produisent plusieurs fois par seconde partout dans le monde.

Sachant qu’une cavité résonante peut être excitée et que l’énergie peut être transmise dans cette cavité, il devrait être possible d’engendrer une résonance puis de transférer l’énergie via la cavité à n’importe quel point de la Terre. Ce qui résulterait à toute fin pratique en une transmission sans fil d’énergie électrique.

C’est donc dans son laboratoire de Colorado Springs que Tesla mit au point la technologie qui lui permit de produire des courants à très haute tension. Le laboratoire abritait une gigantesque bobine Tesla et un mât télescopique permettant d’élever une boule de cuivre à une hauteur de 43 m. Lorsqu’il met l’interrupteur en marche, les éclairs qui apparaissent dans son laboratoire sont retransmis à l’antenne et à la boule de cuivre qui la surmonte. D’immenses éclairs bleus s’échappent alors vers le ciel et atteignent plus de 30m. Le tonnerre provoqué par ces éclairs s’entend à 25 km à la ronde. Pour Tesla, c’est un couronnement : de la foudre fabriquée par l’homme !

Tesla en conclue que le courant d’énergie de la Terre peut être utilisable pour transmission de l’électricité n’importe où sur la planète.

(suite…)

Quelles institutions politiques pour une écologie durable et efficace ? :

La position de Nicolas Hulot, ci-devant ministre de la Transition écologique, sur la sortie progressive mais retardée de l’énergie nucléaire en France, provoque un véritable hourvari chez les écologistes, ce qui est assez compréhensible au regard de l’opposition ancienne de ceux-ci au déploiement puis au maintien des centrales nucléaires dans notre pays, opposition qui connut son apogée dans les années 1970, autour de Plogoff en particulier. A cette époque, les royalistes bretons, en particulier ceux de la Nouvelle Action Française et de la Fédération Royaliste de Bretagne, dénoncèrent une politique énergétique qui semblaient oublier le long terme pour ne répondre qu’à l’instant présent, en une période de forte hausse de la demande intérieure d’électricité liée à l’ère finissante des « Trente glorieuses », rebaptisées « Trente hideuses » par le royaliste Pierre Debray, et à l’extension apparemment sans limites de la société de consommation, extrêmement énergivore : les monarchistes locaux, comme les écologistes officiels mais sans être forcément des anti-nucléaires à tout crin, s’inquiétaient (d’autant plus légitimement au regard de la suite) du manque de concertation de l’État avec les populations locales et de la question environnementale « du lendemain », autant pour la production elle-même (le risque d’accident nucléaire, toujours source d’inquiétude alors) que pour le sort des déchets nucléaires d’après-exploitation. Des sujets toujours d’actualité, plus encore même pour la gestion des poubelles nucléaires et du démantèlement des réacteurs quand on sait que la production électrique de quelques années est suivie d’une déconstruction des centrales qui va durer plus longtemps que la période de fonctionnement et qu’elle va coûter plus cher qu’elle n’a donné et rapporté, et sur un temps, là encore, beaucoup plus étendu que prévu ou qu’annoncé…

Aujourd’hui, il est vrai que « le mal est fait » (on peut le regretter mais c’est un fait et un méfait), et que la dépendance de notre pays à l’énergie nucléaire est si importante qu’une sortie trop brutale risquerait d’entraîner la France dans une sorte de trou noir électrique qui serait forcément et fortement préjudiciable, non seulement à l’économie générale française mais aussi à la vie sociale : piège redoutable, et l’on peut regretter que les royalistes bretons des années 1970 n’aient pas été écoutés, et, au-delà, que la République en ses différents experts et institutions économiques n’ait pas réfléchi à « l’après-nucléaire » qui devait évidemment survenir avec la fin annoncée de l’uranium (dans quelques décennies à l’échelle mondiale, mais depuis 2001 pour les mines françaises). Cela signifie-t-il qu’il faille s’abandonner à une sorte de fatalisme, vain par nature, et renoncer à ce qui paraît comme une nécessité, c’est-à-dire la sortie complète du nucléaire actuel dans des délais possiblement les plus courts ? Bien sûr que non, mais cette sortie ne doit pas être vécue comme une sortie de route mais bien comme une politique mûrement réfléchie et complètement maîtrisée.

Dans Le Figaro (pages économie) de ce mercredi 8 novembre, un expert de RTE (filiale d’EDF chargée des lignes à haute tension), explique « qu’il faut à la France un vrai pilotage de la politique énergétique », ce qui est du simple bon sens, mais qu’il est parfois difficile de faire comprendre à une classe politique et à un « pays légal » plus soucieux de leurs intérêts particuliers que du Bien commun. De plus, cette politique énergétique, qui doit désormais être couplée avec la politique environnementale, souffre d’une absence de continuité (et de volonté…) et, plus encore, de stratégie de long terme, faute de ce pilotage d’État intelligent et mesuré souhaité par de nombreux acteurs de l’économie et de l’écologie concrètes.

Longtemps, l’erreur fut de croire que le souci environnemental n’était qu’une variable d’ajustement dans une politique plus générale, l’écologie étant souvent considérée (à tort) comme un obstacle à l’activité économique du pays, cette dernière parfois confondue avec la seule activité de la Construction, elle-même rimant trop largement avec artificialisation des terres plus qu’avec organisation équilibrée de celles-ci. Cette erreur est aussi et surtout la marque ou la conséquence d’une véritable paresse intellectuelle d’experts plus habitués à raisonner en termes statistiques qu’en termes de prospective et d’imagination.

Pour en revenir à la diminution du parc nucléaire français, elle ne peut se faire dans de bonnes conditions que si l’on arrive, dans le même temps, à améliorer l’efficacité énergétique et à engager une pratique de sobriété électrique, entre autres. Encore faut-il que l’État s’engage dans cette ambition sans barguigner et qu’il montre, non seulement l’exemple, mais la direction, car il n’y aura de révolution écologique qui vaille et qui dure que si c’est l’État qui l’initie et la soutient : cette « révolution par le haut » est la condition de l’efficacité véritable des multiples actions locales, communautaires ou individuelles, qui tendent à diminuer la consommation énergétique et à réduire les effets des activités humaines sur l’environnement. Si l’on laissait la liberté individuelle seul maître de l’écologie, celle-ci n’aurait guère de chance d’advenir concrètement au sein du pays, fut-il « réel » : la société de consommation est une tentatrice terrible

Mais, mener une politique écologiste « intégrale » (et non intégriste) ne doit pas signifier qu’il faille tomber dans une dictature « verte », tout aussi déplorable que la dictature « grise » des industriels du béton ou de l’atome : il s’agit bien plutôt de mener le pays dans la direction d’une politique écologique d’ensemble, et, pour cela, que l’État soit, intimement, la traduction institutionnelle de l’écologie intégrale. La République n’a pas cette capacité d’incarnation que possède, par essence, la Monarchie qui, elle, suit le rythme de la vie, y compris (et d’abord) par celle du souverain même, et se perpétue, naturellement, par la transmission du père au fils, le moyen le plus simple de la succession qui, ainsi, ne doit rien aux pressions de l’Économique ni à celles des féodalités (y compris des industriels du nucléaire et du bâtiment).

En attendant une instauration royale qui paraît encore (malheureusement) assez lointaine, il s’agit d’exercer cette « régence de l’écologie » qui consiste à ne pas laisser passer les possibilités d’une écologie du quotidien et à rappeler constamment les nécessités d’une écologie d’État, juste et mesurée. Polémiquer avec M. Hulot sur le calendrier n’aurait pas grand sens : il importe plutôt de militer pour l’accélérer, par tous les moyens utiles, et d’agir « nous-mêmes », en espérant pour demain, ce « demain nécessaire » pour la France comme pour la vie, tout simplement…

Jean-Philippe Chauvin

Au nom du rendement…

Enfin des journalistes qui se mouillent au 12 45 de M6 ! Vitamine C : une pomme hier = 100 pommes aujourd’hui. Vitamine A : une orange hier = 21 oranges aujourd’hui. Calcium : quatre fois moins dans le brocoli etc.
Il est URGENT de PRENDRE CONSCIENCE, pour votre santé et celle de vos enfants que vos aliments sont devenus des coquilles vides… de nutriments !! Info : http://www.aloeverasante.net/
Être aussi conscient qu’il existe des solutions pour une santé durable. Avec notre délicieuse gamme FiguActiv de LR, nous sommes assurés d’apporter à notre organisme tous les nutriments nécessaires à notre santé ! Car OUI la complémentation en vitamines, minéraux, protéines, fibres etc sont devenus indispensables dans nos pays « civilisés » car pour retrouver les qualités nutritionnelles d’un fruit ou d’un légume des années 1950, il faudrait aujourd’hui en manger une demi-cagette ce qui est impossible ne serait ce qu’a cause du nombre de calories à ingérer ! Cela a été prouvé par l’étude SU.VI.MAX menée en France de 1994 à 2003.

L’ étude Suvimax à d’ailleurs été reconduite et de nouvelles comme l’étude SU.FOL.OM3 ont été également développé durant cinq ans et ont démontré l’importance de la supplémentation pour une bonne santé.
SU.VI.MAX (SUpplémentation en VItamines et Minéraux Anti-oXydants)
SUVIMAX nous montre la limite de notre alimentation et le rôle prépondérant joué par la supplémentation pour la prévention des pathologies.
Alors prenez des compléments alimentaire comme les boissons a l’aloe vera LR, Probiotic PRO 12, Colostrum, Super Omega 3, Probalance, Freedom Plus, Cistus Incanus, VitaActiv, Reishi Plus, …

Les compléments alimentaires sont des sources concentrées de nutriments (vitamines, acides aminés, sels minéraux, acides gras, plantes et extraits de plantes).

Pourquoi une pomme des années 1950 équivaut à 100 pommes d’aujourd’hui? Avec l’augmentation des rendements agricoles, nos aliments sont devenus des coquilles vides… de nutriments. Combien de pêches, d’oranges, de brocolis faut-il ingurgiter pour retrouver les bienfaits d’il y a un demi-siècle? Mordre à pleines dents dans une pêche et avaler… de l’eau sucrée. Manger toujours plus, pour se nourrir de moins en moins. Tandis que, dans les pays développés, nos apports en calories augmentent, la plupart des aliments non transformés que nous consommons – fruits, légumes et céréales – deviennent des coquilles vides sur le plan nutritionnel. Une dizaine d’études d’universités canadiennes, américaines et britanniques, publiées entre 1997 et aujourd’hui, font état d’une dégringolade de la concentration en nutriments dans nos aliments. Ces travaux résumés dans l’étude « Still no free lunch » de Brian Halweil, chercheur au Worldwatch Institute confirment l’essor de la « calorie vide » : grasse, sucrée, mais inutile pour la santé. Même dans les aliments réputés sains, vitamines A et C, protéines, phosphore, calcium, fer et autres minéraux ou oligo-éléments ont été divisés par deux, par vingt-cinq, voire par cent, en un demi-siècle. Pour retrouver les qualités nutritionnelles d’un fruit ou d’un légume des années 1950, il faudrait aujourd’hui en manger une demi-cagette !
Vitamine C : une pomme hier = 100 pommes aujourd’hui

 

Hier, quand nos grand-parents croquaient dans une transparente de Croncel, ils avalaient 400 mg de vitamine C, indispensable à la fabrication et à la réparation de la peau et des os. Aujourd’hui, les supermarchés nous proposent des bacs de Golden standardisées, qui ne nous apportent que 4 mg de vitamine C chacune. Soit cent fois moins. « Après des décennies de croisements, l’industrie agroalimentaire a sélectionné les légumes les plus beaux et les plus résistants, mais rarement les plus riches sur le plan nutritif », déplore Philippe Desbrosses, docteur en sciences de l’environnement à l’université Paris-VII et militant pour la préservation des semences anciennes.
Vitamine A : une orange hier = 21 oranges aujourd’hui
Précieuse pour notre vue et nos défenses immunitaires, la vitamine A est en chute libre dans 17 des 25 fruits et légumes scrutés par des chercheurs canadiens dans une étude synthétisée pour CTV News. Le déclin est total pour la pomme de terre et l’oignon qui, aujourd’hui, n’en contiennent plus le moindre gramme. Il y a un demi-siècle, une seule orange couvrait la quasi-totalité de nos besoins quotidiens – les fameux AJR (apports journaliers recommandés) – en vitamine A. Aujourd’hui, il faudrait en manger 21 pour ingurgiter la même quantité de la précieuse vitamine. De même, une pêche des années 1950 équivaut à 26 pêches aujourd’hui. etc

Archive écologiste royaliste – 3 :

Quels sont les présupposés idéologiques de ce progressisme qui, aujourd’hui, conjugue les sciences et le règne de l’Argent, de cette maximisation de la possession individuelle plutôt que de la recherche du Bien commun ? Il y a, bien sûr, la fameuse formule de Benjamin Franklin : « Time is money » (1), qui explique, par elle-même, tant de choses, et pas des meilleures, et signale le véritable renversement (2) de la compréhension, ou plutôt de l’appréhension humaine du temps, désormais ramené à la valeur monétaire de ce qu’il peut « rapporter » : une désacralisation du temps conjuguée à une valorisation exclusive de l’Argent, qui devient la véritable aune du monde et du temps, de son « utilité » matérielle. C’est le triomphe de l’utilitarisme, rapporté au « profit » individuel et matériel, dans un sens de plus en plus financier, l’argent devenant le vecteur privilégié des relations sociales et celui de la nouvelle hiérarchisation des classes sociales et des personnes : le « gagneur » est alors privilégié au dépens du « meilleur », Bernard Tapie ou Rockfeller au dépens de saint François d’Assise ou des bénévoles…

 

La nature est aussi victime de ce nouvel état d’esprit, dont Benjamin Franklin n’est que l’interprète et qu’il puise dans une culture anglo-saxonne et protestante qui fût, au XVIIIe siècle, « l’idéologie dominante » du monde ouest-européen et qui se confond avec les fameuses « Lumières » dont il n’est pas certain que nombre d’écologistes actuels aient bien mesuré les effets logiques sur la gestion de l’environnement et l’état d’esprit des populations consommatrices.

 

Le Bulletin d’AF Reims de janvier 1971 dont les lignes suivantes sont extraites revient sur les racines de la situation déplorable faite à la nature par la société de consommation, et, en deux paragraphes, développe l’état d’esprit qui, en ces temps contemporains, explique les attitudes capitalistiques, si néfastes pour l’environnement, attitudes qui rompent avec l’esprit d’un Moyen âge qui, à travers les faits et idées de saint François d’Assise, respecte plus la nature donnée (ou « confiée aux hommes ») par le Créateur (selon la tradition catholique) ,dont ses créatures animales et végétales, que l’esprit né de la Réforme. En effet, sans rentrer dans un débat théologique, ce dernier semble assujettir la nature aux hommes sans contreparties ou simple respect de celle-ci, esprit qui survalorise les humains au détriment d’une humilité pourtant nécessaire à l’équilibre des sociétés et à leurs bons rapports avec la nature environnante… Cela n’empêche pas nombre de protestants, à l’image de Jacques Ellul (3), de faire une critique tout aussi virulente d’une société capitaliste de consommation oublieuse de la juste mesure et du cadre environnemental. Mais, désormais, le capitalisme lui-même s’est largement émancipé de sa matrice « réformée » et ce n’est plus l’homme en lui-même qui est valorisé, mais bien plutôt l’individu consommateur et « quantifiable »…

« D’où viennent ces attitudes ? Comment s’explique cette situation ?

 

Pour répondre, il nous faut élargir le débat.

 

« La nature est faite pour l’homme » : tel est l’esprit de la Réforme et du capitalisme. La richesse matérielle acquise sur terre est le seul moyen pour l’homme de se persuader qu’il possède la Grâce. Pour y parvenir, tous les moyens que nous donne Dieu sont bons. La destruction de la nature est un droit inaliénable ; l’extermination des Indiens et des bisons s’est faire Bible en poche. On peut fort bien inonder le monde de gaz toxiques si l’argent que procure cette noble activité de libre entreprise permet l’achat d’une installation privée d’air conditionnée.

 

Et la lutte elle-même, entreprise actuellement contre les nuisances, s’effectue dans le même esprit ; il s’agit de vaincre une bonne fois ce genre de déséconomies externes pour gagner encore plus d’argent ensuite. Plus qu’une lutte du système pour sa survie, c’est un moyen pour lui d’augmenter sa puissance, d’exploiter toujours davantage (4).

 

A l’Action Française, nous considérons [ndlr : au contraire des lignes précédentes, représentatives du nouvel esprit capitaliste] que le milieu naturel n’est pas à notre disposition, n’est pas un citron à presser. C’est un élément de notre héritage, un élément essentiel de notre patrimoine. Nous savons qu’il est vain et dangereux de vouloir lutter contre les lois de la nature mais qu’il faut, au contraire, s’y plier pour pouvoir réellement progresser, non de la manière factice propre aux libéraux. L’environnement est une des composantes de la politique naturelle. Il nous faut le défendre par tous les moyens, et prévenir sa récupération par le système. L’État républicain, esclave des groupes de pression, incapable de mener une politique cohérente à long terme, ne pourra agir que quand cela sera trop tard. L’héritage en sera amputé d’autant. Pour éviter cela, à nous de ramener l’héritier. »

 

Le combat royaliste est ainsi le corollaire indispensable du combat écologiste : en cela, la Monarchie est le moyen institutionnel de l’écologie intégrale en France ; elle est, en somme, « l’écologisme intégral ». La République, elle et malgré les louables efforts d’un Nicolas Hulot aujourd’hui à la tête d’un ministère d’État, reste trop sensible aux pressions des grands groupes financiers et industriels pour pouvoir, en définitive, assumer et assurer, sur le long terme, ce « souci environnemental » qui est, malgré les idéologies « progressistes » et consuméristes, le fondement de toute « mesure » (au sens grec du terme, comme la traduction de pan metron :  « de la mesure en tout ; jamais trop, toujours assez ») nécessaire à la vie et à l’équilibre des sociétés humaines, à la justice sociale elle-même.

 

Que l’on ne s’étonne donc pas que le lys puisse être le meilleur symbole, aujourd’hui, de ce combat écologique qui s’avère désormais une cause politique d’urgence, non de la précipitation et de l’éphémère mais de l’enracinement et du temps long…


Jean-Philippe Chauvin

 

Notes : (1) : « Le temps c’est de l’argent », formule qui donne son sens même au capitalisme désinhibé qui rompt avec ce vieux « capitalisme » (le terme est-il exact, d’ailleurs ? La question mériterait d’être posée) encore familial et traditionnel qui se reconnaissait quelques limites et pouvait accepter un certain partage des fruits de l’économie, tout en valorisant le travail des producteurs et pas seulement « la » seule production, sans limites, ni sociales ni environnementales…

 

(2) : un renversement dont les conséquences se verront dès le XVIIIe, siècle dit « des Lumières », et encore plus dans les siècles suivants avec les révolutions industrielles et économiques d’une part, et « l’imposition douce » de la société de consommation d’autre part.

 

(3) : Jacques Ellul (1912-1994), historien et sociologue, contempteur de la société technicienne et l’un des précurseurs du courant de la décroissance.

 

(4) : N’est-ce pas là la définition même du « capitalisme vert », aujourd’hui qualifié de « développement durable » ? Car il s’agit de « faire des affaires » en réparant les dommages du « développement » et d’une société de consommation que celui-ci, pourtant, tend à atteindre « pour tous » et à donner « à tous », non selon leurs besoins véritables mais selon leurs désirs suscités par cette même société séductrice de consommation, si tentatrice par le biais de la publicité et du crédit, autre nom sympathique de l’endettement…

Archive écologiste royaliste – 2 :

Le souci environnemental s’intègre dans la réflexion plus large sur les conditions de la vie en société et celles de la pérennisation de la Cité nécessaire aux citoyens et à leurs libertés civiques, et, tout bonnement, au bon ordonnancement de la vie en société elle-même : c’est une constante de la politique des royalistes (avec sans doute quelques exceptions pour ces derniers) de s’inquiéter de « ce qui doit durer », en particulier en l’absence angoissante d’une dynastie qui inscrive le temps du moment dans un temps plus long, en amont comme avec la promesse de l’aval. En somme, les royalistes assument une forme de régence idéologique, « en attendant l’héritier », et elle se marque par la volonté de « préserver l’héritage » dont l’environnement, dans tous ses aspects et éléments, est une énorme part et, plus encore, le cadre de vie et de mouvement des sociétés françaises et humaines.

 

En 1971, l’on ne parle pas encore de « Trente glorieuses », ni de « Trente ravageuses », mais les royalistes rémois, eux, marquent leur défiance à l’égard, d’une part, d’une société qui oublie les limites de la biosphère et, d’autre part, d’un État qui, pris dans le grand mouvement de la société de consommation confondu, à tort, avec une juste prospérité (le gaspillage est une forme de la démesure, de l’hubris, de la consommation), ne sait comment réagir aux excès d’un système de plus en plus hégémonique. C’est ce que le Bulletin d’AF Reims de janvier 1971 souligne, dans une perspective éminemment politique et royaliste :

 

« Mais la mise en chantier d’une politique efficace de lutte contre les nuisances nécessite l’utilisation d’importants moyens de financement. Où les trouver ? Les entrepreneurs incriminés ne veulent supporter à eux seuls l’investissement immédiatement improductif que constitue par exemple la construction d’une unité de filtrage. Ils évoquent, souvent avec raison, le handicap qui en résulterait face à la concurrence étrangère (1). C’est à l’État seul, disent-ils, de se charger d’un tel financement. Là, comme ailleurs, le problème est donc politique d’abord.

 

Or, force est de constater que pendant très longtemps aucune force politique n’a fait mention dans son programme, de la défense du milieu naturel. Sauf, de par son origine, l’Action Française, comme nous le verrons plus loin.

 

Pour les bureautechnocrates (2), la lutte pour la préservation de l’environnement n’est que l’une des difficultés liées au passage à la civilisation de post-consommation (3). Le progrès des sciences et des techniques amènera inéluctablement des mutations irréversibles jusque dans l’homme lui-même (4). La transformation sera douloureuse et il faudra bien y perdre tout ce à quoi nous étions attachés dans le cadre de la société de « pénurie ». C’est ainsi que certains envisagent froidement la suppression totale de toute agriculture (5), la chimie pouvant subvenir à nos besoins alimentaires, la suppression des campagnes puisque la population du monde sera telle que la ville s’étendra partout (6); si d’aucuns s’avéraient trop souffrir du complexe de « Cérès » (7), il serait possible de leur allouer une vache qu’ils pourraient élever à loisir.

 

Si tous ne vont pas jusque là, très nombreux sont ceux qui, éloignés depuis longtemps du monde naturel, s’accommodent fort bien de sa déprédation. La finance vagabonde y a encore gros à gagner (8). Un exemple parmi tant d’autres : un important trust pharmaceutique international fait actuellement pression sur les autorités européennes (9), lesquelles ne font pas la sourde oreille, pour que, dans le cadre de la nouvelle législation viti-vinicole, l’addition d’enzymes soit autorisée dans les vins : chose qui représente un marché colossal. »

 

Hélas, mille fois hélas : ce texte royaliste de 1971 n’est pas démenti, bien au contraire, par les 46 années qui nous séparent du temps de sa rédaction…

 

(à suivre)

 

 Jean-Philippe Chauvin

Notes : (1) : Un argument toujours valable, d’ailleurs, même s’il sert parfois aussi d’alibi à quelques sociétés multinationales pour délocaliser dans des pays peu regardants sur la question environnementale (et sociale), sociétés toujours à la recherche du plus grand profit, en particulier sous la pression d’actionnaires peu soucieux de Bien commun et d’écologie.

(2) : La bureautechnocratie est l’un des éléments majeurs et dominants de la société des années 1960-70, synthèse de la technocratie modernisatrice « à tout prix » et souvent progressiste par principe, par idéologie même, plus encore que par raison, et de l’administration (volontairement ?) kafkaïenne de la République, centralisatrice et liberticide par essence, si l’on en croit la critique maurrassienne. Sous la Cinquième, plus encore que les partis, elle constitue l’armature, la superstructure même du système de domination et de contrôle de la société. C’est le penseur royaliste Pierre Debray qui en forge, dans les milieux monarchistes français, la compréhension la mieux assurée et la critique la plus convaincante.

 

(3) : La formule de « civilisation de post-consommation » est-elle la plus appropriée ? Car, en définitive, nous vivons en une civilisation toujours fondée sur la « société de consommation » dans laquelle il faut « consommer pour produire » et qui, ainsi, entraîne le gaspillage et la surenchère technologique autant que consumériste, aujourd’hui plus encore qu’hier. L’auteur a sans doute voulu signifier que le temps d’établissement de la société de consommation était désormais en passe d’être révolu dans notre pays, en cette année 1971, et que l’on entrait dans un monde qui, ayant intégré la logique de ce système, ne se posait plus la question de savoir s’il était légitime ou non… Ce processus de passage est fini, au moins depuis les années 1970 en France, ce qui n’empêche pas les contestations, évidemment (et heureusement). Là encore, ce texte vieux de 46 ans a vu juste…

 

(4) : le transhumanisme et les rêves d’une « humanité augmentée » (surtout pour ceux qui auront les moyens financiers de cette « augmentation »…), aujourd’hui portés par de grandes multinationales des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) : quand la réalité dépasse (ou cherche à le faire) la (science)fiction…

 

(5) : Les projets de quelques experts de la Commission européenne ne sont-ils pas de diminuer toujours plus la population agricole en Europe et ne voit-on pas, en Allemagne ou en Chine, la mise en place d’une agriculture constituée de « méga-fermes » qui sont plus de l’ordre de l’usine à produire de la viande ou des légumes que de la culture et récolte de produits nourriciers ? Et certaines bonnes âmes de Bruxelles y voient « l’avenir de l’agriculture européenne », au nom de « l’adaptation » à la mondialisation…

 

(6) : L’urbanisation galopante dans les pays émergents et la rurbanisation non moins effrayante dans nos pays, qui entraîne la bétonnisation de 82.000 hectares de terres agricoles chaque année en France, soit environ 26 mètres carrés chaque seconde.

 

(7) : Cérès est, en Grèce ancienne, la déesse de l’agriculture et des moissons, qui apprit aux hommes, selon la tradition mythologique, à cultiver la terre et à faire du pain à partir du blé moissonné. Le « complexe de Cérès », c’est le besoin ressenti par les hommes de travailler la terre et de faire fructifier la nature par eux-mêmes.

 

(8) : Les multinationales monopolisent de plus en plus toute production agricole, de l’amont à l’aval, des semences à la grande distribution ou à la restauration rapide. Le système agro-alimentaire est aussi nommé « agrobusiness », terme anglo-saxon qui est sans doute moins hypocrite que sa traduction française : ce « business », c’est aussi le triomphe de l’Argent dans le domaine agricole, et il s’agit bien, dans ce système, de « faire de l’argent » plus encore que de nourrir les hommes en toute mesure et équilibre (l’obésité désormais endémique dans notre société de consommation le prouve à l’envi).

 

(9) : les groupes de pression du secteur pharmaceutique et du secteur de la chimie freinent encore les efforts des associations de sauvegarde de la santé et des États responsables (ils ne le sont ni tous ni toujours, malheureusement) pour empêcher les diverses pollutions et malversations sanitaires : il suffit de considérer l’impossibilité concrète du Parlement européen de tenir une ligne indépendante des grands groupes agro-industriels et, plus grave encore, de constater ses votes qui, conjugués avec les « conseils » de la Commission européenne, sont en train de vider de tout sens l’agriculture biologique, de moins en moins « biologique » et naturelle, pour le plus grand bonheur des « marchands de soupe » qui « récupèrent » ce secteur pour le transformer en toute autre chose que ce qu’il devrait être…

 

Archive écologiste royaliste :

Alors qu’une récente étude de trois chercheurs états-uniens et mexicain évoquent l’accélération de la sixième extinction de masse des espèces animales sur la Terre, étude sur laquelle il nous faudra revenir et qui appelle des réactions appropriées qui, pour l’heure, ne viennent pas ou restent trop timides, y compris en France malgré la bonne volonté de nombre d’associations et de particuliers, et malgré les tentatives de M. Hulot, il n’est pas inutile de rappeler qu’il n’y a sans doute pas d’écologie constructive ni efficace sans la prise en compte par le politique de cet enjeu vital qu’est la préservation de la nature et de ses différents éléments : c’est ce que, très tôt et malgré la priorité donnée alors à d’autres problématiques, quelques royalistes ont compris et développé à travers des articles et des réflexions dont il n’est pas inutile, en définitive, de rappeler les termes, non seulement pour alimenter les archives du royalisme mais surtout pour en tirer quelques leçons et en montrer toute l’actualité, parfois de toute éternité…

 

Ainsi, au début 1971, le Bulletin d’AF Reims, supplément local de la revue royaliste étudiante AFU (AF-Université, anciennement Amitiés Françaises Universitaires, fondée en 1955 et disparue en 1973), publiait en première page un grand article titré « L’environnement », article qui résume la pensée écolo-royaliste avant même que le mot d’écologie ne connaisse le succès qu’on lui reconnaîtra ensuite et que Jean-Charles Masson ne théorise, dans les colonnes du mensuel Je Suis Français, publié par l’Union Royaliste Provençale dans les années 1970-1980, la notion de « l’écologisme intégral ». Cet article mérite d’être reproduit intégralement, avec quelques commentaires (en notes), et en rappelant bien qu’il n’est pas écrit aujourd’hui, mais il y a 46 ans…

 

« Environnement est, ô combien, le terme à la mode ; traduction directe de l’américain, il rassemble en un seul vocable tout ce qui a trait au milieu naturel en relation avec la société humaine. La préservation de ce milieu naturel est indispensable à la survie de l’homme. Le combat pour la défense de l’environnement est le nôtre ; il s’intègre parfaitement dans notre contestation globale du système démo-libéral.

 

Pendant longtemps, les déchets industriels de toute sorte ont été déversés dans l’atmosphère, dans les cours d’eau, les océans, considérés comme des gouffres sans fond. Aujourd’hui, en bien des points du globe, ces poubelles sont pleines et commencent à déborder. Ainsi les grands lacs américains sont biologiquement morts. L’émotion provoquée par le désastre du Torrey Canyon (1) n’a pas empêché la plupart des pétroliers à vidanger leur soute en pleine mer (2). Des milliers d’espèces animales et végétales ont disparues au cours de ces dernières années (3). Les insecticides utilisés par milliers de tonnes se révèlent être de puissants poisons (4). Les emballages en plastique qui font fureur aujourd’hui ne sont pas réintégrables dans le cycle naturel et continueront à flotter sur les océans pendant des millénaires (5). Tout ceci n’est guère réjouissant et conduit en général le lecteur non informé aux limites de l’angoisse. Essayons d’analyser le problème d’une façon scientifique. On distingue à la surface de la terre deux mondes différents : tout d’abord la biosphère antérieure à l’homme qui est capable de se suffire à elle-même et d’absorber ses propres déchets ; d’autre part, la technosphère bâtie par l’homme qui vit en parasite de la biosphère dont elle se sert à la fois comme source de nourriture et comme dépotoir. Or le délai nécessaire à la transformation des équilibres naturels s’exprime en unité géologique ; la biosphère mourra empoisonnée bien avant de pouvoir « digérer » la technosphère. Pour éviter cette issue fatale, il est nécessaire de favoriser sans retard l’action des mécanismes régulateurs existants et d’arrêter la pollution. Plus précisément, les sources d’énergie propres (nucléaire (6), hydraulique, solaire etc. (7)) doivent être totalement substituées à celles qui conduisent à augmenter le pourcentage de gaz carbonique dans l’atmosphère (8) ; les forêts doivent être reconstituées dans l’état du début de notre ère ; toutes les productions humaines (plastiques, etc.) doivent être biodégradables, c’est à dire pouvoir réintégrer le cycle naturel de transformations. »

 

Non, vous ne rêvez pas : c’est bien en 1971 que ces lignes ont été écrites et publiées dans la presse royaliste ! Considérez, en les relisant lentement, le temps que la République a fait perdre à la nécessaire préservation de l’environnement, de notre environnement français en particulier… Et que l’on ne nous dise pas, une fois de plus, que l’on ne savait pas ou que rien n’avait été vu, ni proposé comme remèdes : la simple reproduction de cet article royaliste prouve à l’envi que le souci environnemental, souci éminemment politique, était bien présent, en particulier dans les milieux royalistes « traditionalistes »…

 Jean-Philippe Chauvin

(à suivre)

Pour sauver la flore sauvage de Bretagne :

Depuis que je suis né, si j’en crois la récente étude du Conservatoire botanique de Brest, « 16 % des espèces de la flore bretonne ont disparu ou sont menacées » : ainsi, une part des couleurs de ma province natale n’est plus que souvenir et certains pourraient croire que je vais me contenter d’une nostalgie rassurante pour apaiser l’angoisse d’un lendemain de moins en moins fleuri. Si, effectivement, je regrette cette jeunesse qui fut la mienne, dans une campagne littorale où l’on pouvait encore trouver quelques tortues dans les champs (qui s’en souvient ?) et des fossés pleins de petites fleurs aujourd’hui remplacés par des trottoirs souvent fort inesthétiques, il faut évidemment voir plus loin, et passer du constat au combat.

Les raisons du dépérissement floral sont bien connues et il n’affecte pas que la Bretagne mais toutes les régions du monde, de façon plus ou moins brutale. Développement d’une agriculture très uniformisatrice par volonté productiviste et pour raison exportatrice, et très chimique, au risque de tuer toute nature sauvage considérée souvent comme inutile ou non commercialisable (donc non rentable) ; drainage des zones humides très riches en biodiversité (et dont les fleurs ne sont à la fois qu’un aspect et un maillon) et disparition des marais ; urbanisation, en particulier touristique et littorale, et surtout rurbanisation et grignotage des campagnes par un béton toujours plus envahissant, accompagné d’un gazon qui ne tolère pas les « mauvaises herbes » et éradique ces multiples petites fleurs qui troublent l’harmonie verdâtre de ces pelouses sans âme…

Que faire face à cette situation ? D’abord, prendre conscience qu’il est possible d’agir et de freiner cette dégradation de la biodiversité florale, et les associations de préservation de la nature comme les pouvoirs publics, locaux ou nationaux, peuvent jouer un rôle d’avertisseur et de protecteur. Cette prise de conscience a déjà eu lieu dans de nombreux endroits de Bretagne où, comme à Lancieux, existent des zones protégées, exemptes d’habitation ou de routes goudronnées, que survolent nombre de papillons multicolores, reflet des fleurs du lieu. Mais il faut évidemment augmenter le nombre de ces zones et inciter agriculteurs et particuliers à conserver des espaces un peu sauvages dans lesquelles fleurissent ces plantes : la replantation de haies, un petit carré de céréales préservé de tout herbicide ou la création (ou la préservation) d’un petit étang, ces choses simples et mille fois répétées en tous les endroits de Bretagne sur de petites ou moyennes surfaces, sans même gêner les activités humaines (mais peut-être plus quelques activités spéculatrices et immobilières…), peuvent permettre une meilleure préservation de la flore locale et, dans le même temps, favoriser le maintien, voire le (re)développement d’une faune aujourd’hui tout autant menacée par les aspects envahissants de la société de consommation.

Le Conservatoire donne lui-même quelques conseils, que Le Télégramme publie dans son édition du 29 juin : « « Nous savons que les prairies naturelles ou les zones humides abritent pas mal d’espèces menacées. Il faut tout mettre en œuvre pour en faire des zones protégées ». A ce titre, le conservatoire de Brest a établi plusieurs stations où des plantes rarissimes sont préservées. « Ces zones sont faciles à gérer. Il suffit de prévenir les propriétaires des terrains. En général, ils se sentent concernés et font tout pour nous faciliter la tâche. Ce qu’on leur demande est simple. Parfois, ça se résume à un coup de volant de tracteur, pour éviter d’écraser la zone ». » Cette responsabilisation sans culpabilisation des agriculteurs, et une bonne information des habitants comme des touristes sont les gages d’une heureuse diversité naturelle.

Sans négliger le rôle que peuvent jouer l’État et les autorités publiques locales dans l’achat et la gestion de zones plus vastes (et pas seulement littorales) destinées à mettre en œuvre des politiques de réintroduction et de reproduction d’espèces aujourd’hui en grand danger de par leur proximité avec des zones trop urbanisées ou trop polluées. S’il est bien certain que la Monarchie disposerait d’un atout privilégié pour l’écologie en enracinant une politique environnementale dans le temps long de la continuité dynastique, n’attendons pas pour agir et soutenir toutes les initiatives qui favorisent le maintien et le renouveau de la biodiversité florale comme animale !

Et gardons à l’esprit que « le désespoir en botanique est une sottise absolue » : une leçon d’espérance qui peut être étendue à d’autres domaines, bien sûr…

Jean-Philippe Chauvin

 

 

 

 

 

Dossier : Le Lys écologique

Bernard de Clairvaux disait : « Je n’ai d’autres maîtres que les hêtres et les chênes. Les arbres et les pierres vous apprendront ce que les maîtres ne sauraient enseigner. »

A ce jour malheureusement, c’est l’homme qui impose à la nature sa logique liée pour sa part à celle de l’argent-roi ! L’homme imprégné d’anthropocentrisme depuis la chute du christianisme, s’est cru obligé de mettre en esclavage la nature elle-même. Mais à trop vouloir jouer les apprentis sorciers, tôt ou tard cela se retournera contre nous. Car comment lutter face à plusieurs millions d’années d’instinct de survie et d’adaptation ?

Notre combat à tous doit se faire dans la mise en œuvre de la future révolution énergétique de notre France de demain, celle du lys écologique. Et au-delà même de notre pays, au service de notre mère la Terre !

 

La question environnementale, grande oubliée de la campagne présidentielle :

La question environnementale n’a pas été beaucoup évoquée durant cette campagne, encore moins peut-être qu’il y a cinq ans et beaucoup moins, bien sûr, qu’en 2007, apogée de la préoccupation écologique en France grâce à l’activisme de Nicolas Hulot et à son Pacte pour l’environnement qu’il avait fait signer aux principaux candidats. Certes, quelques prétendants à l’Elysée revendiquent une part d’écologie dans leurs programmes mais les grands médias n’ont guère insisté sur ce thème, et la question fut proprement éludée lors des débats majeurs de la présidentielle, hormis, peut-être, sur le sujet du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et sur ceux de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables.

Ainsi, l’artificialisation des terres et des littoraux peut continuer dans la plus grande indifférence, les candidats prônant une « croissance » qui, par nature, ne peut que poursuivre son grignotage rapide des terres arables et des espaces sauvages au nom de l’emploi ou de la « nécessaire attractivité des territoires » censée être un moteur de l’économie du pays dans la mondialisation, alors qu’elle n’en est plus que l’alibi facile à l’efficacité pas exactement démontrée… C’est bien le piège de cette mondialisation qui enlaidit le local au nom d’un global dont on peut légitimement s’inquiéter des tenants et des aboutissants, et qui sert des intérêts privés, « capitalistiques », formes contemporaines du nouvel âge féodal qui profitent de l’affaiblissement des États, de leurs moyens d’action et de leur autorité politique. Même chose pour la question des semences et des OGM, rappelée dans un livre récent cosigné par Pierre Rabhi et Juliette Duquesne (1), et qui devrait être un véritable thème de campagne si nos candidats voyaient plus loin que le simple quinquennat à venir : il s’agit là du nécessaire maintien de la biodiversité végétale et agricole face à la standardisation et à la privatisation du vivant par de grandes sociétés multinationales qui produisent des semences à l’obsolescence programmée, dégénérant dès la deuxième génération et obligeant les agriculteurs à les racheter chaque année. Mais non, nos « grands candidats » ne s’en soucient guère, et la grande presse, celle qui désormais décide (y compris électroniquement et sur la toile, par le biais d’une nouvelle censure peu sympathique) de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas, au risque d’étouffer certaines informations dérangeantes et quelques contestations naissantes, n’a pas l’intention de soulever le problème. « Dis-moi qui te paye, et je saurai ce que tu penses », pourrait-on ironiser…

Ces quelques exemples prouvent à l’envi que le souci environnemental ne trouve pas vraiment sa place dans le choc de la présidentielle qui agite notre pays, et il nous faut le regretter. Mais la République peut-elle vraiment être « écologiste » ? En fait, le temps court du quinquennat n’est pas adapté aux enjeux ni aux stratégies à mettre en place qui, dans le domaine de l’environnement, nécessitent le temps long d’une ou de plusieurs générations : en somme, c’est la continuité (qui n’est pas l’immobilisme) d’une dynastie qui n’a pas à se soucier des lendemains électoraux, qui apparaît la mieux à même d’enraciner le souci environnemental dans la durée et dans l’État lui-même.

Si nous sommes royalistes, c’est aussi parce que nous sommes logiques en politique et que nous considérons que l’écologie ne peut être intégrale que par son inscription dans une politique qui n’est pas celle du simple « moment » mais de « l’éternité » humaine : pour que les générations qui nous suivent puissent respirer librement et vivre sur une planète encore vivable, tout simplement.

La France, si elle veut agir chez elle et donner l’exemple d’une écologie efficace au monde, a tout intérêt à renouer avec la tradition monarchique : qu’une fleur, le lys, soit son symbole historique, n’est-ce pas, en définitive, révélateur et, surtout, prometteur ?

Jean-Philippe Chauvin

Notes : (1) Pierre Rabhi, Juliette Duquesne, « Les semences, un patrimoine vital en voie de disparition », Presses du Châtelet, 2017.