La Monarchie

La Monarchie pour une vraie démocratie :

Tandis que la grande ombre de l’abstention s’étendait sur les urnes et que le soleil inondait la France, le Groupe d’Action Royaliste faisait banquet ce dimanche 18 juin pour la dernière fois de l’année scolaire, au terme d’une longue période électorale épuisante et fort déstabilisante pour les anciens équilibres politiques, désormais obsolètes. En présence d’une cinquantaine de convives, Jean-Philippe Chauvin a déroulé quelques éléments de réflexion sur le thème de « la Monarchie pour une vraie démocratie », dont voici le résumé, en quatre parties, dont la première ci-dessous :

La République s’est donnée un nouveau président, à l’issue d’élections plus animées par les affaires et les juges que par les vrais débats économiques, sociaux ou tout simplement politiques : on peut le regretter, mais c’est ainsi… Il est vrai que nous vivons à l’ère de la communication, et le règne de la transparence ressemble de plus en plus à celui des juges. Sommes-nous désormais les sujets d’une République des juges qui s’imposerait au Politique et ordonnerait ses décisions et l’orientation du Pouvoir d’État ? Peut-être pas encore, mais certains en rêvent, et ce n’est pas sain pour la qualité du discours et de la discussion politiques…

Et c’est ainsi, en définitive, que M. Macron a profité des circonstances autant que du soutien, fort peu discret, des grands médias et de l’Union européenne (en ses institutions et commensaux) qui, désormais, s’invite sans vergogne dans nos élections et débats français, décidant pour nous de ce qui est bien et de ce qui est mal. Ainsi, selon la Commission européenne, il ne pouvait y avoir que deux candidats acceptables, viables et, surtout, « eurocompatibles », MM. Fillon et Macron, ce dernier devenant son favori après les ennuis judiciaires du candidat de la Droite républicaine, et son « chouchou » quand il revendiquait haut et fort son europhilie et sa modernité.

Ainsi fut-il élu, presque sans peine…

(suite…)

Le GAR sur Radio courtoisie :

Mardi 6 juin, dans le cadre de l’émission « Le libre journal du droit et des libertés », Jean-Philippe Chauvin, professeur d’histoire-géographie ; Frédéric Winkler, président du Groupe d’Action Royaliste et directeur des Camelots du Roi ; Daniel Heck, notaire ainsi que SAR Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, étaient les invités d’Olivier Tournafond pour une émission intitulée « La monarchie est-elle une solution ? » et diffusée en direct sur Radio Courtoisie.

Pour écouter ou réécouter cette émission, cliquez ICI

Combattre pour la vraie France :

A ce jour, la république est en France le système de gouvernement incarnant la conséquence de la rupture avec Dieu depuis la désastreuse révolution de 1789. Cette révolution ne fut que la phase terminale de la trinité infernale de notre déclin, à savoir les 3 R : la Renaissance, la Réforme et la Révolution.

« Ces fameux « 3 R » sont la marque de la Révolte, du Refus, du Rejet, du Ressentiment, … de l’Homme face à Dieu, de la créature face à son Créateur. Ces trois évènements théologico-politico-historiques forment comme des repères, et sont autant de ruptures, de cassures, et de fractures dans la longue durée de l’Histoire humaine. » écrivait Christophe Lacroix dans « Ripostes au politiquement correct » Tome 3 – p36

Ces fameux « 3 R » ont au final donné naissance à une autre société n’ayant plus rien à voir avec celle qui émergea du Sacre de Clovis. Car ce qu’il faut bien comprendre, c’est que s’il est totalement faux de dire que la France est née en 1789, comme aime à le rappeler certains révolutionnaires, il n’en demeure pas moins qu’UNE certaine France est bel est bien née cette année-là ! Le remplacement de la vie communautaire dans toute l’acceptation du terme avec la société matérialiste et superficielle, ce que nous résumerons dans l’abandon de l’invisible au profit du visible ! Voir pour cela les travaux de Marie Madeleine Martin et Régine Pernoud…

Mais l’erreur des révolutionnaires a été justement de garder le nom de France comme représentatif de leur idéologie, alors que la France n’a pas attendu 1789 pour exister, bien loin de là ! Les révolutionnaires de 1789 ont voulu faire table rase du passé, et dans cette logique, il fallait tout changer. C’est ce qu’ils firent mais pas pleinement. Ils avaient changé les noms des Provinces d’Ancien Régime tout en redécoupant ces dernières en départements. Les noms de ces départements n’avaient plus une connotation historique, mais étaient et sont toujours, ceux de rivières, de fleuves, de reliefs géologiques etc. Pour la première fois également, ces départements étaient, et sont toujours, numérotés. Les premières formes de déshumanisations administratives apparaissaient, avant que ce ne soit les habitants de ces départements qui soient également numérotés administrativement… Ce que Proudhon bien plus tard dénoncera dans sa révolte : « … endoctriné, contrôlé, censuré, exploité, pressuré, volé ; puis, à la moindre résistance, au premier mot de plainte, réprimé, amendé, vilipendé, vexé, traqué, emprisonné, fusillé, jugé, condamné, trahi… Voilà le gouvernement, voilà sa justice, voilà sa morale ! »

(suite…)

L’enseignement et l’éthique de nos Rois :

« Autre chose est ce qu’était le Roi de France sur son trône et ce qu’il était dans l’imagination du peuple ». E. Renan

 

Le linguiste Michel Bréal dans « Quelques mots sur l’Instruction publique en France », écrivait : « Parmi toutes les nations du monde, la France présente le spectacle d’un peuple qui a pris son propre passé en aversion. On dirait une population d’esclaves qui vient de renvoyer ses maîtres et qui ne veut plus se souvenir du temps de sa servitude. […] Je ne crois pas que les luttes de la fin du XVIIIème siècle et la mauvaise littérature du notre suffisent pour expliquer une aussi étrange répulsion. On ne peut haïr à tel point ce qu’on ignore, et la principale raison d’un état d’esprit si peu naturel, c’est que l’imagination du peuple a gardé le souvenir amplifié de crimes et des misères du temps passé, sans qu’on ait pris soin de lui en rappeler les bienfaits et les grandeurs. »

L’objectif de cette vidéo est de rappeler justement les bienfaits et les grandeurs du temps passé. Plus exactement mettre en évidence l’éducation et l’éthique de nos Rois ainsi que leurs relations quotidiennes avec le peuple français au-delà de toute caricature républicaine. On peut dénaturer l’histoire mais en dehors de toute idéologie, restent imperturbables, les faits et c’est eux que nous allons écouter…Commençons avec l’un de nos plus grands Rois : Louis IX ou Saint Louis. Voici ce qu’il écrivait à son fils, le futur Philippe III Le Hardi, dans son Testament :

« Cher fils, s’il advient que tu deviennes roi, prends soin d’avoir les qualités qui appartiennent aux rois, c’est-à-dire que tu sois si juste que, quoi qu’il arrive, tu ne t’écartes de la justice. Et s’il advient qu’il y ait querelle entre un pauvre et un riche, soutiens de préférence le pauvre contre le riche jusqu’à ce que tu saches la vérité, et quand tu la connaîtras, fais justice. »

En Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe ! Nous y voyons la continuité du roi des hébreux Salomon, fils de David, dont nos rois, comme Saint Louis, continueront l’enseignement, en Vème république c’est plutôt l’inverse qui s’observe !

(suite…)

La France de Louis XVI un pays pilote :

Une caractéristique des révolutions françaises est de se produire à des moments où le pays se porte plutôt bien. C’est vrai pour 1789, pour1830, pour février 1848. Ce l’eût été pour 1968 si les émeutes de mai avaient débouché sur la révolution. Rien de plus éclairant à cet égard que le remarquable livre de François Bluche : «la vie quotidienne en France au temps de Louis XVI» (Hachette). Sans méconnaître son passif, il a considéré la France de Louis XVI en historien affranchi du poids des idéologies, des écoles et des slogans. Il brosse ici à grands traits le tableau d’un pays qui, relativement au reste du monde,apparaissait comme un modèle d’organisation, de bien-être et même de liberté.

 

Le roi est-il le plus compétent pour diriger le pays ? :

Quand on propose la Monarchie à ceux qui souhaitent un nouveau régime pour la France, beaucoup se rebiffent et avancent nombre d’objections auxquelles il s’agit ici de répondre, dans le cadre de la nouvelle enquête sur la Monarchie, en quelques mots et avec quelques exemples puisés dans l’histoire comme dans l’actualité…

« Le roi est-il le plus compétent pour diriger le pays ? »

Dans le cadre de l’Etat monarchique « à la française », ce qui compte n’est pas la simple compétence du roi, mais d’abord et avant tout sa position d’indépendance liée à sa naissance (physique et politique à la fois) hors des jeux de partis, position qui lui permet d’appeler auprès de lui et d’utiliser pour le gouvernement et les autres Conseils toutes les compétences utiles sans a priori politicien ou médiatique.

Ainsi, par le passé, il y a pu y avoir des rois d’intelligence médiocre, mais leur position et le devoir de transmettre le patrimoine dont ils étaient les simples dépositaires, les forçaient, en somme, à prendre les compétences là où elles se trouvaient et, il faut bien le reconnaître, avec quelque succès au regard de l’histoire longue. D’ailleurs, cela a souvent été reproché aux rois d’Ancien régime, en particulier par les « élites » (ou se prétendant telles) de l’époque, les nobles : il suffit de relire Saint-Simon, à la plume géniale mais injuste et ainsi très représentative de l’état d’esprit de nombre de privilégiés, si sévère à l’égard du roi Louis XIV parce que ce dernier, justement, ne s’en laissait pas conter par la classe nobiliaire (ou, plutôt, ses représentants auto-proclamés).

En Monarchie active (ce que certains confondent, à tort d’une certaine manière, avec « absolue »), le souverain ne doit pas hésiter, s’il le faut, à braver l’opinion et les médias qui la forment pour imposer des personnes qu’il sait compétentes et efficaces au regard des enjeux, des défis du moment et pour la suite. Ainsi, on peut dire qu’il n’y aurait pas eu de Richelieu sans Louis XIII ni de Colbert sans Louis XIV. Ces ministres n’ont pas été choisis pour leur popularité (peu élevée, dans ces cas-ci) mais pour leurs qualités politiques d’Etat et leur loyauté au service de la Couronne et du pays.

Cela ne signifie pas que le monarque, aujourd’hui et demain, n’entend pas les remarques ou les demandes des partis politiques, ainsi que les choix électoraux des citoyens (et ceux-ci peuvent être, aussi, une base importante pour le choix – ou le discrédit – des conseillers royaux au sein des institutions), mais qu’il garde le « dernier mot » pour son domaine, en bon arbitre institutionnel, au nom de l’intérêt général qu’il incarne au-dessus des jeux d’appareil et des « courtisans » modernes… C’est une garantie de sérieux et de justesse pour le gouvernement des hommes et la pérennité de l’Etat, quels qu’en soient les tendances politiques dominantes du moment…

Jean-Philippe Chauvin

 

Qu’est-ce qu’un roi ? La réponse de Ghislaine Ottenheimer, dans « Challenges » :

Dans le cadre de la nouvelle enquête sur la Monarchie, je traque toutes les interventions politiques, économiques ou sociales, qui évoquent la Monarchie, sa définition et ses aspects, et toutes celles qui, d’une manière ou d’une autre, positives ou négatives, répondent à notre interrogation politique, et elles sont, en définitive et malgré (ou à cause) de la République, plus nombreuses qu’on pourrait le penser ou l’imaginer…

Ainsi, dans le numéro de l’hebdomadaire Challenges daté du 5 janvier dernier, c’est l’éditorialiste même du magazine, Ghislaine Ottenheimer, qui répond à la question sur la définition de la Monarchie, en évoquant… François Hollande : en effet, c’est sous le titre simple et efficace, en trois lettres, de « Roi », qu’elle explique le rôle actuel du locataire quinquennal de l’Elysée, désormais en fin de bail ! Oublions M. Hollande lui-même, et citons ce qui, selon Mme Ottenheimer, définit le roi : « (il) s’est placé au-dessus de la mêlée. Il occupe (…) sa fonction de manière régalienne : armée, diplomatie, valeurs… laissant à son Premier ministre les affaires courantes. Selon les enquêtes d’opinion, les Français apprécient. Comme si, dans ces temps incertains, ils attendaient du chef de l’Etat qu’il soit impartial, défende l’intérêt général, bref qu’il se comporte en arbitre, avec une certaine hauteur de vue. » Pas grand chose à rajouter, pourrait-on dire, et Mme Ottenheimer ne s’est pas trompée en titrant son article !

La Monarchie, effectivement par essence et par statut, place le souverain au-dessus du champ (de bataille) politique, position qui permet d’exercer, non l’arbitraire, mais l’arbitrage : cela n’est pas neutre, car l’arbitrage, pour impartial qu’il soit, reste une prise de décision dont le principe, en démocratie royale (qui n’est pas forcément la Démocratie au sens idéologique du terme), n’est contesté par personne, l’indépendance de l’arbitre suprême étant garantie par sa simple naissance qui, elle, ne doit rien aux jeux de partis ou aux querelles de faction, mais juste à la rencontre au fond d’un lit d’un roi-père et d’une mère-reine.

Mais Mme Ottenheimer ne s’arrête pas là, elle donne des conseils pour la prochaine présidence issue des votes de 2017: « Le prochain président serait bien inspiré d’éviter la griserie du chef qui décide de tout, et de s’en tenir à une lecture des institutions plus partageuse avec son PM et sa majorité. » Là encore, elle rappelle, mine de rien, quelques aspects de la Monarchie « à la française » : le roi respecte les lois fondamentales politiques du pays (que l’on peut aussi appeler « constitution ») et se doit de les faire respecter par tous, comme son statut l’y oblige en tant que « premier magistrat de l’Etat » (ou « magistrat suprême ») ; il ne se « grise » pas d’un Pouvoir dont il n’est que le dépositaire et le gardien des institutions, et il n’est pas le chef d’une majorité qui, dans une logique démocratique électorale, a vocation à évoluer, voire à changer plus ou moins régulièrement, sans que le souverain doive prendre parti pour les uns ou pour les autres.

Arbitre suprême et axe majeur des institutions, le roi n’a donc pas de clientèle à satisfaire, il doit juste incarner la nation, son unité et sa pérennité : il est ainsi la « tradition intégrale », c’est-à-dire le symbole de la continuité et de l’histoire de France (avec tous ses bonheurs comme ses malheurs, tous ses aspects comme toutes ses couleurs), mais avec cette possibilité de remise en cause, de critique ou « d’amnésie » pour, parfois, refaire le « tissu français » déchiré par quelques moments ou débats vifs…

Que Mme Ottenheimer compare, de façon élogieuse pour l’actuel président, celui-ci à un roi montre, en définitive, que la Monarchie reste bien une référence importante et, même, positive dans le vocabulaire français : ce n’est pas rien, tout de même, et cela peut motiver un peu plus le combat pour un roi qui règne encore un peu dans l’inconscient des Français et, au moins, dans celui de Mme Ottenheimer…

Jean-Philippe Chauvin

Le royalisme sans la nostalgie :

Dans le cadre de la nouvelle enquête sur la Monarchie, il me semble important de répondre aux objections faites à la Monarchie, ne serait-ce que pour dissiper les malentendus sur la Monarchie elle-même et préciser ce que nous entendons par Monarchie « à la française », ce qui nous semble en faire une nécessité dans ce monde-ci et pour la nation française, si particulière et si diverse à la fois.

Les objections, effectivement, ne manquent pas et cela sur tous les terrains : historique, politique ou social, moral parfois, etc. Mais il faut aussi une part d’humilité dans les réponses à celles-ci : être royaliste ne signifie pas avoir réponse à tout, mais chercher celles-ci quand des questions se posent ou nous sont posées ; cela signifie aussi actualiser certaines idées, les accommoder, non pour les amenuiser, mais pour les rendre plus efficaces en notre temps qui, qu’on le regrette ou non, n’est pas celui d’hier ou d’il y a deux siècles. Le royaliste que je suis refuse que la nostalgie prenne le pas sur les réalités, et c’est en politique qu’il faut aborder les défis contemporains : la Monarchie n’est pas et n’a jamais été figée dans le temps, car elle est un axe et non un carcan !

Cela n’est donc pas cette attitude « de feuille morte » qui consiste à suivre sans réagir le cours du ruisseau et du temps. Au contraire, l’attitude royaliste « active » consiste à vouloir agir dans et sur ce monde ou, du moins, dans et sur celui qui nous est proche, qui est nôtre avant que d’être celui des autres, à l’échelle de la commune, de la profession, de la région et de la nation, ce « plus vaste et complet cercle communautaire existant réellement », pourrait-on dire en paraphrasant Maurras. Alors que la nostalgie est trop souvent la marque d’un renoncement politique, le royalisme politique se veut le moyen de relier Tradition et Actualité en des institutions « traditionnelles dans leurs principes, modernes dans leurs pratiques », tout simplement.

Aussi, nous nous intéresserons à répondre aux objections d’abord politiques plus encore qu’historiques, sans négliger néanmoins le fait que l’histoire est le champ privilégié d’un « empirisme organisateur » qui se doit d’être réaliste sans pour autant céder à l’idéologie du « réalisme » vantée par certains et dénoncée par Bernanos comme la marque d’un conformisme fataliste : les réalités sont aussi le résultat de l’action des hommes et de leur politique, et elles ne sont pas condamnées à être absolument figées dans un « présentisme » insupportable et oublieux de la mémoire des peuples et des familles. « Toute vraie tradition est critique », affirmait l’écrivain de Martigues : il est important de ne pas confondre la transmission avec la seule conservation idéologique… Si je peux me définir comme traditionaliste (politiquement et civiquement parlant), je ne peux que me défier du conservatisme qui, aujourd’hui, est d’abord républicain, faute d’oser penser « autre chose que ce qui existe en ce moment-même »..

Jean-Philippe Chauvin

Il n’y a pas de Louis XX ni de Henri VII ! :

Louis XX, Henri VII, voilà des noms loin d’être inconnus dans les milieux royalistes. Des noms suscitant souvent un esprit de fan club pour les uns, et les autres préférant œuvrer activement au service de celui qu’il leur semble devoir être Roi un jour ! Malheureusement, depuis deux siècles, plus exactement depuis la révolution de 1789, les chiffres attribués à nos Rois, ou aux prétendants, sont totalement erronés ! Regardons plus en détail :

Prenons cet exemple : combien de Louis séparent Louis XIV de Louis XV ? Il y en a deux ! Deux générations séparent Louis XIV de Louis XV. Louis XIV étant l’arrière-grand-père de Louis XV, vu la longévité de son règne. Il y a eu entre ces deux Rois Louis de France « Grand Dauphin » (1661-1711) et Louis de France (1682-1712). Tous deux n’ayant pu régner. Mais force est de constater que Louis XV qui fut sacré à Reims, fut attribué du chiffre XV dès son Sacre et non du chiffre XVII car les deux générations de Louis avant lui n’ont pas régné. Les Rois en France n’obtiennent leur titre de Roi que de par le Sacre de Reims, donc de Dieu. Le chiffre désigne le nombre de Rois sacrés avec le même prénom et non le nombre de générations successives ayant eu le même prénom. Ça a toujours été ainsi depuis Clovis. Et Jeanne d’Arc elle-même l’avait rappelé en son temps. Rappelons cet épisode à Chinon, ou Regnault de Chartres qui entendit Jeanne appeler Charles VII « gentil Dauphin », lui demanda pourquoi elle l’appelait ainsi et non par son titre de Roi. Elle fit cette magnifique réponse, qui est une splendide leçon de théologie politique : « Je ne lui donnerai le titre de roi qu’après qu’il aura été sacré et couronné à Reims où j’ai mission de le conduire ».  Voilà une mise au clair que bien des royalistes ont oublié à ce jour. C’est donc tout autant erroné de poursuivre cette fausse numérotation avec les prétendants d’aujourd’hui, en les considérant de facto comme Rois seulement de par leur naissance, comme certains aiment à le rappeler assurément !

N’oublions pas que c’est après l’assassinat de Louis XVI que l’erreur de la transmission systématique du chiffre d’une génération à l’autre s’est faite. Les vendéens arboraient sur leurs drapeaux blancs un « Vive Louis XVII ». On peut comprendre que ce fut dans la logique populaire de l’époque de considérer le successeur d’un Roi défunt, comme étant automatiquement Roi, avec son numéro effectif, car le Sacre était pour le peuple de France, un rite inéluctable dans la tradition de la monarchie française. Or Louis-Charles de France, le fils de Louis XVI et héritier légitime de la couronne de France, n’a pas été sacré à Reims. Ce qui peut se comprendre vu les circonstances de l’époque et la courte vie du jeune dauphin décédé officiellement à l’âge de 10 ans dans la prison du Temple. En conséquence, comme ce fut toujours le cas dans l’attribution du chiffre royal et comme l’a si bien rappelé Jeanne d’Arc, on ne peut considérer officiellement l’existence d’un Louis XVII, car seul le sacre officialise à la foi le titre de Roi mais également le chiffre attribué en fonction de son prénom ! Il en va de même pour celui que l’on nomme Louis XVIII, qui a certes, régné sur la France, mais qui lui non plus n’a jamais été sacré Roi à Reims !

Alors que paradoxalement, certaines prophéties parlant d’un retour futur du Roi Henri V de la Croix descendant direct de Louis XVI et Marie-Antoinette, s’avèrent être assez justes pour ce qui est du chiffre attribué à ce Roi futur. Car le dernier Roi se nommant Henri à avoir été sacré fut Henri IV !

Pour conclure, tout ceci peut paraître du détail insignifiant, et comme les mauvaises habitudes vont souvent bon train, on entendra certainement encore longtemps parler de « Louis XX » et de « Henri VII ». Mais comment se dire Royaliste et défenseurs des traditions si on ne sait même pas respecter les codes même de la Tradition royale du Sacre ? A ce jour, que cela plaise ou non, il n’y a pas de Louis XX pas plus que de Henri VII, mais seulement des prétendants au Trône de France, et un pays qui s’écroule un peu plus chaque jour….

P-P Blancher

La Monarchie est-elle une grande chose morte ? (partie 2) Quand la République s’inspire de la Monarchie…

La France vit actuellement en République : cela paraît indéniable si l’on se réfère, non seulement au titre de l’État, à son affirmation d’être une République et de sa répétition rituelle, faite d’habitudes et de commémorations qui rappellent l’histoire du régime républicain ou qui lui sont rattachées, de façon parfois abusive d’ailleurs : le cas de 1789, par exemple, pourrait bien lui être disputé, comme le feront d’ailleurs les « monarchiens » (monarchistes constitutionnels et centristes) de ce temps et les partisans du roi Louis-Philippe ensuite, les uns et les autres se référant à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen rédigée par les monarchistes Mounier et La Fayette (et dénoncée, en 1793, par les républicains Saint-Just et Robespierre…). En revanche, sa gêne (dans le meilleur des cas) à l’égard de certains événements historiques nationaux, comme la commémoration de Bouvines en 2014, est révélatrice d’une volonté de ne pas remettre en cause le mythe de Valmy, plus « républicainement correct »…

Tous les candidats à la prochaine présidentielle font aussi profession de foi républicaine, avec quelque ambiguïté parfois, et « les valeurs de la République » sont régulièrement et automatiquement évoquées dès qu’un problème surgit, véritable « mantra » gouvernemental et politicien : il n’est pas sûr que cela soit vraiment rassurant ou suffisant au regard des défis contemporains.

En somme, qui n’est pas républicain aujourd’hui ? Mais, en fait, il y a une confusion, voulue et entretenue depuis Jules Ferry, entre République et France, et certains qui parlent République pensent, d’abord, France, mais sans l’avouer explicitement, par peur d’être mis au ban des institutions et de toute espérance ministérielle ou présidentielle.

Et pourtant ! La Cinquième République garde (ou renouvelle ?) la marque de la Monarchie, dans ses institutions comme dans ses pratiques, et si l’on voulait pousser plus loin, elle reprend de la Monarchie, sans l’avouer, ce qui peut lui donner quelques racines, quelques évidences, voire quelque légitimité : cela était déjà vrai avec la Troisième République qui, dans ses livres d’histoire pourtant si peu neutres et véritablement « stato-républicains », valorisaient certains aspects de feue la Monarchie d’avant 1789. Ainsi, Saint Louis n’était pas renié, ni le « bon roi » Henri IV et sa « poule au pot », le qualificatif de « bon » étant sans doute le moyen de distinguer de ses prédécesseurs et successeurs (Henri III et Louis XV étant particulièrement dévalués dans les cours de la Troisième), ceux-ci servant de repoussoirs pour montrer les « dangers » de la Royauté. Le statut accordé à Louis XIV était ambigu : si la Troisième République voulait bien en recueillir la gloire et les territoires conquis (en particulier l’Alsace, sous le joug allemand de 1870 à 1918), elle en dénonçait le Pouvoir absolu avec des grimaces de dégoût, au risque de commettre un impair sur la nature même de la Monarchie louisquatorzienne…

La Cinquième République a été, souvent, longtemps et encore aujourd’hui si l’on écoute MM. Mélenchon et Devedjian, considérée comme une sorte de « monarchie » présidentielle ou républicaine, et son fondateur comparé au roi-soleil par le célèbre dessinateur Moisan (du Canard enchaîné). La Gauche, dans le même temps du paroissien de Colombey-les-deux-églises, manifestait pour la « défense de la République » avant que, à son tour, elle s’installe dans le trône élyséen sous les traits des deux François, MM. Mitterrand et Hollande, le premier sachant, comme le général de Gaulle, ce qu’il devait à la tradition monarchique, ce qui lui valut d’être surnommé « le dernier des capétiens », comme si, depuis, nous étions rentrés dans une sorte de « régence sans fin »…

Ainsi, la Monarchie a-t-elle inspirée la Cinquième République : quel destin pour une « grande chose morte » supposée ! Certes, ce rôle particulier et éminemment symbolique ne suffit pas pour faire de ce qui reste une République une Monarchie pleine et entière, « à la française », c’est-à-dire royale, héréditaire, politique. En paraphrasant Pierre Boutang, l’on pourrait dire que la Cinquième est une « Semble-Monarchie » tout comme l’État républicain n’est, surtout actuellement, qu’un « Semble-État » : n’est-ce pas mieux que rien, ou est-ce encore pire, il peut y avoir débat.

C’est d’ailleurs cette apparence de Monarchie qui fournit à l’État actuel une certaine aura et une place particulière dans le concert des nations et de leurs relations : à l’étranger, on sait (et on voit) qui dirige, au sens politique, la France et son État, et lorsque le Chef de l’État n’assume pas son rôle de « monarque », la France paraît absente de la scène mondiale, ou trop dépendante des grandes puissances contemporaines (États-Unis ou Allemagne, entre autres). Si le Président oublie son statut particulier et que son élection n’est rien d’autre, en définitive, qu’une « acclamation » (au sens médiéval du terme) chargée d’une confiance populaire (qui peut être aussi une menace), une sorte de pacte qui rappelle le sens du sacre royal, le « pays réel » lui coupe la tête (électoralement parlant, bien sûr), en se fondant le temps d’une élection dans le « pays légal ». Ce n’est pas d’être « trop monarque » qu’on lui reproche (même si c’est souvent le discours tenu par les politiques), mais de ne pas l’être assez : de ne pas être le garant de la justice (qu’elle soit politique ou sociale, ou simplement « morale ») comme l’était saint Louis sous le chêne de Vincennes ; de ne pas être l’arbitre suprême, ou d’oublier ses devoirs d’État à l’égard du pays comme de ses citoyens…

M. Hollande s’est voulu un « président normal », mais c’est quand il exerce (pour de bonnes ou mauvaises raisons, là n’est pas la question) son droit de grâce, d’essence royale et reliquat (selon quelques magistrats agacés) de l’Ancien régime, « survivance monarchique » selon les partisans de la République des juges, qu’il est écouté et compris, à tort ou à raison, des Français : n’est-ce pas la confirmation que la Monarchie, ou au moins son esprit, reste, d’une certaine manière, bien ancrée dans l’inconscient collectif national ?

(à suivre)

Jean-Philippe Chauvin