Agriculture & terroirs

L’esprit de préservation de l’environnement avant l’encyclique du pape François. (partie 1)

Je ne suis pas théologien et, si j’avoue aisément un catholicisme revenu il y a quelques années, je m’exprime d’abord en politique, en royaliste, et non en croyant ou en fidèle du pape. Ce qui est certain, c’est que l’encyclique « Laudato si’ » publiée officiellement jeudi 18 juin, quand nous avions les yeux encore tournés successivement vers la « morne plaine » de Waterloo et vers les colonnes du Parthénon, constitue non seulement un événement mais aussi un véritable manifeste civilisationnel et, en fait, éminemment politique, et qu’il appelle l’engagement d’une réflexion plus large sur les conditions de la vie en société, au sein d’un monde de plus en plus instable et éprouvé par les dérèglements climatiques et environnementaux, et sur les moyens nécessaires pour rétablir les équilibres de notre planète, entre les hommes et les animaux, les végétaux, les paysages, les milieux, etc. Moyens que j’évoque, pour mon compte, à tous les niveaux du politique, du plus local, familial, professionnel, à ceux plus généraux, régionaux et nationaux en particulier, et au-delà.

Le baiji, ce dauphin d’eau douce chinois disparu définitivement dans les années 2000…

Mais auparavant, sans doute faut-il rappeler, comme le fait le pape lui-même, que cette encyclique, la première consacrée exclusivement à l’écologie, n’est pas, pour autant, la première évocation par l’Eglise de ce souci environnemental, ce qu’écrivent, faute de culture historique en ce domaine, de nombreux journalistes ou éditorialistes français. D’ailleurs, ainsi que le souligne Frédéric Rouvillois dans son excellent article du Figaro publié ce vendredi 19 juin, c’est celui dont le pape porte le nom qui, dès le Moyen âge, se faisait le chantre de la préservation de la nature et de la biodiversité : « Saint François d’Assise (1181-1226), en particulier, écrit des saynètes, les Fioretti, où il invite les fidèles à prendre soin des fleurs ou encore à ne pas tuer sans raison des animaux. Alors qu’un fidèle s’apprête à écraser une araignée, saint François d’Assise l’en dissuade. L’araignée, lui explique-t-il, est une créature de Dieu. (…) Il y a, dans l’enseignement franciscain, tous les éléments d’une pré-écologie. Ce n’est pas pour rien que le Pape a choisi de s’appeler François. »

La période de l’humanisme, en revanche, et plus encore celle des Lumières, auront tendance à privilégier l’Homme en tant que figure centrale et dominatrice de la Création, au risque d’oublier celle-ci et les conditions de sa bonne pérennité… C’est « l’Homme d’abord » (ce qui peut se défendre, bien sûr, à condition de respecter quelques règles de simple respect des choses et des réalités du monde qui nous accueille et nous environnent (1)…) et, surtout et malheureusement, l’Homme sans limites qui se croit, non pas seul au monde, mais sans devoirs à son égard, exerçant sa liberté « une et indivisible » sans l’accorder aux conditions de la vie et de ce qui la permet ou la soutient : la Révolution française, en ce sens, s’avéra extrêmement destructrice et, comme le faisait remarquer avec ironie l’historien Roger Dupuy lors d’un cours de DEA au milieu des années 1990, celle-ci entraîna d’abord un véritable « génocide des pigeons », accusés de ruiner les récoltes et, à travers les colombiers seigneuriaux, de perpétuer la domination féodale sur les campagnes… Mais ce furent aussi les forêts et leur gibier qui eurent à souffrir d’une privatisation des propriétés ecclésiastiques et des prés communaux et d’une libéralisation maladroite ou trop hâtive (sans négliger les simples effets d’une anarchie consécutive aux événements révolutionnaires eux-mêmes), dans les années 1790, des droits de chasse et d’usage des bois : les destructions furent telles que les écrivains et administrateurs de l’époque s’en émurent, comme Cambry, ancien écrivain de la Marine Royale, en parcourant la Bretagne en 1795, ou comme l’ancien parlementaire breton Pélage de Coniac en 1804, et bientôt, Chateaubriand lui-même, dans son discours du 21 mars 1817 devant la Chambre des Pairs de la Monarchie restaurée, se fit l’avocat de ces forêts si malmenées dans les premiers temps d’une Révolution qui n’étêta pas que des hommes… (2). Quelques-unes de ses phrases pourraient aisément trouver place dans un manifeste écologiste contemporain : « Messieurs, on n’ignore plus l’utilité des forêts. (…) Partout où les arbres ont disparu, l’homme a été puni de son imprévoyance. » Mais il se référait aussi à l’histoire du christianisme quand il les complétait en déclarant : « Les peuples dans tous les temps les ont mises sous la protection de la Religion et des Lois. Et le Christianisme qui connut mieux encore que les fausses religions la destinée des œuvres du Créateur, plaça ses premiers monuments dans nos bois. »

Le roi Harald de Norvège : un soutien fort des Indiens d’Amazonie et un militant de la préservation de la forêt amazonienne.

Frédéric Rouvillois souligne que, au XIXe siècle, ce ne sont pas les héritiers intellectuels de la Révolution qui s’intéressèrent le plus et le mieux à l’environnement, sans doute parce que le principe moteur de cette Révolution se résumait à la formule « Du passé, faire table rase », et que « le progrès est illimité et ne doit pas s’arrêter » pour les révolutionnaires du moment, comme le rappelle l’universitaire. « Balzac, très marqué par la pensée contre-révolutionnaire, écrit : « Une génération n’a pas le droit d’en amoindrir une autre » en bouleversant ce qu’on appellerait aujourd’hui son cadre de vie. Pour un conservateur au sens noble, le patrimoine reçu de ses parents doit être transmis intact à ses enfants. Cela vaut dans tous les domaines, et englobe donc la protection de la nature. Un conservateur considère qu’il a des devoirs à l’égard de ceux qui le précèdent et de ceux qui lui succéderont. » Ce conservateur-là, celui qui donne son nom à la revue éponyme qui paraît au début de la Restauration sous l’égide de Chateaubriand, c’est le « traditionaliste », le royaliste et non le libéral au sens idéologique du terme…

Le drame des monarchistes du XIXe siècle fut peut-être, d’une certaine manière (bien inconsciente…), de douter de leur propre cause, entraînés malgré eux dans le courant d’un progrès qui semblait inéluctable et intarissable et qu’ils combattaient sans croire à leur propre victoire : Chateaubriand n’était-il pas de ceux-là, justement, qui pensaient intérieurement que leurs bonnes raisons ne suffiraient pas à inverser un « sens de l’histoire » qui n’était pas, apparemment et visiblement, favorable au respect de la nature (l’industrialisation, l’exploitation des ressources fossiles, les pollutions, le machinisme…) et à celui des hommes, en particulier des plus faibles ? Et pourtant ! A relire Chateaubriand, Balzac ou Barbey d’Aurevilly mais aussi Tocqueville (pour ne citer qu’eux), l’on constate que leurs inquiétudes n’étaient pas infondées et leurs prédictions pas forcément fausses… Quand les économistes libéraux et socialistes pensaient l’industrialisation et la société industrielle en construction, il a manqué une véritable pensée organisée (une théorisation et une doctrine ?) des « limites » de la nature, une pensée qui aurait pu concilier les progrès techniques et la tradition politique monarchique (3) : les républicains, eux, promettaient un paradis terrestre et temporel offert par la technicisation du monde quand les catholiques et les monarchistes (souvent les mêmes, en fait…) en pressentaient, de façon instinctive plus que raisonnée, le caractère risqué, autant pour l’environnement et les hommes que pour les libertés concrètes de ceux-ci. Au XXe siècle, Georges Bernanos et, de l’autre côté de la Manche, Tolkien dénoncèrent, par l’essai et par la féerie les conséquences et l’essence même d’une technomorphie progressiste qui ne pouvait que ruiner la liberté des personnes en les déracinant et en les anonymant : mais il fallut attendre encore quelques décennies après leur mort pour que le souci environnemental devienne un élément important du débat politique. Le succès éphémère d’un Nicolas Hulot en 2007 ne permit pas vraiment d’asseoir durablement l’écologie dans le paysage politique : l’encyclique pontificale, puisant ses racines dans une tradition multiséculaire, va-t-elle y parvenir ? Si cela n’est pas complètement évident, c’est néanmoins à la fois nécessaire et urgent…

 

(à suivre)

 

Notes :

1. : il n’y a pas de faute d’accord, le monde nous accueillant et les choses et réalités de celui-ci nous environnant…

2. : à lire, sur ce sujet, le livre de Michel Duval, « Forêts bretonnes en Révolution, mythes et réalités », 1996, qui dresse un bilan fort détaillé et nuancé sur ce sujet écologique méconnu.

3. : La Tour du Pin a bien vu tout l’intérêt de rapprocher les termes de tradition et de progrès, mais, pour autant, pense-t-il le rapport (et éventuellement les conflits possibles) entre préservation de l’environnement et activités industrielles ? Il faudrait y regarder de plus près, sans doute, mais les quelques lignes qu’il consacre à ces questions environnementales dans le processus de l’industrialisation ne me semblent pas former, malgré tout, une réflexion d’ensemble suffisante ou assez marquante pour être qualifiée de pensée environnementaliste. Une étude plus approfondie des textes de La Tour du Pin pourrait peut-être me démentir, mais elle reste à faire…

 

Jean-Philippe Chauvin

Sale avenir pour les abeilles…

Big Brother et résistance

Gustave THIBON disait : « C’est la vie même qui est en question et l’homme artificiel que nous prépare une civilisation de plus en plus minéralisée court le risque de traîner en lui un fantôme d’âme, insensible aux voix profondes de la nature comme aux appels de l’éternité et aussi incapable de vivre d’une vraie vie que de mourir d’une vraie mort ».

malbouffe

Nous savons que se développe des maladies dégénératives liés à l’alimentation : obésité, cholestérols, diabète, comme celles nommées hypocritement « environnementales » ? Selon le professeur Pierre Marie Martin, l’alimentation pourrait accélérer ou ralentir un cancer sur deux ! De nombreuses études tendent à prouver que l’utilisation élevée de calmants, dont nous sommes le 4e consommateur mondial, rend les français drogués. L’accoutumance et l’habitude, voir le phénomène de mode, dans la prise régulière de certains traitements finit par transformer petit à petit, la population en un monde de « zombies ».

(suite…)

Pour une nouvelle agriculture française

Réflexions et propositions royalistes :

« Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France » : cette citation célèbre de Sully, ministre du roi Henri IV, a-t-elle encore un sens aujourd’hui ? Certes, le Salon de l’Agriculture remporte chaque année un succès populaire indéniable mais de plus en plus on le visite comme on irait au zoo, c’est-à-dire en quête d’exotisme plus que de racines ; certes, il reste environ un million de personnes qui travaillent dans le secteur agricole mais de moins en moins en relation avec les saisons et les paysages et de plus en plus en fonction des cours des produits agroalimentaires ; certes, les productions agricoles françaises se vendent et s’exportent encore bien mais elles ne constituent plus qu’une part dérisoire du PIB français (environ 4 %)…

En fait, l’agriculture française est en crise, mais surtout elle semble douter d’elle-même, presque négligée par un Etat qui ne la considère que sous le seul angle économique quand il faudrait la penser sous les angles sociaux, environnementaux, voire même politiques, dans le cadre d’une stratégie à long terme et d’une politique d’aménagement du territoire dont les terroirs, les paysages et les sociétés locales humaines ne peuvent être absentes. D’ailleurs, cette crise, qui provoque de nombreux drames dans le monde des exploitants agricoles (suicides nombreux, marginalisation sociale et isolement, endettements dangereux, arrachages d’arbres fruitiers ou abandon –et disparition- de cultures ou d’espèces végétales comme animales…), n’est que le prolongement ou la pratique d’une mondialisation qui uniformise plus encore qu’elle n’internationalise les produits tirés de l’activité agricole, et d’une logique agroalimentaire qui privilégie les profits et les grandes quantités, souvent (même si cela souffre quelques belles exceptions) au détriment de la qualité et des traditions des terroirs et des communautés. La logique de la société de consommation n’arrange rien en favorisant des formes de restauration rapide et bon marché qui dévalue les attitudes du bien manger et dévalorise la nourriture comme les arts de la table, les ramenant à une simple routine quantitative, trop sucrée, trop salée et trop grasse : du coup, les consommateurs sont peu sensibles, la plupart du temps, à la provenance ou à la qualité propre des produits alimentaires, n’en considérant que le prix ou le goût plaisant sans en mesurer les conséquences ni même les saveurs véritables…
(suite…)

Monsanto en chanson

Mon histoire a commencé en 1901, en plein Etats-Unis, état du Missouri.
C’est à St. Louis que je suis né.
Aujourd’hui, numéro un mondial de l’industrie chimique et agricole,
à qui l’on reproche d’avoir du sang sur les mains,
ainsi que d’être la responsable numéro un du score de la biodiversité qui dégringole,

de l’empoisonnement des champs jusqu’aux assiettes,
de la chasse aux paysans qui plantent ce que je brevète.

Des reproches
on m’en fait trop.
Qu’ai-je fait pour en arriver là ?

Ma réussite admirez là,
car que je suis l’exemple même de l’entreprise
qu’a réussie sa vie,
de l’entreprise
qu’a réussie sa vie,

(suite…)

Action Sociale Corporative N°21

SOMMAIRE :

– Nos maîtres :
Charles Peguy
P 3 et 4

– L’honneur du travail
PP. BLANCHER et JP CHAUVIN
P 5 à 7

LES ENERGIES RENOUVELABLES :

– Nature et idéologie
Frédéric WINKLER
P 8 et 9

– La grande question de l’énergie
Jean-Philippe CHAUVIN
P 10
– Le défi énergétique pour la France d’aujourd’hui et de demain
Jean-Philippe CHAUVIN
P 11 et 12

– Du Pic de Hubbert et l’essentiel changement énergétique
Augustin DEBACKER
P 13

– De la solution de l’énergie hydraulique
Augustin DEBACKER
P 13 et 14

LES ROYALISTES CONTRE LES DELOCALISATIONS :

– Délocalisations : l’hypocrisie des élus socialistes
Jean-Philippe CHAUVIN
P 15

– Non aux délocalisations spéculatives : Oui aux relocalisations productives !
Jean-Philippe CHAUVIN
P 16

– Les principes sociaux de la monarchie
Jean-François BERTRAND
P 17 à 18

– La république c’est le règne de l’étranger
Olivier TOURNAFOND
P 19

– La glorieuse révolution vu par un Britannique
Lewis RUSSEL
P 20 et 21

– Réconcilier l’écologie et le Christianisme
Benjamin GUILLEMAIND
P 22 et 23

Le monde agricole mérite mieux qu’une simple visite électorale

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chaque année, c’est un rituel qui annonce le printemps et, en période électorale, aucun des postulants à l’Elysée n’oublie d’y sacrifier : le Salon de l’agriculture ! Mais cela cache aussi un immense malentendu : les politiciens, pour la plupart, ne s’intéressent plus à l’agriculture ni aux agriculteurs parce qu’ils ont intégré que le monde actuel était désormais « urbain » et qu’ils plaquent sur la société des campagnes des modèles économiques qui oublient les particularités rurales et paysannes, ces mêmes politiciens ne raisonnant qu’en terme de compétitivité et de profits, alors que ce ne sont pas forcément les éléments les plus déterminants de l’activité agricole.

De plus, la poussée de la rurbanisation qui mange littéralement près de 80.000 hectares de terres arables chaque année se fait au détriment des agriculteurs, même si ceux-ci participent de ce mouvement par le simple fait qu’une terre devenue constructible vaut parfois jusqu’à 50 fois ce qu’elle valait comme terre agricole ! Pour des propriétaires ruraux souvent en difficulté financière ou simplement désireux de laisser un héritage à leurs enfants, la tentation est forte, et cela n’est pas incompréhensible, me semble-t-il…

Autant dire que, les critères de profitabilité ayant envahi tout (ou presque) l’espace mental de nos sociétés, les agriculteurs sont soumis à des pressions qu’il leur est difficile de supporter très longtemps : il est loin le temps où la terre comptait plus que l’argent, et cela explique aussi la difficulté de maintenir une agriculture de petites et moyennes exploitations qui, pourtant, serait un moyen de relancer, en de multiples espaces ruraux aujourd’hui en cours de déprise agricole, un véritable aménagement du territoire et une agriculture plus équilibrée et moins dépendante des Marchés internationaux…

Les politiciens et les technocrates (ce dernier terme étant pris de manière « neutre » si, eux, par formation et déformation, ne le sont pas…) connaissent ces tendances lourdes contemporaines et ils n’ont guère de temps à « perdre », semble-t-il, à défendre un monde paysan qui apparaît en déclin, malgré la place des exportations françaises sur le Marché mondial, et qui ne compte plus guère en tant que spécificité sociale, ce qu’expliquait déjà Henri Mendras dans son maître-livre « La fin des paysans », dans les années 60, en un temps où, pourtant, l’agriculture employait encore directement plusieurs millions de personnes !

Ainsi, les dirigeants politiques, candidats à la présidentielle ou non, sont-ils moins intéressés à la question agricole, ne serait-ce que parce que le réservoir de voix y est désormais moins rempli, et que notre société a rejeté largement ce qui pouvait apparaître comme les « valeurs paysannes », pourtant plus « naturelles » ou respectueuses du temps et de la terre… J’ai bien écrit « valeurs paysannes » et non seulement « agricoles » car, aujourd’hui, je ne confonds pas ces valeurs et traditions paysannes avec la sorte de fureur productiviste et le modèle de « l’agrobusiness » qui savent si bien et si dangereusement faire « mentir la terre »…

Et pourtant ! La France agricole, dans sa diversité, ses tentations et, parfois, les errements de ceux qui la représentent, reste une « France des possibles », et la crise actuelle pourrait bien, paradoxalement, entraîner un certain renouveau paysan (j’ai bien écrit « paysan ») et une revitalisation des campagnes, là où il y a de la place et des richesses à faire surgir de terre…

Les politiciens auraient tort de négliger un monde rural qui a encore, s’il saisit l’occasion au vol, de belles et prometteuses heures devant lui. Aussi, se contenter d’aller à la pêche aux voix (sans approfondir la réflexion sur l’avenir de nos campagnes…) comme le font, rituellement, nos candidats à l’Elysée est une preuve supplémentaire du « court-termisme » électoral dont la France toute entière, en définitive, est la principale victime…

Jean-Philippe Chauvin

Le Problème de l’eau

« Dans notre siècle, il faut être médiocre c’est la seule chance qu’on ait de ne point gêner autrui »

Léo Ferré (préface Poètes vos papiers)

robinetL’étude « Médicaments et Environnement » de septembre 2008 démontrait l’augmentation de résidus de médicaments dans l’eau, dont la présence était déjà constatée dans les effluents de stations d’épuration dans les années 70. Vingt substances médicamenteuses détectées sur 141 sites en France :
«…des résidus d’antibiotiques, antidépresseurs, anticancéreux, et de nombreux autres médicaments sont retrouvés dans les cours d’eau…Aucune réglementation, ni européenne ni française, ne prévoit de surveiller les taux de substances pharmaceutiques dans l’eau du robinet, pas plus que dans l’eau des rivières. » (www.lesmotsontunsens.com). On retrouve la même constatation dans tous les milieux et sur tous les continents, dans les eaux de surface, souterraines et résiduaires, les boues des stations d’épuration que l’on utilise sur les terres agricoles et même dans l’eau potable…
« Aspirine, paracétamol, antiépileptique, substances perturbatrices du système endocrinien incluant les contraceptifs oraux des antibiotiques, des psychotropes (anxiolytiques, antidépresseurs…), des médicaments du système cardiovasculaire mais aussi anticancéreux et produits radioactifs…» (www.centpourcentnaturel.fr) Tout cela vient des excréments humains et animaliers et perturbent fortement la faune et la flore : «…la présence de résidus de médicaments humains dans les rejets des établissements de santé mais aussi dans les effluents et les boues des stations d’épuration urbaines » (news.doctissimo.fr). Une partie n’est pas biodégradable et reste présente dans l’environnement « Avec le développement des soins de chimiothérapie à domicile, l’enjeu des anticancéreux est énorme. »
L’homme en dégradant son environnement détruit l’avenir de ses enfants et nous avons vu comment déjà avec le nucléaire, celui-ci était compromis, non pas économiquement quoique, mais humainement. Nous allons aborder le problème de l’eau, l’or du XXIème siècle, gravement menacé et pourtant source de vie. Celle-ci est victime des excréments humains, alors que déjà elle doit digérer les déchets radioactifs aux multiples conséquences, les résidus de pétrole et autre…On sait que 95% des eaux usées à provenance humaine et 75% à provenance industriel se déversent dans les rivières au Tiers Monde mais sommes nous mieux lotis chez nous ? Alors que les sangliers meurent par absorptions d’algues vertes proliférant par la pollution. Le site « Economie Solidaire » résume bien la question : « La pollution de l’eau résulte de la contamination par les matières organiques et chimiques qu’on retrouve dans les déchets humains, animaliers et industriels, ainsi que dans les engrais, les produits phytosanitaires, bactériologiques et même les médicaments. »
Selon Hippocrate et plus près de nous, le docteur Carton, la première des médecines, reste notre alimentation. Ceux qui possède aujourd’hui une bonne santé sont souvent ceux qui grandirent avec l’alimentation d’avant guerre faite par une agriculture encore traditionnelle. Ceux-ci se soignaient souvent avec des plantes et n’allaient chercher le médecin qu’en dernier recours…Loin de regretter ces tempéraments que certains qualifieraient d’excessifs voir inconscients, nous sommes allé aujourd’hui à l’excès inverse, celui du tout médicament et de l’alimentation produite à force d’engrais, d’insecticides, pesticides et fongicides, n’apportant plus le nécessaire vital à notre développement…Sans compter le dure constat d’une population à majorité droguée de calmant…Le pays avant guerre était encore rural, les déchets animaliers et humains ne constituaient pas encore la grave menace d’aujourd’hui pour l’environnement. Le constat aujourd’hui est terrible car la pollution est partout. « Ces produits chimiques et engrais (même le purin et le lisier) s’immiscent par infiltration dans les profondeurs du sol et atteignent les nappes phréatiques pour les contaminer, alors que par ruissellement, ils peuvent être entraînés, en partie, jusqu’au cours d’eau. »
On retrouvera alors dans la chaîne alimentaire, que ce soit par les animaux ou les plantes des résidus qui seront alors absorbés par l’homme et occasionneront à plus ou moins brève échéance des dégâts sur la santé avec des risques de dégénérescence sur les générations futures…
Comme je l’avais écris pour les déchets nucléaires et la radioactivité retrouvée jusque dans le pôle Nord, nous retrouvons dans les cours d’eau, lacs et fleuves des traces de métaux lourds, des déchets chimiques et hydrocarbures, sans compter les déchets humains et souvent bien voyants (plastiques et autres emballages…). Comment imaginer que nous ne puissions subir les conséquences de déchets comme le plomb ou le mercure alors qu’il est prouvé que nous retrouvons 90% des antibiotiques dans notre eau domestique !
Nous savons la grande force de la nature pour supporter et recycler naturellement bon nombre de nos extravagances mais jusqu’à quel point ?
Même si la dose absorbée reste infime, peut on réellement mesurer les dégâts biologiques pour l’avenir sur le plan environnemental dans le risque d’un enchaînement catastrophique de l’écosystème lorsque un composant de la chaîne alimentaire est irrémédiablement détruit. Il y aura obligatoirement un point de non retour, car la destruction sera irrémédiable. Faut-il attendre cette limite ? Evitons de déshériter l’avenir, comme aurait dit de Bonald…

Pour ne citer que quelques uns :
Les produits pétrochimiques sortis de nos véhicules et dont les fuites des Stations Shell en Angleterre, polluèrent les nappes souterraines en 1993…« Il y a également les produits solvants chlorés utilisés dans les pressings, la papeterie et l’aéronautique…Il est à noter que le chlore est utilisé par plusieurs pays dans le traitement des eaux. Or, le chlore peut produire du chloroforme, qui peut provoquer le cancer de la vessie, du colon et du rectum. » Ces diverses pollutions « bénignes » se retrouvent dans notre eau que nous absorbons, certes à faible quantité mais qui à terme endommagent nos reins, notre foie et déclenchent des maladies à plus ou moins brèves échéances et que l’on expliquera par une vie surmené ou nerveuse, un manque d’activité sportive ou une alimentation mal équilibrée…C’est un peu comme après le passage du nuage de Tchernobyl ou l’augmentation des cancers de la tyroïde était un hasard !!!
Il va sans dire que l’on constate dans la consommation de l’eau, des risques pour la grossesse et une baisse dans la fertilité humaine…« Les œstrogènes sont des hormones féminines et nous sommes noyés dans une mer pétrochimique d’œstrogènes exogènes. Les conséquences potentielles de cette surexposition sont bouleversantes, surtout si l’on considère que l’une d’entre elles est la transmission des anomalies du système reproducteur à nos descendants. Le legs de cette pollution est en effet une véritable épidémie d’anomalies dans la fonction génitrice, parmi lesquelles un nombre sans cesse croissant de cancers des glandes sexuelles, la stérilité, la baisse du taux des spermatozoïdes et la féminisation des hommes » (Docteur John Lee)

Nous consommons de l’eau potable, que nous payons et dont le traitement se fait avec notre argent, notre confiance citoyenne est bafouée… « Cette eau potable provient des cours d’eau qui sont infectés par des résidus d’hormones féminines, issus des pilules contraceptives utilisées par 225 millions de femmes dans le monde. Celles-ci contiennent des stéroïdes (provenant de l’urine des animaux de boucherie et des vaches laitières, qui leur sont administrés pour augmenter les rendements)»
L’auteur de l’article précise que le monde scientifique craint pour la santé de homme dans l’avenir car les risques peuvent être irréversibles « surtout en ce qui concerne les antibiotiques, qui de part leur présence permanente, même à faibles doses, risquent de développer la résistance des bactéries. Quand aux hormones, elles peuvent causer la baisse de fertilité masculine (déjà constatée en Europe et en Amérique du Nord), ce qui condamne l’existence même de l’être humain à long terme. » (Economie Solidaire) Plus loin : « Globalement, on a constaté une baisse de la population de toutes les espèces confondues de 54% entre 1970 et 2000 »
La présence d’hormones artificielles modifient la vie animale : « On observe une forte dévirilisation des poissons mâles… ». On constate une augmentation des poissons cancéreux ou androgynes comme les ours et d’autres avec des malformations sexuelles, mais dira-t on, on ne savait pas ?
« Il serait bon de mentionner encore l’étude menée par The Associated Press en 2004 qui avait constaté la présence d’antibiotiques, d’antispasmodiques, des médicaments pour les bipolaires et des hormones sexuelles dans l’eau potable d’au moins 41 millions de citoyens des Etats-Unis. A des niveaux bien au-dessous de doses pharmaceutiques, bien-sûr, mais quand même assez pour alerter les scientifiques qui s’inquiètent des conséquences à long terme de ces sous-dosages à la santé humaine et aux écosystèmes. » (Les amis du Richelieu)

Le meilleur des mondes
La société de consommation produit des tonnes de déchets et parmi eux bon nombre sont nocifs. Dans les polluants que l’homme laisse dans la nature, il en est un qui petit à petit atteint la virilité même de l’homme. La modernisation accélérée du monde laisse bon nombre de déchets dans la nature, les mers, les forêts et les lacs…L’industrie pétrochimique est la grande responsable de ce drame par sa pollution oestrogénique. Les rejets polluants dans la nature sont tels que nous arriverons forcément dans une phase de non retour que nous préférons ignorer pour ne pas y penser…Imagine-t-on un instant : plastiques, shampoings, crèmes, déchets nucléaires, déodorants, rejets de gaz, huiles et batteries automobiles, produits d’hygiène, lessives, pesticides, engrais chimiques, insecticides et vêtements, métaux divers, hormones et médicaments…Bref la liste n’est pas exhaustive…On a détecté plus de 200 polluants à dose toxique dans le cordon ombilical des nouveau-nés aux Etats-Unis !!
« Au cours des cinquante dernières années, 80 000 produits chimiques ont été introduits dans l’environnement. Plus de 50 millions de kilogrammes d’herbicides, d’insecticides et de fongicides s’utilisent chaque année au Canada. Ces produits chimiques comme les polychlorobiphényles (PCB) les dioxines, les furanes ou des métaux lourds comme le plomb, le mercure et le cadmium deviennent une source de xénoestrogènes »
(Les xénoestrogènes, perturbateurs endocriniens, sont des substances environnementales, naturelles (phytoestrogènes) ou synthétisées par l’homme, qui exercent à quelque degré que ce soit une activité estrogénique. La plausibilité de l’effet des xénoestrogènes repose sur les données des effets du diéthylstilbestrol (DES) qui ont montré que l’exposition in utero augmentait les risques d’anomalies du développement de l’appareil reproducteur masculin et d’altération de la spermatogenèse)
Ecoutons Micheline O’Shaughnessy (spécialiste en hormonothérapie), l’effet des xénoestrogènes perturbe la division cellulaire et le développement du cerveau : « Les difformités congénitales continuent de se multiplier. Les cancers de la prostate et des testicules ont triplé dans les derniers 50 ans. Les désordres neurologiques, y compris les défauts dans le développement du cerveau chez les enfants, sont presqu’une épidémie. On croit que les xénoestrogènes seraient impliqués dans 30 à 80% des cancers du sein, des ovaires et de l’utérus. » (MARJOLAINE JOLICOEUR -Bulletin AHIMSA, automne 2002, www.relais-saint-georges.org)

Solutions citoyennes :
– Interdire toute forme de pollution qui peut atteindre l’homme et détruire son environnement afin de préserver l’écosystème pour les générations futures
– Soumettre les différentes activités de l’homme à des contrôles sur des pollutions dramatiques éventuelles
– Evaluer tout risque sanitaire et prendre les mesures de protection nécessaires face à une catastrophe
– Améliorer le traitement des eaux
– Arrêter la production des produits nocifs visant à la destruction de l’homme et de son environnement
– Calculer les risques sur l’homme et son environnement dans la continuité de production des produits : médicaux, chimiques et industriels.

Frédéric WINKLER

Un peuple drogué…

medicaments

Ecoutons Konrad Lorenz : « Dans la pensée occidentale, il est devenu courant de considérer comme étranger au monde des valeurs tout ce qui peut être expliqué par les lois de la nature. Être scientifiquement explicable équivaut à une dévalorisation ».

Quel est l’impact réel de surconsommation de médicaments ?
De nombreuses études tendent à prouver que l’utilisation élevée de calmants, dont la France est le 4ème consommateur mondial, rends les français drogués. L’accoutumance et l’habitude, voir le phénomène de mode dans la prise régulière de certains traitements finit par transformer petit à petit la population en un monde de « zombies ».
Quand à l’élevage, celui-ci est aujourd’hui traité aux antibiotiques à grosses doses. Inutile de sortir des grandes écoles pour savoir que ces traitements se retrouvent dans nos assiettes et qu’ils sont ingérés pour être après retrouvés dans nos organismes.

Quelques chiffres :
C’est 1067 tonnes d’antibiotiques vétérinaires vendus en 2009…(+12,6 % de 1999 à 2009)
44 % pour l’élevage des cochons
22 % pour les volailles
16 % pour les bovins
Le reste allant pour le reste des animaux (poissons, chevaux…)

L’ingestion de ces viandes contenant de tels traitements rend les bactéries résistantes pour les patients humains obligeant ainsi la recherche médicale à de nouveaux médicaments plus puissants jusqu’à ce que l’organisme humain ne puisse plus supporter de telle chimie. « Les bactéries peuvent ensuite être transmises à l’homme principalement par l’alimentation. Elles peuvent être rejetées dans l’environnement avec les excréments animaux, être présentes dans l’eau, contaminer la viande lors de l’abattage et se retrouver dans nos assiettes si la température de cuisson est insuffisante pour les détruire» (www.L214.com)
Rappelez-vous la « vache folle », la viande cuite en dessous de la température pour plus de bénéfices mais n’éliminant plus suffisamment les bactéries.
Qu’importe la dégénérescence d’un peuple pour les hommes d’affaires qui nous gouvernent ?
C’est pourtant un problème de première importance pour un Etat responsable…
Mais qu’importe la santé publique pour la ripoublique ?
Comme il lui importe peu, le taux de suicide des jeunes, des agriculteurs, des commerçants et autres professions, le mal vivre de nos concitoyens n’intéresse pas ceux qui nous gouvernent…

L’élevage intensif est gros consommateur d’antibiotiques et de nombreux cheptels sont à la limite du tolérable. Les animaux sont traités comme jamais nous n’aurions accepté que soit traité un être humain. Les conditions d’élevage doivent être revues et les animaux ont droit à un minimum de respect dans un développement de vie naturel, même s’ils doivent finir dans nos assiettes !
C’est une question d’éthique, l’entassement dans des hangars, la promiscuité, l’hygiène, voir la décence, bref de véritables camps d’extermination pour mort lente.
La solution reste dans la recherche d’un équilibre perdu, celui d’une société humaniste et d’un élan que le système républicain a détourné de son but original, parce que celui-ci avait promis le bonheur du peuple et finalement l’entraîne dans l’abîme.
Depuis plus de deux cent ans, l’histoire républicaine ne fut que mensonges et massacres, vols des biens sociaux ouvriers et pillage des valeurs qui faisaient la grandeur de la France …Une caste de parvenus « sucent » l’énergie économique et financière de notre pays au nom de la trilogie mensongère de liberté, Egalité et Fraternité. C’est ainsi en s’y réclamant, que la république berne le peuple dont elle a enlevé toute volonté et pouvoirs…

La dégradation de l’homme
Ce n’est pas tout malheureusement. Outre le nucléaire dont nous avons traités les nuisances dans l’ASC N°16 et qui continue avec Fukushima de répandre sa radioactivité mais «chut», parlons plutôt de « DSK », feuilleton de l’été !
Les problèmes terribles qui pointent à l’horizon et que nous abordons ici, est dans l’alarme lancée par de nombreux pays dont le Canada sur les dangers liés à la consommation de l’eau contenant des résidus de déchets humains…De nombreuses études font part des risques liés par la présence de pilules féminines retrouvés dans l’eau et le cycle alimentaire des poissons pour être finalement retrouvées dans nos verres. Je vous laisse imaginer ce que les résidus de pilules abortives donnent et donneront chez l’homme dans son cycle biologique sur plusieurs générations. Il semble que cela créé déjà de fortes inquiétudes sur la masculinité de l’homme !

Frédéric Winkler