Sacr TV

Sans repentance – La bataille de France (1940)

Suite à la sortie prochaine ( 19 juillet 2017) du film « Dunkerque » de Christopher Nolan, présentant une vision purement anglo-saxonne de ce douloureux épisode de la bataille de France, nous souhaitions rappeler l’héroïsme et le sacrifice de nos combattants français durant ce conflit mondial. Cette vidéo met en lumière ce que furent nos soldats sur les théâtres des opérations, montrant par là même que nous n’avons pas à avoir honte de la combattivité de nos soldats, et ce bien avant que n’apparaisse ce qui sera la « résistance »…

En souvenir de Guy Steinbach (28/10/1918 – 7/11/2013), ancien du 7ème Bataillon des Chars Légers Modernes (BCLM), doyen des Camelots du Roi, président d’honneur de Marius Plateau (Anciens Combattants d’Action française et Souvenir des Camelots du roi) et président d’honneur du groupe d’Action Royaliste…

Il fit face du 10 mai au 20 juin 1940, aux panzers allemands, en perdant de nombreux camarades. Il continua le combat dans l’ORA (Organisation Résistance Armée). A la Libération, il fut nommé à l’état-major des FFI (Forces Françaises Intérieur) de Toulouse et officier de liaison auprès de Patton

 Sans repentance : La Bataille de France (1940) – Héroïsme et sacrifice des combattants français

Le 28 juin 1919 le soi-disant traité de paix de Versailles est signé dans la galerie des glaces au château de Versailles, entre l’Allemagne et les Alliés. Ce traité faisait suite à quatre années d’une guerre infernale qui aura coûté la vie à 1,5 millions de français. Ces derniers surent tenir pendant ces quatre années : dans l’enfer de la boue des tranchées, au chaos du feu ennemi parmi les corps déchiquetés des copains dans une atmosphère de mort, de mécanique comme de sang, cela au son d’agonisants gazés et des lance-flammes. L’expression « la Der des Ders » fit son apparition alors que le Maréchal Foch qualifiait ce traité en ces termes : « ce n’est pas une paix, c’est un armistice de 20 ans ». Malheureusement, tout comme l’historien Jacques Bainville l’avait dénoncé en 1919 dans « les conséquences politiques de la paix », ce traité de Versailles amènerait bien les conditions d’un nouveau conflit avec l’Allemagne…

De trahisons en lâchetés, comme lors de la signature des accords de Munich le 30 septembre 1938, les dirigeants de la république en France, ainsi que leurs alliés, permirent la monté en puissance du nazisme en Allemagne ainsi que l’avènement du IIIème Reich.

Affiche officielle annonçant la mobilisation et le début de la seconde guerre mondiale.

Le 3 septembre 1939, soit 20 ans après la signature du traité comme l’avait prédit Foch et Bainville, faisant suite à l’agression de la Pologne par la Wehrmacht, la Grande-Bretagne puis la France socialiste, dans un élan d’irresponsabilité, déclarent la guerre à l’Allemagne.

Après l’interminable « drôle de guerre » qui suit le début du conflit, la situation évolue soudainement à l’Ouest, lorsque l’Allemagne, le 10 mai 1940, déclenche une offensive sur la Hollande, la Belgique et le Luxembourg. En quelques jours, les troupes allemandes bousculent les forces alliées qui évacuent les Pays-Bas, se replient sur la rive française de la Meuse et dans le nord de la France. Après avoir percé le front français à Sedan, les panzers se précipitent vers les côtes de la Manche, qu’ils atteignent le 20 mai 1940, puis remontent en direction de Boulogne et de Calais.

Comment nos chers soldats se sont-ils comportés lors de cette terrible bataille de France ?

L’historiographie abonde en clichés sur la prétendue « déroute » de l’armée française en 1940. Surtout de la part des auteurs anglo-américains, toujours promptes à dénigrer le rôle des soldats français lors de ce conflit mondial.

Même si l’enthousiasme fut bien moindre que lors de la première guerre mondiale et on peut le comprendre, les français mobilisés se montreront pourtant parfaitement à la hauteur de leur devoir malgré la défaite.

(suite…)

Combattre pour la vraie France :

A ce jour, la république est en France le système de gouvernement incarnant la conséquence de la rupture avec Dieu depuis la désastreuse révolution de 1789. Cette révolution ne fut que la phase terminale de la trinité infernale de notre déclin, à savoir les 3 R : la Renaissance, la Réforme et la Révolution.

« Ces fameux « 3 R » sont la marque de la Révolte, du Refus, du Rejet, du Ressentiment, … de l’Homme face à Dieu, de la créature face à son Créateur. Ces trois évènements théologico-politico-historiques forment comme des repères, et sont autant de ruptures, de cassures, et de fractures dans la longue durée de l’Histoire humaine. » écrivait Christophe Lacroix dans « Ripostes au politiquement correct » Tome 3 – p36

Ces fameux « 3 R » ont au final donné naissance à une autre société n’ayant plus rien à voir avec celle qui émergea du Sacre de Clovis. Car ce qu’il faut bien comprendre, c’est que s’il est totalement faux de dire que la France est née en 1789, comme aime à le rappeler certains révolutionnaires, il n’en demeure pas moins qu’UNE certaine France est bel est bien née cette année-là ! Le remplacement de la vie communautaire dans toute l’acceptation du terme avec la société matérialiste et superficielle, ce que nous résumerons dans l’abandon de l’invisible au profit du visible ! Voir pour cela les travaux de Marie Madeleine Martin et Régine Pernoud…

Mais l’erreur des révolutionnaires a été justement de garder le nom de France comme représentatif de leur idéologie, alors que la France n’a pas attendu 1789 pour exister, bien loin de là ! Les révolutionnaires de 1789 ont voulu faire table rase du passé, et dans cette logique, il fallait tout changer. C’est ce qu’ils firent mais pas pleinement. Ils avaient changé les noms des Provinces d’Ancien Régime tout en redécoupant ces dernières en départements. Les noms de ces départements n’avaient plus une connotation historique, mais étaient et sont toujours, ceux de rivières, de fleuves, de reliefs géologiques etc. Pour la première fois également, ces départements étaient, et sont toujours, numérotés. Les premières formes de déshumanisations administratives apparaissaient, avant que ce ne soit les habitants de ces départements qui soient également numérotés administrativement… Ce que Proudhon bien plus tard dénoncera dans sa révolte : « … endoctriné, contrôlé, censuré, exploité, pressuré, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, emprisonné, fusillé, jugé, condamné, trahi… Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! »

(suite…)

La mascarade des présidentielles – Entretien avec J-P Chauvin :

Petit entretien avec Jean-Philippe Chauvin, militant et vice-président du Groupe d’Action Royaliste, sur la mascarade des présidentielles.

1:00 – 1- Que penser des présidentielles en général ? N’y-a-t’il pas mieux en matière de démocratie ?
4:16 – 2 – Quel rôle peuvent avoir les Royalistes dans ce genre d’élection ? Voter à la présidentielle est-ce vraiment utile ?
6:35 – 3 – S’il y avait un Roi en France, les Français ne voteraient plus pour un représentant à la place suprême, est-ce selon vous un bienfait ou une perte considérable ?
9:30 – 4 – Après avoir été élu le candidat, devenu président, aime à rappeler qu’il incarne l’unité du pays et qu’il représente tous les français. Que pensez-vous de cette définition faite par les présidents eux-mêmes ?
12:10 – 5 – Le mot « Fraternité » se trouve dans la devise républicaine, alors que les présidentielles sont au contraire une démonstration de la divisions des partis, et donc des Français. Selon vous par quoi faudrait-il remplacer les partis politiques ?

Le désastre de la IIIè république – De Bismarck à la Grande Guerre :

Du 19 juillet 1870 au 29 janvier 1871, la France de Napoléon III et les États allemands coalisés sous l’égide de la Prusse sont en guerres. Mal préparés, le plus souvent inférieurs en nombre et très mal commandés, les Français furent sévèrement battus dans plusieurs des batailles jalonnant cette période de guerre. La défaite de Sedan et la capitulation de Napoléon III, provoquèrent la chute du Second Empire. La victoire prussienne est totale, mais cette guerre ne fut que l’amorce des deux guerres mondiales qui affaibliront considérablement la France durant le XXème siècle.

Le Second Empire de Napoléon III fut remplacé par la troisième république. Bismarck se montra favorable au maintien de cette république, car il pensait que ce régime empêcherait la France de concocter des alliances avec les monarchies européennes. En réalité, il craignait les monarchistes, parce qu’ils possédaient cet esprit revanchard qui le répugnait. De plus, la monarchie pouvait créer un régime fort qui essayerait éventuellement de reconquérir les territoires perdus. Le 24 mai 1873, Bismarck accueille très mal le fait que le nouveau gouvernement français se composait majoritairement de monarchistes catholiques. Toutefois, il avait déjà mis en place un premier système d’alliance et espérait ainsi contrer toutes les initiatives diplomatiques possibles de la France. Cette crainte d’un retour à la Monarchie en France, Bismarck l’exprima clairement dans une lettre qu’il fit au Baron Harry Von Arnim alors Ministre plénipotentiaire à Paris de 1871 à 1874, le 16 novembre 1871.

(suite…)

L’enseignement et l’éthique de nos Rois :

« Autre chose est ce qu’était le Roi de France sur son trône et ce qu’il était dans l’imagination du peuple ». E. Renan

 

Le linguiste Michel Bréal dans « Quelques mots sur l’Instruction publique en France », écrivait : « Parmi toutes les nations du monde, la France présente le spectacle d’un peuple qui a pris son propre passé en aversion. On dirait une population d’esclaves qui vient de renvoyer ses maîtres et qui ne veut plus se souvenir du temps de sa servitude. […] Je ne crois pas que les luttes de la fin du XVIIIème siècle et la mauvaise littérature du notre suffisent pour expliquer une aussi étrange répulsion. On ne peut haïr à tel point ce qu’on ignore, et la principale raison d’un état d’esprit si peu naturel, c’est que l’imagination du peuple a gardé le souvenir amplifié de crimes et des misères du temps passé, sans qu’on ait pris soin de lui en rappeler les bienfaits et les grandeurs. »

L’objectif de cette vidéo est de rappeler justement les bienfaits et les grandeurs du temps passé. Plus exactement mettre en évidence l’éducation et l’éthique de nos Rois ainsi que leurs relations quotidiennes avec le peuple français au-delà de toute caricature républicaine. On peut dénaturer l’histoire mais en dehors de toute idéologie, restent imperturbables, les faits et c’est eux que nous allons écouter…Commençons avec l’un de nos plus grands Rois : Louis IX ou Saint Louis. Voici ce qu’il écrivait à son fils, le futur Philippe III Le Hardi, dans son Testament :

« Cher fils, s’il advient que tu deviennes roi, prends soin d’avoir les qualités qui appartiennent aux rois, c’est-à-dire que tu sois si juste que, quoi qu’il arrive, tu ne t’écartes de la justice. Et s’il advient qu’il y ait querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu’à ce que tu saches la vérité, et quand tu la connaîtras, fais justice. »

En Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe ! Nous y voyons la continuité du roi des hébreux Salomon, fils de David, dont nos rois, comme Saint Louis, continueront l’enseignement, en Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe !

(suite…)

Nos raisons pour la Monarchie – 3 :

NOS RAISONS POUR LA MONARCHIE :


Contrairement à ce que l’on nous fait souvent croire, la république n’est pas le meilleur des systèmes de gouvernement. Il n’existe pas à vrai dire de système politique parfait, et la Monarchie ne fait pas exception. Mais dans son imperfection, la Monarchie offre bien plus de possibilité que la république actuelle. Il ne sert à rien non plus d’envisager une sixième ou septième voire huitième république, car lorsque l’on fait le bilan des cinq premières depuis 1792, force est de constater que la faiblesse, l’absence de continuité et l’instabilité sont des symptômes inhérent à ce système. Ce qui explique l’état actuel de notre pays en a peine deux siècles. Une république forte, stable et durable ne serait qu’une république singeant la monarchie. Et pour ainsi dire ça ne serait même plus une république car comme nous l’avons dit c’est la faiblesse, l’absence de continuité et l’instabilité qui constituent les caractéristiques principales d’une république.

C’est ce que le Norvégien diplomate et homme d’Etat Fridtjof Nansen avait compris, lorsqu’il répondit à un journaliste français sur le choix de ses compatriotes pour la Royauté, et non la République en 1905, après leur séparation du royaume de Suède :
« Nous avons choisi la Monarchie pour trois motifs :
« Le premier, c’est que, la Norvège n’étant pas riche, nous voulons un gouvernement économique, et, vous le savez, il n’y a pas de gouvernement plus coûteux que la République.
Le deuxième, c’est que nous voulons être forts ; et la République nous eût rendu trop faible vis-à-vis de la Suède.
Enfin, nous voulons être libre ; nous ne nous soucions nullement de subir la tyrannie des partis. »

Alors qu’attendons-nous aussi pour être libre ? La Monarchie c’est l’autorité en haut et les libertés en bas ! L’un étant la conséquence de l’autre !

Quelque-soit la Monarchie de demain, la seule chose que nous pouvons garantir c’est que dans tous les cas, le Roi sera indépendant, il sera au-dessus des lobbies et des partis. Qu’il reste un gouvernement humain avec ses qualités et ses défauts. La durée lui exige un sens aigu des responsabilités au risque d’une déstabilisation qui lui serait fatale comme ce fut le cas dans l’histoire. Le règne des partis disparaitra naturellement car son pouvoir, pour durer, devra reposer sur une représentation réelle de la nation, basé sur les familles et associations professionnelles, les villes et les provinces libérée du joug partisan…

La monarchie sera toute à la fois active, « traditionnelle dans ses principes, moderne dans ses institutions ».
Il ne tient qu’à nous d’en reconnaître les vertus, et de tout faire pour que dans un futur proche, les lys refleurissent notre destinée pour une nouvelle aventure Capétienne. Nous retrouverions alors la possibilité d’un humanisme dont un univers dominé par des financiers restera à jamais dépourvu…

Notre jour viendra !

L’extermination une valeur sûre de la république :

« Que la foudre éclate par humanité ! ayons le courage de marcher sur des cadavres, pour arriver à la liberté »

Fouché de Nantes

Mars 1793, c’est le début des Guerres de Vendée. A peine quatre ans après la révolution dite « française », les paysans de l’ouest, échaudés par l’exécution du roi Louis XVI et les mesures antireligieuses des révolutionnaires parisiens, assaillent les autorités municipales. Armés de faux et de fourches, résolus et enthousiastes, parce qu’ils défendaient leurs familles et leurs terres, les insurgés, dans un premier temps, chassent les « Bleus » (les soldats de la République étaient ainsi nommés en raison de leur uniforme) et rétablissent le culte catholique dans leurs villages. Culte renié car comme la monarchie, il empêchait le monde de la finance de détruire les protections ouvrières (corporations) et d’établir l’usure…

Prenant de l’assurance, ils constituent une « Armée Catholique et Royale » avec environ 40 000 hommes indisciplinés et sans expérience militaire à l’exception d’une dizaine de milliers d’anciens soldats et quelques officiers à leur tête, plus souvent obligés de venir qu’enthousiastes, sachant l’inégalité des combats qui arriveraient !

Mais l’armée vendéenne, après avoir accumulée au début beaucoup de victoires, fut anéantie à Savenay le 24 décembre 1793. La république n’était donc plus en danger. Pourtant un plan d’extermination massive et systématique, fut mis en place par cette même république qui revendiquait pourtant sa légitimité au sein du peuple.

Des décrets sont votés le 1er août et le 1er octobre 1793 ordonnant explicitement l’extermination des vendéens. C’est le général Turreau, nommé à la tête de l’armée de l’ouest le 27 novembre 1793, qui à la tête de ses colonnes infernales, dont il eut l’idée, s’occupera de la besogne.

Ce dernier proposa de scinder l’armée Républicaine en 12 colonnes qui sillonneront la Vendée détruisant et exterminant tout ce qui vit sur leurs passages.

Les 735 communes de la Vendée militaire sont répertoriées afin que chacune d’entre elles reçoivent la « visite » d’une des colonnes.

Les troupes républicaines se retrouvent face à des vieillards, des femmes, des enfants et des hommes désarmés.

Durant 5 mois, ce ne fut que meurtres, viols, tortures, pillages et destruction sur toute la Vendée. Les troupes républicaines massacrèrent également les « patriotes » qui étaient cependant de leur côté, n’ayant d’autre tort que d’être Vendéens !

Les combats vont durer avec plus ou moins d’intensité durant trois ans, jusqu’au mois de mars 1796. Si un bilan précis est impossible à établir certaines estimations vont de 120 000 à environ 300.000 morts, et parfois plus. Sur une population totale d’environ 800 000 habitants.

(suite…)