Être royaliste

La Bannière Rouge :

« Le diable a deux cornes, l’orgueil et le mensonge » Lanza del Vasto

Nous les laborieux du peuple, les « gueux », les « manants », les « sans-dents », les « gilets jaunes » voir « les brigands » arborons le rouge comme bannière de révolte, celle de St Denis brandit jadis par nos rois lorsque le danger menaçait la terre de France. Cette période lointaine, souvenir de Bouvines, est finalement proche car « Peuple et Rois » demeurent de droit divin. Le pays réel humilié, souffre d’une république antisociale et de ses laquais médiatiques vautrés dans les scandales. Le système avale les contestations et les digère par sa répression comme par ses agissements dans les alcôves et les coulisses. Le pain manque dans de nombreux foyers, le travail comme une peau de chagrin diminue ou se délocalise dans des lieux où l’esclavage est plus juteux pour les adeptes des « droit de l’homme » sans état d’âme. On est plus préoccupé par le sexe des anges que par une soi-disant crise économique qui arrange le système usurier d’un libéralisme diabolique…

Les familles comme les travailleurs, vomis par ceux qui gouvernent, n’intéressent personne, pas plus malheureusement que les « burnout » que les taux de suicides. L’injustice grandissante, comme la misère entraînera demain le balayage de cette pourriture privilégiée qui gangrène nos existences et encombre les allées du pouvoir. Les « tièdes » préfèrent le calme et la modération, vertus accompagnant les enterrements des nations, alors que la jeunesse a besoin d’espérances, en dehors des bocaux où les cornichons soumis du système, dorment à l’abri des courants d’air, aurait rappelé Bernanos. Assez de compromissions indignes et de tolérances, prostituant l’esprit libre, le peuple désir reprendre ses pouvoirs, que l’Etat s’est attribué dans les préfectures et défend avec ses CRS ! Les « Gilets jaunes » écrasés, humiliés, trahis, récupérés tandis qu’autour les taxes, l’énergie (EDF +6%), les nouveaux radars, les impôts continuent leur hausse, tandis que de plus en plus d’ouvriers se retrouvent à la rue…

La France n’est pas faite pour vivre couché car sous nos pieds dorment des générations de héros. Est-on prêt à relever le défi historique et renouer avec ses grandes heures. Sentons-nous cette noblesse d’âme, ce souffle, cette présence des preux à nos côtés pour nous guider dans nos pas et nous libérer de la veulerie marchande et matérialiste !

Nous appelons une « Libération Nationale », l’élan qui, par la connaissance de ses traditions historiques, saura extraire les saines expériences nécessaires pour la véritable Renaissance de demain. De bonnes raisons ne suffisent pas, il faut également être à la hauteur de la cause que l’on défend. Le dépassement est une quête vers l’esprit chevaleresque et aristocratique nécessaire, comme celui d’être, l’acteur du monde futur de demain. Sachant qu’être aristocratique est une vertu ouverte à tout individu de la société. Afin d’éviter tous les écueils d’un tâtonnement inutile et dangereux dans un changement politique éphémère, il est sain de savoir et de connaître ce que le passé peut nous transmettre de positif. Il s’agit d’effectuer une transformation harmonieuse de notre pays, de renouer cette chaîne du passé de notre grande nation, qui par son baptême de Clovis répandait : humanisme, panache, attachement et joie de vivre. Bref repartir pour une grande œuvre dont la jeunesse dans son inconscient, éprit d’aventure, de romanesque, ne fait que rêver, alors encore une fois, soyons les Chasseurs du roi …

Frédéric Winkler

Adieu Rodolphe Crevelle :

Adieu Rodolphe, le Compagnon de Jehu !

« Le panache n’est pas la grandeur, mais quelque chose qui s’ajoute à la grandeur, et qui bouge au-dessus d’elle. C’est quelque chose de voltigeant, d’excessif… le panache, c’est l’esprit de la bravoure. Oui, c’est le courage dominant à ce point la situation qu’il en trouve le mot… Plaisanter en face du danger, c’est la suprême politesse, un délicat refus de se prendre au tragique ; le panache est alors la pudeur de l’héroïsme, comme un sourire par lequel on s’excuse d’être sublime…le panache, c’est souvent, dans un sacrifice qu’on fait, une consolation d’attitude qu’on se donne. Un peu frivole peut-être, un peu théâtral sans doute, le panache n’est qu’une grâce ; mais cette grâce est si difficile à conserver jusque devant la mort, cette grâce suppose tant de force (l’esprit qui voltige n’est-il pas la plus belle victoire sur la carcasse qui tremble ?) que, tout de même, c’est une grâce… que je nous souhaite » (E. Rostang )

Je vais parler en quelques lignes de Rodolphe, disparu dans la nuit du 15 au 16 mars. Rodolphe pour ceux qui l’on connut, était d’une grande générosité, lorsque ses moyens le lui permettaient ce qui était fort rare, mais serviable, j’en ai gardé le souvenir lorsque les temps étaient difficiles… Nous nous sommes connus fin 1982, lorsqu’il débarquait de la section d’Action française de Rouen. Nous étions alors de ces jeunes loups, rebelles à la façon de Bernanos, lisant du Proudhon, Valois et vendant le journal dans la rue. Il en avait révolutionné les méthodes et personne que je sache n’a pu jusqu’à aujourd’hui dépasser nos scores de ventes d’alors. Pendant que certains trouvaient des excuses pour l’inaction, nous partions chaque jour, vendre « Aspects de la France » aux Trois quartiers (Printemps), devant les magasins, à l’angle de cette petite rue qui terminait au fameux « passage du Havre » près de St Lazare. Nous avions renoué alors avec la tradition des Camelots du Roi, je le vois encore avec son veston et son sac à journaux en bandoulière, il arborera plus tard son imper kaki où une veste de chasse. Nous nous faisions une amicale rivalité du meilleur vendeur mais il me distançait toujours d’une dizaine. Cela parait peut-être incroyable pour certains qui me liront mais imaginez tout de même que nous vendions à 2 et parfois à 3 plus de 500 journaux par semaine, dans un rythme avoisinant les 30 à 45 de l’heure !

(suite…)

La République, meilleur argument pour la Monarchie ? :

Comment peut-on encore être royaliste aujourd’hui ? C’est la question que j’ai beaucoup entendu ces dernières semaines, au moment où les Gilets jaunes avaient rouvert la possibilité du débat, comme une faille dans le globalitarisme ambiant, et que, dans les manifestations, dans la rue comme dans les cafés, la parole reprenait, un temps, le pouvoir, avant qu’elle soit à nouveau confisquée par le Pouvoir macronien dans un tourbillon de discours présidentiels et de manipulations médiatiques. Une question à laquelle j’ai toujours volontiers répondu, parfois trop brièvement, et qu’il ne me paraît pas inutile de traiter à nouveau, ne serait-ce que pour dissiper quelques malentendus et avancer quelques arguments en faveur d’une Monarchie royale qui, bien qu’encore trop lointaine, reste une solution institutionnelle possible et, à mon avis, souhaitable.

 

Il y a évidemment une réponse a contrario à la question posée plus haut : comment peut-on encore être républicain alors que la République, depuis une quarantaine d’années, semble incapable de penser au-delà de l’élection suivante et de définir une politique d’Etat digne de ce nom, susceptible de relever les grands défis contemporains, qu’ils soient économiques, sociaux ou environnementaux ? Ces quatre dernières décennies sont celles des occasions manquées et des renoncements multiples, et cela s’est traduit par un recul sensible de la position de la France dans le monde, alors même que notre pays a des atouts considérables dans la compétition internationale contemporaine et sur la scène diplomatique mondiale. La France possède le deuxième espace maritime du monde, elle a une métropole et des territoires d’Outre-mer qui lui donnent une grande diversité, autant de milieux que d’humains, et de grandes possibilités, énergétiques, agricoles, touristiques ; elle fait partie des cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU et sa langue reste une des langues majeures de la diplomatie comme de la culture ; elle est une terre d’inventeurs et compte nombre d’écoles et d’universités mondialement reconnues ; etc. Mais la France est en République… C’est bien là le nœud du problème, de ce que l’ancien ministre Alain Peyrefitte nommait « le mal français ».

 

La simple comparaison historique suffit largement à comprendre aisément en quoi la Monarchie royale, malgré ses nombreux défauts et insuffisances, est plus avantageuse pour notre nation que la République qui, au long de ses cinq déclinaisons et malgré quelques beaux (mais courts) moments, n’a su que consommer, voire consumer, ce que la Monarchie royale avait constitué et épargné. C’est d’ailleurs quand la République imite la Monarchie qu’elle est la plus convaincante et la plus efficace, comme une sorte d’hommage du vice à la vertu !

 

Mais être royaliste ne signifie pas céder à la nostalgie facile et rassurante d’une ancienne forme institutionnelle qui a fait ses preuves mais a fini par s’évanouir dans la mémoire de nos contemporains et dans la fumée des révolutions françaises. Il convient de raisonner, au-delà de l’histoire, en politique, et démontrer, après mûre réflexion, tout l’intérêt d’une Monarchie royale pour notre pays comme pour ceux qui y vivent : une démonstration qui mérite, le plus tôt possible, le passage aux travaux pratiques…

Jean-Philippe Chauvin

 

(à suivre : le refus de la nostalgie et l’actualisation monarchiste)

 

 

Reconquête et prise du pouvoir : Les occasions manquées…

A Maître Antoine Murat, Guy Steinbach, Jean Marie Keller, le Chevalier d’Orgeix, Pierre Becat, François Marie Algoud qui ont contribués aux réflexions qui vont suivre, aux Camelots morts et à tous ceux qui ont œuvrés et qui œuvrent pour le retour du Roi…

Ce dossier n’est pas écrit et diffusé en attente de polémiques ou de remontrances, ne cherchant aucunement à blesser ni rabaisser des personnes qui, pour la plupart, ne sont plus de ce monde. Il est fait pour l’histoire, avec les quelques connaissances que nous avons, sachant que celles-ci comportent aussi des lacunes. Nous gardons un profond respect pour les grands qui nous ont précédés. Ce texte permet par l’évocation de certains faits, sous un œil critique, d’analyser quelques évènements de notre histoire politique, afin d’éviter d’autres écueils dans les temps que nous vivons et dont nos enfants auront l’héritage et la charge. C’est, comme tous nos travaux, un outil et un seuil de travail pour la réflexion, que seul l’empirisme permet d’apprécier et de valider lorsqu’il s’applique à nous-même. C’est ainsi que nous pouvons, concrètement, agir et espérer pour que, enfin, nous puissions dire sans mentir : notre jour viendra !

Reconquête et prise du pouvoir – les occasions manquées :

Sachant que des sondages effectués par des organismes connus, à plusieurs reprises, auprès de la population ont montré qu’une part non négligeable de la population garde l’espérance pour un retour des lys…
Près d’un Français sur trois prêt à voter pour un candidat royaliste
VIVE LE ROI – Selon un sondage, une partie non négligeable de l’opinion serait favorable à ce que la fonction de chef de l’Etat soit assumée par un roi, comme c’est le cas dans de nombreux pays européens (30 août 00:11TF1 group). Abolie en France il y a 168 ans, la monarchie conserve encore et toujours des adeptes. Un sondage réalisé par BVA et publié ce lundi, indique en effet que de nombreux Français pensent que la présence d’un roi au sommet de l’Etat serait bénéfique pour le pays. Près d’un Français sur quatre, estime par exemple que cela aurait des conséquences positives sur l’unité nationale (39%) et la stabilité du gouvernement (37%). Ils étaient à peine 23% en 2007, année où un sondage similaire avait été réalisé. Pour 31% des Français, remplacer le président de la République par un monarque donnerait une meilleure image de la France dans le monde (24% en 2007) … « Le contexte actuel pousse les Français à s’ouvrir à cette possibilité » …A noter tout de même que près de trois électeurs sur dix (29%) se disent prêts à voter pour un candidat royaliste au premier tour de la présidentielle. « La série d’attentats qui a touché la France en 2015 et 2016 a mis au cœur du débat la question de l’unité nationale, dans un contexte de défiance à l’égard de l’exécutif, voire de la classe politique dans son ensemble. C’est probablement cette lassitude corrélée à de fortes attentes qui peut expliquer le regain d’intérêt pour un mode alternatif de régime », explique BVA… Enquête réalisée avec Alliance Royale auprès d’un échantillon de 1099 Français, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 22 au 23 août 2016

Qui, en tant que Royaliste, ne s’est jamais posé la question de savoir pourquoi en ce début du XXIè siècle le royalisme n’est pas une force politique puissante aux portes du pouvoir, ou tout simplement, pourquoi sommes-nous encore en république ?
Pour répondre à cette question, nous allons faire une analyse empirique globale sur l’évolution du royalisme en France depuis la Troisième République. Nous ne traiterons pas des Guerres de Vendée, dont nous retiendrons Georges Cadoudal et Louis de Frotté comme ayant été les seuls complotistes sérieux contre le régime républicain et l’empire, le marquis de la Rouerie reste aussi parmi ceux des plus importants. Les autres chefs de l’Armée Catholique et Royale n’avaient pas vraiment de réelle stratégie et étaient surtout trop divisés.

En 1870, Gambetta et son parti républicain profitèrent de la défaite de Napoléon III à Sedan face aux Prussiens pour prendre le pouvoir. Gambetta proclama la IIIè république le 4 septembre 1870 à l’Hôtel de ville de Paris. Sachant que la majorité à l’assemblé nationale était Royaliste, il n’y avait qu’à voir les résultats des élections législatives de 1871 : il aurait été facile de destituer cette république opportuniste en considérant à juste titre le coup de force de Gambetta comme illégitime et frauduleux. Néanmoins les Royalistes n’en firent rien ! Car ceux qui furent élus sous l’étiquette « Royalistes » étaient en réalité une bande de fieffés féodaux qui voulaient bien d’un Roi, mais si possible un Roi au service de leurs intérêts personnels, au détriment de ceux du peuple. Le Comte de Chambord, qui devait être ce Roi, refusa ce compromis et au travers de ses divers manifestes, il fit comprendre que la politique qu’il mènerait, lorsqu’il serait au pouvoir, serait celle de ses ancêtres Capétiens. Une Monarchie sociale au service de son peuple contre les féodaux ! En conséquence et sous couvert d’une fausse affaire de drapeau, orchestrée par les féodaux en question, la Monarchie ne fut pas rétablie et la république s’enracina inexorablement. Lire à ce sujet « Henri V et les féodaux » de Pierre Bécat décrivant dans les détails comment une poignée de ducs a évincé le Comte de Chambord pour des raisons fallacieuses… Ce fait est confirmé également par l’historien Henri Guillemin dans son cours d’histoire audiovisuel sur : « L’autre avant-guerre 1871-1914 »…

(suite…)

Adieu Jean Piat :

« Moi, c’est moralement que j’ai mes élégances. » (Cyrano)

Adieu Jean Piat, grand comédien qui nous fit rêver durant notre jeunesse avec ton incomparable « Lagardère » (1967). Les exploits du chevalier « J’y suis ! » champion de la « Botte de Nevers », croix fait par l’épée sur le front des félons, entraînaient nos jeunes années dans les rues pour s’escrimer entre nous. Tantôt chevalier et tantôt en bossu, malingre et renard, Jean Piat développait tout ses talents comme dans les « Rois maudits ».
Je m’étais d’ailleurs entretenu avec Maurice Druon, dans les rues par une rencontre fortuite près des quais de Seine, au début des années 80, proche du restaurant Louis-Philippe, chez un bouquiniste de nos amis. Connaissant mes idées royalistes, discussions riches, le long de cette ile St Louis, il m’avait proposé de rencontrer alors Thierry Maulnier. Mes premières lectures furent le prix de longues recherches où alors on pouvait pour quelques francs, se constituer une solide bibliothèque d’historiens oubliés…
Pour parfaire le tableau, Marcel Jullian était producteur d’Antenne 2, je l’ai rencontré lors d’un Banquet d’Action française au début des années 80, nous avions bien parlé… Il présentait son ouvrage : « Courte supplique au roi pour le bon usage des énarques », quel grand homme il était…
C’est encore un temps fort riche où je donnais chaque vendredi soir à la Sorbonne, le journal royaliste que nous y vendions, à Jacques Dufilho, ardent royaliste aussi. Un personnage discret qui me donnait en retour le contact pour venir gratuitement le voir, à ses pièces de théâtre…
Bref après ce petit tour d’horizon, de grands personnages disparus, je rappellerai les circonstances de ma rencontre avec Jean Piat, c’était un 6 novembre 2009, avec Maître Trémolet de Villers, pour la présentation de l’ouvrage « Un Prince Français » du Prince Jean de France.
Nous y étions en tant que groupe d’Action royaliste invités pour une grande soirée. J’avais demandé à Jean Piat d’y rajouté un mot et il avait, pour l’occasion écrit pour Fanfan (mon fils) « Merci François de répandre cette bonne parole, Jean Piat ».

« Oui, monsieur, poète ! et tellement, Qu’en ferraillant je vais – hop ! – à l’improvisade
Vous composer une ballade. » (Cyrano, E. Rostand)

Jean Piat fut un grand acteur et un très grand comédien et comme beaucoup qui nous quittent dans ce sablier du temps qui, imperturbablement ensemence notre terre de tant de talents, ils restent toujours trop tôt disparus…
Alors oui Jean, Cyrano, Robert D’Artois où Lagardère, tu va nous manquer et pas seulement sur les planches mais comme compagnon, comme défenseur de cette France royale, par poésie comme tu le disais dans « Et… Vous jouez encore » (Mémoires en trois actes, Jean Piat, 2015). Dans nos rêves sans fin, comme dans la vie, pour le Roi toujours, nous serons d’ardents bretteurs pour confondre les mauvais, par chevalerie et service mais surtout par justice. C’est toujours difficile de voir partir le talent comme les amis, ils vont continuer là-haut de rayonner. Molière l’y attend, comme Cyrano dont il fut un des meilleurs interprètes après Daniel Sorano…

« Belles personnes, – Rayonnez, fleurissez, soyez des échansonnes – De rêve, d’un sourire enchantez un trépas, – Inspirez-nous des vers… mais ne les jugez pas ! » (Cyrano)

F. Winkler

Déblayons les préjugés sur la Monarchie :

Pour beaucoup, l’histoire de France commence en 1789, comme si avant, c’était l’obscurantisme, l’asservissement, les superstitions. Et l’école républicaine a si bien enfoncé cela dans nos crânes, que ce serait un coup d’État dans notre vision moderne que de penser autrement. Les  » valeurs de la république  » seraient-elles un autre évangile, celui de l’homme sans Dieu ? Il est à présent ringard et rétrograde que d’oser évoquer le sujet, sous peine  » d’excommunication républicaine « , c’est-à-dire le risque d’une carrière brisée, une réputation de fasciste, une odeur nauséabonde de non-liberté ! Cette vidéo dépoussière le sujet pour ceux qui veulent penser par eux-mêmes. Croyants, non croyants, vous êtes invités à soulever le couvercle républicain dans cette vidéo. Venez et faite-vous votre opinion…

La servitude plus facile que la liberté :

« Mais l’Etat rival, tôt ou tard, fera la même chose que vous, et l’exception deviendra la règle, au consentement de tous, car je connais les hommes, moi qui suis une Patrie d’hommes. Ils trouvent la liberté belle, ils l’aiment, mais ils sont toujours prêts à lui préférer la servitude qu’ils méprisent, exactement comme ils trompent leur femme avec des gourgandines. Le vice de la servitude va aussi profond dans l’homme que celui de la luxure, et peut-être que les deux ne font qu’un. Peut-être sont-ils une expression différente et conjointe de ce principe de désespoir qui porte l’homme à se dégrader, à s’avilir, comme pour se venger de lui-même, se venger de son âme immortelle. La mesure que vous me proposez d’approuver ouvrira une brèche énorme au flanc de la Cité Chrétienne. Toutes les libertés, une à une, s’en iront par-là, car elles tiennent toutes les unes aux autres, elles sont liées les unes aux autres comme les grains du chapelet. Un jour viendra où il vous sera devenu impossible d’appeler le peuple à la guerre pour la défense de sa liberté contre l’envahisseur, car il n’aura plus de liberté, votre formule ne signifiera donc plus rien… » (Bernanos – La France contre les robots)


Et puis, que peut comprendre un homme sortit de la matrice sociétale actuelle, conformiste et aseptisée. Cet homme actuel est formaté aux besoins d’une société matérialiste dont il accepte par résignation les menottes dorées. Que comprend-il encore de nos temps classiques, de nos temps médiévaux de grande lumière, où libres nous vivions. Peut-être étions-nous soumis à des disgrâces, des épidémies comme des inégalités multiples, mais quelle vie communautaire c’était alors. Que comprend encore cet homme aux lignes de Molière et de Racine, aux courbes de la Cathédrale de Chartres, comme à la grâce de Versailles. Est-il encore capable de frissonner aux dentelles des remparts de quelques murs transpirant l’histoire. Peut il apprécier l’éclosion d’une fleur comme le passage des nuages moutonnés aux couleurs arc-en-ciel. Peut-il encore apprécier la fraîcheur des sources sous les clairières, où chantent encore quelques elfes, naissant de notre subconscient imaginaire ? Il faudra un jour choisir le chemin de la vie où s’enfoncer dans celui destructeur de la technique. N’oublions jamais, comme le disait Bernanos, que nous avons le choix et c’est nous qui faisons l’histoire !

Frédéric Winkler

A qui s’adresse le GAR ? :

« Il n’est qu’un moyen de rabaisser son orgueil, c’est de s’élever plus haut que lui. Mais on ne se contorsionne pas pour devenir humble, comme un gros chat pour entrer dans la ratière. La véritable humilité est d’abord une décence, un équilibre » (Bernanos, Dialogue des Carmélites )

Comment fait-on pour devenir camelot ou volontaire du roi. Laissons de côté la jalousie de certains, réduisant notre travail où notre influence à la Toile. Nous sommes tournés, comme le furent à leur fondation les Camelots du roi vers la communication. Les camelots du roi vendaient le journal dans la rue et furent en leur temps, les champions de la communication. C’est cela l’héritage, il ne s’agit pas de pratiquer des actions qui peuvent nous discréditer, surtout si celles-ci ennuient les citoyens, bref servent plus le système en définitive ! Il s’agit d’être conscient des moyens modernes de communication et de les utiliser, bref d’être conscient que les temps ont changés. Il s’agit aussi de se souvenir de l’aspect spécifique de l’organisation des Camelots du roi, lors de leur fondation. Les actions devaient toujours emporter l’adhésion de la population et non brusquer et choquer celle-ci. Cela demande une bonne connaissance du temps dans lequel on vit, comme des sensibilités du moment… L’esprit des Camelots du roi, est celui du rire, de la plaisanterie, du ridicule, voire de la dérision de l’adversaire, comme du panache français. Bref un esprit venant du fond des âges, presque sans concession, à la Cyrano !
Lorsque Cyrano dit qu’il aime sur ses pas raréfier les saluts, ce n’est pas vis-à-vis des petits, du peuple qu’il s’adresse mais à l’orgueil des parvenus, des grands qui méprisent les autres.

Les camelots ridiculisaient les hommes de la république, parvenus, coquins, à une époque où la population vivait dans la souffrance, dans la peur du lendemain. Ce système est toujours là, tel un gaufrier étouffant toute forme de liberté, une dictature « douce », que dénonçait Soljenitsyne, plus pervers que celle qu’il avait connu. Ces nouveaux privilégiés sans devoir, se partagent la galette et l’argent, « à nous tous les postes ! ».
Au risque de répéter, rappelons que l’esprit des Camelots du roi, est celui qui déclenche le rire, la bonne humeur de la population au dépend du système. C’est celui qui tourne en dérision l’absurdité du système et qui dans ses actions rallie la population à lui. Parce qu’il est l’émanation du peuple, de son esprit, de son terroir, de ce que chaque province contient de réel en elle, de ses racines. Voilà ce qu’il est, c’est cela son esprit d’aujourd’hui et de demain.

Certaines personnes parlent du Groupe d’Action Royaliste sans nous connaître, où jalouse un travail qu’ils ne peuvent faire, bref n’agissent pas dans le sens des valeurs qui, pourtant devrait être leur ligne ! Bref ils oublient la cause à servir et l’exemple seul est efficace pour avancer dans le quotidien. L’essentiel reste :
_dans la remise en question permanente,
_la diffusions des idées actualisées répondant aux préoccupations quotidiennes des français.
_être présent sur le terrain social et non pas seulement dans la diffusion, la réactualisation des idées, bref dans le réel.
_la diffusion de vidéos, sur l’histoire, l’économie-sociale, la politique, l’urbanisme, l’écologie, la santé, la citoyenneté et les valeurs, bref le quotidien des français.
Alors oui effectivement le GAR est un réseau agissant, connectée au réel, visible dans le monde de la communication et des technologies modernes mais aussi dans la rue. Alors loin d’avoir une quelconque prétention, notre action est toujours orientée sur l’humilité, l’efficacité, l’actualité, le concret et le professionnalisme dans tout notre travail. Voilà ce qu’est le Groupe d’Action Royaliste. Travaillons à l’urgence de notre temps : le retour du Roi, dernière chance de nos libertés…

Alors pour être au Gar ou du Gar, que faut-il faire ? Avoir un esprit libre, il n’y a pas de carte ni adhésion spécifique, seulement des outils à disposition. Nous nous battons pour une cause, non pour une enseigne ou une boutique et nous nous adressons aux êtres responsables, autonomes et libres. Nous avons mis sur la toile et dans le monde virtuel toute une panoplie de brochures, tracts, affiches, autocollants, bandes sons et vidéos. Tout est audible, regardable ou téléchargeable à volonté. C’est un puits d’information à disposition de ceux qui désirent se libérer d’un système fait pour soumettre et détruire les peuples. Les multiples vidéos mis en ligne peuvent représenter à elles seules des semaines de liberté audiovisuelles à regarder. Les bandes sons peuvent occuper des journées entières d’écoutes. Les brochures, des mois de lecture qui peuvent vous enseigner et vous former partout où vous pouvez être.

Que vous soyez un francophone perdu en Indes, en Afrique, au Moyen Orient ou en Amérique, une simple connexion, vous suffit. Je pense à mes frères Acadiens, Sangs mêlées ou Amérindiens, francophones africains ou Nord Africains inquiets pour leur pays comme pour la survie de leur peuple contre un nouvel ordre mondial détruisant toute culture et spécificité, notre éthique est la même, voilà notre message. Donc nous nous adressons aux êtres autonomes qui peuvent télécharger, écouter, voir nos messages et ainsi rayonner autour d’eux. Sans attendre de conseils, chacun peut se servir de nos outils mis à disposition afin de défendre les libertés. Il suffit de faire un effort sur soi-même au-delà de l’écrasement du système par les médias, avec sa culture de supermarché, afin d’être libre. La conclusion de nos travaux politiques désigne la monarchie pour la France, les solutions sont différentes pour d’autres pays, à vous de chercher dans vos traditions, les solutions alternatives qui correspondent à vos traditions et cultures. Voilà a qui le Gar s’adresse, si vous attendez des ordres, si vous attendez une organisation, telle qu’elle existait avant, des mouvements sont là pour cela. Nous, nous agissons en autonomes, partout vous pouvez agir comme nous l’avons fait à plusieurs reprises, dans des opérations efficaces de tractages collages, ou comme par nos présences auprès des pauvres régulièrement dans notre association « La Soupe du Roi » afin de les soulager de la misère… Restons toujours à l’écoute de nos frères sur leurs soucis quotidiens afin d’être greffé sur l’actualité montrant ainsi autour de nous, notre volonté inépuisable d’agir, comme la cohérence de l’alternative royale. Voilà ce que nous appelons agir, être dans la rue comme dans le monde virtuel afin de diffuser nos idées pour que notre peuple soit de nouveau libre, notre jour viendra !

Frédéric Winkler

Les 10 ans du Groupe d’Action Royaliste :

Concrétisez votre soutien dans nos activités vidéos :
https://www.tipeee.com/sacr-tv

Le GAR a été créé en officiellement en octobre 2008, soutenu par deux anciens Camelots du Roi : Maître Antoine Murat (1908-2008) et Guy Steinbach (1918-2013) qui en fut le président d’honneur, et considéré à ses yeux comme étant parfaitement dans la ligné des Camelots du Roi.
Le GAR s’est aussi donné comme objectif de moderniser le combat royaliste en ce début du XXIème siècle.

Fonctionnant plus comme un réseau de militants autonomes et déterminés, le GAR élabore sa base de recrutement sur des critères bien précis :

Pas d’esprit consommateur, tous les militants du GAR sont là pour donner de leur personne et si possible aussi doivent être membre du réseau Lescure (Réseau financier)

Les militants doivent agir :

Avec l’intérêt général et non avec leurs caprices de sentiments.
Avec l’intérêt général et non avec leurs goûts ou leurs dégoûts,
leurs penchants ou leurs répugnances.
Avec l’intérêt général et non avec leur paresse d’esprit ou leurs calculs privés ou
leurs intérêts personnels

L’objectif premier du GAR est de former des cadres et de forger un état d’esprit autre que celui que le système nous impose au quotidien avec ses médias, dans le seul but de pouvoir mieux le combattre.

Le GAR soutient toutes les bonnes initiatives et activités royalistes sérieuses.

Une devise : « Nous-mêmes » exprimant le fait que seuls ceux qui sont conscients des maux actuels de notre pays réagiront pour changer la done. Le GAR ne s’adresse qu’à eux ! »

Un principe : « Notre jour viendra » exprimant le fait que nous sommes déterminés quand au résultat de notre combat, que seules les minorités actives prendront le dessus le moment venu.

Le monde traditionnel face au monde moderne :

« Il y a eu l’âge antique, (et biblique). Il y a eu l’âge chrétien. Il y a l’âge moderne. Une ferme en Beauce, encore après la guerre, était infiniment plus près d’une ferme gallo-romaine, ou plutôt de la même ferme gallo-romaine, pour les mœurs, pour le statut, pour le sérieux, pour la gravité, pour la structure même et l’institution, pour la dignité, (et même, au fond, d’une ferme de Xénophon), qu’aujourd’hui elle ne se ressemble à elle-même. Nous essaierons de le dire. Nous avons connu un temps où quand une bonne femme disait un mot, c’était sa race même, son être, son peuple qui parlait. Qui sortait. Et quand un ouvrier allumait sa cigarette, ce qu’il allait vous dire, ce n’était pas ce que le journaliste a dit dans le journal de ce matin. Les libres-penseurs de ce temps-là étaient plus chrétiens que nos dévots d’aujourd’hui. Une paroisse ordinaire de ce temps-là était infiniment plus près d’une paroisse du quinzième siècle, ou du quatrième siècle, mettons du cinquième ou du huitième, que d’une paroisse actuelle.

(…)  Il y a des innocences qui ne se recouvrent pas. II y a des ignorances qui tombent absolument. Il y a des irréversibles dans la vie des peuples comme dans la vie des hommes. Rome n’est jamais redevenue des cabanes de paille. Non seulement, dans l’ensemble, tout est irréversible. Mais il y a des âges, des irréversibles propres.

(suite…)