Sacr TV

La mascarade des présidentielles – Entretien avec J-P Chauvin :

Petit entretien avec Jean-Philippe Chauvin, militant et vice-président du Groupe d’Action Royaliste, sur la mascarade des présidentielles.

1:00 – 1- Que penser des présidentielles en général ? N’y-a-t’il pas mieux en matière de démocratie ?
4:16 – 2 – Quel rôle peuvent avoir les Royalistes dans ce genre d’élection ? Voter à la présidentielle est-ce vraiment utile ?
6:35 – 3 – S’il y avait un Roi en France, les Français ne voteraient plus pour un représentant à la place suprême, est-ce selon vous un bienfait ou une perte considérable ?
9:30 – 4 – Après avoir été élu le candidat, devenu président, aime à rappeler qu’il incarne l’unité du pays et qu’il représente tous les français. Que pensez-vous de cette définition faite par les présidents eux-mêmes ?
12:10 – 5 – Le mot « Fraternité » se trouve dans la devise républicaine, alors que les présidentielles sont au contraire une démonstration de la divisions des partis, et donc des Français. Selon vous par quoi faudrait-il remplacer les partis politiques ?

Le désastre de la IIIè république – De Bismarck à la Grande Guerre :

Du 19 juillet 1870 au 29 janvier 1871, la France de Napoléon III et les États allemands coalisés sous l’égide de la Prusse sont en guerres. Mal préparés, le plus souvent inférieurs en nombre et très mal commandés, les Français furent sévèrement battus dans plusieurs des batailles jalonnant cette période de guerre. La défaite de Sedan et la capitulation de Napoléon III, provoquèrent la chute du Second Empire. La victoire prussienne est totale, mais cette guerre ne fut que l’amorce des deux guerres mondiales qui affaibliront considérablement la France durant le XXème siècle.

Le Second Empire de Napoléon III fut remplacé par la troisième république. Bismarck se montra favorable au maintien de cette république, car il pensait que ce régime empêcherait la France de concocter des alliances avec les monarchies européennes. En réalité, il craignait les monarchistes, parce qu’ils possédaient cet esprit revanchard qui le répugnait. De plus, la monarchie pouvait créer un régime fort qui essayerait éventuellement de reconquérir les territoires perdus. Le 24 mai 1873, Bismarck accueille très mal le fait que le nouveau gouvernement français se composait majoritairement de monarchistes catholiques. Toutefois, il avait déjà mis en place un premier système d’alliance et espérait ainsi contrer toutes les initiatives diplomatiques possibles de la France. Cette crainte d’un retour à la Monarchie en France, Bismarck l’exprima clairement dans une lettre qu’il fit au Baron Harry Von Arnim alors Ministre plénipotentiaire à Paris de 1871 à 1874, le 16 novembre 1871.

(suite…)

L’enseignement et l’éthique de nos Rois :

« Autre chose est ce qu’était le Roi de France sur son trône et ce qu’il était dans l’imagination du peuple ». E. Renan

 

Le linguiste Michel Bréal dans « Quelques mots sur l’Instruction publique en France », écrivait : « Parmi toutes les nations du monde, la France présente le spectacle d’un peuple qui a pris son propre passé en aversion. On dirait une population d’esclaves qui vient de renvoyer ses maîtres et qui ne veut plus se souvenir du temps de sa servitude. […] Je ne crois pas que les luttes de la fin du XVIIIème siècle et la mauvaise littérature du notre suffisent pour expliquer une aussi étrange répulsion. On ne peut haïr à tel point ce qu’on ignore, et la principale raison d’un état d’esprit si peu naturel, c’est que l’imagination du peuple a gardé le souvenir amplifié de crimes et des misères du temps passé, sans qu’on ait pris soin de lui en rappeler les bienfaits et les grandeurs. »

L’objectif de cette vidéo est de rappeler justement les bienfaits et les grandeurs du temps passé. Plus exactement mettre en évidence l’éducation et l’éthique de nos Rois ainsi que leurs relations quotidiennes avec le peuple français au-delà de toute caricature républicaine. On peut dénaturer l’histoire mais en dehors de toute idéologie, restent imperturbables, les faits et c’est eux que nous allons écouter…Commençons avec l’un de nos plus grands Rois : Louis IX ou Saint Louis. Voici ce qu’il écrivait à son fils, le futur Philippe III Le Hardi, dans son Testament :

« Cher fils, s’il advient que tu deviennes roi, prends soin d’avoir les qualités qui appartiennent aux rois, c’est-à-dire que tu sois si juste que, quoi qu’il arrive, tu ne t’écartes de la justice. Et s’il advient qu’il y ait querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu’à ce que tu saches la vérité, et quand tu la connaîtras, fais justice. »

En Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe ! Nous y voyons la continuité du roi des hébreux Salomon, fils de David, dont nos rois, comme Saint Louis, continueront l’enseignement, en Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe !

(suite…)

Nos raisons pour la Monarchie – 3 :

NOS RAISONS POUR LA MONARCHIE :


Contrairement à ce que l’on nous fait souvent croire, la république n’est pas le meilleur des systèmes de gouvernement. Il n’existe pas à vrai dire de système politique parfait, et la Monarchie ne fait pas exception. Mais dans son imperfection, la Monarchie offre bien plus de possibilité que la république actuelle. Il ne sert à rien non plus d’envisager une sixième ou septième voire huitième république, car lorsque l’on fait le bilan des cinq premières depuis 1792, force est de constater que la faiblesse, l’absence de continuité et l’instabilité sont des symptômes inhérent à ce système. Ce qui explique l’état actuel de notre pays en a peine deux siècles. Une république forte, stable et durable ne serait qu’une république singeant la monarchie. Et pour ainsi dire ça ne serait même plus une république car comme nous l’avons dit c’est la faiblesse, l’absence de continuité et l’instabilité qui constituent les caractéristiques principales d’une république.

C’est ce que le Norvégien diplomate et homme d’Etat Fridtjof Nansen avait compris, lorsqu’il répondit à un journaliste français sur le choix de ses compatriotes pour la Royauté, et non la République en 1905, après leur séparation du royaume de Suède :
« Nous avons choisi la Monarchie pour trois motifs :
« Le premier, c’est que, la Norvège n’étant pas riche, nous voulons un gouvernement économique, et, vous le savez, il n’y a pas de gouvernement plus coûteux que la République.
Le deuxième, c’est que nous voulons être forts ; et la République nous eût rendu trop faible vis-à-vis de la Suède.
Enfin, nous voulons être libre ; nous ne nous soucions nullement de subir la tyrannie des partis. »

Alors qu’attendons-nous aussi pour être libre ? La Monarchie c’est l’autorité en haut et les libertés en bas ! L’un étant la conséquence de l’autre !

Quelque-soit la Monarchie de demain, la seule chose que nous pouvons garantir c’est que dans tous les cas, le Roi sera indépendant, il sera au-dessus des lobbies et des partis. Qu’il reste un gouvernement humain avec ses qualités et ses défauts. La durée lui exige un sens aigu des responsabilités au risque d’une déstabilisation qui lui serait fatale comme ce fut le cas dans l’histoire. Le règne des partis disparaitra naturellement car son pouvoir, pour durer, devra reposer sur une représentation réelle de la nation, basé sur les familles et associations professionnelles, les villes et les provinces libérée du joug partisan…

La monarchie sera toute à la fois active, « traditionnelle dans ses principes, moderne dans ses institutions ».
Il ne tient qu’à nous d’en reconnaître les vertus, et de tout faire pour que dans un futur proche, les lys refleurissent notre destinée pour une nouvelle aventure Capétienne. Nous retrouverions alors la possibilité d’un humanisme dont un univers dominé par des financiers restera à jamais dépourvu…

Notre jour viendra !

L’extermination une valeur sûre de la république :

« Que la foudre éclate par humanité ! ayons le courage de marcher sur des cadavres, pour arriver à la liberté »

Fouché de Nantes

Mars 1793, c’est le début des Guerres de Vendée. A peine quatre ans après la révolution dite « française », les paysans de l’ouest, échaudés par l’exécution du roi Louis XVI et les mesures antireligieuses des révolutionnaires parisiens, assaillent les autorités municipales. Armés de faux et de fourches, résolus et enthousiastes, parce qu’ils défendaient leurs familles et leurs terres, les insurgés, dans un premier temps, chassent les « Bleus » (les soldats de la République étaient ainsi nommés en raison de leur uniforme) et rétablissent le culte catholique dans leurs villages. Culte renié car comme la monarchie, il empêchait le monde de la finance de détruire les protections ouvrières (corporations) et d’établir l’usure…

Prenant de l’assurance, ils constituent une « Armée Catholique et Royale » avec environ 40 000 hommes indisciplinés et sans expérience militaire à l’exception d’une dizaine de milliers d’anciens soldats et quelques officiers à leur tête, plus souvent obligés de venir qu’enthousiastes, sachant l’inégalité des combats qui arriveraient !

Mais l’armée vendéenne, après avoir accumulée au début beaucoup de victoires, fut anéantie à Savenay le 24 décembre 1793. La république n’était donc plus en danger. Pourtant un plan d’extermination massive et systématique, fut mis en place par cette même république qui revendiquait pourtant sa légitimité au sein du peuple.

Des décrets sont votés le 1er août et le 1er octobre 1793 ordonnant explicitement l’extermination des vendéens. C’est le général Turreau, nommé à la tête de l’armée de l’ouest le 27 novembre 1793, qui à la tête de ses colonnes infernales, dont il eut l’idée, s’occupera de la besogne.

Ce dernier proposa de scinder l’armée Républicaine en 12 colonnes qui sillonneront la Vendée détruisant et exterminant tout ce qui vit sur leurs passages.

Les 735 communes de la Vendée militaire sont répertoriées afin que chacune d’entre elles reçoivent la « visite » d’une des colonnes.

Les troupes républicaines se retrouvent face à des vieillards, des femmes, des enfants et des hommes désarmés.

Durant 5 mois, ce ne fut que meurtres, viols, tortures, pillages et destruction sur toute la Vendée. Les troupes républicaines massacrèrent également les « patriotes » qui étaient cependant de leur côté, n’ayant d’autre tort que d’être Vendéens !

Les combats vont durer avec plus ou moins d’intensité durant trois ans, jusqu’au mois de mars 1796. Si un bilan précis est impossible à établir certaines estimations vont de 120 000 à environ 300.000 morts, et parfois plus. Sur une population totale d’environ 800 000 habitants.

(suite…)

Monarchie et écologie :

L’écologie c’est transmettre comme finalement la Monarchie. C’est le respect de l’environnement dans l’ordre naturel. La monarchie est un système héréditaire respectant le principe de la famille et qu’y a-t-il de plus naturel ? Jamais aucun système politique n’a plus respecté l’environnement dans ses constructions et son urbanisme se mariant harmonieusement avec son entourage.

Les actions pour demain :

– Commencer un démantèlement des installations nucléaires, voir étudier le moyen de rendre ces structures inoffensives et agréables à la vue (pollution visuelle).
– Développer des énergies ne mettant pas en péril la civilisation et l’avenir de notre peuple, à commencer par rattraper notre retard sur l’énergie libre de Tesla et la voiture électrique.
– Un rapport de l’Agence Internationale de l’Energie daté de 2004, montre la répartition historique, année par année, entre 1985 et 2002 des dépenses pour le développement des énergies en France. On constate que le nucléaire a bénéficié de 85 à 90% des ressources publiques. Et les énergies renouvelables ? Moins de 2% ! Il faut inverser la tendance !
– Penser à une politique basé sur l’indépendance énergétique (eau, soleil, vent, thermique, biogaz, énergie libre…) tout en ne sacrifiant pas nos paysages (éoliennes)
– Reprendre son pouvoir citoyen de décision, comment accepter de se laisser imposer une source d’énergie polluante et dangereuse près de soi, sans pouvoir de décision démocratique local ? Nous devons plus que jamais reprendre aux institutions de l’Etat, ce qu’il a usurpé du pouvoir de décision qui nous incombait…
– Certes une prise de conscience citoyenne est nécessaire, la population est-t-elle prête à cela ? Le conformisme ambiant et l’abandon des responsabilités sont plus dans l’air ambiant.
– Il est clair qu’un tel apprentissage doit se faire de bonne heure par l’éducation, des mesures incitatives et une réelle volonté réformatrice. D’ailleurs il serait bon de l’appliquer à d’autres formes de gaspillages sans fins de notre société de consommation
– Il est inadmissible que notre argent finance des projets sans notre consentement étant donné les graves conséquences que cela entraîne pour notre santé et l’avenir de notre pays…
A nous de concourir à la future révolution énergétique !

Notre Jour Viendra !

Nos raisons pour la Monarchie – 2 :

NOS RAISONS POUR LA MONARCHIE :

Il est indispensable de consacrer clairement le droit d’initiative comme en Suisse. Le peuple n’est pas la source du pouvoir, il n’a pas le pouvoir, mais il doit avoir du pouvoir, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.
– Compétence très large de la population dans les affaires communale, comme en Suisse.
– Compétence large, mais contrôlée par le gouvernement et le parlement, dans les affaires provinciales…
– Compétence réelle, mais plus limitée, dans les affaires nationales. Le « droit d’initiative » doit être reconnu largement comme en Suisse par la réunion d’un certain nombre de milliers de signatures. Mais Il ne faut pas que des votations puissent être organisées à tort et à travers, sans contrôle, sur tout et sur n’importe quoi ! En effet le danger d’abus de majorité est réel et le risque de manipulation par les groupes de pression est important. C’est un des graves problèmes que doit affronter actuellement la démocratie suisse qui ne peut actuellement compter, à peu de chose près, que sur la prudence de l’électeur…
Un contrôle royal doit donc être possible par la technique de la « pragmatique sanction », autrement dit si une votation parait de nature à produire des effets délétères ou abusifs, le Roi et l’assemblée des Etats Généraux doit pouvoir s’y opposer.
Plus précisément, la population (à l’échelle nationale) doit pouvoir exiger discrétionnairement des référendums pour toutes les questions qui touchent à son identité (langue, mœurs, famille, immigration, droit des étrangers), à ses biens (fiscalité, charges sociales, dépenses publiques), à ses libertés (police de la circulation, libertés fondamentales, liberté d’expression), à ses traditions (mariage, religion), à son mode de vie.
Mais en dehors de ces domaines incontestés du référendum, le droit d’initiative doit être sous le contrôle du roi et de la pragmatique sanction.

Un bon gouvernement doit favoriser toujours les initiatives, individuelles, communales, provinciales. Les orienter vers le bien commun est sa vraie fonction et son éthique.
De ce fait, il faut que les forces vives de la nation décident de se constituer en « Etats-Généraux » réunissant les délégués, hommes et femmes, de toutes professions, communes, familles, Provinces, pour que puisse enfin s’exprimer la voix du Pays réel.

Le Roi sera soumis aux lois fondamentales du royaume, véritable charte des droits et devoirs de l’Etat. Il œuvrera exclusivement pour le bien de la France et au service de l’intérêt général. Le Roi par définition est au-dessus de tous groupes de pression et d’influence, qu’ils soient financiers ou autres. Le principe même de la Monarchie c’est l’indépendance de l’Etat, à travers sa magistrature suprême. C’est lui qui reconnaîtra ou destituera officiellement son 1er ministre. Ce dernier pouvant être élu directement par le corps électoral français mais possiblement révocable après au moins un an de gouvernement, en fonction de la situation, des besoins politiques, voir au regard des nécessaires équilibres politiques. Le 1er ministre nommera les membres de son gouvernement, mais le Roi aura également un droit de destituer ceux-ci, s’il estime qu’ils ne sont pas à la hauteur.
Le Roi sera le garant de la Justice, de la Politique extérieure. Il sera chef des Armées, aura un pouvoir arbitral et fédérateur. Il pourra également proposer, voire imposer des référendums sur des sujets qu’il estimera devoir soumettre à l’avis du peuple. Inversement par le biais des doléances nationales, les Français pourront exiger des référendums sur des sujets qui les intéressent, les préoccupent, les motivent particulièrement, par la pratique d’un droit de pétition élargi.

L’avenir à l’ère de Tesla :

Vous connaissez sans doute, ou du moins avez-vous déjà entendu parler du film « Total recall » réalisé par Paul Verhoeven en 1990, avec comme vedettes principales Arnold Schwarzenegger et Sharon Stone ? Si ce n’est pas le cas, nous vous invitons à le découvrir. Dans ce film il est question d’un futur ou Mars est colonisée et exploitée pour le turbinium enfoui dans son sous-sol. La planète est tyranniquement administrée par un homme d’affaire, qui contrôle les mines et l’approvisionnement en oxygène. Il s’enrichit en fournissant cet oxygène aux colons alors que dans les sous-sols de Mars se trouve une technologie millénaire pouvant à elle seule redonner de l’oxygène gratuitement à toute la planète entière. L’homme d’affaire le sait bien, mais l’argent à plus de valeur pour lui, alors il condamne l’accès à cette technologie. La suite à vous de la découvrir ou la redécouvrir…

Pourquoi citons-nous ce film ? Tout simplement parce qu’à ce jour, notre situation se présente un peu à la manière des colons sur mars du film de Verhoeven. A la différence que le problème n’est pas l’oxygène, que nous pouvons respirer encore gratuitement sur toute notre planète, mais plutôt l’énergie électrique. Savez-vous par exemple qu’en 1899, alors que la technologie automobile ainsi que la maîtrise de l’électricité n’en étaient qu’à leurs balbutiements, ce fut cette année-là qu’une voiture électrique, la « Jamais contente », en forme de torpille sur roues, établi le record de vitesse ? La vitesse atteinte fut de 105,98 km/h, le 29 avril 1899 à Achères. C’était la toute première voiture à franchir les 100km/h, et elle était électrique ! Avec l’évolution logique des technologies au fil des années, on imagine parfaitement le genre de voitures électriques dont nous aurions pu bénéficier alors, si les constructeurs et les financiers avaient misé sur la motorisation électrique plutôt que le moteur à combustion interne. On aurait des voitures 100% électriques non polluantes et ayant les mêmes capacités que nos véhicules diesel ou à essence actuel. C’était sans compter le pétrole ! Il était plus facile de s’enrichir avec cette matière première indispensable pour les moteurs à combustion, plutôt que de se soucier d’écologie ou d’énergie propre, pour un avenir plus sain !
Mais le pire reste à venir… Nous allons maintenant vous parler du cas Nikola Tesla.

(suite…)