Kadou

Un autre regard sur le « Moyen-Âge » :

Nouvel épisode du « Science VS Fiction », cette fois-ci consacré au Moyen Âge. Quand la fiction représente le Moyen Âge, c’est souvent pour représenter une époque sale et barbare. Mais ces temps étaient-ils si obscurs ? On a posé la question à Justine Breton, docteure en littérature médiévale à l’Université de Reims. Pour Explore Media, elle analyse l’hygiène dans « Les Visiteurs », les combats dans « House of the dragon » ou bien encore l’image des sorcières dans « Monty Python : Sacré Graal ».

EXTRAITS :

00:00 Introduction
00:31 House of the Dragon
01:35 Monty Python : Sacré Graal !
03:10 Les Visiteurs
04:21 Game of Thrones
05:20 Les Visiteurs
06:42 Kaamelott
07:58 Le Roi
08:51 Kingdom of Heaven
10:04 Le Dernier Duel

Réponses aux objections sur le corporatisme :

0:34 – Le corporatisme est un système obsolète qui a fait son temps et qui a fini par se scléroser expliquant sa suppression !
5:09 – Réinstaurer un régime corporatif en France à ce jour est totalement utopique !
9:58 – Les corporations risqueraient au fil du temps de favoriser essentiellement leurs intérêts privés au détriment du Bien commun.
11:31 – Le régime corporatif n’a-t-il pas été celui des régimes totalitaires du XXè siècle ?
12:40 – Le corporatisme aujourd’hui n’a plus de raison d’être, car le syndicalisme se suffit à lui-même pour l’épanouissement et la défense des travailleurs, des métiers et de l’industrie.
17:51 – Le régime corporatif ne s’oppose-t-il pas à l’industrie ?

Livre « Le Corporatisme » disponible ici
Livre « Histoire des libertés sociales » disponible ici
Livre « Corporations et corporatisme » disponible ici

Baudouin IV pure effigie du Roi français :

Vidéo disponible sur Odysee : CLIQUEZ ICI

Les croisades dérangent et notre histoire a mauvaise presse… Nous avons accepté la destruction du Liban, terre d’accueil et pays-frère. Là ou pendant des siècles, avait vécu pacifiquement chrétiens et musulmans. Les croisades, présentées officiellement comme une ruée de barbares sanguinaires fut d’abord un réflexe d’aide fraternelle motivée par la libération du Saint Sépulcre, les ravages en Asie Mineure par les Turcs Seldjoukides et l’oppression des chrétiens de Syrie. Il ne faut pas oublier les massacres d’Arméniens, vieux peuple Chrétien, qui en subiront d’autres plus tard dans l’indifférence générale… 

Le royaume de Jérusalem était guidé par le jeune Baudouin IV, roi depuis l’âge de 13 ans. Il est l’image de la chrétienté médiévale, celle de l’élévation dans l’image pure du chevalier, un exemple pour nous. On disait de St Louis ce que l’on pourrait dire de Baudouin  «  du plus beau chevalier que jamais ne vis »… Guillaume de Tyr s’aperçut que le jeune Baudouin était atteint  de la lèpre, terrible maladie. Les années avaient passé et il fallait mettre fin à la terreur des mameluks de Salâh ad-Din dans les environs de la cité de David…

(suite…)

Histoire des libertés sociales :

Découvrez le dernier livre de Frédéric Poretti sur l’histoire des libertés sociales :

Depuis des années l’historiographie officielle, Gauche en tête, sous la complaisance servile d’une « droite » molle, maintient la légende d’une libération sociale, fruit d’années de lutte consommées par ses idées ! Les travaux de Maître Murat et d’autres permirent de remettre en lumière la réalité sur ces acquisitions sociales, que nous bénéficions aujourd’hui. Les grands noms comme les dates sont retranscrits et vérifiables pour tout esprit curieux, en quête de vérité. Le lecteur sera alors devant cette épopée, ces aventures d’une poignée d’hommes oubliés, parce que contraire à l’idéologie dominante du « prêt à penser ». Ils forment cette permanence historique de l’alliance entre l’aristocratie et le peuple nous venant du fond des âges. Cette étude représente une approche permettant de comprendre ce qui fait l’esprit Français et le sens communautaire qui permit de traverser les écueils des drames historiques comme de survivre aux idéologies mortifères qui nous gangrènent encore aujourd’hui. Notre passé est une base de travail afin de comprendre notre présent pour anticiper l’avenir et c’est nous, comme le disait Bernanos, qui faisons cette histoire.

Notre jour viendra !

LIVRE DISPONIBLE ICI

L’enfer des idéologies de gauche :

Quelle définition le dictionnaire donne-t-il du mot : « sinistre » ? En voici plusieurs :
« Qui annonce un malheur, des événements funestes. »
« Qui évoque le malheur, inspire de la crainte. »
« Qui est mauvais, dangereux et dont on peut craindre le pire. » « Qui est triste et ennuyeux… »


La définition de ce mot n’est certes pas très réjouissante, c’est le moindre que l’on puisse dire. Mais le plus intéressant, c’est lorsque l’on se renseigne sur son étymologie : Sinistre, vient du latin sinister qui signifie « qui est à gauche » ! Voilà qui ne s’invente pas ! D’ailleurs en héraldique pour désigner le côté gauche d’un blason, cela se dit : sénestre.
Nous allons maintenant constater à quel point cette étymologie trahit assez justement ce qu’est la pensée de gauche, et ses ravages dans notre histoire et même à l’échelle de l’humanité.


Le clivage gauche/droite en politique est né en France en pleine période révolutionnaire. Faisant suite au serment du jeu de paume du 20 juin 1789, l’Assemblée nationale constituante est officialisée le mois suivant. Lorsqu’en octobre 1789, cette assemblée s’installe à Paris dans la salle du Manège des Tuileries, les députés se répartissent de façon méthodique. À gauche du président de l’Assemblée ceux qui sont favorables à la révolution, et à droite ceux qui y sont hostiles. Ce réflexe faisait suite au vote du droit de véto pour le Roi, un mois auparavant, ou ceux qui se mettaient à gauche étaient pour un véto limité, et ceux à droite pour un véto absolu ! Voilà comment ce clivage, basé déjà sur le principe de division, est né en France avant de se répandre dans le monde…

(suite…)

Je n’oublierai jamais…

JAMAIS…JE N’OUBLIERAI.. JAMAIS JE NE PARDONNERAI


Je n’oublierai jamais la police traquant les personnes dans les bois ou sur les plages désertes pendant les confinements.
Je n’oublierai jamais le « n’appelez pas votre médecin, restez chez vous, prenez du Doliprane », interdisant tout soin précoce, efficace et peu onéreux.
Je n’oublierai jamais les masques tantôt inutiles, tantôt obligatoires même en extérieur, sous peine d’amende, imposés jusque dans les écoles même aux heures de « récré ».
Je n’oublierai jamais l’effacement des visages
Je n’oublierai jamais les attestations sur l’honneur contrôlables par les forces de l’ordre, justifiant et définissant nos sorties limitées à quelques motifs.
Je n’oublierai jamais l’exagération des morts qualifiés « covid ».
Je n’oublierai jamais les 135€ d’amende pour défaut d’attestation ou promenade seul en forêt pour pouvoir respirer sans masque.
Je n’oublierai jamais les dénonciations des voisins à la police.
Je n’oublierai jamais nos anciens en EHPAD interdits d’hôpital et « terminés » au Rivotril.
Je n’oublierai jamais, une pub audio-visuelle pour inciter à mettre Papi et Mamie dans une autre pièce, pendant le repas de Noël.
Je n’oublierai jamais une vidéo du gouvernement où une grand-mère se retrouve en réanimation après avoir été approchée par sa petite fille.
Je n’oublierai jamais l’interdiction de traitements potentiels et peu couteux.
Je n’oublierai jamais l’interdiction de prescrire ces traitements.
Je n’oublierai jamais le Dr Michel Cymes, sur les antivaccins covid : « Qu’ils se regardent dans la glace et se disent, oui, je peux tuer des gens aujourd’hui. »
Je n’oublierai jamais : « On vous vaccinera de force. Moi je vous ferai emmener par deux policiers au centre de vaccination ». Emmanuel Lechypre, journaliste.
Je n’oublierai jamais : « Les devoirs valent avant les droits. » Emmanuel Macron
Je n’oublierai jamais : « Un irresponsable n’est plus un citoyen. » Emmanuel Macron
Je n’oublierai jamais le contrôle zélé de ce pass par nos semblables en mal d’autorité ou de supériorité.
Je n’oublierai jamais l’interdiction des hôpitaux aux malades en cours de traitement non détenteur d’un pass
Je n’oublierai jamais : « Greffer un non vacciné c’est gaspiller un organe. » Patrick Evrard, directeur du centre de transplantation de Mont-Godinne à Namur.
Je n’oublierai jamais Michel Onfray comparant les non-vaccinés à « des racailles, des contaminateurs conscients d’avoir le Sida ou des violeurs de jeunes filles. »
Je n’oublierai jamais : « Faisons payer l’entrée en réanimation aux non vaccinés. » Charles Consigny, chroniqueur
Je n’oublierai jamais l’obligation vaccinale, au 15 septembre 2021, des soignants, des pompiers et des militaires faisant des réfractaires à cette obligation des « suspendus ».
Je n’oublierai jamais les soignants applaudis puis suspendus, sans aucune ressource ni indemnité, puisque privés aussi de licenciement.
Je n’oublierai jamais la passivité, la léthargie et l’acceptation du peuple
Je n’oublierai jamais : « Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. E