Histoire et empirisme

Re-histoire pour tous :

On nous raconte depuis les bancs de l’école – et la télévision s’en fait le relais -, que le Moyen âge fut une période abominable et que le siècle des Lumières vit l’émergence de la Raison après des siècles d’obscurantisme superstitieux. Mensonges ! Il n’est pas un argument politique, pas un discours de propagande qui ne se fondent sur une contrevérité historique. Ce site ambitionne de rétablir la vérité chaque fois que ce sera possible.

CLIQUEZ SUR LE LOGO POUR DECOUVRIR LE SITE

France/Etats-Unis l’alliance impossible – 1

“Les Etats-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans jamais avoir connu la civilisation.”

Citation attribuée à Albert Einstein sans certitude…

Rappelons que pour l’histoire, Georges Washington commença par assassiner un officier : le sieur de la Jumonville durant la « Guerre de Sept Ans » et qu’il fut le seul président dans l’histoire, à avoir été vaincu par les Français !  Si La Fayette est de nos jours la figure emblématique de la politique pro américaine anti-britannique, il fut néanmoins précédé sur le terrain par le marquis de La Rouërie. Ce dernier était intégré dans l’armée de Washington avec le grade de colonel sous le nom de colonel Armand. La Rouërie qui plus tard fondera l’Association Bretonne, précurseur de la future chouannerie en France fut un héros de la guerre d’indépendance américaine. François-René de Chateaubriand disait de lui « Rival de La Fayette et de Lauzun, devancier de La Rochejaquelein, le marquis de La Rouërie avait plus d’esprit qu’eux : il s’était plus souvent battu que le premier ; il avait enlevé des actrices à l’Opéra comme le second ; il serait devenu le compagnon d’armes du troisième. Il fourrageait les bois, en Bretagne, avec un major américain, et accompagné d’un singe assis sur la croupe de son cheval. » (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, op. cit., tome I, p.111-112)

Si les treize colonies britanniques devinrent les Etats-Unis, c’est à la France qu’elles le doivent, par une guerre qui dura de 1775 à 1783 jusqu’à la signature du traité de Paris. La France prêta 12 millions de livres aux Américains, et en donna 12 autres…

« Signature de la declaration d’independance des Etats Unis en 1776 » Gravure d’apres la peinture de John Trumbull ( 1756-1843 ) 1783 Collection particuliere

Après la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776, la France fut la première nation à reconnaître officiellement les États-Unis d’Amérique. Cette déclaration d’indépendance préfigura la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui sera votée en août 1789 en France. Le Général George Washington aurait dit à juste titre : « Sans La Fayette et sans la France, l’Amérique n’existerait pas. ».

Après la mort de Louis XVI, les relations entre les Etats-Unis et la France se détériorèrent et aboutirent à la Quasi Guerre qui débuta le 7 juillet 1798. Le congrès des Etats-Unis décida d’annuler les traités signés auparavant avec la France. John Adams ne souhaitant pas débuter une guerre, il instaura un embargo sur tous les produits français. Il soutint la révolution contre les colons français à Haïti et fit passer des ordres aux soldats de la marine afin qu’ils s’emparent des bateaux français. Sans déclaration de guerre formelle, des combats navals éclatèrent entre les deux nations, principalement en zone caraïbe. Ce conflit particulier s’achève le 30 septembre 1800 par le traité de Mortefontaine.

(suite…)

Le désastre de la IIIè république – De Bismarck à la Grande Guerre :

Du 19 juillet 1870 au 29 janvier 1871, la France de Napoléon III et les États allemands coalisés sous l’égide de la Prusse sont en guerres. Mal préparés, le plus souvent inférieurs en nombre et très mal commandés, les Français furent sévèrement battus dans plusieurs des batailles jalonnant cette période de guerre. La défaite de Sedan et la capitulation de Napoléon III, provoquèrent la chute du Second Empire. La victoire prussienne est totale, mais cette guerre ne fut que l’amorce des deux guerres mondiales qui affaibliront considérablement la France durant le XXème siècle.

Le Second Empire de Napoléon III fut remplacé par la troisième république. Bismarck se montra favorable au maintien de cette république, car il pensait que ce régime empêcherait la France de concocter des alliances avec les monarchies européennes. En réalité, il craignait les monarchistes, parce qu’ils possédaient cet esprit revanchard qui le répugnait. De plus, la monarchie pouvait créer un régime fort qui essayerait éventuellement de reconquérir les territoires perdus. Le 24 mai 1873, Bismarck accueille très mal le fait que le nouveau gouvernement français se composait majoritairement de monarchistes catholiques. Toutefois, il avait déjà mis en place un premier système d’alliance et espérait ainsi contrer toutes les initiatives diplomatiques possibles de la France. Cette crainte d’un retour à la Monarchie en France, Bismarck l’exprima clairement dans une lettre qu’il fit au Baron Harry Von Arnim alors Ministre plénipotentiaire à Paris de 1871 à 1874, le 16 novembre 1871.

(suite…)

L’enseignement et l’éthique de nos Rois :

« Autre chose est ce qu’était le Roi de France sur son trône et ce qu’il était dans l’imagination du peuple ». E. Renan

 

Le linguiste Michel Bréal dans « Quelques mots sur l’Instruction publique en France », écrivait : « Parmi toutes les nations du monde, la France présente le spectacle d’un peuple qui a pris son propre passé en aversion. On dirait une population d’esclaves qui vient de renvoyer ses maîtres et qui ne veut plus se souvenir du temps de sa servitude. […] Je ne crois pas que les luttes de la fin du XVIIIème siècle et la mauvaise littérature du notre suffisent pour expliquer une aussi étrange répulsion. On ne peut haïr à tel point ce qu’on ignore, et la principale raison d’un état d’esprit si peu naturel, c’est que l’imagination du peuple a gardé le souvenir amplifié de crimes et des misères du temps passé, sans qu’on ait pris soin de lui en rappeler les bienfaits et les grandeurs. »

L’objectif de cette vidéo est de rappeler justement les bienfaits et les grandeurs du temps passé. Plus exactement mettre en évidence l’éducation et l’éthique de nos Rois ainsi que leurs relations quotidiennes avec le peuple français au-delà de toute caricature républicaine. On peut dénaturer l’histoire mais en dehors de toute idéologie, restent imperturbables, les faits et c’est eux que nous allons écouter…Commençons avec l’un de nos plus grands Rois : Louis IX ou Saint Louis. Voici ce qu’il écrivait à son fils, le futur Philippe III Le Hardi, dans son Testament :

« Cher fils, s’il advient que tu deviennes roi, prends soin d’avoir les qualités qui appartiennent aux rois, c’est-à-dire que tu sois si juste que, quoi qu’il arrive, tu ne t’écartes de la justice. Et s’il advient qu’il y ait querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu’à ce que tu saches la vérité, et quand tu la connaîtras, fais justice. »

En Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe ! Nous y voyons la continuité du roi des hébreux Salomon, fils de David, dont nos rois, comme Saint Louis, continueront l’enseignement, en Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe !

(suite…)

La France de Louis XVI un pays pilote :

Une caractéristique des révolutions françaises est de se produire à des moments où le pays se porte plutôt bien. C’est vrai pour 1789, pour1830, pour février 1848. Ce l’eût été pour 1968 si les émeutes de mai avaient débouché sur la révolution. Rien de plus éclairant à cet égard que le remarquable livre de François Bluche : «la vie quotidienne en France au temps de Louis XVI» (Hachette). Sans méconnaître son passif, il a considéré la France de Louis XVI en historien affranchi du poids des idéologies, des écoles et des slogans. Il brosse ici à grands traits le tableau d’un pays qui, relativement au reste du monde,apparaissait comme un modèle d’organisation, de bien-être et même de liberté.

 

La république en France une chance pour nos ennemis :

Donc, la République va s’implanter en France. Vous devez, par votre parole, par vos subventions à certains journaux démocratiques et par tous les moyens en votre pouvoir travailler secrètement à en amouracher les Français :

– Parce que tant que la République durera, la confiance ne pourra renaître. Ce régime inquiète si bien les capitaux que la moitié du dernier emprunt de deux milliards est encore à classer. S’il dure, la France ne trouvera certainement pas de banquiers pour répondre des trois derniers milliards qui lui restent à nous payer, et nous lui avons pris déjà tout ce dont elle peut disposer en numéraire.

– Parce que le parti républicain est, en France, le moins patriote. Pendant le siège de Paris les farouches républicains de Belleville, de Montmartre et de Ménilmontant ont été le type de la lâcheté tout en demandant à grands cris la guerre à outrance. Ils n’ont su que jeter leurs fusils dans les tranchées, hurler dans les clubs et souiller les Eglises de leurs ordures. C’est pour les avoir déshonorés en divulguant leur conduite dans ses ordres du jour que le général Clément Thomas a été assassiné par eux.
Ce sont des républicains du 4 septembre qui ont eu l’attention, lorsque Paris était investi par des Prussiens, d’inaugurer la statue de Voltaire, Chambellan de notre Grand Frédéric, et qui avait félicité ce prince d’avoir battu les Français à Rosbach. On n’est pas plus plat, plus lâche ou plus bête.
Quant à la Commune, son premier soin a été de faire insérer à son Journal officiel, la recommandation de ne rien faire, autour de Paris, qui pût nous déplaire. Elle a renversé la colonne Vendôme faite avec le bronze de nos canons. Vous voyez que les républicains de toutes nuances sont, plus ou moins, des nôtres. Avec l’Internationale, je les mènerai où je voudrai. Ils n’ont plus rien de leurs pères de 1792, à qui il restait quelque chose des sentiments de patriotisme puisés sous la monarchie.

Par contre, travaillez de toutes vos forces à empêcher le rétablissement de la monarchie.
Celle de Napoléon, passe encore. Elle a, elle-même, une origine et des antécédents révolutionnaires, des engagements avec les révolutionnaires de France et d’Italie ; elle est forcée de continuer à leur donner des gages, de pactiser avec eux comme par le passé. Par conséquent elle désorganisera aussi fatalement la France, qu’elle a déjà corrompue et abaissée. Nous n’avons donc pas à la redouter, le cas échéant. Mais je ne crois pas que les Français en veuillent. Deux fois les Napoléons ont laissé la France plus petite qu’ils l’avaient prise. Une nation vaniteuse ne pardonne pas cela.

Dans tous les cas, j’ai étudié personnellement Napoléon III. C’est un Raton dont Cavour et moi avons été tour à tour le Bertrand. Il a proclamé naïvement le principe des nationalités, mais ça été à notre profit.
Il n’a pas fait l’unité française en annexant la Belgique qu’il convoitait ; Cavour a fait l’unité italienne, et j’ai fait l’unité allemande. Il reviendrait sur le trône que je lui ferais encore tirer les marrons du feu. En le flattant, on fera de lui tout ce qu’on voudra. Entre nous il est facile à rouler.

Esprit versatile et sans suite, rien ne lui a réussi. Par sa guerre en Crimée et le soulèvement de la Pologne, il s’est brouillé avec la Russie. Par sa guerre d’Italie, il s’est brouillé avec l’Autriche sans se faire un allié de Victor Emmanuel. Tantôt il a joué celui-ci au profit du Pape, tantôt il a joué le Pape, au profit du roi d’Italie. Par sa guerre du Mexique, il s’est fait un ennemi de l’Amérique du Nord qui l’a impérativement prié de s’en aller, abandonnant le malheureux Maximilien.

Mal avec l’Espagne, mal avec l’Angleterre, mal avec la Belgique, méprisé au dehors pour son caractère fourbe et sa politique indécise, il s’est trouvé sans alliances et est tombé sous le poids du mépris de son propre peuple. Si le vent tournait de ce côté vous pouvez donc tendre les voiles.
Il n’en est pas de même des Bourbons.

Combattez surtout la fusion entre les deux branches de cette maison. Les Orléanistes, seuls, ne seraient qu’un moyen terme. Ils auraient encore pour adversaires les trois autres partis, et laisseraient la France divisée. Ce qu’il faut surtout empêcher, c’est leur fusion avec Henri V, c’est l’avènement de la légitimité :

1°) Parce que celle-ci représente l’unité et la grandeur de la France, par la conquête successive de ses provinces, y compris l’Alsace et la Lorraine.

2°) Parce qu’elle représente les idées d’ordre, de droit, de religion, qui sont les éléments sociaux de conservation et de grandeur.

3°) Parce que le principe de transmission héréditaire du pouvoir, exclut les ambitieux, les mécontents, les avocats qui s’entendent si bien à jeter leur pays dans les hasards des révolutions, pour pêcher en eau trouble.

4°) Parce que, le retour à ce principe, ramènerait la confiance, les affaires et la prospérité publique.

5°) Parce que le comte de Chambord, dans ses proclamations, a fait voir qu’il était à la fois homme de cœur et Roi libéral dans le bon sens du mot, conservant du passé et prenant du présentée qu’ils ont de bon.

6°) Parce que la monarchie des Bourbons a toujours été le symbole de l’honneur et de la fierté patriotique. Je me rappelle que lorsque l’ambassadeur d’Angleterre vint, en 1830, dire au prince de Polignac que son pays s’opposait au débarquement des troupes françaises à Alger, le prince lui répondit simplement : Milord, la flotte française appareille de Toulon tel jour ; s’il vous plait d’essayer de lui barrer le chemin, libre à vous.
Les républicains de 1871 n’eussent pas fait cette fière réponse. Ils sont et resteront toujours plus préoccupés des intérêts de leurs partis que des intérêts de la France. Leur patrie, c’est le monde, disent ces idiots, menés par l’Internationale.
Voilà pourquoi les bataillons des purs, de Belleville, de Montmartre et de Ménilmontant, refusaient de marcher contre nous, tandis que les légitimistes, les zouaves pontificaux, les mobiles bretons nous ont résisté héroïquement de l’aveu même de Gambetta. Voilà pourquoi, dans toute la guerre même un républicain notable n’est tombé sous nos balles, tandis que les de Mailly, les de Luynes, les Chevreuse, les Grencey, les Dampierre, les Segoyer, les Coriolis, les Brissac, les Bouille, les Charette, les de Sonis, les Vogué, les Quatre-barbes, etc., sont morts pour la France, ou ont versé leur sang pour elle. Si les Flourens et les Delescluze sont morts aussi, ça été en se battant contre les Français.

7°) Enfin, vous vous opposerez de toutes vos forces à l’établissement de la monarchie des Bourbons parce qu’elle seule peut ramener des alliances à la France ; notamment celle de la Russie ; et que l’Allemagne, prise entre la France et la Russie comme dans un étau, avec le Danemark au nord et l’Autriche au Midi, la Hollande, la Belgique et la Suisse à l’Ouest, serait gravement compromise. Alors vos craintes deviendraient fondées.

L’extermination une valeur sûre de la république :

« Que la foudre éclate par humanité ! ayons le courage de marcher sur des cadavres, pour arriver à la liberté »

Fouché de Nantes

Mars 1793, c’est le début des Guerres de Vendée. A peine quatre ans après la révolution dite « française », les paysans de l’ouest, échaudés par l’exécution du roi Louis XVI et les mesures antireligieuses des révolutionnaires parisiens, assaillent les autorités municipales. Armés de faux et de fourches, résolus et enthousiastes, parce qu’ils défendaient leurs familles et leurs terres, les insurgés, dans un premier temps, chassent les « Bleus » (les soldats de la République étaient ainsi nommés en raison de leur uniforme) et rétablissent le culte catholique dans leurs villages. Culte renié car comme la monarchie, il empêchait le monde de la finance de détruire les protections ouvrières (corporations) et d’établir l’usure…

Prenant de l’assurance, ils constituent une « Armée Catholique et Royale » avec environ 40 000 hommes indisciplinés et sans expérience militaire à l’exception d’une dizaine de milliers d’anciens soldats et quelques officiers à leur tête, plus souvent obligés de venir qu’enthousiastes, sachant l’inégalité des combats qui arriveraient !

Mais l’armée vendéenne, après avoir accumulée au début beaucoup de victoires, fut anéantie à Savenay le 24 décembre 1793. La république n’était donc plus en danger. Pourtant un plan d’extermination massive et systématique, fut mis en place par cette même république qui revendiquait pourtant sa légitimité au sein du peuple.

Des décrets sont votés le 1er août et le 1er octobre 1793 ordonnant explicitement l’extermination des vendéens. C’est le général Turreau, nommé à la tête de l’armée de l’ouest le 27 novembre 1793, qui à la tête de ses colonnes infernales, dont il eut l’idée, s’occupera de la besogne.

Ce dernier proposa de scinder l’armée Républicaine en 12 colonnes qui sillonneront la Vendée détruisant et exterminant tout ce qui vit sur leurs passages.

Les 735 communes de la Vendée militaire sont répertoriées afin que chacune d’entre elles reçoivent la « visite » d’une des colonnes.

Les troupes républicaines se retrouvent face à des vieillards, des femmes, des enfants et des hommes désarmés.

Durant 5 mois, ce ne fut que meurtres, viols, tortures, pillages et destruction sur toute la Vendée. Les troupes républicaines massacrèrent également les « patriotes » qui étaient cependant de leur côté, n’ayant d’autre tort que d’être Vendéens !

Les combats vont durer avec plus ou moins d’intensité durant trois ans, jusqu’au mois de mars 1796. Si un bilan précis est impossible à établir certaines estimations vont de 120 000 à environ 300.000 morts, et parfois plus. Sur une population totale d’environ 800 000 habitants.

(suite…)

Pierre-Joseph Proudhon, le visionnaire :

Voici quelques lignes tirés des travaux de mon ami regretté Pierre Bécat dans « L’anarchiste Proudhon, apôtre du progrès social ». Je n’ai fait que reprendre ce qui me semblaient essentiels afin d’aider les esprits à retrouver le chemin vers l’élévation. Il nous faut sortir d’un système créateur de misère et d’esclavage au profit du capitalisme libéral. Le choix sera simple où continuer vers un monde fabriquant des numéros avec des consommateurs devenus « des robots » aux ordres de financiers, où retrouver la voie d’un humanisme pour demain où l’homme libre reprendra sa place…

Notre jour viendra !
F. Winkler