Nos activités

Commémoration pour les Cosaques :

L’Association Des Cosaques de France était présente pour un dépôt de gerbe devant le monument du corps expéditionnaire russe présent sur le Front occidental envoyé par le Tsar de 1916-1918, ce Samedi 25 janvier 2020, Place du Canada. Il faut savoir comme le dit Jonas qu’après la révolution soviétique, 80% des effectifs partirent à la Légion.
В суботу 25 января 2020 г. с 13 часов до 14 часов будет проведена манифестация памяти геноцида в 1919 году Казачества. Место проведения плас Канада возле памятника Корпусу Российской экспедиции.

 

 

Cérémonie en souvenir des Armées blanches :

Белая армия
Instant émouvant lors de la cérémonie en souvenir des Armées blanches samedi 7 décembre 2019 au cimetière de St Geneviève des Bois… Ces Résistants à la terreur bolchévique se battirent jusqu’au bout dans un dénouement comme un sacrifice qui n’est pas sans rappeler notre chouannerie lors de la Révolution française. Inutile de parler des trahisons comme des complicités qui permirent au système révolutionnaire de s’installer, aux goulags qui suivirent comme aux massacres, bref à l’immense souffrance du peuple russe. La part de responsabilité est lourde pour les soi-disant « bonne consciences » mondiales. Pour la France, la honte d’une ripoublique abandonnant son allié n’est plus à raconter, notre vidéo sur la guerre de 14 est assez explicite sur le sujet… Je me souviens ! (https://www.mouvementblanc.com/photos-panixida-19)

Ce samedi 23 novembre à 15h je suis invité au cimetière St-Geneviève des Bois pour commémorer l’armée blanche de Wrangel, « En 1917, il est commandant de la 2e brigade de la division des Cosaques de l’Oussouri, dit le « Baron Noir », craint des rouges. Au cours de l’hiver 1918-1919, il conquiert à la tête de l’armée du Caucase le Kouban et le bassin du Terek, prend Rostov-sur-le-Don puis s’empare de Tsaritsyne en juin. Ses rapides victoires prouvent qu’il est très à l’aise dans cette nouvelle façon de faire la guerre, tentant de limiter les violences et sévissant contre le vol et les exactions. Malgré une stricte discipline, il parvient à se faire respecter. Le 4 avril, à Sébastopol, Wrangel participe au grand Conseil des généraux blancs et reçoit les pleins pouvoirs. À la tête de l’Armée russe, il combat les bolcheviks au sud de la Russie. En trois jours, il réussit à évacuer 146 000 personnes dont 70 000 soldats, casés sur 126 bateaux. La flotte française de la Méditerranée a même décidé d’aider à l’évacuation en envoyant le croiseur cuirassé Waldeck-Rousseau. Tous ces gens sont dirigés vers la Turquie, la Grèce, la Yougoslavie, la Roumanie et la Bulgarie. Parmi les évacués, des fonctionnaires, des intellectuels, des savants, qui trouvèrent asile à Gallipoli, puis en Yougoslavie. Parmi les exilés russes qui choisirent la France, beaucoup s’installèrent à Boulogne-Billancourt. Installés à Boulogne-Billancourt, les hommes du général Wrangel entrèrent à l’usine Renault où ils travaillaient à la chaîne. Parmi les ouvriers exilés, on pouvait reconnaître des ex-diplomates, des ex-soldats de l’armée impériale russe. À Boulogne-Billancourt, les Wrangel vivaient dans des baraquements occupés lors de la Première Guerre mondiale par des Chinois remplaçant les Français mobilisés sur le front. Les ouvriers en exil étaient encadrés par les officiers du général. Wrangel décide de s’établir à Belgrade d’où il dirige l’émigration russe et tente de réorganiser des forces, fondant l’Union générale des combattants russes. Il abandonne la lutte en 1925 et s’établit comme ingénieur à Bruxelles. Il s’éteint le 25 avril 1928. Selon sa famille, il aurait été empoisonné par le frère de son majordome, qui était un agent de la Guépéou. Il a laissé des Mémoires. « (wikipedia) Gloire et honneur à cet homme, dans le froid et la famine, marchaient les bataillons blancs, je me souviens…

Frédéric Winkler

Compte-rendu du banquet Camelot du 1er décembre 2019 :

Le Banquet Camelot inaugurant la saison du Groupe d’Action Royaliste se tenait en ce premier jour de décembre. Comme à l’accoutumée, nous nous sommes retrouvés avec joie, pour quelques riches heures de partage, de rires, de chants et d’échanges placées sous le signe de l’amitié et de la convivialité et motivées par l’avancée de notre noble cause. S’il est une particularité à retenir de ce banquet en particulier, c’est le rythme extrêmement soutenu auquel se sont succédées les interventions. Autour de la grande tablée où les conversations allaient bon train, étaient rassemblés depuis midi plus de cinquante convives et de nombreux invités attendant impatiemment la première intervention, revenant d’autorité à notre cher Frédéric Winkler, organisateur infaillible de nos banquets. Comme le veut la tradition de nos banquets, l’adresse de l’intervention débuta par quelques mots sur Baudouin IV de Jérusalem, figure tutélaire de notre banquet d’automne. S’ensuivit un rappel des relations historiques et des liens d’amitié ancestraux entre l’Écosse et la France. Frédéric insista sur le cas particulier de l’Irlande, dont le lien entretenu avec notre pays fut différent en raison des persécutions et de l’émigration : il rappela la création du régiment de la brigade irlandaise par Louis XIV et le rôle de ces soldats dans la victoire de Fontenoy, sous Louis XV. Frédéric rappela ensuite le rôle des régiments Suisse auprès du Roi de France, ainsi que la visite du Comte de Chambord en Irlande, toutes ces références nous permettant de saisir l’amitié des peuples voisins pour notre belle terre de France. Enfin – et pendant que l’équipe de salle s’activait pour prendre les nombreuses commandes, Frédéric Winkler insista sur la présence de représentants du Caucase et de la Russie amie. Quelle tragédie que le sort de l’Empire russe, d’une tradition et d’une culture si riches, mis en miettes, pulvérisé par les allemands avec l’appui de réseaux très opaques, dont l’un des agents n’était autre que le funeste Lénine…


Parmi les très nombreux invités de ce banquet automnal, la première à intervenir fut Stéphanie Bignon, présidente et fondatrice de l’association Terre et Famille, dont la devise est « S’enraciner pour s’élever ». Cette ingénieur, spécialisée dans les travaux sous-marins depuis 30 ans, ayant œuvré auprès de l’industrie et de la recherche biologique, archéologique et pétrolière nous a expliqué comment elle était venue au royalisme non par biais familial mais par cheminement personnel, au gré de longs moments d’absence de la terre ferme. Durant ces périodes où elle n’était pas soumise au joug médiatique et à ses influences négatives, puisque son métier l’emmenait loin du tumulte et des idées reçues, elle a pu lire posément Charles Maurras. Lors de son retour de mission, elle a décidé de s’investir dans la vie locale en élevant des bovins charolais, en participant à la vie communale en charge du patrimoine. Au cœur de ses premières préoccupations, en tant que jeune baptisées, catholique et royaliste, il y eut la restauration de l’église du village, puis du presbytère. Dans la foulée, elle réussit à installer un prêtre dans le presbytère restauré, en dépit de la crise des vocations. Les fondations étant posées, elle instaure un chapelet mensuel, sans que personne ne s’interpose. Selon Stéphanie Bignon, on ne peut que suivre la logique du royaliste lorsqu’on comprend ce qu’est intrinsèquement la France, et cette logique est indissociable du catholicisme. Elle analyse la mainmise républicaine par une stratégie qui tient en quelques mots : la « sidération par le chaos ». Dans ce système par essence perverti, on assiste démuni et sidéré à la négation du diable, à la négation du vice, à la négation du péché. Les esprits sont tant corrompus et pervertis qu’on en vient à leur faire apprendre que le terme « absolu » accolé à la monarchie est synonyme de « total », « intégral », ce qui est dévoyer le sens initial correspondant à « délié de toute influence, en particulier de celle de l’argent ».


Une fois ces bases posées, Stéphanie Bignon évoqua, à la stupéfaction générale, le cas de Jérôme Laronze, paysan résistant au diktat agro-industriel. Cet homme, représentant de la paysannerie à la française, fut tué au début des événements. Opposé au système qui nous asservit, il voulait élever à l’ancienne dans la ferme qui lui appartenait. Jérôme Laronze dut subir une inspection du troupeau par la DDPP : au cours de cette inspection, les animaux furent effrayés par les méthodes des représentants du système et six bœufs périrent noyés. Jérôme Laronze était entouré d’avocats et de gens dont l’influence locale pouvait lui permettre de s’adresser à la presse. Il dénonça donc la pratique dont il avait été victime dans la presse locale, avec l’appui de sa sœur. Forcé au silence et menacé suite à l’article, il reçut un verdict fatal concernant son troupeau, et le bétail fut euthanasié. Alors qu’il continuait de se battre, il fut assassiné de deux balles dans le dos. Cette histoire est tristement représentative de l’état de détresse dans laquelle se trouve notre paysannerie, et de l’état d’abandon dans lequel elle est laissée par la république des coquins. Ceci n’est pas étonnant, dans la mesure où le ver est dans le fruit : les denrées alimentaires sont cotées en bourse. Il devient donc urgent, pour notre salut, de chasser les marchands du temple.


L’intervenant suivant n’était autre que le gilet jaune royaliste bien connu sur les réseaux sociaux, Thibaut Devienne, qui nous présenta son combat et son analyse du terrain. Il insista sur la dimension de sincérité ayant innervé le mouvement des gilets jaunes à ses débuts et sur la réalité du mouvement initial en tant que jacquerie, à savoir une insurrection populaire non dirigée, horizontale et sans but. Thibaut Devienne revint sur les multiples sources aux origines de ce conflit inédit : vie chère, mesures gouvernementales impopulaires, souci lié à un quotidien de plus en plus anxiogène. Verdict : comme à son habitude, la république a tenté de faire passer les gilets jaunes pour des « fachos antisémites et violents » et en a tué la dynamique dans l’œuf alors qu’il s’agissait d’une expression unique en son genre du pays réel. Par conséquent, le mouvement s’enlise depuis de longs mois, faute de figure de proue. Profitant d’un intermède de passe-plats favorable, Frédéric Winkler fit alors un point sur l’avancée de l’édification de la statue de Sainte Jeanne d’Arc à Saint-Pétersbourg, dont le financement depuis juin permit la fonte et la poursuite du projet. Il insista sur l’amitié franco-russe dans l’histoire, la preuve de celle-ci résidant dans l’acceptation par les autorités de faire édifier une statue de Sainte catholique, une première au sein de la religion orthodoxe. Rebondissant sur l’événement, Frédéric ajouta que le mouvement du GAR avait ainsi dépassé le cadre strictement royaliste, en insistant sur notre point d’ancrage : notre attachement à la terre ancestrale et aux libertés individuelles, et notre volonté de ne laisser à l’État que la sphère régalienne. Or, jusqu’à présent, que constatons-nous ? L’État a liquidé la francophonie pour y substituer le globish. Notre combat dépose donc nos frontières : il s’agit désormais de la survie de notre langue, de notre héritage, de notre culture, il s’agit du noble combat français par excellence.

Le Prince Charles-Emmanuel de Bourbon-Parme, nous ayant fait l’honneur de sa présence, nous proposa sa vision des gilets jaunes, une vision qui portait à réfléchir : selon le Prince, les Français fortunés expatriés sont les premiers gilets jaunes, mais leur départ n’a pas été correctement analysé. En réalité, asphyxiés par la fiscalité française, et puisqu’ils en avaient les moyens, ils ont précédé le combat des gilets jaunes en quittant le pays. Ce sont les premiers gilets jaunes, qui ont pris des décisions radicales à cause de l’enfer fiscal. La seconde ligne a surgi car le problème de fond n’a jamais été résolu, et sont donc apparus ceux qui n’avaient pas pu fuir l’enfer et l’oppression des taxes : les classes laborieuses, pieds et poings liés à leur quotidien, qui ne peuvent plus profiter des petits plaisirs simples de la vie. Le Prince évoqua ensuite la question de l’écologie, détournée de ses racines pour le profit de quelques-uns, qualifiant le label « bio » d’insupportable tant il devrait être normal de produire au naturel. Avant de prendre congé, il nous encouragea à continuer le combat et nous invita à rassembler les idées les meilleures émanant du débat d’idées actuel.

L’intervention très attendue de Marion Sigaut, laquelle nous régala plus tard de Fanfan la Tulipe, fut quant à elle axée sur la paysannerie et sa liquidation par les industriels et spéculateurs, à travers trois exemples : sud-africain, palestinien et français. En Afrique du Sud, les usufruitiers furent chassés pour faire du profit en 1960, puis les terres furent privatisées pour rentabiliser davantage la vente des matières premières. La terre africaine fut transformée en gigantesque entreprise agroalimentaire, avec pour seul objectif d’abrutir les gens qui la travaillaient en les coupant de leurs méthodes ancestrales au profit de méthodes ultralibérales occidentales.


En Palestine, les colons juifs ont acheté la terre. L’administration ottomane a ensuite voulu lever un impôt en obligeant les paysans à se déclarer propriétaires. Jusqu’alors, l’agriculture palestinienne était communautaire : le village gérait ses propres affaires sur un modèle quasi corporatiste. Le nouveau modèle a ruiné les paysans, contraints à la vente de leur bien pour des motifs de spéculation. Le nouvel ordre mondial fait main basse sur la terre et la propriété, et nous sommes tous en danger si nous ne sommes pas vigilants. Tout est progressivement privatisé et confisqué, le retour à la terre devient donc plus que jamais nécessaire afin d’échapper à l’oppression.

S’ensuivit l’analyse sociale, politique et économique de Jean-Philippe Chauvin. Le 5 décembre signifiant le début de quelque chose que nous ne maîtrisons toujours pas et venant d’agglomérer à la colère des gilets jaunes, il nous évoqua le sujet des retraites et la réforme de leur financement.


Selon toute évidence, il s’agit d’une énième stratégie de la part de l’État qui ne cache pas sa volonté d’appropriation à son profit de systèmes rodés. Mettre la main sur le pactole signifierait donner davantage d’argent à la république qui ne sait pas gérer. Depuis plus de deux siècles, la république gaspille et dilapide malhonnêtement. Si elle échoue, il est d’usage qu’elle se rattrape sur ce qui fonctionne et qu’elle n’admette jamais son incapacité, préférant le recours à la violence à l’aveu d’échec. Encore une fois, sur ce sujet, l’espérance est portée par les royalistes.

Olivier Tournafond, professeur de droit à Paris 12 et producteur de l’émission « Droits et libertés » à Radio Courtoisie prit ensuite la parole pour nous proposer son analyse de la situation actuelle.


Selon lui, le mal se situe au-delà du système politique et nous impose désormais une lutte de chaque instant contre la progression révolutionnaire démoniaque de la corruption généralisée des mœurs et des idées. Ceci se traduit par une démagogie perpétuelle de bas-instinct, par une dénaturation, une déformation de toute chose, par une trahison de la vérité. Par un déracinement dont seul le pouvoir a le secret, le peuple meurt d’ignorance et se décompose. À cause des suppôts de Satan, la déliquescence est actuellement proche de certaines maladies qui détruisent ce qui aurait dû être harmonieux. D’où vient le mal et la corruption : selon le Professeur O. Tournafond, de la pensée révolutionnaire issue d’un Christianisme dénaturé, déformé, caricatural.

L’intervention suivante fut celle de Maître Heck qui rappela une fois de plus au cours de ce banquet l’inauguration de la statue de Sainte Jeanne d’Arc le 30 mai 2020 à Saint Pétersbourg, événement témoignant du rayonnement naturel de la France. Il rappela que Louis Bertrand avait été le premier à sortir Louis XIV de l’oubli après la tragique période révolutionnaire, et en avait étudié le règne sous un nouvel angle, non pas celui de l’histoire mais celui de l’homme. Il revint ensuite sur la haine viscérale des historiens vis-à-vis de l’Ancien régime, haine véhiculée par l’idéologie dominante dans les milieux académiques et universitaires, imprégnés des idées révolutionnaires et n’ayant que la grille de lecture marxiste comme logiciel de compréhension du fait historique.


Stéphanie Bignon reprit brièvement la parole afin de nous alerter sur la disparition des communes au profit des agglomérations et métropoles. Elle nous exhorta à reprendre le pouvoir partout où cela était possible, à commencer par notre comportement au quotidien, ne serait-ce qu’en faisant les courses. Au terme d’un banquet haut en couleurs, Frédéric Winkler nous invita à plus de responsabilité individuelle encore, nous rappela de ne compter que sur nous-même et de court-circuiter la grande distribution aussi fréquemment que possible, afin de retisser les liens de nos communautés de proximité. Comme au temps de nos rois, une seule solution, choisir les produits locaux, cultivés par nos paysans dans le respect de la terre et de son cycle naturel !


C’est sur ces paroles revigorantes que nous prîmes congé les uns des autres, nous promettant de nous retrouver le plus promptement possible à la faveur d’un prochain banquet dédié à la Cause.

Notre jour viendra !

Hélène C.

BOUTIQUE-ROYALISTE.FR

Cérémonie pour la rénovation de la tombe de l’as Paul d’Argueef :

Pavel Vladimirovitch Argueïev (en russe : Павел Владимирович Аргеев), né le 1er mars 1887, mort le 30 octobre 1922, connu en France comme Paul d’Argueef, ou encore « l’aigle de Crimée », est un militaire et aviateur durant la Première Guerre mondiale.

Fils d’un ingénieur de la marine à vapeur, Vladimir Akimovitch Argueïev, il nait à Yalta (Crimée), suit les cours de l’académie militaire d’Odessa en 1907 et en 1909 rejoint l’Armée impériale russe comme sergent au 184e régiment d’infanterie de réserve à Varsovie. Il devient lieutenant en 1912 et passe au 29e régiment d’infanterie Tchernigov, régiment où il obtient le grade de lieutenant-colonel.

Au commencement de la guerre il se trouve en France et s’engage dans l’armée française. Par décret de 30 mai de 1914 il est intégré au 7e Régiment infanterie en tant que lieutenant au titre étranger.

Il tombe en disgrâce à la suite de son refus de sanctionner un soldat et rejoint la Légion étrangère le 12 septembre 1914 comme lieutenant. Avec le 131e R.I, il combat à la Première bataille de la Marne comme capitaine détaché ; il reçoit une blessure à la jambe mais continue le combat (23 septembre 1914) et est fait capitaine le 5 novembre . Il retourne au front en octobre, reçoit la Croix de guerre, puis est fait chevalier de la Légion d’honneur le 2 mai 1915. Il est encore blessé le 8 décembre 1914, puis à la tête le 17 avril 1915, et par éclats d’obus en février et mars 1915.

Il est alors jugé inapte pour l’infanterie et demande son transfert dans l’aviation.

Il suit l’entrainement à Pau et sert dans l’escadrille N 48 durant l’année 16. Il retourne en Russie où il sert comme capitaine dans l’armée impériale de l’air au 12e détachement de chasse le 20 octobre 1916.

Il remporte sa première victoire le 10 janvier 1917 contre un Albatros C.V ; il est as le 20 juin 1917.

En mai 1918, il revient en France : étant officier du tsar, il ne trouve pas sa place dans l’armée bolchévique. Il est affecté dans l’Escadrille La Fayette, où il termine la guerre. Sa dernière victoire intervient le 30 octobre 1918 avec 15 victoires plus deux non homologuées (en Russie). Il est fait officier de la légion d’honneur le 12 décembre 1918.

Jonas Aix

 

RDV : Banquet Camelots le 1er décembre 2019 :

Outre le fait que l’occasion soit un repas, l’événement dépasse la simple table des gourmets, car au sein du Groupe d’Action Royaliste ce rendez-vous est une sorte d’agora pour nous retrouver, n’ayant pas de locaux et n’en désirant pas. Cet événement permet d’entendre des orateurs et partager quelques idées dans une bonne ambiance de rires et de chants. Nous y apprenons à nous connaître, organiser actions diverses et groupes d’études comme à préparer objectifs et stratégies. une table de presse permet d’acquérir livres et revues, objets divers et outils pour répandre nos idées. Les nouveaux venus sont accueillis et intègrent parfois nos rangs et rares sont ceux qui ne reviennent pas…

INSCRIVEZ-VOUS : contact@actionroyaliste.com

Cérémonie d’amitié franco/russe :

L’accueil de la délégation Russe à l’entrée des portes de St Geneviève des Bois, par les présentations des personnalités furent faites par l’organisateur Jonas Aix ancien Légionnaire, ayant réalisé le parcours Mont de Marsan-Moscou en vélo, ayant aussi participé au souvenir de l’escadrille Normandie-Niémen :

« Chers amis, je reviens de Moscou, un voyage pour répondre à une invitation pour des cérémonies d’hommage aux valeureux du Normandie Niemen et à l’amitié franco-russe ».

Signalons les présences de :

  • Natalia Khantsevich, Chef du Service Culturel de l’Ambassade de la Fédération de Russie en France,
  • Azeeva Galina du du fonds public international Fonds Russe pour la paix,
  • Chmyrev Guennadi, Ataman Président de l’Association des Cosaques de France
  • Alexis d’Herbaïs, Vice-ataman et porte-drapeau des Cosaques du Don
  • Didier Lefebvre, Vice-président de l’Association nivernaise France-Russie-CEI,
  • François Colinot, Président de l’association Espace Normandie-Niemen,
  • Didier Lefebvre, Vice-président de l’Association nivernaise France-Russie-CEI,
  • Jean-Pierre Tron, porte-drapeau du Mémorial Normandie-Niémen,
  • Tanneguy de Prat, Président de l’Union des Anciens Combattants et Affiliés (UACA) de Colombes,
  • Marcel Bouvier, Secrétaire Général de l’UACA de Colombes,
  • Micheline Barget de l’Association Universelle des Amis de Jeanne d’Arc.

Ainsi que les huit porte-drapeaux :

  • Souvenir Français,
  • Médaillés militaires,
  • Légion d’honneur,
  • Mémorial Normandie Niemen,
  • Anciens Combattants Prisonniers de guerre – Combats Algérie Tunisie Maroc (ACPGCATM),
  • Anciens mutilés et anciens combattants et veuves de guerre (AMACVG),
  • Cosaques du Don,
  • Groupe d’Action Royaliste.

Lors de la Cérémonie du 10 juin 2019, au cimetière Russe de Sainte Geneviève des Bois, j’expliquais mon intérêt pour les Cosaques, hommes libres qui, comme aux temps médiévaux en France, incarnent une sorte de chevalerie. Chevalerie qui doit perdurer aussi en notre terre de France dans ses valeurs éternelles, comme en Russie, par les actes quotidiens : courtoisie et service. Mais aussi dans la tradition chrétienne liant l’Occident Chrétien à l’Orthodoxie orientale slave, symbiose retrouvée face aux temps de grande confusion que nous vivons. Je rappelais le souvenir de Marina Grey (Marina Antonovna Denikina), auteur des « Armées blanches » que j’ai connu jadis, fille du Général Denikine et femme du grand historien Jean François Chiappe. Je rappelais la formation historique des premières bandes de cosaques issues des Alains, Sarmathes et Tatars qui vinrent s’installer, pour ceux qui reposent en ces lieux, entre la Volga et le Don. L’importance chez eux, du père : l’Ataman, désigné et élu, conduisant les siens dans cette recherche perpétuelle de l’autonomie, comme de la vie rustique des chants et danses de ces guerriers de tous les temps. Je rappelais aussi les conflits tumultueux qui s’égrenèrent le long de leur histoire, jusqu’à la terrible guerre de 14, où les armées du Tsar vinrent soutenir la France à l’ouest tout en assurant une rude pression à l’est.

Le sacrifice des Russes n’est pas à oublier et ils tombèrent nombreux pour que nous puissions gagner, ce temps si précieux, afin de remporter le front ouest. L’échec de la dure contre-attaque Prussienne de 1915 n’ébranla pas la détermination comme la fidélité du Tsar à nous soutenir, ceci jusqu’à ce que l’Allemagne y envoyât son agent Lénine accompagné de ses révolutionnaires comme d’officiers d’Etat-major Allemands agrémentés des subsides de la Reichbank !

Il fallait détruire la puissance Russe à travers son Tsar afin de libérer le front oriental, comme répandre une révolution sanglante déstabilisant ce grand Ours slave. Nous avons alors abandonné le Tsar à son triste sort, oubliant le sens de la parole donnée… C’est en cette terre que les Armées Blanches résisteront dénués de tout, « dans le froid et la famine » disait la chanson. Une diaspora russe pour survivre, fuyait le sang sur la neige et c’est en France comme ailleurs que des Princesses comme des Barons devinrent couturières où mineurs, sorte de récapitulation d’une révolution que notre terre connue bien avant. L’exemple de ce cavalier Cosaque chevauchant les steppes, venu ici mourir au volant de son taxi, d’une crise cardiaque est encore dans ma mémoire, triste jeu du hasard comme du destin. Rappelons le geste du Président Poutine venu sauver quelques tombes de ce cimetière, qui sans lui, seraient allées en poussière dans le vent perdu de l’histoire. Rappelons aussi qu’il a accepté l’édification d’une statue de Jehanne d’Arc à Saint Pétersbourg, grande première chez les orthodoxes n’ayant pas de statues de saints dans les lieux publics. C’est un grand honneur d’être à côté de l’Ataman des Cosaque de France Mr Chmyrev Guennadi. Regardons le ciel, au milieu du carré Cosaque, je les vois chevaucher leurs fiers chevaux, la Nagaïka à la ceinture, faisant tournoyer au-dessus de leur tête leur redoutable shashka. Oublier leur mémoire, comme ne pas les honorer de notre présence, serait les enterrer une nouvelle fois. Devant ces tombes sous lesquels dorment les preux du repos éternel, l’avenir sera celui des traditions retrouvées, comme cette résurgence des Cosaques en Russie. Cette chevalerie sera le ciment qui unira cette amitié Franco-russe pour qu’au travers d’elle, nous puissions entendre demain, le rire de nos enfants sur nos terres en paix…

Nous avons ensuite laissé « déambuler » les participants à travers le cimetière afin de retrouver des tombes amies où curiosités, Madame Tatiana Chomcheff présidente du Comité pour l’entretien des sépultures russes du cimetière est venue nous saluer. Je rappelais la présence du carré des Cadets de Voronej, de Poltava… Que le président Vladimir Poutine vint déposer des fleurs sur la tombe de la princesse Véra Obolensky, membre de la Résistance française exécutée à Berlin en 1944.
Nous nous sommes dirigés vers la tombe d’un ancien du Normandie Niémen et François Colinot s’est exprimé pour signifier et rappeler aux mémoires le courage de ces Grands-anciens combattants pour la liberté des peuples…
Puis nous sommes partis chez une amie qui tient le restaurant russe « Le Relais Russe », non loin du cimetière. Un accueil chaleureux nous y attendait comme un repas russe traditionnellement bon, celui de St-Petersbourg. Nous y étions une trentaine de convives. Jonas Aix fut félicité pour l’organisation de cette journée et reçu des présents des mains des représentantes Russes. Les allocutions furent faites en russe par Azeeva Galina du Fonds Russe pour la paix. Je proposais un toast à la vodka, bien sûr pour l’amitié Franco-russe, en terminant le repas et la chaude ambiance conviviale du jour…

Frédérique Winkler

 

Compte-rendu du Banquet Camelots du 23 juin 2019 :

La canicule de la dernière semaine de juin s’annonçait tout juste lorsque nous nous sommes retrouvés pour le dernier Banquet Camelot de la saison à Paris ; ce rendez-vous du GAR, incontournable, festif, convivial et traditionnel a permis de rassembler une fois de plus de joyeux amis et fervents défenseurs de la cause royaliste.

Ce rendez-vous de fin d’année, par un hasard qui ressemble en tous points à un clin d’œil du bon Dieu, s’est tenu le jour de la fête du Saint-Sacrement. Lorsque nous fûmes enfin tous réunis, aux alentours de 13 heures, notre cher Frédéric Winkler, qui porte l’organisation de nos réunions sans faillir depuis plus de 10 ans, fit un rappel des mois écoulés, des banquets précédents et du contexte dans lequel s’inscrivait ce dernier rendez-vous avant l’été ; il nous présenta ensuite les invités – pendant que l’équipe du restaurant tentait de se frayer un passage entre nous tous afin de gérer au mieux la pitance de chacun ! Deux invités de marque nous ont donc fait l’honneur de leur présence ce 23 juin : le journaliste et réalisateur Daniel Rabourdin et Maître Trémolet de Villers, éminent avocat habitué de nos amicaux banquets.

Premier des invités à prendre la parole, le journaliste et réalisateur franco-américain Daniel Rabourdin nous a présenté son travail de reconstitution historique en tant que réalisateur indépendant. Ayant travaillé en accédant aux mêmes sources que Reynald Secher, spécialiste du génocide vendéen, il s’est tout naturellement heurté aux mêmes réactions hostiles que nous opposent systématiquement les dépositaires l’histoire académique. Les fourmis de la quête des preuves historiques d’époque, qui tentent au quotidien de rétablir des vérités interdites, doivent s’armer de courage. Fort du succès renouvelé de sa présentation de La Rébellion cachée, Daniel Rabourdin s’est proposé de mettre en place une série de présentations dans les paroisses dont chacun de nous pourrait avoir le contact, qui à Paris, qui en province. À ce sujet, il a mis à notre disposition une fiche technique, disponible par mail, de sorte à porter le projet auprès des nos curés respectifs : ayant prévu de revenir en France entre octobre et décembre, Daniel Rabourdin est tout à fait disposé à présenter son travail et ses projets à ce moment-là. Il serait utile de prévoir deux diffusions en paroisse pour toucher le public le plus large possible. N’hésitez pas à nous contacter si vous pensez qu’il vous est possible de participer à l’organisation d’une rencontre à l’automne.

Maître Trémolet de Villers, que nous retrouvons régulièrement à notre table, a ensuite pris la parole pour nous parler de la place très particulière de Sainte Jeanne d’Arc, héroïne nationale, et des festivités liées à la commémoration du centenaire de sa canonisation en 2020. À ce titre, il a insisté sur la nécessité d’organiser dans un maximum de localités françaises des cérémonies rassemblant les représentants des institutions en place, les représentants militaires haut-gradés et les représentants ecclésiastiques. Les cérémonies sont prévues officiellement le deuxième dimanche du mois de mai 2020. Dans ce but, se rapprocher des cercles royalistes locaux serait un appui intéressant afin de créer des liens intermédiaires entre les différentes instances. Selon Maître Trémolet de Villers, il nous reste encore du temps pour parvenir à rassembler préfets, généraux et évêques dans toutes les moyennes et grandes villes de France. Dans le contexte actuel de délitement des valeurs et traditions, ce rappel de l’histoire pourrait constituer un élément éminemment fédérateur. Notre invité a ensuite parlé avec un enthousiasme communicatif de l’avancée du projet de sculpture monumentale de Saint Jeanne d’Arc, statue en pied de la sainte portant un étendard, œuvre de Boris Lejeune, destinée à être érigée à Saint-Pétersbourg. Ce projet, validé par les instances pétersbourgeoises, d’une grande force symbolique, témoigne de l’amitié liant la Russie et la France depuis de longs siècles et du souci commun de préserver les racines et les traditions. Afin d’apporter sa contribution, une levée de fonds a été proposée au nom du GAR au cours du banquet.

Jean-Philippe Chauvin, notre ami vice-président du GAR, nous a ensuite livré ses analyses affûtées du contexte socio-économique actuel : au bout de huit longs mois de contestation sociale sans réaction adéquate du gouvernement d’un pays légal rêvant d’une France hors-sol, sans compréhension véritable du nœud des revendications venant du pays réel, nous apparaissons, nous, royalistes, comme alternative de plus en plus crédible à un système corrompu et à bout de souffle. Notre force, en tant que royalistes, est de proposer de véritables solutions, prenant appui sur le bon sens et l’enracinement, dans tous les domaines où la république échoue lamentablement et pire, détruit méthodiquement ce qui fonctionnait, que ce soit en matière d’écologie, d’éducation et de culture, de liens familiaux, d’accès à la santé et à la vraie solidarité, de respect des conditions de dignité due à chacun, qu’il soit ouvrier, artisan, agriculteur…

Comme lors de chaque banquet, un large choix d’ouvrages et brochures était mis à disposition de chacun, pour parfaire sa culture de la cause et nourrir sa réflexion politique au contact du travail colossal de recherche effectué par nos amis, à compléter, bien sûr, par les vidéos de la chaîne SACR TV. Et, chers amis, si vous avez le temps pendant l’été, au bord de la piscine, vous pouvez toujours jeter un œil sur la belle collection Montjoie Saint Denis de l’éditeur indépendant et régional Christian Lacour.

C’est toujours avec un immense plaisir que nous nous retrouvons ensemble, forts de nos traditions, de nos convictions chevillées au corps, entourés de nos drapeaux fleurdelisés, comme autant d’encouragements à aller de l’avant sans faiblir ni douter.

Notre jour viendra !

Hélène C.

Intervention de Jean-Philippe Chauvin, lors du banquet Camelots du 23 juin 2019, faisant un bilan global de la crise des gilets jaunes et de l’état d’esprit néfaste du gouvernement actuel…

Intervention de Frédéric Winkler, lors du banquet Camelots du 23 juin 2019, faisant un bilan de l’état actuel de notre pays, et du rôle salvateur des idées royalistes…

Intervention de Maître Trémolet de Villers, lors du banquet Camelots du 23 juin 2019, exposant ses activités johanniques, ainsi que le projet de statue de Jeanne d’Arc en Russie et les relation France/Russie…

Intervention de Maître Trémolet de Villers, lors du banquet Camelots du 23 juin 2019, racontant une de ses entrevues avec le Prince Jean Comte de Paris…

Compte-rendu du banquet Camelot du 27 janvier 2019 :

En ce dimanche 27 janvier, une cinquantaine de personnes ont participé au Banquet Camelot organisé par le Groupe d’Action Royaliste sur le thème, d’une grande actualité, de la révolte des Gilets jaunes, qu’il n’est pas impossible de définir comme une « nouvelle chouannerie ».  Jean-Philippe Chauvin et Frédéric Winkler introduisirent les discours du Banquet par une présentation du sujet du jour et par l’évocation du décès du comte de Paris, au matin du 21 janvier, qui a été, aussi bien dans la presse française qu’internationale, l’occasion, triste néanmoins, de rappeler la mémoire du défunt et les espérances monarchistes de cette année 2019.

 

Frédéric Winkler incita les participants à s’intéresser au mouvement des Gilets jaunes et aux cahiers de doléances, en soulignant combien la République montre son vrai visage quand elle agit face à des gens qui n’ont pas assez d’argent pour vivre, et que la place des royalistes est dans les rangs du peuple en colère. Puisque le débat national et les cahiers de doléances sont ouverts, les royalistes doivent désormais s’y investir, intelligemment et sans oublier leurs propres valeurs de service et de courtoisie. Frédéric reprendra plus tard la parole pour rappeler aussi que le Groupe d’Action Royaliste est profondément engagé sur les questions régionales, sociales et environnementales, et qu’il est fondé sur l’éthique chevaleresque, et sur quelques formules simples mais significatives, comme « Nous mêmes ! », qui indique notre volonté d’agir sans attendre que d’autres nous y poussent, et notre indépendance politique. Cela se traduit, depuis dix ans, par la création de plus de 120 vidéos et de dizaines de brochures et revues, et des milliers d’autocollants et d’affiches militantes.

 

Notre ami Olivier Tournafond insista lui aussi sur cette occasion à saisir des cahiers de doléances pour faire connaître nos propositions, selon trois thèmes majeurs : l’identité, les libertés et la légitimité du Pouvoir. Sur ce dernier point, n’oublions pas la pensée d’Aristote qui évoque trois éléments de la légitimité (le « divin », la compétence, l’élection) pour les trois étages des institutions d’un régime mixte : le roi, l’élite, le peuple, associés et non confrontés. Dans la deuxième partie de son discours, il reviendra aussi sur la double question de la démocratie et de la monarchie : la démocratie est un instrument intéressant, mais à double tranchant, et qui ne doit pas être divinisé, mais encadré par un Pouvoir légitime. La vraie Monarchie, c’est un régime mixte : démocratie directe à la base, démocratie représentative dans des institutions parlementaires, et, au-dessus de tout, le roi-arbitre.

 

Jean-Philippe Chauvin, qui suit le mouvement des Gilets jaunes depuis ses origines et a participé à plusieurs de ses manifestations parisiennes en ne cachant rien de son royalisme, a évoqué cette crise sociale et politique inédite qui est entrée dans son troisième mois et peut, par certains aspects, rappeler, plus encore que Mai 68, le printemps 1958 et l’agonie de la Quatrième République. Cette révolte du « pays réel », vive et parfois maladroite dans certaines de ses manifestations, a forcé la République à ouvrir de nouveaux cahiers de doléances, 230 ans après ceux suscités par le roi Louis XVI, et que la Révolution a détournés pour le profit de quelques catégories de la « bourgeoisie » qui, depuis, n’ont plus lâché le Pouvoir, comme le rappelait avec ironie Pierre Desproges… La révolte paraît, dans ses formes comme dans ses attentes, plus proche des chouanneries provinciales contre le centralisme parisien que des émeutes révolutionnaires du Paris sans-culotte. Quant à la République macronienne, elle n’est pas une monarchie et le président n’est pas le roi, et le philosophe Marcel Gauchet comme l’écrivain François Sureau argumentent en ce sens : «  Dans la tradition française, un roi, c’est un arbitre. Quelqu’un pour contraindre les gouvernants à écouter les gouvernés. » (Marcel Gauchet) ; « Le « monarque républicain » dont on se plaint n’est en rien un monarque. C’est parce qu’il n’est que républicain que se dirigent contre lui, avec violence, le grief d’imposture et le grief de supériorité. (…) On peut rêver d’un roi qui soit à la fois le symbole et le garant de l’incorporation durable des progrès de la société à la tradition nationale, les soustrayant aux emportements de la peur, de la haine sociale d’un côté, de l’arrogance technocratique de l’autre (…). » (François Sureau). Et c’est aussi pour cela que les royalistes conséquents et enracinés préfèrent l’original (la Monarchie royale) plutôt que l’imitation (la Cinquième République qualifiée parfois de « monarchie républicaine »), en affirmant que, pour vivent les libertés françaises, il faut que vienne le Roi !

 

A la fin du Banquet, fut présenté le nouveau numéro de la revue Libertés, revue du Groupe d’Action Royaliste et de l’Action Sociale Corporative, qui est, sur 28 pages, un premier essai d’analyse et de prospective royaliste sur le mouvement des Gilets jaunes et ses possibilités, sans oublier ses potentialités monarchistes qu’il nous revient de faire advenir !

 

Hervé Loudéac.