Non classé

Joyeuses fêtes de Noël à tous !

icone-de-la-naissance-de-jesus-1

Criez de joie à notre Dieu,
Il est notre secours.
Dans l’allégresse,
acclamez le Seigneur Dieu vivant et vrai.

Voici le jour que le Seigneur a fait,
jour d’allégresse et jour de joie :
car l’enfant bien-aimé
nous a été donné
et il est né pour nous en chemin
et il a été déposé en une crèche;
il n’y avait pas de place à l’hôtellerie.
Gloire à Dieu, Seigneur au plus haut des cieux
et sur la Terre paix aux hommes de bonne volonté

Saint François d’Assise

A la santé de Guy Steinbach !

Ce matin, nous sommes allés rendre visite à un de nos grands anciens disparu : Guy Steinbach
L’événement fut organisé par Quentin, nous avons trinqué à sa santé dans l’esprit des Camelots du Roi, au Whisky tourbé d’Écosse : Tiocfaidh àr là, notre jour viendra !

Tombe Guy

Devant tombe Guy

Paroles d’un Roi :

Voici présenté ci-dessous le manifeste du 9 octobre 1870 du comte de Chambord. Des paroles qui sont d’une incroyable actualité, on imaginerait presque un discours équivalent pour de la situation actuelle de la France, de la part de nos chers Princes d’aujourd’hui…. En espérant que ces quelques lignes puissent les inspirer :

Français !

Comte-de-Chambord-chevalVous êtes de nouveau maîtres de vos destinées.
Pour la quatrième fois depuis moins d’un demi-siècle, vos institutions politiques se sont écroulées, et nous sommes livrés aux plus douloureuses épreuves.

La France doit-elle voir le terme de ces agitations stériles, source de tant de malheurs ? C’est à vous de répondre.
Durant les longues années d’un exil immérité, je n’ai pas permis un seul jour mon nom fût une cause de division et de trouble, mais aujourd’hui qu’il peut être un gage de conciliation et de sécurité, je n’hésite pas à dire à mon pays que je suis prêt à me dévouer tout à son bonheur.

Oui, la France se relèvera si, éclairée par les leçons de l’expérience, lasse de tant d’essais infructueux, elle consent à rentrer dans les voies que la Providence lui a tracées.
Chef de cette Maison de Bourbon qui, avec l’aide de Dieu et de vos pères, a constitué la France dans sa puissante unité, je devais ressentir plus profondément que tout autre l’étendue de nos désastres, et mieux qu’à tout autre il m’appartient de les réparer.

Que le deuil de Paris soit le signal du réveil et des nobles élans. L’étranger sera repoussé, l’intégrité de notre territoire assurée, si nous savons mettre en commun tous nos efforts, tous nos dévouements et tous nos sacrifices.

Ne l’oubliez pas ; c’est par le retour à ses traditions de foi et d’honneur, que la grande nation, un moment affaiblie, recouvrera sa puissance et sa gloire. Je vous le disais naguère : gouverner ne consiste pas à flatter les passions du peuple, mais à s’appuyer sur leurs vertus.

Ne vous laissez plus entraîner par de fatales illusions. Les institutions républicaines, qui peuvent correspondre aux aspirations de sociétés nouvelles, ne prendront jamais racine sur notre vieux sol monarchique.

Pénétré des besoins de mon temps, toute mon ambition est de fonder avec vous un gouvernement national, ayant le droit pour base, l’honnêteté pour moyen, la grandeur morale pour but.

Effaçons jusqu’au souvenir de nos dissensions passées, si funestes au développement du véritable progrès et de la vraie liberté.

Français, qu’un seul cri s’échappe de notre coeur : Tout pour la France, par la France et avec la France !

Henri d’Artois, duc de Bordeaux, comte de Chambord (1820-1883)