Documentation

Libertés N° 32 – Energie, une alternative :

La francophonie ce n’est pas seulement une langue et une pensée que les siècles d’antiquité grecs déposèrent sur nos plages du midi policée par l’apport de la romanité. C’est aussi des paysages et des jardins, c’est aussi un peuple, une histoire, un art de vivre, une façon d’être, un comportement ancré dans les origines. C’est aussi une tradition courtoise, sortit d’un rude passé guerrier, domestiqué par un profond respect des femmes, une spécificité sculptée et modelée par la civilisation chrétienne. Cette francophonie dont nous sommes les héritiers est vivante, elle grandit chaque jour par empirisme dans le travail de chacun et le souhait des autres. Elle se fructifie par les ans, dans le sang des familles comme l’arbre aux racines symbolisant le père comme les ancêtres et dont les branches qui s’étendent vers le ciel sont les enfants qui naissent et naitront. La francophonie c’est tout cela, la manière d’être d’un peuple dans sa tradition de vie. C’est ce mélange d’apport par la succession des siècles, du monde celte rencontrant la culture gréco-romaine, dont les strates furent burgondes, wisigoths, franques, vikings. Il manquerait l’exotisme du fruit des échanges de culture et tradition culinaire, amenés par des rivages aussi divers que ceux d’Afrique ou d’Asie, comme les Indes ou d’Amérique amérindienne que l’histoire nous fit rencontrer et dont nos peuples furent mélangés…

Comment laisserions-nous détruire notre culture à l’heure où ceux qui prétendent nous gouverner, représentent la honte d’une histoire déchue. Comment laisser aller tant de siècles vers une telle déchéance. Mais laissons courir la plume encore, alors que des peuples aussi divers que l’Inde et la lointaine Asie, ceux d’Afrique du Nord au Sud comme nos frères oubliés d’Amérique réclament de la France, un rayonnement oublié. La langue de notre peuple serait bien fade, si l’on y mettait de la poésie. Si l’on reprenait pour le plaisir les vers de Rabelais, où quelques satyres de La Fontaine. Comment oublier à travers nos mots l’esprit de Madame de Sévigné, de Corneille et cela jusqu’aux écrits de Rimbaud et Verlaine, mais combien en ai-je oublié sur le chemin. Sans oublier que depuis la république nos poètes et écrivains meurt sur les champs de bataille, oh Alain-Fournier, oh Saint-Exupéry. Relire pour le plaisir de la moquerie : Cyrano afin de demeurer libre et escrimer sans cesse contre les pleutres qui détruisent notre cher héritage francophone. Il est temps hélas de faire le bilan de cette désastreuse république se fourvoyant dans un nouvel ordre mondial. Combien Marianne est usée a force de s’être vendue ! Notre peuple retrouvera le chemin des pavés du roi, avant de disparaitre complètement, car selon Maulnier cela reste la dernière chance de la liberté…

Notre Jour viendra !

Frédéric Winkler

Les origines du vrai combat social :

« Si je fais suivre du qualificatif de « social » le nom du royalisme, ce n’est point que dans ma pensée, le royalisme ne l’ait pas toujours été ou qu’il puisse cesser de l’être, ou encore qu’il soit possible d’en concevoir un qui ne le soit pas ; mais je crois qu’il est des temps où il convient de souligner plus fortement que de coutume ce qui est, en somme, l’aspect le plus intéressant de notre monarchie traditionnelle.
Eh bien ! j’estime, pour ma part, le moment venu de dire bien haut qu’il n’y a de sociaux véritables que les royalistes. »

Firmin BacconnierABC du royalisme social – 1909

Comprendre les Lumières : aux sources de la prolétarisation du monde ouvrier

Excellente conférence de Marion Sigaut à Paris, le 15 juin 2013, sur le sujet intitulé « comprendre les Lumières : aux sources de la prolétarisation du monde ouvrier ». Marion Sigaut mentionne quelques francs-maçons à l’origine de la société dite « libre & égale » dans laquelle on se débat tous aujourd’hui comme on peut ! Bravo et merci à Marion Sigaut pour cet exposé didactique, et bon visionnage à tous.

 

Extrait:

« Il y a une chose qu’on ne sait pas, c’est que si les ouvriers sont devenus des prolétaires, c’est-à-dire des gens pauvres, vivant mal de leurs revenus, c’est à la Révolution française qu’on le doit. Et ce sont les Lumières qui ont théorisé cela. C’est le sujet de ma conférence aujourd’hui.

Depuis le ‘Moyen-Âge’ jusque la période qui nous intéresse, les métiers étaient organisés en corps ou en corporations. C’est-à-dire que vous ne pouviez pas exercer un métier quel qu’il soit sans intégrer une corporation. C’est-à-dire une société qui va vous faire passer un examen, qui va vérifier que vous travailler bien, qui va vous faire entrer en apprentissage et qui va vous protéger, vous surveiller, vous paterner. C’est très paternaliste.
Et à l’époque des Lumières, la critique des corporations va se déchaîner. C’est Vincent de Gournay (1712-1759) qui sera à l’origine de toute la guerre contre les corporations. Il dit des corporations qu’elles étaient « nuisibles » : « elles gênent la circulation des marchandises, elles sont trop chères, elles dissuadent les gens de prendre des risques ». À cette époque, explique Marion Sigaut, les corporations assurent la sécurité de l’emploi, donc elles « dissuadent les gens de prendre des risques ». Et ce qu’explique Gournay, c’est que les forces du marché feront beaucoup mieux que la police et la justice : le client décidera de la qualité d’un travail. Or, la qualité d’un travail est vérifié par la corporation qui a sa police. Un travail mal fait ne sera pas mis sur le marché (c’est interdit par la corporation). Pour Gournay, tout est à jeter dans la corporation.
(suite…)

Le décret d’Allarde et la Loi Le Chapelier

La révolution Française ne fut pas du tout, comme on l’affirme mensongèrement dans les écoles républicaines, une révolution du Peuple.

Elaborée au départ dans des officines maçonniques et des « Sociétés de Pensées » composées en grande partie de gens de noblesse, c’est la bourgeoisie d’affaires voltairienne et nantie qui fut le ferment, le moteur et – finalement – la seule bénéficiaire de ce coup de force perpétré contre un régime politique qui refusait traditionnellement d’admettre l’exclusive suprématie des « gagneurs d’or » sur les représentants de toutes les autres valeurs matérielles et spirituelles de la Nation.
La preuve irréfutable de ce que nous écrivons ci-dessus se trouve inscrite, noir sur blanc, dans un décret pris par l’Assemblée Constituante le 14 Juin 1791, décret connu sous le nom de Loi LE CHAPELIER.

Loi le Chapelier2
Isaac LE CHAPELIER

Voici les termes exacts de ce décret:

ARTICLE PREMIER

« L’anéantissement de toutes les espèces de Corporations d’un même état et profession étant une des bases fondamentales de la Constitution Française, il est défendu de les rétablir sous quelque prétexe et quelque forme que ce soit. »

ARTICLE SECOND

« Les citoyens d’un même état ou profession, les entrepreneurs, ceux qui ont boutique ouverte ne pourront, lorsqu’ils se trouveront ensemble, se nommer ni présidents, ni secrétaires, ni syndics, tenir des registres, prendre des arrêtés ou délibération, former des règlements SUR LEURS PRÉTENDUS INTERÊTS COMMUNS. »
En clair, et par ces quelques lignes, les soi-disant champions le LA Liberté (abstraite) étranglaient, purement et simplement, LES Libertés (concrètes) de tous les travailleurs de France, lesquels pouvaient désormais être exploités, bafoués et maltraités à l’aise par la bourgeoisie d’affaires, sans avoir le droit de se réunir entre eux…ni même celui de tenir le moindre registre exposant leurs doléances.
…Il a fallut ensuite, à la classe ouvrière, plus d’un siècle de luttes farouches et souvent meurtrières pour retrouver le droit de « se nommer syndics » c’est-à-dire de se syndiquer.

Elle n’a, du reste, pû y parvenir qu’en faisant surgir des syndicats politisés…et des syndicats patronaux, d’où d’inépuisables luttes d’influences, ainsi que des ruineuses luttes de classes dont seuls profitent les agitateurs professionnels, les politicards de tout poil et, surtout…les hautes puissances plus ou moins occultes de la Super-Finance internationale.

C’est donc, à partir de ces faits historiques et non pas des élucubrations mensongères et intéressées des héritiers matériels et intellectuels de la Révolution, que le Corporatisme entend examiner objectivement et sans préjugé les problèmes sociaux et économique de notre temps.

C’est également, à partir de ces faits, qui sont à l’origine de la Société matérialiste et des collectivismes financiers privés et marxistes dont l’Occident Chrétien souffre et vacille aujourd’hui, que le Corporatisme tient à tirer des conclusions et à apporter des solutions qui lui semblent valables.

Cette Loi LE CHAPELIER, ne sera que le complément d’un décret voté le 2 mars 1791 sous la proposition de Pierre D’ALLARDE.
Le décret d’Allarde supprime les corporations, introduisant un changement radical dans l’économie et l’organisation du travail. Les corporations étaient des regroupements de personnes exerçant le même métier. Cette structure née au Moyen-Âge permettait à un corps de métiers d’exercer un monopole par secteur, souvent par ville, et d’avoir un certain poids politique. Mais elle subissait depuis le début du siècle la concurrence avec un modèle industriel capitaliste reposant sur la libre concurrence. Renforcée par la loi Le Chapelier, ce décret permet ainsi de modifier l’économie (capitaliste) ainsi que le statut de l’employé (prolétaire). La loi Le Chapelier sera aussi l’occasion d’interdire le droit de grève.

La civilisation d’Ancien Régime et ses bienfaits

Danses

L’harmonie de la société traditionnelle face aux horreurs du capitalisme libéral

« Dieu établit les rois comme ses ministres et règne par eux sur les peuples. C’est pour cela que nous avons vu que le trône royal n’est pas le trône d’un homme, mais le trône de Dieu même. Le modèle pour le gouvernement monarchique est l’autorité paternelle, se trouve donc dans la nature même. Les rois de France se font sacrer à Reims, ce qui donne a leur pouvoir un caractère religieux. » (Bossuet, La politique tirée de l’Ecriture Sainte, 1679, Extrait du livre III.)

Sous l’Ancien Régime les ‘‘deux tiers des enfants ne mouraient pas en bas âge, beaucoup, grâce à l’Eglise, savaient lire et écrire, et tous ne vivaient pas dans la crasse et l’absence de soins” Il faut se garder de caricaturer l’Ancien Régime, comme on le fait trop souvent, qui fut le cadre de vie de nos ancêtres pendant des siècles, et donc représente un élément respectable de notre patrimoine, avant que la terrible Révolution Française ne vienne détruire un ordre fondé sur la religion, la fidélité à l’égard des devoirs et les liens entre les générations, temps où les hommes n’étaient pas encore asservis aux durs impératifs de l’argent roi et de la société libérale , et où les quarante heures et les congés payés, obtenus lors des grèves 1936, auraient été regardés comme une épouvantable régression sociale auprès d’un peuple qui vivait au rythme lent des saisons et des nombreuses célébrations religieuses.

C’est pourquoi il faut nécessairement sur ces sujets, se libérer rapidement des clichés distillés par les manuels d’histoire de la IIIe République ! La société de l’Ancien Régime, où, contrairement à ce qu’on a pu lire récemment, les ‘‘deux tiers des enfants ne mouraient pas en bas âge, où beaucoup, grâce à l’Eglise, savaient lire et écrire, et où tous ne vivaient pas dans la crasse et l’absence de soins”, semble à peu près aussi exotique à nos contemporains que celle de l’Antiquité classique ou de l’Amérique précolombienne. Il convient donc d’en finir avec une vision figée par les trois siècles qui nous en séparent, et la lecture idéologique du passé de la France qui a stérilisé les recherches des historiens. Heureusement, il n’en va plus ainsi de nos jours, où de nombreux travaux d’érudition ont fait bouger les choses, et ont montré que les conditions existentielles étaient bien plus douces que ce que la propagande républicaine n’a eu de cesse d’imposer aux esprits, nous faisant découvrir une société qui avait évidemment ses imperfections et ses limites comme tout système humain, mais néanmoins participait d’un ordre général de vie plutôt harmonieux et équilibré [1].

(suite…)

L’imposture du Front populaire

Front populaire 2Les « conquêtes » du Front populaire… Laissez nous rire ! Tout justes des mesures, certes pas mauvaises, mais accordées par des démagogues aux abois à des semeurs de troubles beaucoup plus désireux d’exploiter la misère ouvrière que de lui porter remède. En fait, plusieurs des lois votées en 1936-1937 auraient pu l’être depuis longtemps, si les débats n’avaient été bloqués par… la gauche, et, bien souvent, le centre.

A cela rien d’étonnant pour quiconque fait remonter la question sociale à sa véritable origine, c’est-à-dire 1789. Il s’est agi cette année-là de conditionner les Français à être « libres », libres non plus au rythme des vieilles libertés, naturelles, familiales, corporatives, provinciales, paroissiales, mais de la « liberté » d’hommes sans attaches et sans transcendance, réduit à l’état d’individus, libres de tout, même de mourir de faim. Cet individualisme forcené eut sa charte dans la Déclaration des droit de l’homme du 26 août 1789, au nom de laquelle furent votés, deux ans plus tard, le décret d’Allarde supprimant les corporations et jurandes, ainsi que les maîtrises, les octrois et aides, et surtout ce monstre de sottise que fut, le 14 juin 1791, la loi Le Chapelier.

De ce jour, l’historien Jean Dumont a daté le commencement d’un « martyrologe ouvrier ». Car la loi fut votée sur fond de répression de grèves d’ouvriers réclamant du pain ! Les décennies qui suivirent furent celles de la révolution industrielle : plus les patrons devenaient puissants, plus l’ouvrier restait isolé. Le travail devient une marchandise dont le prix variait selon le mécanisme de la libre concurrence. Le règne absolu de Mammon….avec le retour à l’esclavage : enfant de dix ans douze heures par jour à l’usine, hommes et femmes trimant quatorze à seize heures par jour pour des salaires de misères, pas même de repos dominical, menace constante de chômage…
Pratiquement personne dans le monde politique ni dans celui des affaires n’avait conscience de la cruauté d’un tel sort. C’était l’avènement du libéralisme, cette philosophie issue des principes de 1789, fondée sur la raison individuelle divinisée, toute tournée vers l’exaltation de l’individu, considérant toute solidarité comme une contrainte, et professant que de la recherche par chacun de son bien particulier sortirait le bien général, comme si le « Progrés » faisait automatiquement concourir l’addition des égoïsmes à l’intérêt général.
Dans ce monde soumis à la loi d’airain, et, qui plus est, en train de se déchristianiser, apparut au XIXème siècle le socialisme, lequel n’était qu’un avatar du libéralisme profitant de la destruction des sociétés concrètes pour préconiser l’étatisme, la lutte des classes, et pour les plus « avancés », l’idée que seule la violence peut arracher aux patrons des concessions. Pour quiconque s’enferme dans une telle optique, le Front populaire peut évidemment apparaître comme une victoire du « peuple » …Lequel déchantera bien vite!

Il serait temps de rendre justice à ceux qui, les premiers, voulurent briser cette spirale infernale, et a qui les classes laborieuses ne savent pas qu’elles doivent beaucoup plus qu’aux hommes de 1936. N’oublions jamais que le premier grand texte social date du 20 avril 1865, deux ans avant le Capital de Karl Marx ; il émanait de l’héritier des Capétiens, Henri V, Comte de Chambord, et, sous forme d’une lettre sur les ouvriers, réclamait contre les nouveaux féodaux la reconstitution de corporations libres, sous l’arbitrage d’un Etat fort et indépendant. En somme, des organisatins de métiers, au sein desquelles, dans la complémentarité des services, patrons et employés se rencontreraient pour résoudre, dans le souci du bien commun et sans tout attendre de l’Etat, les questions relatives aux salaires, aux heures de travail, à l’entraide, aux caisses de retraite, à l’apprentissage, etc.

Ces leçons réalistes, tirées de la grande tradition royale et chrétienne, ne furent hélas pas écoutées par ceux qui, contre pourtant une forte opposition de gauche, votèrent en 1884 la loi Waldeck Rousseau autorisant les syndicats, mais sans préciser si ceux-ci seraient verticaux, donc mixtes, ou horizontaux, purement ouvriers, additionnant des individualismes dans un esprit de lutte des classes. C’est hélas ce mauvais esprit qui prévalut à une époque où, de toutes façons, les pères ou grand-pères des hommes de 36 se souciaient beaucoup plus de créer l’école laïque pour apprendre au peuple à penser « républicain », que d’aider ce même peuple à vivre décemment dans ses familles, ses usines et ses ateliers.

Toutefois, les grandes idées lancées par le Comte de Chambord ne restèrent pas lettre morte, toute une cohorte de catholiques sociaux en était imprégnée : Frédéric Le Play, Maurice Maignen, Albert de Mun et surtout René de la Tour du Pin, marquis de la Charce, militèrent pendant des décennies pour un ordre social chrétien. Ils aidèrent largement le pape Léon XIII dans la préparation de son encyclique Rerum novarum (15 mai 1891) qui, juste un siècle après l’ignoble loi Le Chapelier, dénonçait la « misère imméritée » et rappelait aux Etats leur devoirs de laisser se constituer des organisations professionnelles.

Qu’en conclure, sinon que comme apôtre du combat social, les bavards du Front populaire font bien pâle figure, et même une inquiétante figure…, comparés aux Français fidèles aux grandes traditions capétiennes.

Michel FROMENTOUX

Les Croisades, ce qu’il faut savoir…

Les croisades ? Un des plus grands péchés de l’Eglise, le mal absolu, une sorte de guerre sainte islamiste version chrétienne obscurantiste moyenâgeuse, avec plus de femmes et d’enfants brûlés vifs parce qu’il ne voulait pas endosser le catholicisme déjà intégriste ? Halte au mythe ! Arrêtons tout de suite ce délire contemporain.