Banquet camelot

La Monarchie pour une vraie démocratie :

Tandis que la grande ombre de l’abstention s’étendait sur les urnes et que le soleil inondait la France, le Groupe d’Action Royaliste faisait banquet ce dimanche 18 juin pour la dernière fois de l’année scolaire, au terme d’une longue période électorale épuisante et fort déstabilisante pour les anciens équilibres politiques, désormais obsolètes. En présence d’une cinquantaine de convives, Jean-Philippe Chauvin a déroulé quelques éléments de réflexion sur le thème de « la Monarchie pour une vraie démocratie », dont voici le résumé, en quatre parties, dont la première ci-dessous :

La République s’est donnée un nouveau président, à l’issue d’élections plus animées par les affaires et les juges que par les vrais débats économiques, sociaux ou tout simplement politiques : on peut le regretter, mais c’est ainsi… Il est vrai que nous vivons à l’ère de la communication, et le règne de la transparence ressemble de plus en plus à celui des juges. Sommes-nous désormais les sujets d’une République des juges qui s’imposerait au Politique et ordonnerait ses décisions et l’orientation du Pouvoir d’État ? Peut-être pas encore, mais certains en rêvent, et ce n’est pas sain pour la qualité du discours et de la discussion politiques…

Et c’est ainsi, en définitive, que M. Macron a profité des circonstances autant que du soutien, fort peu discret, des grands médias et de l’Union européenne (en ses institutions et commensaux) qui, désormais, s’invite sans vergogne dans nos élections et débats français, décidant pour nous de ce qui est bien et de ce qui est mal. Ainsi, selon la Commission européenne, il ne pouvait y avoir que deux candidats acceptables, viables et, surtout, « eurocompatibles », MM. Fillon et Macron, ce dernier devenant son favori après les ennuis judiciaires du candidat de la Droite républicaine, et son « chouchou » quand il revendiquait haut et fort son europhilie et sa modernité.

Ainsi fut-il élu, presque sans peine…

(suite…)

Il reste encore des places pour le banquet de dimanche :

Dans la grande tradition royaliste des Camelots du Roi et
dans une ambiance festive et de chants…

Vous êtes tous conviés, ainsi que vos familles et amis,
à un Banquet des Camelots et Volontaires du Roi du Groupe d’Action Royaliste
le Dimanche 2 avril 2017

Retenez la date et confirmez votre présence à contact@actionroyaliste.com pour l’organisation.
Le lieu sera précisé
ultérieurement…

« SIT TIBI COPIA SIT SAPIENTIA FORMAQUE DETUR INQUINAT OMNIA
SOLA SUPERBIA SI COMITETUR »

Banquet Camelots le 18 juin 2017 :

Dans la grande tradition royaliste des Camelots du Roi et
dans une ambiance festive et de chants…

Vous êtes tous conviés, ainsi que vos familles et amis,
à un Banquet des Camelots et Volontaires du Roi du Groupe d’Action Royaliste
le Dimanche 2 avril 2017

Retenez la date et confirmez votre présence à contact@actionroyaliste.com pour l’organisation.
Le lieu sera précisé
ultérieurement…

« SIT TIBI COPIA SIT SAPIENTIA FORMAQUE DETUR INQUINAT OMNIA
SOLA SUPERBIA SI COMITETUR »

Rassemblement Henri IV 2017 :

“Je veux qu’il n’y ait si pauvre paysan en mon royaume qu’il n’ait tous les dimanches sa poule au pot.”
Henri IV

Cette phrase emblématique du règne d’Henri IV, nous rappelle pourquoi nous étions ce dimanche, drapeaux flottants au vent, sur le pont neuf pour commémorer ce grand roi.
Cet homme qui n’était pas destiné à régner ne s’est pas contenté de promettre une vie meilleure ; il l’a fait. Il a mis en place une politique sociale, osons le dire ‘’révolutionnaire et moderne’’ ; il s’est mis au service des français et non de l’argent. Un prince proche de son peuple, désintéressé, traditionnel mais non conservateur, motivé par le seul bien commun ; qui pourrais honnêtement attribuer ces qualités à nos dirigeants ?
Claire Colombi était parmi nous comme le Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme qui nous a fait l’honneur de sa présence. Devant la statue du premier des Bourbons il nous a remercié d’être venu. C’est en toute simplicité qu’il a prononcé ces quelques mots, humblement, honnêtement, sans arrière-pensées électorales ; comme un vrai prince de France. Car le roi et son peuple ne font qu’un.
Force est de constater que la république a réussi à s’affubler des mots ‘’démocratie’’, ‘’politique sociale’’, ‘’modernité ‘’ et cherche bien à garder le monopole idéologique de ces termes. Surtout dans cette période d’élections présidentielles où la supercherie n’en apparait que plus flagrante. Querelles partisanes, intérêts financiers, népotisme, misère sociale grandissante, promesses non tenues ,… telle est la triste réalité républicaine. Les français n’ont plus confiance en la politique ni en l’avenir.
Cette cérémonie est donc d’autant plus forte de sens en ce temps instable : « En l’absence d’héritier, gardons l’héritage », l’héritage des vraies valeurs : le désintéressement, l’esprit de service, l’honneur, l’amour du vrai et du beau qui elles sont immuables et ne changent pas de cap à chaque nouveau jeu de chaises musicales ministérielles. Le roi Henri IV est une des grandes figures de ces valeurs que nous défendons, mais il y en a eu tant d’autres dans notre histoire. Ramener la paix et rendre la prospérité à un pays plongé depuis près de 40 ans dans la guerre civile : quel exemple ! Quel message d’espérance aussi !

Au diable guerres,
Rancunes et partis !
Comme nos pères
Chantons en vrais amis,
Au choc des verres
Les roses et les lys.

Discours de Jean-Philippe Chauvin devant la statue de Henri IV :

La leçon politique du roi Henri IV

Dimanche 2 avril, comme chaque année depuis 2008, le Groupe d’Action Royaliste rendait un hommage à la fois historique et très politique au roi Henri IV devant sa statue du Pont Neuf, en présence d’une trentaine de personnes et de nombreux touristes intrigués par les drapeaux multicolores des régiments de la Monarchie d’Ancien régime. Après Frédéric Winckler, président du G.A.R., et avant Mgr Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, j’ai, selon la formule consacrée, prononcé quelques mots, que je livre ici à la lecture. Le texte est parfois un peu différent des paroles effectivement entendues, car le passage de l’écrit à l’oral entraîne parfois quelques coupes ou, à l’inverse, quelques rajouts… Voici, en somme, la version originale telle qu’elle est apparue sous le crayon…

Devant la statue équestre du roi Henri IV, ce n’est jamais une simple commémoration que nous devons faire, c’est un rappel de l’histoire et un appel politique.
Henri IV, qui deviendra le « bon roi Henri » avant même sa mort et sa postérité populaire, a renoué les fils de l’unité française et a permis la réunion des Français alors divisés par tant de guerres civiles, religieuses et politiques tout à la fois. Ce n’était pas une mince affaire, mais il a pu mener cette œuvre parce qu’il a assumé la charge de roi, de ce roi qui n’était pas un suzerain, ni le premier des nobles ni le premier des catholiques, mais bien plutôt, fondamentalement, par son statut de roi de France peu à peu reconnu après son sacre de Chartres, le souverain, le roi de tous les Français, y compris de ses adversaires d’hier et de ceux du moment…
Cette position de hauteur institutionnelle n’est pas la plus facile et elle aurait pu lui donner le vertige. Mais l’on ne choisit pas de devenir roi : c’est le destin ordonné, c’est l’ordre d’une succession dynastique, un ordre forgé jadis et source de légitimité malgré les contestations et les jalousies.

Roi, Henri IV a su réunir autour de lui ceux qui l’aimaient et ceux qui ne l’aimaient pas : miracle de la Monarchie, comme le disait Thierry Maulnier !
Roi, il était la France et on le suivait pour cela, on l’écoutait pour cela : sa parole, ferme, était celle d’un souverain, père et arbitre, et elle portait et, surtout, tranchait, garde du dernier mot…
Roi, il n’était pas un Créon de passage, il était une Antigone qui, du sommet de l’État, sait l’importance de la justice et de l’honneur, ces vertus qui motivent les hommes et les ordonnent au Bien commun.
Roi, il n’était pas le candidat ou l’homme d’un parti : il n’était pas de l’un ou de l’autre, il était au-dessus et, même, au-delà des partis. « La Monarchie n’est pas un parti », répétait à l’envi le comte de Paris du XXe siècle…

C’est bien cette situation de hauteur et de service qui manque tant aujourd’hui, République oblige : car la République, qu’on le veuille ou non, c’est la querelle des féodaux, plus vive encore en période de présidentielle. Quand les arguments des candidats s’affrontent, quand les promesses s’accumulent, quand les postures s’affichent, ce n’est pas la France qui peut en sortir grandie ou réconfortée.
Un président élu, souvent par la peur et par défaut ces dernières décennies, n’est pas un roi : il peut en imiter les gestes, il peut mimer, même, la Monarchie mais tout cela reste la République ; à l’heureux élu président, il manquera toujours le temps, car cinq ans, c’est bien court, comme le remarquait il n’y a pas si longtemps le philosophe Michel Serres. De plus et contrairement au roi, le président sera toujours l’élu d’une partie des Français contre les autres, et on le lui reprochera souvent, malgré tous ses efforts qui peuvent être, reconnaissons-le, méritoires et louables, mais épuisants et souvent inutiles.
Quoique le président élu fasse, la République, par principe, sera toujours la division politique jusqu’au sommet de l’État : la République, c’est la « soustraction permanente », les gagnants moins les perdants…

Henri IV, lui, nous a montré que si la Monarchie n’est pas toujours facile, elle est, d’abord, l’addition des uns et des autres, quelles que soient leurs opinions, leurs positions et leurs antagonismes. Elle est l’unité par le haut qui permet la diversité à tous les étages.
Elle n’a pas vocation à tout régler, ni à créer un « homme nouveau », mais la Monarchie est ce régime capable d’oublier les fautes des uns ou des autres pour ne valoriser que leurs qualités et leurs énergies, comme l’a prouvé Henri IV et tant de nos rois, avant et après lui.
En ces temps de longue et dure querelle présidentielle, Henri IV nous rappelle que l’union des Français autour de l’État et du pays est toujours possible, au-delà des divergences d’opinion ou de sensibilités. Et c’est la Monarchie qui est le meilleur moyen de cette union nécessaire pour affronter la rudesse des temps qui sont et de ceux qui viennent.
Pour que vive la France, dans la paix, la concorde et le libre débat, oui, encore une fois et quatre siècles après le règne d’Henri, reprenons le vieux cri du pays : Vive le Roi !

Jean-Philippe Chauvin

Banquet Camelot le 2 avril 2017 :

Dans la grande tradition royaliste des Camelots du Roi et
dans une ambiance festive et de chants…

Vous êtes tous conviés, ainsi que vos familles et amis,
à un Banquet des Camelots et Volontaires du Roi du Groupe d’Action Royaliste
le Dimanche 2 avril 2017

Retenez la date et confirmez votre présence à contact@actionroyaliste.com pour l’organisation.
Le lieu sera précisé
ultérieurement…

« SIT TIBI COPIA SIT SAPIENTIA FORMAQUE DETUR INQUINAT OMNIA
SOLA SUPERBIA SI COMITETUR »

Adieu Claire Séverac :

Cette fin d’année fut endeuillée par la perte de Claire Séverac, une amie et voisine de quelques lieu, avec laquelle j’aimais partager quelques discussions autour de repas. Elle dénonçait depuis des années les scandales des trusts pharmaceutiques mais pas seulement, comme les agissements du nouvel ordre mondial en matière de manipulations des populations civiles.

Que ce soit des curieuses traînée blanches (Chemtrails) et des produits toxiques dont nous recevons les effets, le temps détraqué, les catastrophe météorologiques, les mutations génétiques, expériences de la CIA sur des individus, manipulations mentales, armes bactériologiques, implants sur tissus humains, néo-particules, bref un monde de robots qui se prépare dan la naïveté absolue des peuples !

Claire a étayé ses recherches de documents déclassifiés de l’armée, de rapports d’experts comme de scientifiques, bref un mensonge bien plus grand que l’on ne peut imaginer, l’ère du transhumanisme et l’eugénisme est à notre porte !

Tout cela évidemment sous couvert de bons sentiments « humanistes » alors que le but est de réduire manifestement le nombre d’êtres vivants dans le monde…

Claire venait du monde artistique, elle a vécu une période de sa vie avec David Soul (Starsky et Hutch), duos avec Charles Dumont, Donna Summer, Emmylou Harris. Elle fit de nombreux ouvrages sur lesquels nous reviendrons. Nous l’avons avec plaisir accueillie lors de notre Banquet de janvier 2016, où elle nous parla de ses dernières investigations, au revoir Chère Claire.

Intervention de Claire Séverac lors du Banquet Camelots du 31 janvier 2016 :

 

COMMANDEZ LE LIVRE « LA GUERRE SECRETE CONTRE LES PEUPLES » DE CLAIRE SEVERAC :
CLIQUEZ ICI

Compte-rendu Banquet du 19 juin 2016 :

présentation

Ce dimanche 19 juin signera le dernier banquet de l’année pour nos chers étudiants et professeurs du Groupe d’Action Royaliste. Bien entendu, comme il est toujours précisé par nos orateurs, les vacances sont méritées par les militants et sont l’occasion d’adopter un rythme de croisière pendant deux mois, sans pour autant oublier la cause !

En effet, tous les militants doivent profiter de leurs déplacements sur leurs lieux de vacance pour y laisser leur marque… De plus, la période estivale est toujours plus propice au dialogue et les français en profitent pour se libérer l’esprit, et pourquoi pas avec une dose de royalisme libérateur pour les cerveaux trop préoccuper à leurs activités professionnelles le reste de l’année.

Comme toujours, ce banquet a été l’occasion de quelques discours de qualité, avec notamment Frédéric Wincler intervenu sur le rôle du GAR et ses spécificités, la revendication permanente de son indépendance et la satisfaction du travail accompli par ses volontaires.

J.P. Chauvin est intervenu sur l’actualité réjouissante de la sortie prévisible de la Grande Bretagne du l’UE, mais aussi sur des sujets plus français, tel que l’aéroport de Notre Dame des Landes…

Adrien Abauzit est quant à lui revenu sur le comportement de nos politiques et leur fâcheuse tendance à être plein de certitudes, illustré par une parabole historique, ce dernier a mis en évidence le prix que pouvait avoir ce type d’attitude de la part de nos politiques. Ce prix, qui est toujours payé par le peuple, par son sang ou par sa misère.

La transition vers l’espoir d’un prochain référendum qui pourrait, pourquoi pas inciter le peuple à se faire consulter davantage et à devenir acteur de son quotidien plutôt que d’abandonner son rôle de citoyen à une oligarchie qui tente de nous « gouverner ».

fredparle

fredparle2

jpparle

jpparle2

adrienparle

lasalle

jptshirt

dameduresto

Banquet Camelots le dimanche 19 juin 2016 :

Visubanquetjuin20162

Dans la grande tradition royaliste des Camelots du Roi et dans une ambiance festive et de chants…
Vous êtes tous conviés, ainsi que vos familles et amis,
à un Banquet des Camelots et Volontaires du Roi du Groupe d’Action Royaliste
le Dimanche 19 juin 2016

Retenez la date et confirmez votre présence à contact@actionroyaliste.com pour l’organisation.
Le lieu sera précisé
ultérieurement…

« SIT TIBI COPIA SIT SAPIENTIA FORMAQUE DETUR INQUINAT OMNIA SOLA SUPERBIA SI COMITETUR »

Compte-rendu Banquet Camelots du 20 mars 2016 :

gerbestatue

Nous étions réunis dimanche dernier pour le 45ème banquet. Un banquet réussi ne serait commencé sans un bon rappel sur l’éthique et la ligne directrice du GAR par Frédéric Winkler. Le thème majeur de ce banquet était les colères paysannes. En effet, nous avons pu voir dans les médias ces dernières semaines et depuis le début de cette année que la tension monte au sein du monde agricole ! Cependant ce n’est pas nouveau, ces derniers soulèvements ne sont qu’une suite à une longue série de protestations dont nous sommes les témoins depuis plus d’une dizaine d’années.

C’est ce que Jean-Philippe Chauvin a tenu à nous rappeler, à juste titre. Les médias ont fait de ces évènements de quelque chose d’exceptionnel mais il n’en est rien, chaque jour ces agriculteurs courageux sont un peu plus menacés. L’Europe et les grandes firmes transnationales ne font qu’empirer la situation. Le consommateur a voulu acheter toujours moins cher et cela arrange bien les patrons de ces firmes qui, grâce à l’espace Schengen, entre autres, achètent à celui qui produit le plus et vend le moins cher ! Autant dire que devant les serres chimiques d’Espagne nos agriculteurs français subissent une concurrence déloyale ! Et pourtant les firmes transnationales et le capitalisme qui ont poussés les agriculteurs à s’endetter pour rentrer dans la danse de la mondialisation promettaient une concurrence pure et parfaite …

Je pense que l’on peut conclure avec deux chiffres ; en 1988 nous avions encore 1 million d’agriculteurs en France, aujourd’hui il en reste environs 500 000. Le capitalisme au fil des années s’est finalement retourné contre les pays Occidentaux ou plutôt les dirigeants de nos pays qui en avait tant vanté les soi-disant bienfaits économiques que cela pourrait nous apporter. Mais voilà, aujourd’hui nous connaissons un taux de chômage que l’on n’avait encore jamais atteint en France et, la classe ouvrière a presque complètement disparu puisque nous avons délocaliser toutes nos usines. Finalement nous avons aidé des pays à se développer et à devenir de réelles puissances économiques sur le marché, ce qui a pour conséquence qu’aujourd’hui nous ne contrôlons plus rien, nos politiques sont totalement dépassés. Cette situation me rappelle cette citation de Jacques-Bénigne Bossuet « Dieu se rit des hommes qui se plaignent des effets dont ils chérissent les causes ».

En effet, avant de rentrer au sein du processus du capitalisme les politiques ne savaient pas où ils emmenaient leur peuple. Olivier Tournafond a tenu à nous rappeler que le capitalisme nous a permis d’atteindre notre niveau de vie actuel, si nos politiques avaient été capable de contrôler ce processus nous aurions pu en éviter les dérives que nous connaissons actuellement. Nous sommes aujourd’hui sacrifiés par nos politiques qui nous ont totalement abandonné aux mains de la finance et d’une économie complètement dérégulée. Remercions enfin Marion Sigaut et Claire Colombi de leur présence. Chers amis, notre jour viendra et, il est proche !

Aurélie.

gerbestatue2

Fred parle

Jp chante 2

JP Parle 2

Jp chante

La salle

Tournafond parle 2

Tournafond parle

Marion parle

JP Parle

devantpantheon